Milon : ?, mort en 48 av. J.C.

Titre : tribun de la plèbe

Titus Annius Milo Papianus, né à Lanuvium, il est en 53 av. J.C., dictateur dans cette ville latine. Comme Clodius, chef des "populares", il a sa bande de gladiateurs à gages : de là, peut-être le surnom grec de Milo qu'il porte. En 57, on le trouve à Rome tribun de peuple. Il s'attache à la fortune de Pompée et aide au rappel de Cicéron. Soutien du parti des optimates, il se met en lutte ouverte avec Clodius et par deux fois, défendit Cicéron contre les violences de Clodius. Par deux fois aussi, il est lui-même assailli dans ses maisons sur le Capitolin et le Cermale. Il donne des jeux magnifiques sans avoir été édile et enfin se porte candidat consulaire.

Préteur en 55, il épouse la même année Fausta, la fille de Sylla et ancienne épouse de Gaius Memmius. En 53, il se porte aux élections consulaires pour 52 tandis que Clodius se présente à la préture.

Endetté par dessus la tête, il a encore recours à Cicéron qui plaide pour lui. Il arrive, sur ces entrefaites, que Milon et Clodius se rencontrent par hasard hors de la ville, sur la voie Appienne : la bataille s'engage entre leurs bandes; et Clodius, blessé d'un coup de sabre à l'épaule, se réfugie dans une maison voisine. Tout cela s'était fait sans l'ordre de Milon : mais les choses étant à ce point, achever le crime lui semble plus profitable et moins dangereux qu'un crime à demi perpétré. Il expédie donc ses gens qui tirent Clodius dehors et le massacrent (13 janvier 52 av. J.C.).

Après le meurtre de Clodius, il est accusé par les deux neveux de celui-ci pour crimes de violence, de brigue et de haute trahison. On sait que Cicéron, effrayé par les soldats de Pompée ne le défendra pas ou le défendra mal. Milon condamné ira en exil à Marseille : ses maisons, ses gladiateurs seront vendus au profit de ses créanciers. Au cours de la guerre civile, il se montre en Campanie à la tête de quelques esclaves, se proclame lieutenant de Sextus Pompée et périt sans gloire aux environs de Thurium.