The emergence of Rome   
509-451 B.C.

509-508 B.C.

509 B.C. : the expulsion of kings

Lucius Junius Brutus
The lictors report to Brutus the bodies of his sons
Jacques-Louis David, Le Louvre

The regal government being abolished, two Consuls were chosen to govern the republic. Lucius Junius Brutus, and Lucius Tarquinius Collatinus were the first who were chosen to this office. These Consuls displayed great firmness in the support of the new republic, by the execution of the sons of Brutus and the nephew of Collatinus for entering into a conspiracy with Tarquin against the Romans.

After the overthrow of the kingly power, a republican form of government was established. The senate reserved the greatest share of the authority. The centuries of the people chose from among the senators annually, two magistrates called Consuls, who exercised power equal to that of the former kings.

Brutus, the deliverer of his country, and Collatinus the husband of Lucretia, were the first Consuls in Rome.

But this new republic narrowly escaped destruction in its very commencement. A party was formed in Rome in favor of Tarquin. Some young men of the principal families in the state, undertook to re-establish monarchy.

This party secretly increased; and the sons of Brutus, and the Aquilii, the nephews of Collatinus, were among the number. Tarquin, who was informed of these intrigues, sent ambassadors from Etruria to Rome, under a pretence of reclaiming the crown, but with a design only to give spirit to the faction.

The whole conspiracy, however, was discovered by a slave who had accidentally hidden himself in the room where the conspirators assembled. Few situations could have been more affecting than that of Brutus, a father placed as a judge upon the life and death of his own children.

The young men, pleading nothing for themselves, awaited their sentence in agony. The other judges felt the pangs of nature; Collatinus wept, and Valerius could not repress his sentiments of pity.

Brutus alone seemed to have lost the softness of humanity, and with a voice that marked his resolution, demanded of his sons if they could make any defence. This demand he made three times; but receiving no answer, he turned to the executioner : "Now," cried he, "it is your part to perform the rest."

The executioners having stripped them, and scourged them with rods, presently beheaded them. Brutus beheld the cruel spectacle with an unaltered countenance, while the multitude gazed on with pity, terror, and admiration.

509-506 B.C.

Lars Porsenna

Mucius Scaevola in front of Porsenna
Charles Le Brun, Musée des Ursulines

Tarquin having failed in his conspiracy, prevailed upon the Veians and one of the kings of Etruria, to aid him in recovering his throne, 508 years B. C.

Tarquin was resolved to make an attempt for his throne by foreign assistance. He prevailed upon the Veians to aid him, and advanced with an army towards Rome.

The consuls made ready to oppose him. Valerius commanding the foot, and Brutus the cavalry, went out to meet him on the Roman borders. Aruns, the son of Tarquin, who commanded the cavalry for his father, seeing Brutus at a distance, resolved to decide the fate of the day before the armies engaged, and made towards him with fury.

Brutus came out from the ranks to meet him; they met with rage, and both fell dead upon the field together. A bloody battle ensued, with equal slaughter on both sides : but the Romans remaining in possession of the field, claimed the victory, and Valerius returned in triumph to Rome.

Tarquin, by no means intimidated by his misfortunes, prevailed upon Porsenna, one of the kings of Etruria, to espouse his cause. This prince who was noted for his courage, went to Rome, with a numerous army, and laid siege to the city.

The siege was carried on with vigor; a furious attack was made upon the place; the two consuls opposed him in vain, and were carried off wounded from the field; while the Romans were pursued to the bridge, over which, both victors and vanquished were to enter the city.

All now appeared to be lost, when Horatius Cocles, a sentinel, opposed the torrent of the enemy, and assisted only by two more, sustained the whole fury of the assault, till the bridge was broken down behind him. When he found the communication thus cut off, plunging with his arms into the Tiber, he swam back victorious to his fellow soldiers.

Still Porsenna was determined upon taking the city; and though five hundred of his men were slain by a sally of the Romans, he persevered, and turning the siege into a blockade, resolved to reduce the city by famine. The distress of the besieged soon grew to the extreme, when another act of bravery, wrought the deliverance of the Romans.

Mutius (Mucius Scaevola), a youth of undaunted courage, was resolved to rid his country of her formidable enemy, and, disguised in the habit of an Etrurian peasant, entered the camp of the besiegers, resolving to die or kill the king. With this resolution he made up to the place where Porsenna was paying his troops, with a secretary by his side; but mistaking the latter for the king, he stabbed him to the heart, and was immediately seized.

Porsenna demanded who he was, and the cause of so heinous an act. Mutius related his design, and thrusting his hand into a fire, "You see," cried he, "how little I regard the severest punishment you can inflict upon me. A Roman knows not only how to act, but how to suffer. I am not the only person you have to fear; three hundred Roman youths like me have conspired your destruction; therefore prepare for their attempts."

Porsenna amazed at such intrepidity, had too noble a mind not to acknowledge merit, he ordered him to be safely conducted back to Rome, and offered the besieged conditions of peace. These were readily accepted, being neither hard nor disgraceful, except that twenty hostages were demanded; ten young men and as many virgins of the best families in Rome.

But some of the gentler sex were resolved to be sharers in the desperate valor of the times; Clelia, one of the hostages, escaped from her guards, and pointing the way to the rest of her female companions, swam over the Tiber on horseback, amidst showers of darts from the enemy, and presented herself to the consul.

This magistrate fearing the consequences of detaining her, sent her back; upon which Porsenna, not to be outdone in generosity, set her at liberty and permitted her to choose such of the hostages of the other sex, as she judged fit to attend her. She with all the modesty of a Roman virgin, chose such as were under fourteen, alleging that their tender age was least capable of sustaining the rigors of slavery.

498 B.C.

The dictatorship

In consequence of the disagreement between the Plebeians and the Senators, it was agreed to appoint a magistrate with absolute power, and Lartius was accordingly chosen first Dictator, 498 (or 496?) B.C.

Tarquin by means of his son in-law, Manilius, stirred up the Latins to espouse his interests, and took the most convenient opportunity of practising his design when the Plebeians were at variance with the Senators, concerning the payment of their debts. The Plebeians refused to go to war unless their debts were remitted upon their return; so that the consuls, finding their authority insufficient, offered the people to erect a temporary magistrate, who should have absolute power, not only over all ranks of people, but even over the laws themselves.

The Plebeians readily consented, willing to give up their own power for the sake of abridging that of their superiors. In consequence of this Lartius was chosen first dictator of Rome.

Lartius entered upon his office surrounded with his lictors and all the marks of ancient royalty. He ordered his soldiers to be levied in the manner of the kings of Rome. The people looked with terror upon this spectacle of absolute power, and all went readily to join their standards. Lartius marched against the enemy, was victorious, and returned to Rome. Before six months, the term of his office, expired, he laid down the dictatorship, with the reputation of having used his power with justice and lenity.

493 B.C.

The Tribunes of the people

the revolt of the Mons Sacer
the revolt of the Mons Sacer
B. Barloccini

After Lartius had resigned the dictatorship, the people succeeded in procuring certain officers called Tribunes, to be annually chosen from among themselves to take care of their interests.

The people were determined to free themselves from the domination of their masters or leave the city. They planned a new establishment without the walls, and under the conduct of Sicurius, a Plebeian, they withdrew to a mountain called Mons Sacer, on the banks of the river Anio, three miles from Rome.

This proceeding filled the city with consternation; the senate partook of the general fear, and it was resolved to send a deputation and entreat them to return. This not succeeding, it was determined to propose a treaty with them and make such favorable offers as should induce them to return. Ten commissioners were accordingly appointed. The popularity of these ambassadors procured them a respectful reception among the soldiers.

Lartius and Valerius, who were at the head of the deputation employed all their oratory on the one hand, while Sicurius and Lucius Junius, who were the speakers of the soldiery, set forth their distresses with masculine eloquence. The conference had continued for a long time, when Menenius Agrippa who had been a Plebeian, and knew what kind of eloquence was most likely to please the people, addressed them with that celebrated fable which is so finely told us by Livy.

"In times of old, when every part of the body could think for itself, and each had a separate will of its own, they all determined to revolt against the belly; they knew no reason, they said, why they should toil from morning till night in its service, while the belly in the meantime lay at its ease in the midst of them all; accordingly they resolved to befriend it no more".

"The feet vowed they would carry it no longer; the hands vowed they would feed it no longer; and the teeth affirmed they would not chew a morsel of meat though it were placed between them. Thus resolved, they all for some time showed their spirit, and kept their word; but soon found, that instead of mortifying the belly, they only injured themselves; they languished for a while and perceived when too late that it was owing to the belly that they had strength to work, or courage to mutiny."

This fable had instantaneous effect upon the people. They unanimously cried out that Agrippa should lead them back to Rome; and were making preparations to follow him, when Lucius Junius withheld them; alleging that though they were grateful enough to acknowledge the kind offers of the senate, yet they had no safeguard for the future, against their resentment; that it was necessary for the security of the people, to have certain officers chosen annually from among themselves, who should have power to give redress to such of them as should be injured, and plead the cause of the people.

The people highly applauded this proposal, which the commissioners had not power to comply with; they sent to Rome to learn the will of the senate, who, worried with divisions, were resolved to have peace, and consented to the creation of their new officers, called Tribunes of the people, Appius alone protesting against the measure.

The Tribunes of the people were at first five in number, and afterwards increased to ten. They were annually elected by the people, and generally from their body. They at first had their seats placed before the door of the senate house, and being called in, were to examine every decree, annulling it by the word Veto, I forbid it; or confirming it by signing the letter T, the first letter of their name, which gave the law validity.

This new office being thus instituted, Sicinius Bellutus, Lucius Junius, Caius Lucinius, Albinus, and Icilius Ruga, were the first Tribunes chosen by the suffrages of the people. The senate made an edict confirming the abolition of debts; and now all things being adjusted, the people, after having sacrificed to the gods of the mountain, returned to Rome.

493-488 B.C.


Coriolanus begged by his relatives
Nicolas Poussin, musée Nicolas-Poussin

Coriolanus, being banished from Rome, united with the Volscians, in a war against the Romans, 490. B.C.

During the late separation, all tillage had been entirely neglected, and a famine was the consequence. The senate did all in their power to remedy the public misery; but the people, pinched with want, ascribed the whole of their distress to the avarice of the patricians, who having purchased all the corn, as was alleged, intended to indemnify themselves for the abolition of debts, by selling it to great profit.

A large fleet laden with corn from Sicily, raised their spirits once more.

But Coriolanus incurred their resentment, by insisting that it should not be distributed till the grievances of the senate were removed. For this the Tribunes summoned him to a trial before the people.

When the appointed day was come, Coriolanus presented himself before the people, with a degree of intrepidity, that merited a better fortune. His person, his eloquence, the cries of those he had saved from the enemy, inclined the auditors to relent. But being unable to answer what was alleged against him, and confounded with a new charge of having embezzled the plunder of Antium, the Tribunes immediately took the votes, and Coriolanus was condemned to perpetual exile.

This sentence against their bravest defender, struck the whole body of the senate with consternation, and regret. Coriolanus alone, in the midst of the tumult, seemed an unconcerned spectator. He returned home, followed by the lamentation of hundreds of the most respectable Romans, to take leave of his wife, his children, and his mother Veturia. Recommending his little children to the care of heaven, he left the city alone, to take refuge with Tullus Attius, a man of great power among the Volscians, who took him under his protection and espoused his cause.

The first thing proposed, was to induce the Volscians to break the league with Rome, and Tullus sent many of his people thither to see some games; but in the meantime, gave the senate information that the strangers had intentions of burning the city. This had the desired effect; the senate issued an order, that all strangers should depart from Rome before sunset.

This order Tullus represented to his countrymen as an infraction of the treaty, and procured an embassy to Rome, complaining of the breach, and redemanding all the territories that belonged to the Volscians, declaring war in case of a refusal; but this message was treated by the senate with contempt.

War being thus declared on both sides, Coriolanus and Tullus were made generals of the Volscians, and invaded the Roman territories, ravaging all such lands as belonged to the Plebeians but letting those of the senators remain untouched. In the meantime the levies went on slowly at Rome. The two consuls who were re-elected by the people, seemed but little skilled in war, and feared to encounter a general whom they knew to be their superior in the field.

Coriolanus met with success in every expedition; and he was now so famous for his victories, that the Volscians left their towns defenceless, to follow him into the field. The very soldiers of his colleague's army came over to him, and would acknowledge no other general. Thus finding himself unopposed in the field, and at the head of a numerous army, he resolved to besiege Rome. It was then that the senate and the people sent deputies to him, with proposals of restoration, in case he would draw off his army. Coriolanus refused their offers.

Another embassy was now sent conjuring him not to exact from his native city, anything unworthy a Roman to grant. Coriolanus naturally inflexible and severe, persisted in his demands, and granted them but three days to finish their deliberations. The Romans sent another deputation, composed of the pontiffs, the priests, and the augurs. These clothed in their habits of ceremony, and with a grave and mournful deportment, issued from the city, and entered the camp of the conqueror; but they found him severe and inflexible as before.

When the people saw them return they gave themselves up for lost. Their temples were filled with old men, women, and children, who prostrate at their altars, put up their ardent prayers for the preservation of their country. Nothing was to be heard, but anguish and lamentation; and nothing to be seen but scenes of affright and distress. At length it was suggested to them, that what could not be effected by the intercession of the senate, or the adjuration of the priests, might be brought about by the tears of his wife, or the commands of his mother.

Veturia, the mother of Coriolanus made some hesitation to undertake such a work, knowing the inflexible temper of her son, and fearing only to make him show his disobedience by rejecting the commands of a parent; however, she undertook the embassy, accompanied by many of the principal matrons of Rome, with Volumnia his wife, and his two children.

Coriolanus, who at a distance discovered these matrons, was resolved to give them a denial, and called his officers around him to witness his resolution; but when told that his mother and his wife were among the number, he instantly came down from his tribunal to meet and embrace them. At first the women's tears and embraces took away the power of speech, and he could not refrain from sharing in their distress.

Coriolanus seemed agitated by contending passions : while his mother seconded her words by the most persuasive eloquence, her tears : his wife and children hung round him entreating for protection and pity; while her companions, added their lamentations, and deplored their own and their country's distress.

Coriolanus was silent, feeling the strong conflict between honor and inclination; at length, he flew to take up his mother who had fallen at his feet, crying out, "0, my mother, thou hast saved Rome, but lost thy son." He accordingly gave orders to draw off the army, pretending to his soldiers that the city was too strong to be taken. Upon their return Coriolanus was slain in an insurrection of the people, and honorably buried, with their late and ineffectual repentance.

460-430 B.C.


Cincinnatus abandons its plow
to dictate the laws of Rome

Juan Antonio Ribera

A dispute arising between the Tribunes and the Consuls, on the subject of the Agrarian law, it was agreed to appoint a Dictator, and Cincinnatus was chosen to that office, 458 years B.C. which, having restored peace, he soon resigned.

There were great rejoicings at Rome upon the retreat of the Volscian army; but their joy was soon clouded by the intrigues of Spurius Cassius, who, wanting to make himself despotic by means of the people, was found guilty of a number of crimes, all tending towards the alteration of the government, and was thrown headlong from the Tarpeian rock, by those whose power he had endeavored to extend.

The year following, the two consuls of the former year, Manlius and Fabius, were cited by the Tribunes to appear before the people. The Agrarian law, which had been proposed, for dividing equally the lands of the commonwealth, among the people, was the object perpetually in view, and they were accused of having made unjustifiable delays in putting it off.

The Agrarian law was a grant which the senate could not think of making to the people. The consuls made many delays and excuses, till they were obliged to have recourse to a Dictator, and they fixed upon Quintus Cincinnatus, who had given up all views of ambition, and retired to his little farm, where the deputies of the senate found him holding the plough, and in the attire of a husbandman.

He appeared little elevated with the ceremony they observed towards him, and the gorgeous habits they presented; upon hearing the will of the senate, he testified only a concern that his aid should be wanted, preferring the charms of a country retirement to the fatiguing splendors of office. He said to his wife as they were conducting him away, "I fear, my Attilla, that for this year our little field must remain unsown." Thus taking a tender leave of his family, he departed for Rome, where the parties were strongly inflamed against each other.

He determined to side with neither, but by a strict attention to the common interest, to gain the esteem of all. He prevailed with the Tribunes to put off their law for a time, and conducted himself in such a manner as to inspire the multitude with awe whenever they were disinclined to enlist. Having restored that tranquillity to the people which he so much loved himself, he returned to his farm.

439 B.C.

Second dictatorship of Cincinnatus

Cincinnatus abandons its plow
to dictate the laws of Rome

Juan Antonio Ribera

After Cincinnatus had retired front the Dictatorship, the AEqui and the Volscians made war against Rome, when he was again called to that office. He defeated the enemy, restored peace, and once more returned to his retirement.

Cincinnatus had not long rested from the toils of his office, when a new necessity called for his aid. The AEqui and Volscians renewed the war and made inroads upon the Roman territories. Minutius, one of the consuls, was sent to oppose them, but being timid and irresolute, his army was driven into a defile between two mountains, from which there was no egress.

The Roman army was so hemmed in on every side, that nothing remained but submission to the enemy, famine, or immediate death. Some knights, who found means of escaping privately through the enemy's camp, were the first that brought the account of this disaster to Rome. Nothing could exceed the consternation of all ranks of people. The senate at first thought of sending the other consul; but not having sufficient experience of his abilities, they unanimously turned their eyes upon Cincinnatus, and resolved to make him Dictator.

Cincinnatus, the only person on whom Rome could now place her whole dependence, was found, as before, by the messengers of the senate, laboring in his little field. Being once more possessed of absolute power, and called upon to nominate the master of his horse, he chose a poor man named Tarquitius, who, like himself despised riches, when they led to dishonor. Thus the saving of a great nation devolved upon a husbandman taken from the plough, and an obscure sentinel found among the dregs of the army.

Upon entering the city, the Dictator put on a serene look, and entreated all those who were able to bear arms to repair before sunset to the Campus Martius, (the place where the levies were made,) with necessary arms, and provisions for five days. He put himself at their head, marching all night, with great expedition, and arrived before day within sight of the enemy. Upon his approach he ordered his soldiers to raise a loud shout to apprise the consul's army of the relief that was at hand.

The AEqui were amazed when they saw themselves between two hostile armies, but still more when they perceived Cincinnatus making the strongest entrenchments to prevent their escape, and enclosing them as they had enclosed the consul. A furious combat ensued; but the AEqui being attacked on both sides, and unable to resist or fly, begged a cessation of arms.

They offered the Dictator his own terms; he gave them their lives; but obliged them, in token of servitude, to pass under the yoke, which was made by setting upright two spears, and another across them in form of a gallows, beneath which the vanquished were to march. Their captains and generals were made prisoners of war, and reserved to adorn his triumph.

Thus having rescued a Roman army from destruction, defeated a powerful enemy, and taken and fortified their city, refusing any part of the spoils, he resigned his dictatorship after having enjoyed it but fourteen days. The senate would have enriched him, but he declined their offers, choosing to retire once more to his farm and cottage, content with temperance and fame.

But this repose from foreign invasion, did not lessen the tumults of the city. The clamors on account of the Agrarian law continued, and still more fiercely, when Sicinius Dentatus a Plebeian, advanced in years, but of an admirable person and military deportment came forward to enumerate his hardships and his merits. This old soldier made no scruple of extolling the various achievements of his youth.

He had served his country in the wars forty years, and had been an officer thirty; first a centurion, and then a tribune; he had fought one hundred and twenty battles; in which by the force of his single arm, he had saved a multitude of lives; he had gained fourteen civic1, three mural and eight golden crowns, besides eighty three chains, sixty bracelets, eighteen gilt spears, and twenty three horse trappings, whereof nine were for killing the enemy in single combat. He had received forty five wounds before and none behind.

These were his honors; yet he had never received any share of the lands won from the enemy, but continued a life of poverty, while others possessed those very territories, which his valor had gained. A case of so much hardship had a strong effect upon the multitude; they unanimously demanded that the law should pass, and that such merit should not go unrewarded.

It was in vain that some of the senators rose up to speak against it; their voices were drowned by the cries of the people. When reason could no longer be heard, passion succeeded; and the young patricians running into the throng, broke the balloting urns, and put off the Agrarian law.

1. A civic crown was given to an individual for saving the life of a fellow citizen in battle. It was so called from the word civis, citizen. A mural crown was given to him who first scaled the enemy's wall. The word is derived from murus, a wall. A golden crown was given for an act of distinguished bravery.

451-449 B.C.

The Laws of the Twelve Tables

The Laws of the Twelve Tables were collected, and it was agreed that ten of the principal Senators should be chosen annually with the power of consuls and kings, called the Decemviri1, 451 years B.C.

The commonwealth of Rome had now for nearly sixty years been fluctuating between the contending orders that composed it. The citizens complained of the arbitrary decisions of their magistrates, and wished to be guided by laws which being known, might prevent wrongs as well as punish them.

It was agreed that ambassadors should be sent to the Greek cities in Italy, and to Athens, to bring home such laws, as had been found most equitable and useful. For this purpose three senators, Posthumius, Sulpicius, and Manlius, were fixed upon.

While they were upon this embassy a dreadful plague depopulated the city. In about a year the plague ceased, and the ambassadors returned, bringing a body of laws collected from the most civilized states of Greece and Italy, which were divided into ten tables, and two more being added, made that celebrated code, called the laws of the Twelve Tables.

The tribunes required that a body of men should be chosen to digest their new laws into a proper form. It was agreed that ten of the principal senators should be elected, whose power, continuing for a year, should be equal to that of kings and consuls, and without any appeal.

Thus the whole constitution of the state at once took a new form, and a hazardous experiment was to be tried, of governing one nation by laws of another.

1. This word is compounded of two Latin words, viz. - decerm ten; and viri men.

449 B.C.

The war against the Volsci and AEqui


The arbitrary power assumed by the Decemviri, caused a tumult among the people; this occasioned an attack from the Volsci and AEqui, which was successful against the Romans.

The Decemviri being now invested with absolute power agreed to take the reins of government by turns, and that each should administer justice for a day.

These magistrates for the first year wrought with great industry, and their work being finished, it was expected they would be content to give up their offices; but havings known the charms of power, they were unwilling to resign it; they pretended that some laws were wanting to complete their design, and entreated the senate for a continuance of their offices, to which that body assented.

But they soon threw off the mask, and regardless of the senate or the people, resolved to continue themselves in the decem'virate. This was followed by new acts of oppression.

In this state of slavery, proscription, and mutual distrust, these tyrants ruled without control, being guarded not with their lictors alone, but by a numerous crowd of dependants, clients, and even patricians, whom their vices had gathered round them. The AEqui and Volscians, the constant enemies of Rome, resolved to profit by the intestine divisions of the people, and advanced within about ten miles of the city.

The Decemviri being in possession of all the military and civil power, divided their army into three parts; one com manded by Appius remained in the city to keep it in awe; the other two were commanded by his colleagues, and march ed one against the AEqui, and the other against the Sabines. The Roman soldiers shamefully abandoned their camp upon the approach of the enemy.

Never was the news of a victory more joyfully received at Rome than the tidings of this defeat. The generals were blamed for the treachery of their men; some demanded that they should be deposed, others cried out for a dictator to lead the troops to conquest; but among the rest, old Sicinius Dentatus, the tribune, spoke his sentiments with his usual openness; and treating the generals with contempt, showed all the faults of their discipline in the camp and their conduct in the field.

509 av. J.C.

Les terres publiques

Jadis, l'usage des pâturages communs et des domaines de l'Etat était un privilège attaché au droit de cité : lorsqu'un plébéien y avait part, ce ne pouvait être que par dérogation à une loi formelle. En dehors des assignations, qui en faisaient entrer des parcelles dans le domaine privé, il n'existait pas, sur le domaine public, au profit des simples citoyens, d'usages fonciers fixes à l'égal de la propriété. Aussi, tant que ce domaine resta ce qu'il était à l'origine, il dépendit du bon plaisir du roi d'en concéder ou d'en restreindre la jouissance commune. Mais, à l'avènement de la république, la règle, est renforcée aussitôt : l'usage des pâtures publiques n'appartiendra jamais qu'au citoyen du droit meilleur (optimo jure civis), au patricien.

Si le sénat, à son tour, tolère comme autrefois certaines exceptions en faveur de quelques maisons plébéiennes plus riches, et qui sont, entrées dans ses rangs, il n'en est pas pour les petits propriétaires ruraux, pour les manoeuvres de la culture, pour ceux ayant le plus besoin des jouissances usagères. Jadis, les troupeaux menés à la pâture payaient une modique redevance (scriptura), trop minime, sans doute pour que l'usage cessât d'être un privilège, mais ne laissant pas que de verser un appoint considérable dans les caisses du trésor : cette redevance, les questeurs patriciens se montrèrent négligents ou inactifs à la lever, et peu à peu elle tomba en désuétude.

Jadis et notamment quand la conquête donnait à l'Etat de nouveaux territoires, il en était fait une répartition régulière, à laquelle les pauvres citoyens, les simples domiciliés même se voyaient admis : on ne laissait en communaux que les terres impropres à la culture. Aujourd'hui l'on n'ose pas tout à fait encore supprimer les assignations, on les remplace par les occupations, qui n'est ni la concession du domaine à titre de propriété, ni sa remise à bail avec terme préfixé, et qui, laissant la jouissance privative de la terre au premier occupant et à ses ayants cause, maintient à l'Etat son droit de retrait arbitraire, et oblige le possesseur au payement envers le Trésor de la dixième gerbe ou de la cinquième partie des fruits en huile et en vin.

Mais à dater du jour où nous sommes, les occupations n'auront pas seulement pour elles l'avantage de la durée: les occupants seront tous, ou des privilégiés ou des favoris des privilégiés : enfin, les taxes de la dîme et du quint cesseront d'être exactement payées. Toutes ces innovations porteront une triple atteinte à la propriété petite et moyenne.

Ajoutez à cela les grandes cultures qui commencent à s'établir, reléguant au loin la clientèle des petits laboureurs et n'utilisant que des bras d'esclaves. Le possesseur se voit chassé de sa métairie; il devient le valet, sinon l'esclave de son créancier. Les hommes d'affaires voient s'ouvrir devant eux tout un champ de spéculations, faciles et fructueuses : ils se jettent avec ardeur dans cette voie nouvelle; tantôt devenant grands propriétaires par eux-mêmes; tantôt laissant ce nom de propriétaire et la possession de fait à l'habitant des campagnes, dont ils ont dans la main avec leur titre de créance, et la personne et les biens. La condition actuelle des paysans, écrasés d'impôts, dénués de toutes ressources, ira aussi s'aggravant chaque jour dans une proportion effrayante. La misère et le désespoir, tel est désormais le lot des classes moyennes des campagnes.

509-503 av. J.C.

Publius Valerius Publicola

Homme politique romain du VIième siècle avant J.C., illustre membre de la gens patricienne des Valerii dont l'origine remonte avec la création de la république romaine. Selon Plutarque, les Valerii seraient, peu après la fondation de Rome, à l'origine de la réconciliation entre les Sabins et les romains. Denys d'Halicarnasse indique également qu'il serait un descendant des Sabins venus avec Titus Tatius. Publius Valerius est considéré comme l'un des fondateurs de la république romaine.

Valerius laisse Lucius Junius Brutus prendre le gouvernement de la jeune république, mais vexé de n'avoir pas été choisi comme second consul (Lucius Tarquinius Collatinus ou Collatin est élu comme collègue de Brutus à sa place), il se retire de la vie publique.

Après l'abdication de Collatin et son exil de Rome, les comices centuriates réunies par Lucius Junius Brutus, élisent finalement Publius Valerius, consul en 509 av. J.C.

Avec son collègue, Valerius complète le sénat décimé par la tyrannie de Tarquin et le ramène à 300 sénateurs. Ils font partager les biens de Tarquin entre tous les citoyens romains.

Après la victoire contre Tarquin, Publius Valerius obtient le droit de triompher. Il propose à l'assemblée et fait adopter une série de lois qui lui valent le surnom de Publicola ou d'ami du peuple. Il profite de sa popularité pour réformer la constitution romaine. Sous le règne de Tarquin le Superbe, il s'acharnait à défendre la justice et à aider ceux qui en avaient besoin.

On décrète la peine de mort contre quiconque aspire à la royauté. Les licteurs des consuls doivent abaisser leurs faisceaux devant le peuple assemblé dans ses comices, et en ôter les haches dans l'intérieur de la ville. Enfin, il est établi qu'un citoyen pourrait toujours en appeler à l'assemblée du peuple des jugements rendus par les magistrats.

Ses principaux apports constitutionnels sont :

- le droit d'appel devant le peuple d'un jugement donné par un magistrat;

- la peine de mort contre tout conspirateur royaliste;

- l'impunité pour l'auteur d'un meurtre contre tout homme aspirant à la tyrannie;

- la peine de mort contre celui qui se proclame magistrat sans l'aval du peuple;

- la suppression de tout impôt;

- et l'administration du trésor publique, gardé au Temple de Saturne par les questeurs.

Tarquin le Superbe, après sa défaite à la bataille où Brutus et son fils se sont entretués, se réfugie auprès de Porsenna, roi Etrusque de Clusium qui lui promet de l'aider à récupérer son trône. Les Etrusques sont maîtres alors d'une partie considérable de l'Italie. Ils voient dans la révolution qui venait de s'opérer chez les romains un moyen de se saisir de leur ville et de tout le pays latin. Porsenna, ayant pris en main la cause des bannis, ils accourent en foule autour de ce puissant chef et Rome se voit menacée du plus grand péril qu'elle eût encore couru.

Valerius Publicola est élu une seconde fois au consulat avec Titus Lucretius Tricipitinus et une troisième fois lors de l'assaut mené par Porsenna (cf chapitre ci-dessous) contre Rome en 507 av J.C. Le roi Etrusque accepte la paix avec les romains et se retire.

Après avoir repoussé les étrusques, il entreprend une nouvelle guerre contre les sabins en 506 et 505 av J.C. qu'il défait. Cette nouvelle victoire lui apporte une nouvelle fois l'honneur du triomphe.

Il est réélu consul en 504 av J.C. pour la quatrième fois avec encore Titus Lucretius Tricipitinus comme collègue. Il reçoit un nouveau triomphe après une nouvelle victoire contre les sabins. Il encourage le futur Appius Claudius Sabinus, riche citoyen de Régille, à venir s'installer à Rome où il est reçu au sénat (il créera ainsi la gens des Claudii).

Malgré tous ces services, Valerius devient un jour suspect. Il avait une maison en pierre bâtie au-dessus du Forum, sur le mont Capitole, et quelques-uns disaient qu'il voulait en faire une forteresse pour de là opprimer la liberté publique. En une nuit, Valerius la fait démolir.

Valerius Publicola meurt en 503 av J.C.

507-506 av. J.C.

Lars Porsenna

Mucius Scaevola devant Porsenna
Charles Le Brun, Musée des Ursulines

La même année (507 av. J.C.), un nouvel assaut est mené par le roi étrusque Porsenna qui pénètre dans la cité avec ses troupes. Les romains démontent le pont Sublicus afin de les empêcher de traverser le Tibre. Les Etrusques, ayant chassé les romains du Janicule que le Tibre sépare de la ville, on voit Horatius Coclès défendre seul le pont Sublicius contre l'armée entière des Etrusques. Il donne ainsi le temps à ses compagnons de couper le pont derrière lui. Cela fait et la communication avec Rome étant interceptée, il se jette tout entier dans le fleuve, et le traverse à la nage sous une grêle de traits.

Un autre héros de cette guerre est Mucius Scaevola. Mucius résout, pour mettre fin à la guerre, d'aller poignarder Porsenna dans son camp. Il revêt un costume étrusque et pénètre dans la tente royale. Deux hommes richement vêtus s'y trouvaient, mais l'un était entouré de plus de monde. Mucius s'approche et le frappe. C'était le secrétaire qui distribuait la solde aux troupes. Conduit devant Porsenna, on l'interroge. Pendant son interrogatoire il place sa main droite sur le feu qui la calcine. "Trois cents jeunes patriciens", répond-il, "ont fait le serment de tuer le roi étrusque et tous tenteront l'entreprise jusqu'à ce que l'un d'eux réussisse". Porsenna admire et s'effraye. Peu après, il accepte de lever le siège et de repartir chez lui à condition que les romains lui cèdent la cité de Véies et lui donnent des otages. Il veut pour otages dix jeunes garçons et dix jeunes filles. Parmi celles-ci, se trouve Clélie qui s'indigne d'être aux mains de l'ennemi de son peuple. Elle persuade ses compagnes de risquer tous les périls pour recouvrer leur liberté; elles s'échappent du camp, bravent la poursuite des Etrusques et leurs flèches, se jettent dans le Tibre et le traversent à la nage.

Rome reconnaissante dressa une statue équestre à Clélie et donna à Mucius qu'on appela le Gaucher (Scaevola) autant de terres qu'il pourrait en entourer en un jour par le sillon d'une charrue. Horatius Coclès reçut aussi un vaste domaine, et dans une grande disette tous les citoyens prirent sur leur nécessaire pour subvenir à ses besoins.

Mais ces brillants récits cachent une défaite. Rome, au contraire, prise par Porsenna fut soumise par lui aux plus dures conditions. Elle ne fut tirée de la servitude qu'après que l'armée étrusque eut essayé un grand désastre dans le Latium.

En 506 av J.C., le roi Porsenna doit faire face à la révolte d'une confédération de plusieurs cités latines. Les forces latines, dirigées par Aristhodemus, gagnent la bataille d'Aricia contre Porsenna. C'est un coup décisif contre les étrusques : Rome ainsi que les cités latines ont enfin gagné leur indépendance vis à vis du royaume étrusque.

496 av. J.C.

La dictature

A peine délivrée des Etrusques, Rome a à combattre les Sabins. Elle en triomphe; mais ces guerres continuelles, que les soldats romains sont obligés de faire à leurs frais, épuisent leurs ressources. Ils contractent bientôt des dettes, et comme l'intérêt de l'argent est alors à un taux énorme, l'usure ruine les plébéiens et la ruine les mène à l'esclavage, même à la mort; car une loi cruelle reconnaissait au créancier le droit de faire du débiteur insolvable, son esclave. S'il y a plusieurs créanciers, ils peuvent vendre le débiteur pour se partager le prix, ou même le tuer et couper son corps dont chacun prenait un morceau.

Les plébéiens demandent d'abord que le sénat soulage leur misère en déclarant les dettes abolies (cf la révolte du mont Sacré), puis n'ayant rien obtenu, ils refusent de servir dans les légions. Pour vaincre cette résistance, le sénat crée une magistrature extraordinaire, investie de pouvoirs illimités (imperium). C'est la dictature.

Les deux consuls élus cèdent la place à un magistrat unique, le maître du peuple ou le dictateur (magister populi, dictator). Le peuple n'a pas part à son choix, dont les seuls consuls ont le privilège. Il est nommé par l'un des consuls, le sénat l'approuve ensuite. Par ailleurs, il est choisi parmi les anciens consuls. Il reçoit tous les pouvoirs (imperium), les pouvoirs des autres magistrats sont alors suspendus sauf ceux des Tribuns de la plèbe. L'appel de ses décisions n'a lieu, comme au temps des rois, que quand il l'autorise. Dès qu'il est nommé, les autres dignitaires demeurent sans pouvoirs propres et lui obéissent en tout : pour respecter le principe républicain de collégialité des magistratures, il doit désigner son maître de la cavalerie (magister equitum) comme chef d'état-major, institué spécialement pour les temps de trouble ou de danger de guerre, qui rendent nécessaire la levée de tous les citoyens portant les armes. Dans le fait et dans la pensée même qui présida à la création de cette fonction souveraine, la dictature ne diffère de la royauté que par la brièveté de sa durée (le dictateur n'étant nommé que pour six mois au plus) et que par cette autre circonstance, résultat nécessaire d'un pouvoir créé pour des temps exceptionnels, qu'il n'a pas à se désigner de successeur.

Le dictateur marche précédé de vingt-quatre licteurs qui dans Rome même gardent les haches dans les faisceaux (les douze licteurs qui escortent chaque consul lui sont attribués). Il a droit de vie et de mort sur tous les citoyens.

496 av. J.C.

La guerre contre la ligue latine

La ligue latine avait été créée au Vième siècle av. J.C. Elle regroupait environ 30 villages et tribus du Latium dans un objectif de défense mutuelle. Au début, la ligue empêcha l'annexion du Latium par les rois étrusques.

Abandonné par Porsenna, Tarquin soulève le Latium, grâce à l'appui de son gendre Octavius Mamilius, dictateur de Tusculum. Rome se trouve de nouveau en péril. C'est le prétexte que prennent les patriciens pour instituer la dictature. Le peuple effrayé s'enrôle et marche contre les Latins. L'action s'engage près du lac Régille (496 av. J.C.).

Le récit de cette campagne a été rempli par la tradition de circonstances merveilleuses. On avait vu, disait-on, deux jeunes guerriers, d'une haute stature, montés sur des chevaux blancs, marcher à la tête des légions, et, les premiers, franchir les retranchements ennemis. Mais quand le dictateur, Aulus Postumius, voulut leur donner les colliers d'or et les riches présents promis à ceux qui entreraient les premiers dans le camp royal, ils avaient disparu. Le soir même on vit à Rome deux héros, couverts de sang et de poussière, qui lavèrent leurs armes à la fontaine de Juturne et annoncèrent au peuple la victoire. C'étaient Castor et Pollux.

La victoire est sanglante. Des deux côtés la plupart des chefs périssent. Le dernier fils de Tarquin succomba ainsi que Octavius Mamilius, son gendre. Le vieux roi lui même, blessé d'un coup de lance, ne survécut que pour aller achever une vieillesse misérable auprès d'Aristodème, tyran de Cume (495 av. J.C.). La république romaine, menée par le dictateur Aulus Postumius Albus, conclut un accord de paix (le foedus cassianum) qui permet à la ligue et à Rome une assistance militaire mutuelle contre les peuples hostiles tels que les Eques et les Volsques. Graduellement, Rome s'efforce d'étendre son contrôle sur la ligue.

496-494 av. J.C.

494 av J.C. : la révolte du mont Sacré

la révolte du mont Sacré
la révolte du Mont Sacré
B. Barloccini

La victoire du Lac Régille en rassurant pour jamais les patriciens contre le retour des Tarquins, les rendent plus orgueilleux et plus durs. Les riches et les pauvres sont désormais en présence : leur lutte toutefois ne se confond en rien avec l'antagonisme que la constitution a créé entre les familles nobles et les plébéiens. Les patriciens sont riches et propriétaires terriens pour la plupart; mais il ne manque pas non plus, parmi les plébéiens, de familles riches et considérables. Une grande partie des plébéiens est endetté, et les lois romaines sont cruelles contre les débiteurs. Or l'armée romaine est composée de citoyens, majoritairement plébéiens.

La première crise éclate, non parmi les victimes des privilèges, mais bien parmi les classes souffrantes. Les Annales placent la révolution politique en l'an 244 de Rome (509 av. J.-C.), la révolution sociale en 259 et 260 de Rome (495 et 494 av. J.C.). On raconte que les classes pauvres, exaspérées par les rigueurs des créanciers, perdirent enfin patience. En 259 (495 av. J.C.), une nouvelle guerre contre les Volsques est imminente. Une levée étant devenue nécessaire pour les besoins d'une guerre difficile, les hommes appelés sous les armes refusent de partir. Force est alors au consul Publius Servilius de suspendre provisoirement la loi en matière de poursuites, de mettre en liberté les individus incarcérés, et d'empêcher les arrestations pour dettes. Les hommes des camps se rendent alors sous les drapeaux et concoururent à la victoire contre les Volsques; mais en revenant des combats, ils retrouvent leurs prisons et leurs chaînes.

Le second consul Appius Claudius s'oppose de toutes ses forces aux accords négociés par son collègue, Servilius et la plèbe, et prête impitoyablement main forte aux lois sur le crédit : finalement rien ne change ! En vain les soldats se réclament de son collègue; celui-ci ne peut les défendre. Il semble que l'institution de la double magistrature avait moins eu en vue la protection des intérêts populaires que la violation plus facile de la promesse donnée, et que la consolidation du despotisme. Quoi qu'il en soit, le peuple souffre. Mais la guerre ayant recommencé contre les Volsques et aux Eques, la parole du consul n'est plus écoutée (495 av. J.C.). Il faut un dictateur : Manius Valerius est nommé. Les paysans romains se soumettent, moitié par respect pour l'autorité suprême, moitié par la confiance envers les opinions populaires de Valerius.

Le dictateur appartient en effet à l'une de ces anciennes et nobles familles où les fonctions publiques sont tenues à droit et à honneur sans constituer une sorte de bénéfice. La victoire demeure fidèle aux aigles romaines: les Volsques, les Eques et les Sabins sont vaincus et la ville Volsque de Velitrae est annexée; mais quand au retour des vainqueurs le dictateur s'en vient proposer au sénat ses plans de réforme, tous ses efforts se brisent contre des refus opiniâtres. L'armée est là, tout entière réunie, comme de coutume, devant les portes de la ville. A la nouvelle du rejet de ses voeux, l'orage longtemps amoncelé éclate : l'esprit de corps, l'organisation des cadres militaires, tout concourt à faciliter la révolte; les timides et les indifférents seront tous entraînés. L'armée quitte ses chefs et son camp; et, sous la conduite des commandants des légions, des tribuns militaires, plébéiens pour la plupart, elle s'en va sans se débander dans le pays de Crustumère, entre le Tibre et l'Anio; s'y installe sur une colline (le Mont Sacré)1, et fait mine de fonder une ville plébéienne dans l'une des régions les plus fertiles du territoire romain (494 av. J.C.).

Rome se trouve déserte. La sécession du peuple est, pour les plus incorrigibles de ses oppresseurs, la démonstration trop certaine des conséquences d'une guerre civile. La ruine est au bout, pour eux-mêmes, pour tous; et le sénat doit céder. Les patriciens effrayés députent aux soldats dix consulaires parmi lesquels Menenius Agrippa. Menenius Agrippa conte aux plébéiens l'apologue des membres et de l'estomac. "Les membres", dit-il, "s'imaginant un jour que l'estomac jouissait sans rien faire du fruit de tous leurs efforts, refusèrent de travailler pour lui; mais bientôt ne recevant plus eux-mêmes la nourriture et la force qu'il leur distribuait, alanguis, épuisés, ils sentirent que la vie allait leur échapper, s'ils persistaient dans leur révolte." La fable est comprise, on traite. Les sénateurs accordent que tous les esclaves pour dettes seront affranchis, et les débiteurs insolvables libérés. Les citoyens reviennent dans la ville : la concorde et l'union semblent être rétablies. Alors, le peuple donne le nom de Mont Sacré, à la colline de l'Anio, illustrée par la sécession. Le peuple est fier d'une telle victoire, et en garde la mémoire. Ses résultats continueront jusque pendant de longs siècles; elle a enfanté le tribunat populaire.

1. Crustumère, (Crustumerium, auj. Monte-Rotondo) était au N.-E. de Fidènes ou Castel-Giubileo, dans la Sabine. On croit retrouver l'emplacement du Mont-Sacré un peu à l'Est de ce point, entre les deux rivières.

493 av. J.C.

Les tribuns et les édiles

Pour donner aux sécessionnistes un gage d'amnistie au lendemain de leur manquement au serment militaire, le dictateur, Manius Valerius en fait jurer le maintien par tous les membres de la cité, individuellement; puis, il la fait déposer dans le temple de Cérès sous la garde et la surveillance de deux fonctionnaires expressément désignés par le peuple, les deux édiles (aediles ou gardiens des édifices). Le dictateur fait voter une loi qui institue en face des deux consuls patriciens, deux tribuns plébéiens (TRIBUNS) (493 av. J.C.) élus par les curies. Leur pouvoir cesse hors de la ville, où seul a force le commandement militaire des dictateurs ou des consuls (imperium) : mais à l'intérieur, en face des attributions civiles et régulières, telles que les exercent aussi les consuls, ils ont une situation absolument indépendante, sans que pour cela les pouvoirs soient en rien partagés. Les tribuns du peuple ont droit, d'une part, d'annuler par leur opposition personnelle et interposée dans les délais légaux, toute décision d'un magistrat (consul,...) faisant grief à un citoyen quelconque : d'un autre côté, leur compétence est illimitée en matière de justice criminelle, et ils vont, en cas d'appel, défendre leur sentence devant l'assemblée du peuple. Ce privilège les conduit à un autre : on les voit bientôt porter la parole devant le peuple, et proposer les plébiscites à son vote.

La puissance tribunitienne (tribunitia potestas) est donc en droit d'arrêter à son gré et la marche de l'administration, et l'exécution des jugements : elle peut permettre au redevable du service militaire de se soustraire impunément à l'appel : elle empêche ou fait cesser l'arrestation du débiteur, la détention du prévenu : son action, enfin, touche à toutes choses. De plus, comme l'absence du protecteur du peuple peut rendre parfois le recours illusoire, il lui est défendu par la loi de passer même une seule nuit hors des murs de la ville; jour et nuit, sa porte reste ouverte. En vertu de leur fonction comme juges, ils peuvent mander par leurs appariteurs (Viatores), et devant leur tribunal tout citoyen, quel qu'il soit, le consul en fonctions lui-même; le faire appréhender au corps, en cas de contumace, le mettre en détention préventive, ou exiger une caution, enfin, prononcer la peine capitale ou l'amende.

Les deux édiles populaires, créés en même temps qu'eux les assistent, à titre d'officiers et d'auxiliaires, et de même, ils ont à leurs côtés les décemvirs judiciaires (judices decemviri, ou comme on les appellera plus tard, decemviri litibus judicandis), dont la compétence n'est pas bien connue. Pour ce qui est des édiles plébéiens, leur juridiction, semblable à celle des tribuns, s'applique plus particulièrement aux procédures de moindre importance, et ne comportant que l'amende simple. Les tribuns n'ont pas l'imperium militaire auquel seul est attaché le droit de convoquer les centuries. Mais, comme il est de toute nécessité qu'ils puissent, en cas d'appel, aller défendre leur sentence devant le peuple assemblée; et comme par la suite, il importe de les mettre hors de la dépendance des magistrats, on imagine à leur profit un mode nouveau de votation, le vote par tribus.

Or les quatre anciennes tribus, comprenant la ville et tout son territoire, ne peuvent plus cadrer avec le système actuel; elles sont trop étendues, et en nombre pair. Le territoire est donc partagé en vingt et un nouveaux districts (259 av. J.-C.), dont les quatre premiers représentent les anciennes circonscriptions de la ville et de ses environs immédiats; dont seize autres englobent les campagnes, sur la base des Pagi occupés jadis par les familles anciennes, et conformément aux divisions du territoire romain primitif; et dont le dernier, enfin, le district Crustumérien, tire son nom du lieu même ou s'était faite tout récemment la sécession plébéienne. Les votants, dans les centuries et dans les tribus, sont au fond les mêmes; ils se composent de tous les domiciliés: mais ici cesse la distinction entre grands et petits propriétaires : la noblesse ne vote plus la première, et l'assemblée elle-même, présidée par les tribuns, revêt tout d'abord un caractère d'opposition manifeste.

La juridiction des tribuns et des édiles, et la sentence portée sur l'appel déféré à l'assemblée des tribus seront expressément réglementées par la loi, tout comme l'étaient la juridiction des consuls ou des questeurs, et la sentence des centuries, en cas de provocation. Mais les crimes d'Etat et les contraventions de police administrative n'ont pas encore reçu leur définition légale; les limites des délits sont difficiles à poser, pour ne pas dire impossibles; et la justice en cette matière dégénéra forcément en un pur arbitraire. L'idée du droit ira se troublant au milieu des luttes intestines entre les classes et les chefs donnés aux partis par la loi politique, se faisant concurrence dans les choses même de la justice, celle-ci devient plutôt une affaire de police, sans règles certaines et préfixées. Les hauts magistrats seront les premiers atteints. Dans l'esprit de la constitution, ceux-ci, tant qu'ils sont en activité, n'ont pas à répondre devant aucune juridiction: ils demeurent irresponsables en tant qu'ils auraient agi comme fonctionnaires, et dans les limites de leurs attributions. Jusque dans l'institution et l'organisation de l'appel, ce principe avait été respecté. Aujourd'hui, la puissance tribunitienne est créée; et par elle, aussitôt, ou un peu plus tard, un contrôle s'établit sur toutes les magistratures, contrôle d'autant plus redoutable, que ni le crime ni la peine n'ont de définition ou de sanction dans la loi écrite. En résumé, la concurrence des juridictions consulaires et tribunitiennes livre tous les citoyens à la décision souveraine et arbitraire des assemblées des partis.

Les tribuns n'ont aucun ornement sur leur costume, aucun signe extérieur qui les distingue de la foule, mais leur personne est inviolable et sacrée. Ils ne disposent aucun des pouvoirs traditionnels des magistrats de Rome : ils ne peuvent pas prendre les auspices et n'ont pas l'imperium. Leur fonction est collégiale : ils ont chacun le même pouvoir, et peuvent s'opposer à l'action de l'un de leur collègue, leurs pouvoirs s'annulant alors : c'est la prohibitio.

Leur puissance tribunitienne est inviolable (sacrosanctus) : leur personne est en protection de la toute-puissance des consuls. Ce pouvoir considérable peut s'exercer par le tribun lui-même ou par le citoyen menacé qui fait appel au tribun. Celui-ci fait intercesso.

De plus, les tribuns n'ont qu'à dire le mot veto, pour suspendre les décisions du sénat et des magistrats. Représentants des pauvres, il leur est interdit de sortir de la ville pendant l'année de leur charge, et les portes de leur maison doivent rester ouvertes nuit et jour, afin qu'on puisse toujours invoquer leur protection. Dès lors l'histoire intérieure de Rome ne sera plus que la lutte des plébéiens dirigés par leurs tribuns contre les patriciens qui ont à leur tête le sénat et les consuls.

493 av. J.C.

La législation

Consul romain

A la concurrence de juridiction s'ajoute ensuite la concurrence des initiatives légiférantes. Le tribun, qui va d'abord défendre sa sentence criminelle devant le peuple, est volontiers conduit à le convoquer, à lui parler ou faire parler pour un tout autre objet. La faculté légale lui en est confirmée par la loi Icilia (262 de Rome (492 av. J.-C.)), portant une peine sévère contre quiconque l'interrompt dans ses discours, ou tente de dissoudre l'assemblée. Les plébiscites (plebi-scita, ce qui a plu au peuple) ne sont pas par eux-mêmes des décrets ayant force de loi; ils ne sont rien de plus que ne sont les décisions, ou les avis, de nos meetings modernes. La loi Icilia elle-même, pour choisir un exemple, est sortie d'un plébiscite.

Telle est l'institution des tribuns du peuple, protecteurs légaux de l'individu en même temps que guides et conducteurs des masses, et investis d'une juridiction illimitée, dans les matières pénales. Pour imprimer une énergie plus grande encore à leur pouvoir, on les déclara en dernier lieu inviolables (sacrosancti). Le peuple entier, citoyen par citoyen, avait juré pour lui, pour ses enfants, de les défendre. Les attaquer c'est se livrer à la colère des dieux; se mettre hors la loi et au ban d'excommunication des hommes.

Les tribuns du peuple (tribuni plebis), créés à l'instar des tribuns militaires, en ont emprunté le nom; mais, c'est là leur seule ressemblance avec eux. Par leurs attributions, ils se rapprochent bien plutôt des consuls. L'appel interjeté du consul au tribun, le droit d'intercession contre les actes consulaires sont identiques à l'appel interjeté d'un consul à l'autre; et à l'intercession de l'un d'eux contre les actes de son collègue. Le nombre primitif des tribuns, nombre accru bientôt il est vrai; la durée annale de leur charge, prenant fin au 10 décembre; leur inamovibilité; tout, chez eux, ressemble aux institutions consulaires : tout, jusqu'à ces privilèges existant de collègue à collègue, en vertu desquels chaque consul, chaque tribun, revêt la plénitude des pouvoirs; en vertu desquels aussi, en cas de conflit entre les magistrats du même titre, force reste au veto d'un seul sans tenir compte des autres voix. Quand un tribun dit non, il arrête les volontés de tous ses collègues, et, quand il accuse, chacun d'eux peut fermer la route à son accusation.

Consuls et tribuns ont également et concurremment la juridiction criminelle. Si les premiers ont à leur côté les deux questeurs, les seconds ont les édiles1. Les consuls appartiennent au patriciat : nécessairement les tribuns sortent du peuple : tous sont pris dans les rangs des citoyens, mais tandis que les consuls commandants en chef de l'armée s'élisent dans les comices par centuries, ceux-ci, qui n'ont pas l'imperium (ou commandement militaire), sont nommés dans les assemblées purement civiles des curies. Les consuls ont un pouvoir actif plus complet, les autres l'ont plus indéfini : le consul s'arrête devant le veto du tribun; il est son justiciable : le tribun, au contraire, ne lui doit rien.

Ainsi la puissance tribunitienne est l'image de la puissance consulaire; elle est, de plus, sa contrepartie. La puissance consulaire est positive, celle des tribuns est négative. C'est pour cela que les consuls seuls sont magistrats, c'est-à-dire ayant le commandement; c'est pour cela que, seuls, ils se montrent en public revêtus des insignes et du cortège qui siéent aux chefs de la cité. Les tribuns ne sont pas magistrats : ils siègent sur un banc et non sur la chaise curule : ils n'ont ni licteurs, ni bande de pourpre à leur toge, ni insignes de magistrature; ils n'ont enfin, dans le conseil de la Cité (curia, sénat), ni place, ni vote. Institution singulière où le droit absolu du veto s'érige carrément en face du commandement illimité; où, pour arriver à l'apaisement des haines intestines, les antagonismes des classes pauvres et des classes riches vont recevoir une organisation complète et tranchée. Sur un signe de l'un des chefs de l'opposition, élevé sur son trône populaire, la machine gouvernementale court le risque de se voir soudain arrêtée.

La guerre civile ainsi organisée, suit son cours. Les partis sont en face les uns des autres, rangés en bataille, avec leurs chefs à leur tête. D'un côté, le peuple voulant l'amoindrissement du pouvoir consulaire et l'agrandissement de la puissance tribunitienne; de l'autre, l'aristocratie visant à la ruine du tribunat : les plébéiens ayant pour armes l'insubordination légale, avec son impunité désormais assurée, le refus de l'appel militaire, les actions tendant à l'amende ou aux condamnations corporelles contre tout fonctionnaire coupable d'attentat aux droits des citoyens, ou tombé sous le coup de leur déplaisir : les nobles leur opposant la force qu'ils ont encore en main, les intelligences avec l'ennemi du dehors, au besoin même le poignard du meurtrier. On en vient bientôt aux combats dans la rue, aux attaques directes contre les personnes des hauts magistrats. La tradition rapporte que des familles entières quittèrent alors la ville et allèrent chercher une plus paisible existence dans les Etats voisins.

1. De toute évidence, l'institution des édiles plébéiens répond à celle des questeurs patriciens, comme les tribuns du peuple répondent aux consuls sortis du patriciat. Ce fait ressort, et des attributions criminelles de l'édilité et de la questure; où la compétence est la même, si les tendances diffèrent; et de leurs attributions relatives à la garde des archives. Le temple de Cérès est, pour les édiles, ce que le temple de Saturne est pour les questeurs. Ils en tirent même leur nom (oedes, édifice, sanctuaire). Il faut noter comme très remarquable la loi de l'an 305 de Rome (449 av. J.C.) (Tite-Live, 3, 55) ordonnant pour l'avenir le dépôt des sénatus-consultes dans le temple de Cérès sous la garde des édiles alors que toujours, comme on sait et même après la réconciliation entre les ordres, ces décisions avaient été exclusivement portées dans le temple de Saturne et confiées aux questeurs. Nous admettons aussi que le peuple (plebs) a eu sa caisse, gérée de même par ces édiles. On le doit supposer, à voir l'usage auquel ceux-ci appliquaient les amendes (multae) versées dans leurs mains mais ce n'est là qu'une probabilité et non une certitude.

486 av. J.C.

La loi agraire de Spurius Cassius

Les terres enlevées par les légions aux peuples qu'elles avaient vaincus forment ce qu'on appelle le domaine public du peuple romain. Pour tirer un revenu de ces terres le sénat les loue au plus offrant. Ce sont les riches patriciens qui les prennent en ferme mais bientôt avec la connivence du sénat, le prix du fermage n'est plus payé et les terres publiques deviennent des propriétés particulières.

Spurius Cassius veut abattre la toute puissance des riches patriciens, et couper court ainsi à la source du mal; Spurius est patricien : nul, dans le patriciat, ne le dépasse par le rang ou par l'illustration. Deux fois triomphateur, et consul pour la troisième fois (268 de Rome (486 av. J.C.)), il fait dans l'assemblée du peuple une motion tendant à un arpentage général des terres publiques, à leur location par bail au profit du Trésor, pour partie, et, à leur partage entre tous les nécessiteux, pour le surplus. En d'autres termes, il veut enlever au sénat la faculté de disposer du domaine, et, s'appuyant, sur la masse des citoyens, il s'efforce de mettre fin au système égoïste des occupations. Une partie de ces terres sera ainsi partagée entre les nécessiteux et les fermiers paieront régulièrement la redevance pour ce qui leur serait laissé : c'est la première des lois agraires (486 av. J.C.).

Il espère, sans doute, que sa réputation personnelle, que la justice et la sagesse de ses propositions seront assez puissantes pour vaincre les passions orageuses et les défaillances des partis : il se trompe; la noblesse se lève comme un seul homme, les plébéiens riches marchent avec elle : le commun peuple lui-même se montre mécontent, parce que, suivant en cela la justice et le droit fédéral, Cassius avait aussi réclamé pour les alliés latins leur part dans les assignations proposées.

Cassius doit mourir; peut-être est-il vrai, comme on l'a dit, qu'il avait aspiré à la royauté. En réalité, il avait voulu, comme les rois, protéger les petits citoyens contre les excès de sa propre caste. La loi agraire sera enterrée avec lui : il est condamné à être battu de verges et frappé de la hache (486 av. J.C.).

477 av. J.C.

Les Fabius au Crémère

La mort de Cassius est une défaite pour les plébéiens. Un grand désastre public sera pour eux l'occasion d'un succès. Rome et Véies sont en guerre depuis plusieurs années sans qu'aucun des belligérants aient réussi à prendre le dessus. Les Fabius, contraints de s'exiler de Rome, étaient allés, au nombre de trois cent six, avec leurs quatre mille clients se poster en face des Véiens, sur les bords du fleuve Crémère, où ils soutiennent quelque temps avec leurs seules forces tout le poids de la guerre (477 av. J.C.). Vainqueurs en plusieurs rencontres, ils se laissent à la fin attirer dans une embuscade, et périssent tous sans que le consul Menenius qui se trouve dans le voisinage avec une armée, ne fît rien pour les sauver. Un seul Fabius, laissé à Rome à cause de son bas âge (Quintus Fabius Vibulanus), empêchera l'extinction de cette illustre lignée.

493-488 av. J.C.

Coriolan et la guerre contre les Volsques

Coriolan supplié par les siens
Nicolas Poussin, musée Nicolas-Poussin

Caius Marcius appartient à la famille patricienne des Marcii, descendants d'Ancus Marcius, quatrième roi de Rome.

Il avait participé à la bataille du lac de Régille (496 av. J.C.) en accompagnant le dictateur romain Aulus Postumius Albus contre les latins d'Octavius Manilius et de Tarquin le Superbe.

On le surnomme Coriolan (Coriolanus) parce qu'il avait pris la cité Volsque de Corioles1 en 493 av. J.C. Rome lui offre comme récompense beaucoup d'argent et un grand nombre de prisonniers mais il refuse tout, à l'exception d'une couronne et d'un cheval de guerre.

Il s'était violemment opposé à la plèbe lors de la révolte du Mont Sacré (494 av. J.C.). Son opposition systématique contre le peuple l'empêche d'être élu Consul. En 263 de Rome (491 av. J.C.), mécontent de l'échec de sa candidature pour le consulat, dans les comices des centuries, il aurait, dit-on, proposé de suspendre la vente des blés tirés des magasins de l'Etat, et d'arracher aux souffrances d'un peuple affamé l'abolition de l'institution tribunitienne (les Tribuns de la Plèbe nouvellement crées). Le Sénat refuse de le suivre dans sa proposition.

Il est accusé de trahison par les Tribuns de la Plèbe; il est exilé de Rome et part se réfugier chez le chef des Volsques, Attius Tullius. Attius lui offre le commandement de ses forces militaires malgré le fait qu'il ait saccagé quelques années plus tôt la ville de Corioles.

Coriolan revient à la tête d'une armée Volsque : mais au moment de conquérir sa patrie pour le compte de l'ennemi, sa conscience se serait émue devant les reproches de sa mère (490 av. J.C.). Coriolan cède aux prières de sa propre mère, lève le siège et se retire.

1. Coriola ou Corioli, au sud-ouest d'Albe la Longue, appartenant aux Volsques. - Nibby la place sur le Monte-Giove.

460-430 av. J.C.


Cincinnatus abandonne sa charrue
pour dicter les lois de Rome

Juan Antonio Ribera

Consul romain en 460 av J.C. et dictateur à deux reprises en 458 et en 439 av J.C. En 460 av. J.C., la crise sociale entre les patriciens et les plébéiens continue de perturber la cité à la différence près qu'aujourd'hui les sabins se sont mêlés au conflit. Le capitole est occupé par une armée d'esclaves et d'exilés avec à leur tête le sabin Appius Herdonius.

A la mort du consul Publius Valerius Publicola, Cincinnatus est élu consul au côté de Caius Claudius Sabinus Regillensis. Il est d'origine patricienne et s'oppose systématiquement aux tribuns de la plèbe. La situation politique se détériore à tel point que son propre fils est condamné par les tribuns de la plèbe et doit s'exiler chez les étrusques. Après son mandat, il se consacre désormais à la culture de ses terres et s'éloigne de la vie politique romaine.

En 458 av J.C., une guerre éclate entre Rome, les Eques et des sabins qui rompent les traités de paix. Le consul Caius Nautius Rutilus mène la guerre contre les sabins et ravage leur territoire; en revanche son collègue Lucius Minucius Esquilius Augurinus est assiégé par les Eques. La situation est catastrophique. Face à la menace que représentent les Eques, les sénateurs viennent supplier Cincinnatus d'accepter le commandement suprême. Il accepte, le sénat le nomme dictateur. Il libère le consul, assiège et bat les Eques à la bataille du Mont Algide. La cité célèbre un triomphe en son honneur. Cincinnatus quitte la vie politique au sommet de sa gloire. Il ne profite pas de sa forte notoriété pour se venger des tribuns de la plèbe qui avaient expulsé son fils. Au contraire, il abdique et retourne cultiver ses terres.

En 444 av J.C., la Lex Canuleia supprime l'interdiction de mariage entre les plébéiens et les patriciens. Le tribun de la plèbe, Caius Canuleius fort de cette victoire en profite pour proposer une loi accordant aux plébéiens l'accès au consulat. Les débats font rage au Sénat et la guerre civile est une nouvelle fois proche. Finalement, afin de satisfaire toutes les parties, une solution est trouvée : c'est la création des tribuns militaires à pouvoir consulaire, patricien ou plébéien, remplaçant les consuls.

Ainsi les nobles, en dépit de leurs efforts opiniâtres, perdent du terrain tous les jours, leur haine croissant à mesure que diminue leur puissance. Ils ne se feront pas faute d'attenter souvent à ces droits qu'ils avaient reconnus au peuple par des conversations expresses; mais leurs attaques ressemblent plutôt aux actes irréfléchis d'une rancune impuissante qu'aux manoeuvres savantes d'une tactique de parti.

Ainsi en fut-il du procès fait à Moelius. Spurius Moelius, riche plébéien, avait, durant une disette rigoureuse (315 de Rome/439 av. J.C.), acheté avec sa fortune du blé et du pain pour nourrir la population. Celà faisait tort à l'administration de l'intendant des vivres publics (proefectus annonae), le patricien Gaius Minucius. Celui-ci, irrité, l'accusa de viser à la royauté.

Disait-il vrai ? Nous l'ignorons. Nous avons peine à croire qu'un homme qui n'avait pas même encore été tribun du peuple, ait pu songer sérieusement à se faire tyran. Quoi qu'il en soit, les hauts dignitaires prendront la chose au sérieux: le cri de haro contre la royauté a toujours entraîné la foule à Rome. Titus Quinctius Capitolinus, élu consul (en 439 av J.C.) pour la sixième fois avec son collègue Menelius Agrippa, propose une nouvelle fois à Cincinnatus la dictature pour empêcher la révolution, avec pouvoir de juridiction sans appel, ce qui était une violation ouverte des lois récemment jurées. Cincinnatus a 80 ans et malgré son âge, accepte. Moelius, mandé, fait mine de se soustraire à la citation donnée: il sera tué par le maître de la cavaleris du dictateur, Gaius Servilius Ahala.

La maison de Moelius fut rasée, le grain emmagasiné par lui, distribué gratis au peuple, et l'on se défit de tous ceux qui menaçaient de le venger. Ce meurtre judiciaire restera donc impuni.

Une fois de plus, Cincinnatus démissionne de son mandat juste après la fin de sa mission. Il meurt vers 430 av. J.C. à 90 ans.

451-449 av. J.C.

Les décemvirs

Les luttes entre les plébéiens et les patriciens ne s'arrêtent pas. Les coutumes de Rome ne sont pas écrites et laissent par conséquent beaucoup de latitude à l'arbitraire. Conférer au plus humble l'égalité devant la loi au moyen d'institutions plus régulières et plus efficaces, n'est-ce pas du même coup rendre le tribunat inutile? En vertu de la motion du tribun Gaius Terentilius Arsa en 461 av. J.C., une commission de cinq citoyens (quinqueviri) est nommée, avec charge de réunir en un corps du droit civil les lois que les consuls seront tenus de suivre à l'avenir, lorsqu'ils rendront la justice. Dix années s'écouleront avant que la motion ne reçoive son exécution; dix années de combats acharnés entre les ordres, de troubles intérieurs, ou de guerres au dehors. L'obstination est égale des deux parts, le parti du gouvernement empêchant à tout prix le projet de loi de passer; et le peuple s'entêtant à nommer toujours les mêmes hommes au collège des tribuns.

On se fait des concessions pour ramener la paix; en 297 de Rome (457 av. J.C.), les tribuns du peuple seront portés de cinq à dix. L'année suivante, le plébiscite Icilien, ordonne que l'Aventin, jusque là consacré au culte, et inhabité, serait divisé en parcelles à bâtir, et donné à titre héréditaire aux plus pauvres citoyens. Le peuple prend ce qu'on lui donne; puis il continue à réclamer des lois. Enfin, en l'an 300 (454 av. J.C.), l'accord est conclu : il doit être procédé à la rédaction du code; et une ambassade (Spurius Postumius Albus Regillensis, Aulus Manlius Vulso et Servius Sulpicius Camerinus Cornutus) doit se rendre d'abord en Grèce pour en rapporter les lois de Solon et les autres lois helléniques. Au retour des ambassadeurs (303 (451 av. J.C.)), dix nobles (dix anciens consuls) seront nommés décemvirs (à cause de leur nombre; le principal d'entre eux est un patricien illustre, Appius Claudius), élus par les comices par centuries avec pour mission de rédiger les lois romaines; ils auront l'autorité suprême aux lieux et places des consuls (decemviri consulari imperio legibus scribundis): le tribunat est suspendu ainsi que le recours par appel; et les nouveaux magistrats s'obligeront seulement à ne pas attenter aux libertés jurées du peuple. Ils reçoivent ainsi un pouvoir absolu, suspendant celui des consuls et des tribuns de la plèbe.

Il semble qu'on soit alors convaincu de l'impossibilité de prolonger une situation où l'anarchie officielle et permanente conduit forcément à la ruine de l'Etat; sans aucun profit pour personne. Les immixtions des tribuns dans l'administration, les accusations continuelles dirigées par eux contre les fonctionnaires sont la source d'un mal incessant : le seul bien fait qu'ils ont apporté au petit citoyen, c'est de lui avoir ouvert un recours contre la justice partiale et passionnée du patriciat : comme une sorte de tribunal de cassation, ils tiennent en bride l'arbitraire de la haute magistrature.

Nul doute qu'en concédant aux plébéiens la rédaction du Code des lois, les patriciens n'aient exigé, en échange, l'abolition du tribunat, devenant désormais un rouage inutile; et tout semble indiquer, entre les deux partis, l'existence d'une convention de ce genre. Comment les choses devaient-elles être réglées, après la publication du code ? Nous ne le savons pas bien; il se peut même que le compromis ne l'ait pas clairement précisé. Dans la pensée commune, les décemvirs devaient, à leur retour, proposer au peuple de renoncer à ses tribuns, remettant désormais aux consuls une compétence juridictionnelle, non plus comme autrefois, arbitraire, mais déterminée par la lettre de la loi écrite. Un tel plan, s'il a existé, était sage; mais les esprits agités par la passion politique, accepteraient-ils cet arbitrage de paix ?

451-449 av. J.C.

Les lois des XII Tables

Consul romain
Romains examinant les douze tables

Les décemvirs de l'an 303 de Rome (451 av. J.C.), apportent leur projet de loi devant le peuple, qui le vote, et veut qu'il soit gravé sur dix tables d'airain, puis attaché dans le Forum, à la tribune aux harangues, devant la curie. Toutefois, des additions paraissant nécessaires, dix autres décemvirs seront élus pour l'an 304 (450 av. J.C.), lesquels doivent compléter la loi en rédigeant deux tables supplémentaires. Ainsi sera promulguée la loi fameuse des XII Tables, le premier et l'unique code de Rome. Issue d'une transaction entre les deux partis, elle n'apporte pas, dans le droit préexistant, des innovations bien profondes, ou dépassant, en tant que règlements de police, la mesure des nécessités du moment.

En matière de crédit, par exemple, les XII Tables se contentent d'adoucir le sort du débiteur, en fixant un taux assez bas, au maximum de l'intérêt des capitaux (10 pour 100); en menaçant l'usurier d'une peine sévère, plus sévère même que la peine du vol : c'est là un de leurs traits caractéristiques. Mais les rigueurs de la procédure ne sont pas modifiées dans leurs principales formalités. Encore moins y est-il question de changements dans l'état et le droit des divers ordres. Les domiciliés se distinguent toujours de ceux qui ne sont pas établis. Les mariages entre les nobles et les plébéiens sont de nouveaux interdits; enfin, pour mieux circonscrire les pouvoirs jadis arbitraires du magistrat, et, pour assurer au peuple les garanties qui lui sont dues, il est expressément écrit que la loi ancienne le cède à la loi nouvelle et, qu'il ne sera plus voté de plébiscite contre un seul individu1. Une autre disposition non moins remarquable, l'appel au peuple assemblé dans les tribus est interdit en matière capitale : l'appel devant l'assemblée centuriate demeure autorisé, ce qui justement s'explique par la suppression de la puissance tribunitienne, et conséquemment de la juridiction criminelle des tribuns. L'importance politique des XII Tables réside donc bien moins dans les innovations de leur texte, que dans l'obligation expressément imposée aux consuls de suivre à l'avenir toutes les formalités et les règles, d'un droit écrit. De plus, ce code, placardé en plein forum, va soumettre l'administration de la justice au contrôle, d'une publicité efficace; et le magistrat se verra contraint d'appliquer à tous une loi égale et commune.

1. Ne privilegia irroganto. - On a plusieurs fois tenté de réunir et de classer les fragments des XII Tables qu'on rencontre épars chez les divers écrivains de l'antiquité. La restitution due aux efforts de J. Godefroy a été reproduite, avec corrections, par Dirksen, par Zell, par Bocking. M Ch. Giraud a publié le travail des deux premiers, à l'appendice de sa savante Hist. du Droit rom. (Aix et Paris, 1847) pp. 465 et suiv.

449 av. J.C.

La chute des décemvirs

La législation de Rome était achevée : il ne reste plus aux décemvirs qu'à publier les deux dernières tables, puis, à faire place aux magistratures normales. Ils tardent, et, sous le prétexte que leur loi additionnelle n'est pas tout à fait prête, ils prorogent d'eux-mêmes leur charge au-delà de l'année, chose admissible selon le droit public, où le magistrat nommé à temps, ne cesse pas ses fonctions, tant qu'il ne les avait pas formellement résignées. Par quelle raison les décemvirs agissent-ils ainsi? Il est difficile de le dire. En se continuant irrégulièrement dans leurs pouvoirs, ils ne cèdent pas seulement à un mobile personnel. Le parti des nobles craint sans doute, qu'à la restauration du consulat le peuple ne veut pas joindre aussi celle de ses tribuns, et l'on tente de différer la nomination des consuls jusqu'au moment propice où l'on pourrait les dégager des entraves des lois Valeriae. La fraction modérée de l'aristocratie, les Valériens et les Horaciens, à sa tête, aurait voulu arracher au sénat la mise hors de charge des décemvirs; mais le principal d'entre ceux-ci, le champion ardent de la faction des ultras parmi les nobles, sait aussi l'emporter parmi les sénateurs (Appius Claudius). Le peuple se soumet. La levée d'une double armée se fait sans difficulté sérieuse, et la guerre est commencée contre les Sabins et les Volsques.

On voit alors les décemvirs paraître en public avec cent vingt licteurs portant les haches aux faisceaux, ils semblent dix rois, et ils en ont l'orgueil.

Ils briment la plèbe et ignorent le sénat. Mais tout à coup l'ancien tribun Lucius Siccius Dentatus, le plus brave soldat de Rome, qui avait combattu dans cent vingt batailles, et montrait sur son corps quarante-cinq glorieuses blessures, est trouvé mort devant le camp, assassiné, dit-on, à l'instigation des décemvirs. La révolution fermente dans les esprits, elle éclate bientôt.

Appius Claudius s'attire la haine du peuple. On sait l'inique sentence d'Appius dans le procès fait à la fille du centurion Lucius Virginius, Virginie, fiancée de l'ex-tribun Lucius Icilius. Il veut la réduire en esclavage, la condamne et l'arrache à sa famille, lui ôtant et ses droits et sa liberté. Le père la soustrait au déshonneur qui l'attend, en lui enfonçant en plein Forum un couteau dans le sein. Mais pendant que le peuple stupéfait de cet acte inouï entoure et contemple le cadavre de la belle et jeune victime, le décemvir ordonne à ses licteurs d'amener devant son tribunal où il les jugera sans appel, et le père et le fiancé qui ont osé enfreindre ses ordres.

La mesure est à son comble. Protégés par la fureur des masses, Virginius et Icilius échappent aux appariteurs du despote; et, pendant que dans Rome le sénat hésite et tremble, ils se montrent dans les deux camps, avec les nombreux témoins de la tragédie de la veille. Ils racontent le crime monstrueux d'Appius : tous les yeux s'ouvrent : voient l'abîme où vont tomber les garanties nouvelles de la loi, si la puissance tribunitienne ne veille pas à leur maintien; et les fils alors refont l'oeuvre de leurs pères. Les armées quittent derechef les généraux, elles marchent sur Rome; traversent militairement la ville, vont de nouveau sur le Mont-Sacré, et renomment des tribuns. Les décemvirs s'obstinant dans le refus de leur démission, les soldats rentrent dans Rome, les tribuns à leur tête, et campent sur l'Aventin. La guerre civile, la guerre des rues est imminente ! A la dernière heure enfin, les décemvirs déposent les pouvoirs qu'ils ont usurpés et qu'ils déshonorent; et Lucius Valerius et Marcus Horatius se font les intermédiaires d'un second pacte, aux termes duquel le tribunat sera rétabli. Les décemvirs sont poursuivis : les deux plus coupables Appius Claudius et Spurius Oppius s'ôtent la vie (suicide) dans leur prison; les huit autres s'en vont en exil, et leurs biens sont confisqués. Les représailles menacent d'aller plus loin encore; mais un tribun du peuple, le sage et honnête Marius Duilius s'interpose : son veto arrête tous les autres procès.

Le nouveau compromis est tout en faveur des plébéiens. Il restreint tout d'abord la puissance de la noblesse. Le code des lois civiles, arraché précédemment à celle-ci, avec ses deux tables additionnelles récentes, survit dans son entier, et les consuls s'obligent, en jugeant, à le suivre à la lettre. Les tribus n'ont plus la connaissance des causes capitales; mais par voie de compensation, il est enjoint à tout magistrat, au dictateur lui-même, d'accorder l'appel par mesure générale au moment de son élection. Du reste, le dictateur conserve tous ses anciens pouvoirs; et le tribun du peuple ne peut s'en prendre à ses ordonnances comme à celles du consul. Au tribun aussi la compétence est laissée pour toutes les causes de simple amende; il continue de déférer sa sentence aux comices des tribus, s'il le juge utile.

Il a donné encore le moyen de lutter contre un adversaire du peuple, et d'anéantir même son existence civile. Mais le compromis innove en ce qui touche l'administration publique et les finances. Une part d'influence plus grande y est faite aux tribuns et à leurs comices. La gestion de la caisse militaire enlevée aux consuls, est donnée à deux trésoriers payeurs (quaestores, questeurs), nommés pour la première fois en 307 de Rome (446 av. J.C.) par les tribuns, dans l'assemblée des tribus, mais choisis parmi les patriciens. Cette élection fut le premier plébiscite universellement tenu pour loi; à son occasion aussi les tribuns acquirent le droit d'en référer aux augures et au vol des oiseaux. Enfin, et par l'effet d'une concession plus importante encore, ils obtinrent une voix consultative dans le sénat. Celui-ci aurait cru d'abord porter atteinte à sa propre dignité s'il leur avait donné place dans la salle des séances : assis sur un banc, près de la porte, ils purent de là suivre les délibérations. Peu importe : à dater de ce jour, les tribuns étaient en mesure de combattre les sénatus-consultes qui ne leur agréaient pas; et il s'établit insensiblement en principe que leur opposition suffisait pour arrêter avant le vote la décision sénatoriale, ou celle de l'assemblée du peuple. Afin de prévenir toute falsification ou substitution, il fut, aussi ordonné que les sénatus-consultes seraient déposés à l'avenir en double exemplaire, l'un, dans le temple de Saturne, sous la garde des questeurs patriciens, et l'autre, dans le temple de Cérès, sous la garde des édiles plébéiens.

Ainsi se termine cette longue lutte : commencée d'abord pour renverser la puissance tribunitienne, elle lui apporte la consécration entière de son droit. Les tribuns annulent désormais selon leur bon plaisir, et les actes de l'administration attaqués par la partie lésée, et les décisions générales des pouvoirs constitutionnels. Les serments les plus saints, les malédictions les plus redoutables de la religion seront appelés à garantir l'inviolabilité de leur personne, la durée permanente de leur institution, et le maintien au complet de leur collège. Jamais, depuis ce jour, nul n'a tenté, dans Rome de provoquer leur suppression.

445 av. J.C.

La Lex Canuleia

Les Douze-Tables de lois qu'avaient publiées les décemvirs établissent une grande chose, l'égalité de tous les citoyens devant la loi. Mais elles laissent subsister l'interdiction des mariages entre les deux ordres, et de plus l'inégalité politique : car les plébéiens restent exclus des hautes charges de l'Etat, ils ne peuvent pas être consuls.

Rien ne fait mieux voir la faiblesse des nobles (patriciens), en présence des masses coalisées contre eux, que ce qui arrive moins de quatre ans après la chute des décemvirs (445 av. J.C.). Du premier coup sont renversés, dans la sphère du droit, tout au moins, les deux principes fondamentaux de la caste exclusive l'invalidité juridique des mariages entre les nobles (patriciens) et les plébéiens, et l'inaptitude légale de ceux-ci en matière de fonctions publiques, vont cesser et faire place à un état de choses plus libéral.

En l'an 307 de Rome (445 av. J.-C.), le tribun Caius Canuleius, au début de son mandat, propose plusieurs lois dont le droit aux plébéiens d'accéder au consulat et l'abolition de l'interdiction des mariages entre les plébéiens et les patriciens.

La loi Canuléia (Lex Canuleia) dispose ainsi que l'alliance entre patriciens et plébéiens peut constituer les justes noces, et que les enfants qui en naissent suivront la condition de leur père. En même temps il est ordonné qu'aux lieu et place des consuls, il sera nommé des tribuns militaires (tribuni militum cum consulari potestate), pouvant être six en nombre, de même qu'il y a six tribuns par légion. Leur élection sera donnée aux centuries: ils auront la puissance consulaire, et leur fonction devrait durer autant que celle d'un consul1.

1. On a soutenu à tort, que les tribuns consulaires issus du patriciat avaient le plein imperium, que ceux sortis des rangs plébéiens n'avaient au contraire que l'imperium militaire. Une telle opinion fait naître aussitôt maintes questions qui demeurent insolubles. Si cette inégalité des attributions avait été réelle, que serait-il arrivé, par exemple, au cas légalement possible, où l'élection n'aurait promu que des plébéiens ? Et puis, on se heurte alors irrémédiablement contre l'un des principes fondamentaux du droit public à Rome, aux termes duquel l'imperium, c'est-à-dire, le droit de commander aux citoyens au nom du peuple, était tenu pour essentiellement indivisible, et ne comportait d'autres limites que celles des circonscriptions territoriales ? Le droit civil et le droit militaire ont leurs ressorts distincts, cela est vrai : à l'armée ne sont de mise ni l'appel, ni les autres dispositions de la loi civile; il est enfin des magistrats, les proconsuls, par exemple, dont la sphère d'action est toute militaire. Néanmoins, et dans la rigueur de la loi, aucun magistrat n'a sa compétence limitée aux seules matières civiles; il n'en est pas non plus qui ne possèdent que l'imperium militaire. Le proconsul, dans sa province, est comme le consul, général en chef, et grand juge tout ensemble : il n'a pas seulement la qualité pour connaître des litiges entre soldats, et non citoyens : il les instruit aussi entre les citoyens. Quand, après l'institution de la préture, l'idée se fait jour d'une compétence distincte pour les hauts magistrats (magistratus majores), elle réside d'abord dans les faits bien plus que dans le droit. Si le préteur urbain est au début et exclusivement grand juge, il lui est aussi permis de convoquer, les centuries, et de commander à l'armée : le consul a dans la ville l'administration suprême et le suprême commandement : mais il agit aussi comme justicier dans les émancipations et les adoptions. Des deux côtés nous voyons, maintenue dans toute sa rigueur la règle de l'indivisibilité substantielle des pouvoirs du haut fonctionnaire. Tenons-le donc pour certain : les tribuns consulaires, plébéiens comme patriciens, ont reçu virtuellement et dans leur entier la puissance judiciaire, et la puissance militaire, ou mieux, la pleine puissance de magistrature, pour ne pas établir ici ces distinctions abstraites inconnues des Romains de ces temps. Comme probable l'opinion mise en avant par Becker (Handb : [Manuel], 2, 2, 137). Suivant lui, et par la même raison qui a fait que, plus tard, la préture patricienne est venue se placer à côté du consulat désormais ouvert à tous, on a vu dans la pratique de l'institution du tribunat consulaire les membres plébéiens du collège tribunitien, demeurer étrangers aux fonctions judiciaires et sous ce rapport un partage des attributions, qui se réalisera, dans les temps ultérieurs, entre les préteurs et les consuls.

444-367 av. J.C.

Le tribunat militaire à pouvoir consulaire

Consul romain

Le succès de la Lex Canuleia encourage les tribuns du peuple à demander le droit aux plébéiens d'accéder au consulat.

L'aristocratie romaine ne cesse pas la lutte. Toute résistance est dorénavant insensée et illégale; mais pour qui veut faire au peuple une opposition de mauvaise foi, le champ demeure ouvert aux petits moyens de l'esprit de chicane et d'astuce, et, pour n'être ni honorable ni politique, la querelle ainsi continuée n'entraîne pas moins, sous certains rapports, des conséquences sérieuses. Au mieux de trancher une fois pour toutes la grave question de l'admission ou de l'exclusion des plébéiens, l'aristocratie n'accordera que ce qu'elle ne peut pas retenir, et par forme de concession pour telle ou telle élection spéciale. De la sorte, le combat recommence tous les ans.

Le sénat refuse ainsi de céder une seconde fois, et pour éviter une nouvelle sédition, il propose la création du tribunat militaire à pouvoir consulaire, ouvert à tous et ayant tous les pouvoirs du consulat sauf la censure, une nouvelle magistrature récemment créée.

Les lois anciennes admettaient aux grades militaires les citoyens et les simples habitants, indistinctement, dès qu'ils étaient appelés sous les armes; ouvrant ainsi d'avance, en quelque sorte, l'accès de la fonction suprême aux plébéiens aussi bien qu'aux patriciens. On se demandera peut-être pourquoi la noblesse, forcée de consentir au partage de son privilège, a concédé la chose sans vouloir concéder le nom; et pourquoi elle a en réalité ouvert le consulat aux plébéiens sous la forme étrange de tribunat militaire1.

Cette magistrature sera mise en place entre 444 et 367 av. J.C., jusqu'aux lois licinio-sectiennes. Comme pour les consuls, les tribuns militaires à pouvoir consulaire sont élus par les comices centuriates pour une durée d'un an.

Ils disposent comme les consuls de l'autorité souveraine (imperium) mais ils ne disposent pas de la potestas, dont le pouvoir se concentre à Rome. En conséquence, les tribuns militaires ne peuvent pas célébrer un triomphe et après avoir exercé une fois leurs fonctions de consul, ils ne peuvent pas avoir le titre de personnage consulaire (sir consularis), le droit au respect de tous les citoyens, et ne peuvent pas, dans les cérémonies, comme dans les assemblées du sénat, porter la prétexte.

Contrairement aux consuls, qui sont toujours au nombre de deux, les tribuns consulaires peuvent être au nombre de trois, quatre ou cinq selon les conflits militaires. Le nombre record fut de huit tribuns en 403 av. J.C.

Avoir occupé les dignités suprêmes de l'Etat constituait un honneur insigne dans les idées des Romains d'autrefois. De là le droit d'exposer les images (Jus imaginum) des aïeux illustres dans l'atrium de la maison, et de les montrer au public, dans certaines occasions solennelles. Les distinctions acquises se perpétuent héréditairement dans les familles. Au sein même du patriciat, les "maisons curules" tiennent un rang plus élevé que les autres; de même les honneurs du triomphe n'étant jamais déférés qu'au chef suprême de la cité, le tribun militaire ne peut pas y prétendre.

Cette magistrature sera supprimée et remplacée par le consulat en 367 av. J.C. avec les lois licinio-sectiennes qui imposera l'obligation d'avoir un élu plébéien parmi les deux consuls.

1. On a prétendu qu'en luttant pour l'exclusion des plébéiens, la noblesse obéissait à des préventions purement religieuses. Mais c'est méconnaître entièrement la religion de Rome, que d'aller ainsi transporter dans l'antiquité l'idée moderne de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Il se peut qu'aux yeux du Romain orthodoxe l'admission du non citoyens aux actes de sa religion civile eût été chose condamnable, mais ce même Romain n'a jamais hésité à accorder l'égalité religieuse la plus complète à tout individu reçu dans la communauté politique par l'Etat, à qui seul il appartenait de conférer les droits civiques. Tous ces scrupules de conscience, quelque honorables en-soi qu'ils pussent être, disparaissaient nécessairement, dès qu'on faisait, pour les plébéiens pris en masse ce que l'on avait fait jadis pour Appius Claudius; dès qu'à l'heure opportune on les admettait tous au patriciat. La noblesse en s'opposant d'abord à l'égalité civile, ne se préoccupait pas le moins du monde d'une question de conscience pieuse: bien plus, on la vit parfois, sans prendre garde même à des opinions et a des préjugés qu'elle froissait, sans nul doute admettre les non citoyens aux actes privilégiés de la vie civile, tandis qu'elle refusait la péréquation des droits aux citoyens de l'ordre inférieur.

444 av. J.C.

La censure

Une partie des fonctions consulaires est donnée, en 444 av. J.C., à deux magistrats nouveaux, les censeurs ou contrôleurs réguliers (censores). Cette charge devient promptement la première de Rome. Elle n'est donnée qu'aux plus illustres personnages, à ceux qui avaient déjà passé par les autres magistratures, et les censeurs n'auront pas seulement à faire le cens, c'est-à-dire le dénombrement des citoyens, mais à administrer les finances de l'Etat, à régler les rangs des citoyens, à dresser la liste du sénat et à veiller au maintien des bonnes moeurs. La nouvelle fonction de la censure deviendra le palladium des nobles, non tant à cause de son utilité financière que parce qu'il s'y rattache un droit des plus importants, celui de pourvoir aux places vacantes dans le sénat et dans l'ordre équestre.

Les deux censeurs sont élus tous les cinq ans (plus tard pour dix-huit mois) par les comices centuriates. Leur pouvoir est absolu : aucun magistrat ne peut s'opposer à leurs décisions. La censure est réservée aux patriciens en réaction à la possibilité de donner la magistrature du tribun militaire à pouvoir consulaire aux plébéiens.

421 av. J.C.

La questure

Même chose arrivera en 333 de Rome/421 av. J.C., à l'égard de la questure. Il y aura alors quatre questeurs; deux seront chargés, par commission expresse des consuls, de l'administration du trésor public; les deux autres en leur qualité de payeurs de l'armée, seront nommés par les tribus : tous seront pris dans le patriciat. Il paraît que la noblesse aurait tenté d'enlever aux consuls la désignation des questeurs urbains pour la transférer aux centuries. Puisque la magistrature suprême ne peut plus être utilement défendue contre les convoitises du peuple, qui, jadis, en avait été exclu, les patriciens peuvent s'estimer habiles en lui enlevant du moins ses attributions financières, et en se conservant ainsi, par les censeurs et les questeurs nobles, la haute main sur le budget et sur le trésor. Toutefois, ce plan, s'ils l'avaient formé, ne leur réussi pas; loin de là.

Les consuls perdent la nomination des questeurs urbains; mais les centuries ne seront pas non plus appelées à la voter; elle passa aux comices par tribus, ainsi que le vote pour la nomination des questeurs payeurs militaires. Ce n'est pas tout: et le peuple, soutenant que ces derniers étaient des officiers d'armée plutôt que des fonctionnaires civils, et que les plébéiens avaient l'aptitude à la questure tout autant qu'au tribunat militaire; le peuple conquit au regard de celle-ci et l'électorat et aussi l'éligibilité; puis enfin, on voit un jour patriciens et plébéiens exercer les mêmes droits, actifs ou passifs, dans l'élection des questeurs urbains ou des questeurs délégués à l'armée.

432-400 av. J.C.

Tentatives de contre-révolution

Toutefois c'est surtout dans les intrigues électorales et dans les supercheries pieuses du sacerdoce que les aristocrates montreront leur esprit d'agitation. Ils feront tant et si bien, que dès l'an 322 de Rome/432 av. J.C., il fallut promulguer des lois relatives aux délits en matière de candidature; ces lois demeureront sans succès. Lorsque la corruption ou la menace n'avaient pas raison des électeurs, ceux qui dirigeaient l'élection savaient encore s'en rendre maîtres, soit en portant sur la liste des propositions des candidats plébéiens en grand nombre, et en divisant ainsi les voix opposantes; soit encore en ne portant pas sur cette même liste les noms de ceux que la majorité aurait certainement élus. En dépit de leurs efforts, avaient-ils eu le désavantage, ils se retourneraient vers les prêtres, et demandaient si quelque nullité n'avait pas été commise dans les auspices, ou dans les autres cérémonies pieuses accompagnant l'élection.

Sans se préoccuper des conséquences, et foulant aux pieds les sages exemples des aïeux, on finit pas faire prévaloir une règle qui attribuait indirectement aux collèges des augures, le droit d'infirmer, lois ou élections, tous les actes politiques émanés du peuple. Par suite, bien que, dès l'année 309 de Rome/415 av. J.C., les plébéiens eussent conquis l'éligibilité légale; bien que, depuis lors, leur droit fût demeuré incontesté, on ne vit jamais avant 345 de Rome/409 av. J.C., un plébéien élu questeur, et le premier tribun militaire sorti des rangs du peuple ne fut nommé qu'en 354 de Rome/400 av. J.C. Au lendemain de l'abolition légale des privilèges nobles, l'aristocratie plébéienne n'avait pu, en aucune façon, se mettre sur un pied vrai d'égalité avec l'aristocratie patricienne.

Beaucoup de causes donnent la raison de ce fait. Si la noblesse, cédant à la tempête, avait dû, pour un moment, et sur le terrain du droit, abandonner la défense obstinée de ses prérogatives, elle releva aussitôt la tête dans les luttes annuelles pour l'élection des hautes magistratures. Et puis, quelles facilités ne lui laissaient pas les dissentiments intérieurs entre les chefs de l'aristocratie plébéienne et les masses populaires? Tant que les nobles et les plébéiens notables rejetèrent avec une égale colère les demandes et les prétentions des hommes de la classe moyenne, ceux-ci, dont les voix l'emportaient dans les comices, ne se crurent pas le moins du monde intéressés à choisir les candidats non nobles de l'aristocratie plébéienne, par préférence à leurs concurrents patriciens.

Livret :

  1. Les débuts de la République dans la boutique de Roma Latina

Liens externes :

  1. Publius Valerius Publicola de l'encyclopédie libre Wikipédia
  2. Coriolan de l'encyclopédie libre Wikipédia
  3. Marcius Coriolan de Bernadette Liou-Gille, Paris-Sorbonne
  4. Cincinnatus de l'encyclopédie libre Wikipédia
  5. Decemvir de l'encyclopédie libre Wikipédia
Previous page                                                                         top of page