Se connecter      Inscription        
 
  Les Normands  

840-

Euric roi des Visigoths La victoire contre Syagrius ou la bataille de Soissons Conversion de Clovis DÈfaite et soumission des Allemands ou la bataille de Tolbiac La bataille de VouillÈ ConquÍte dÈfinitive de la Bourgogne La descente des Saxons en Bretagne Clovis roi des Francs Les Visigoths d'Espagne



Sources historiques : Edward Gibbon




840
1017

Lutte des Sarrasins, des Latins et des Grecs en Italie

Les trois grandes nations du monde, les Grecs, les Sarrasins et les Francs, se rencontrèrent et se combattirent sur le théâtre de l'Italie. Les provinces méridionales qui foraient aujourd'hui le royaume de Naples, étaient presque toutes soumises aux ducs Lombards, princes de Bénévent, si redoutables à la guerre qu'ils arrêtèrent un moment le génie de Charlemagne, et si zélés pour le progrès des lumières, qu'ils entretenaient dans leur capitale une académie de trente-deux philosophes ou grammairiens. Lorsque cet état si florissant eut été détruit et divisé, on en vit sortir les principautés rivales de Bénévent, de Salerne et de Capone : l'ambition et la vengeance aveuglèrent les différents partis au point qu'ils appelèrent les Sarrasins; et leur héritage commun devint la proie de ces étrangers. Deux siècles de calamités accablèrent l'Italie de maux cruels et sans cesse renouvelés, que ceux qui l'opprimaient n'étaient pas en état de guérir par l'union et la tranquillité qui suivent une conquête solidement affermie. Les vaisseaux des Sarrasins sortaient souvent et presque chaque année du port de Palerme; les chrétiens de Naples les accueillaient avec trop d'indulgence: la côte d'Afrique fournissait des armements plus redoutables; et les Arabes même de l'Andalousie venaient quelquefois secourir ou repousser des musulmans d'une secte opposée à la leur. Dans le cours des événements de la terre, les fourches Caudines se trouvèrent encore une fois destinées à cacher une embuscade; le sang des Africains arrosa une seconde fois les champs de Cannes; et le souverain de Rome attaqua ou défendit de nouveau les murs de Capoue et de Tarente. Une colonie de Sarrasins s'était formée à Bari, qui domine l'entrée du golfe Adriatique; et, comme ils ravageaient sans distinction de personnes les terres des Grecs et des Latins : les deux empereurs irrités se réunirent pour en tirer vengeance. Basile le Macédonien le premier de sa dynastie, et Louis, arrière-petit-fils de Charlemagne, signèrent une alliance offensive, et chacune des parties fournit ce qui manquait à l'autre. L'empereur grec ne pouvait sans imprudence envoyer combattre en Italie les troupes stationnées en Asie, et les guerriers latins n'auraient pas suffi, si la marine de Byzance n'avait pas été maîtresse de l'embouchure du golfe. L'infanterie des Francs, la cavalerie et les galères des Grecs, investirent la forteresse de Bari; et l'émir arabe, après s'être défendu quatre ans, se soumit à la clémence de Louis, qui conduisit en personne les opérations du siège.

(Conquête de Bari; 871) L'union des deux empereurs les avait rendus maîtres de cette place importante; mais des plaintes dictées de part et d'autre par la jalousie et l'orgueil, troublèrent bientôt leur amitié. Les Grecs s'attribuaient le mérite de la conquête et la gloire du triomphe; ils vantaient la grandeur de leurs forces, et tournèrent en dérision l'intempérance et la paresse d'une poignée de Barbares qui servaient sous les drapeaux du prince Carlovingien. La réponse de celui-ci respire l'éloquence de l'indignation et de la vérité. Nous avouons la grandeur de vos préparatifs, dit l'arrière-petit-fils de Charlemagne; vos armées étaient en effet nombreuses comme ces bataillons de sauterelles qui obscurcissent un jour d'été, battant des ailes, et, après un vol de peu d'étendue, tombent à terre, fatiguées et hors d'haleine. Semblables à ces insectes, vous êtes tombés après un faible effort; vous avez été vaincus par votre propre lâcheté; vous avez abandonné le champ de bataille pour insulter, pour dépouiller les chrétiens de la côte d'Esclavonie, qui sont nos sujets. Le nombre de nos guerriers était peu considérable; et pourquoi ne se trouvait-il pas plus grand ? parce que, lassé de vous attendre, j'avais renvoyé mon armée, en ne gardant que des soldats d'élite pour continuer le blocus de la place. Si, en présence du danger et de la mort, ils se sont livrés aux plaisirs de leurs festins hospitaliers, ces fêtes ont-elles diminué la vigueur de leurs entreprises ? Est-ce votre frugalité qui a renversé les murs de Bari ? Ces braves Francs, quoique la fatigue et la maladie leur eussent enlevé beaucoup de monde, s'ont-ils pas coupé et vaincu les trois plus puissants émirs des Sarrasins ? La défaite de ces émirs n'a-t-elle pas précipité la chute de la ville ? Bari est tombée; la frayeur a saisi Tarente, la Calabre sera délivrée; et si nous sommes maîtres de la mer, on eut arracher la Sicile des mains des infidèles. Mon frère, ajoutait-il (et rien n'est plus propre que ce nom de frère à blesser la vanité des Grecs), pressez les secours maritimes que vous devez me fournir; respectez vos alliés, et défiez- vous des flâneries.

890

Nouvelle province des Grecs en Italie

GrÈgoire II
Grégoire II

La mort de Louis et la faiblesse de la maison Carlovingienne anéantirent ces espérances; et à qui que ce fût des deux nations qu'appartînt l'honneur de la réduction de Bari, les empereurs grecs, Basile et son fils Léon, en recueillirent les avantages. La Pouille et la Calabre reconnurent de gré ou de force leur souveraineté; une ligne idéale du mont Garganus à la baie de Salerne montre que la plus grande partie du royaume de Naples était soumise à l'empire d'Orient. Au-delà de cette ligne étaient les ducs ou les républiques d'Amalfi et de Naples, qui, n'ayant jamais manqué aux devoirs de la vassalité, se réjouissaient du voisinage de leur légitime souverain, et Amalfi s'enrichissait du commerce qu'elle faisait avec l'Europe des productions et des ouvrages de l'Asie, mais les princes lombards de Bénévent, de Salerne et de Capoue, furent détachés malgré eux des provinces latines, et violèrent souvent la promesse qu'ils avaient faite de demeurer soumis et de payer un tribut. La ville de Bari s'enrichit et s'agrandit; elle devint la métropole du nouveau thême ou de la nouvelle province de Lombardie; l'officier qui y commandait obtint le titre de patrice, et ensuite le nom singulier de catapan, et on régla l'administration de l'Eglise et de l'Etat de manière à les subordonner complètement au trône de Constantinople. Ces princes de l'Italie ne disputèrent la puissance que par des efforts sans vigueur et sans accord, et les Grecs repoussèrent ou déjouèrent ceux des troupes de l'Allemagne, qui descendaient des Alpes sous le drapeau des Othon. Le premier et le plus grand de ces empereurs saxons se vit contraint d'abandonner le siège de Bari; le second, après avoir pendu les plus hardis de ses évêques et de ses barons, sortit avec honneur de la sanglante bataille de Crotone. La valeur des Sarrasins y triompha des Francs. Les escadres de Byzance avaient cependant chassé ces corsaires des forteresses et des côtes de l'Italie; mais l'intérêt l'avait emporté sur la superstition ou le ressentiment; le calife d'Egypte avait envoyé quarante mille musulmans au secours de son allié chrétien. Les successeurs de Basile II se laissèrent persuader qu'ils devaient la conquête de la Lombardie et la conservation de cette province à la justice de leurs lois, aux vertus de leurs ministres, et à la reconnaissance d'un peuple qu'ils avaient délivré de l'anarchie et de l'oppression. Une suite de révoltes dut jeter un rayon de lumière dans le palais de Constantinople; et le rapide succès des aventuriers normands dissipa les illusions entretenues par la flatterie.

873
930

Anecdotes

L'instabilité des choses humaines se faisait tristement sentir dans le contraste qui se trouvait entre l'état de la Pouille et de la Calabre, au dixième siècle de l'ère chrétienne, eu celui dont elles avaient joui du temps de Pythagore. A la plus reculée de ces deux époques, la côte de la grande Grèce (tel était alors le nom de l'Italie) était couverte de cités libres et opulentes. Ces villes étaient peuplées de soldats, d'artistes et de philosophes, et les forces militaires de Tarente, de Sybaris et Crotone, n'étaient guère inférieures à celles d'un puissant royaume. Dans l'histoire des ravages exercés par les Arabes, les Francs et les Grecs dans l'Italie méridionale, je choisirai deux ou trois anecdotes qui feront connaître les moeurs de ces peuples.

(873) Les Sarrasins aimaient à profaner aussi bien qu'à piller les monastères et les églises. Au siège de Salerne, un chef musulman avait établi son lit sur la table de la communion, et toutes les nuits il immolait la virginité d'une religieuse. Tandis qu'il s'efforçait de vaincre la résistance que lui opposait une d'entre elles, une poutre détachée du toit par adresse ou par accident vint tomber sur sa tête, et la mort de cet impudique musulman fut attribuée à la colère de Jésus-Christ, qui prenait enfin la défense de sa fidèle épouse.

(874) Les Sarrasins assiégeaient les villes de Bénévent et de Capoue : les Lombards, après avoir vainement demandé du secours aux successeurs de Charlemagne, implorèrent la clémence et l'appui de l'empereur grec. Un citoyen intrépide, qu'on descendit du haut des murs, traversa les retranchements, fit sa commission, et tomba, entre les mains des Barbares au moment où il allait rendre le courage à la ville par les bonnes nouvelles qu'il rapportait. Les ennemis lui ordonnèrent de favoriser leur entreprise en trompant ses compatriotes, des richesses et des honneurs devaient être le prix de sa fausseté; la sincérité, au contraire, le dévouait à une mort prompte et certaine : il parut se rendre; mais dès qu'il fut à la portée du rempart, il s'écria à haute voix : Mes amis, mes frères, ayez du courage et de la patience; continuez à tenir, votre souverain sait votre détresse, et vos libérateurs approchent. Je sais le sort qui m'attend, et je confie ma femme, et mes enfants, à votre reconnaissance. La fureur des Arabes confirma son témoignage, et ce généreux citoyen fut percé de mille coups; il mérite de vivre à jamais dans la mémoire des hommes vertueux : au reste, ce même trait a été appliqué à différentes occasions, soit des temps anciens ou des temps modernes, ce qui peut jeter quelque doute sur la réalité.

(930) La troisième anecdote pourra exciter le sourire au milieu des horreurs de la guerre. Thibaut, marquis de Camerino et de Spolette, soutenait les rebelles de Bénévent, et montrait dans sa conduite une cruauté tranquille, qui n'était pas alors incompatible avec l'héroïsme. Les captifs de la nation ou du parti des Grecs, qui tombaient entre ses mains, perdaient les organes de la virilité; et aggravant cet outrage par de cruelles plaisanteries, il se flattait, disait-il, qu'il pourrait présenter à l'empereur une troupe de ces eunuques qui faisaient l'ornement le plus précieux de la cour de Byzance. La garnison d'un château avait été défaite dans une sortie, et les prisonniers condamnés à la mutilation ordinaire. L'exécution fut interrompue par une femme qui se précipita comme une forcenée au milieu des bourreaux, et par ses cris força Thibaut à l'écouter : Est-ce ainsi, magnanime héros, s'écria-t-elle, que vous déclarez la guerre aux femmes, aux femmes qui ne vous ont jamais fait aucun tort, et qui n'ont d'autres armes que leur quenouille, et leur fuseau ? Thibaut ayant nié le fait, déclara que depuis les Amazones, il n'avait pas ouï parler d'une guerre contre des femmes : Eh quoi! reprit-elle furieuse, pouviez-vous nous attaquer d'une manière plus directe, pouviez-vous nous blesser dans une partie plus sensible, que vous ne le faites en privant nos maris de ce que nous aimons le plus, de la source de nos plaisirs, et de l'espérance de notre postérité ? Vous avec enlevé nos troupeaux, je l'ai souffert sans murmure; mais cette fatale injure, cette perte irréparable, a lassé ma patience, et appelle sur vos têtes la justice du ciel et celle des hommes. On applaudit à son éloquence par ses éclats de rire; les sauvages Francs, inaccessibles à la pitié, furent touchés d'un désespoir raisonnable autant que plaisant; et, outre la délivrance des captifs, elle obtint la restitution de ses biens. Comme elle retournait en triomphe au château, un messager vint lui demander, au nom de Thibaut, quel châtiment il faudrait infliger à son mari, si on le reprenait les armes à la main. Si tel est son crime et son malheur, répondit-elle sans hésiter, il a des yeux et un nez, des mains et des pieds; ces choses lui appartiennent; et il peut mériter de les perdre par ses délits; mais que mon seigneur et maître daigne épargner ce que sa petite servante ose réclamer comme sa propriété particulière et légitime.

1016

Apparition des Normands en Italie

L'établissement des Normands à Naples et en Sicile est un événement qui, dès son origine, eut des suites importantes pour l'Italie et l'empire d'Orient. Les provinces des Grecs, des Lombards et des Sarrasins, divisées entre elles, étaient exposées à devenir la proie du premier qui voudrait les envahir : à cette même époque, les audacieux pirates de la Scandinavie ravageaient toutes les terres et toutes les mers de l'Europe. Après une longue suite de pillages et de meurtres les Normands acceptèrent et occupèrent un vaste et fertile canton de la France, auquel ils donnèrent leur nom (Normandie) : ils quittèrent leurs dieux pour celui des chrétiens et les ducs de la Normandie se reconnurent vassaux des successeurs de Charlemagne et de Capet. Cette énergie farouche qu'ils avaient apportée des montagnes glacées de la Norvège, se polit, sans se corrompre sous un climat plus doux; les compagnons de Rollon se mêlèrent peu à peu aux naturels du pays : ils adoptèrent les moeurs, la langue et l'audace chevaleresque des Français; et, dans un siècle guerrier, les Normands méritèrent la palme de la valeur et des prouesses militaires. Parmi les superstitions alors en usage, celles auxquelles ils se livrèrent avec le plus d'ardeur furent les pélerinages de Rome, de l'Italie et de la Terre-Sainte. Cette active dévotion augmentait, par l'exercice, les forces de leur âme et de leur corps; le danger leur servit d'aiguillon, et les plaisirs de la nouveauté étaient leur récompense; l'étonnement, la crédulité et l'espérance, embellissaient à leurs yeux la scène du monde. Ils se liguaient pour leur défense mutuelle, et les voleurs des Alpes, qu'attirait l'habit d'un pèlerin, étaient châtiés souvent par le bras d'un guerrier. Dans un de ces pieux voyages à la caverne du Garganus, montagne de la Pouille, sanctifiée par une apparition de l'archange saint Michel, ils furent accostés par un étranger en habit grec et qui se découvrit bientôt à eux pour un rebelle fugitif et ennemi mortel de l'empire de Byzance. Son nom était Melo, noble de Bari : après une révolte dans laquelle il avait échoué, il s'était vu forcé de fuir et de chercher à son pays d'autres alliés et d'autres vengeurs. Le maintien audacieux des Normands ranima son espoir et détermina sa confiance: ils écoutèrent ses plaintes et surtout ses promesses. Les richesses qu'il leur offrit en perspective démontraient la justice de sa cause et la terre fertile qu'opprimaient des tyrans leur parut l'héritage de la valeur. De retour dans la Normandie ils y répandirent le goût des expéditions lointaines, et une troupe d'aventuriers, peu nombreuse, mais intrépide, s'unit volontairement pour la délivrance de la Pouille. Ils traversèrent les Alpes séparément et cachés sous des habits de pèlerins; ils trouvèrent aux environs de Rome, Melo, qui fournit des armes et des chevaux aux plus pauvres et les mena aux combats sans perdre de temps. Leur bravoure triompha dans la première action; mais, accablés dans la seconde par les Grecs supérieurs en nombre et bien pourvus de machines de guerre, ils firent leur retraite avec indignation et sans tourner le dos à l'ennemi. L'infortuné Melo employa le reste de sa vie à solliciter les secours de la cour d'Allemagne : les Normands, engagés dans sa cause, exclus de la terre qui leur avait été promise, errèrent parmi les collines et les vallées de l'Italie, et furent réduits à conquérir, à la pointe de l'épée leur subsistance journalière. Cette redoutable épée servit tour à tour aux princes de Capoue, de Bénévent, de Salerne et de Naples, dans les querelles qui s'élevaient entre eux; la valeur et la discipline des Normands déterminaient la victoire en faveur du parti qu'ils adoptaient, et ils avaient soin de maintenir l'équilibre des pouvoirs, de peur que la prépondérance de l'un des Etats ne rendit leurs secours moins importants, et leurs services moins utiles. Ils occupèrent d'abord un camp fortifié, situé au milieu des marais de la Campanie; mais la libéralité du duc de Naples leur procura bientôt un établissement plus commode et plus solide.

(Fondation d'Averse; 1029) Il bâtit pour eux, à huit milles de sa résidence, la ville d'Averse, qu'il fit fortifier pour lui servir de boulevard contre Capone. Il leur accorda la jouissance du blé et des fruits, des prairies et des bois de ce fertile canton. La nouvelle de leurs succès y amenait chaque année de nouvelles troupes de pèlerins et de soldats : les pauvres y étaient conduits par la nécessité, les riches par l'espérance; et tout te qu'il y avait en Normandie de généreux et d'actif soupirait après la fortune et la gloire. La ville indépendante d'Averse offrait un asile aux habitants de la province environnante, qui se trouvaient hors de la protection des lois, à quiconque était parvenu à se soustraire à l'injustice ou à la justice de ses supérieurs; et ces réfugiés adoptaient bientôt les moeurs et la langue de la colonie gauloise. Le comte Rainolfe fut le premier chef des Normands, et on sait que, dans l'origine de la société, le premier rang est la récompense et la preuve du mérite supérieur.

1038

Les Normands servent en Sicile

Depuis la conquête de la Sicile par les Arabes, les empereurs grecs s'étaient occupés sans cesse des moyens de rentrer dans cette belle province; mais l'éloignement, et la mer opposèrent des obstacles invincibles à leurs efforts les plus vigoureux. Des expéditions dispendieuses, après quelques lueurs de succès, finissaient par ajouter de nouvelles pages de calamités et d'humiliations aux annales de Byzance; une seule de ces expéditions lui coûta vingt mille de ses meilleurs soldats, et les musulmans victorieux se raillèrent d'une nation qui donnait à des eunuques, non seulement la garde de ses femmes, mais aussi le commandement de ses guerriers. Après un règne de deux siècles, les Sarrasins se perdirent par leurs divisions. L'émir refusa de reconnaître l'autorité du roi de Tunis; le peuple se souleva contre l'émir; les chefs envahirent les villes : le dernier des rebelles gouvernait à son gré son village ou son château et le plus faible descendaient des deux frères qui se faisaient la guerre implora le secours des chrétiens. Partout où se trouvait le danger, les Normands étaient prompts à accourir et à se rendre utiles. Arduin, agent et interprète des Grecs, enrôla cinq cents chevaliers et guerriers à cheval sous le drapeau de Maniacès, gouverneur de la Lombardie. Lorsqu'ils débarquèrent en Sicile, les deux frères étaient réconciliés; l'union de la Sicile et de l'Afrique se trouvait rétablie, et des troupes gardaient le bord de la mer : les Normands menaient l'avant-garde, et les Arabes de Messine sentirent la valeur d'un ennemi dont ils n'avaient pas encore éprouvé les coups. Dans une seconde action, l'émir de Syracuse fut désarçonné et transpercé par Guillaume de Haute-vienne, surnommé Bras-de-fer. Dans une troisième bataille, ses intrépides soldats mirent en déroute une armée de soixante mille Sarrasins et ne laissèrent aux Grecs d'autre fatigue que celle de poursuivre les troupes vaincues : brillante victoire, mais dont il faut dire que la plume de l'historien partage le mérite avec la lance des Normands; il est sûr néanmoins qu'ils contribuèrent essentiellement aux succès de Maniacés, qui soumit à l'empereur treize cités et la plus grande partie de la Sicile. Il souilla sa gloire militaire par son ingratitude et sa tyrannie; il oublia, dans le partage du butin, le mérite de ses braves auxiliaires : leur avarice et leur orgueil furent également révoltés de ce traitement injurieux. Ils se plaignirent par la bouche de leur interprète : on dédaigna leurs plaintes, et on fustigea l'interprète : les souffrances seules de cette fustigation lui étaient personnelles; l'outrage regardait ceux dont il avait exprimé les sentiments; c'était à eux à le venger. Cependant ils dissimulèrent jusqu'à ce que, soit du consentement des Grecs, soit en s'échappant, ils eussent trouvé moyen de repasser sur le continent de l'Italie.

(Leur conquête de la Pouille; 1040-1043) Les Normands d'Averse Pouille partagèrent leur colère, et la province de la Pouille fut envahie, comme le gage de la dette, vingt ans après leur première émigration. Leur armée n'était encore composée que de sept cents cavaliers et cinq cents fantassins, et les troupes de Byzance, lorsqu'on eut rappelé en Italie les légions qui avaient fait la guerre de Sicile se montaient, dit-on, à soixante mille hommes. Un héraut leur proposa le choix du combat ou de la retraite : Le combat ! s'écrièrent d'une voix tous les Normands, et un de lents plus robustes guerriers renversa d'un coup de poing le cheval du messager des Grecs. On renvoya, ce messager avec un autre cheval : les généraux byzantins eurent soin de cacher l'insulte aux troupes de l'empire; mais deux batailles qui se suivirent de près leur firent connaître d'une plus terrible manière la force et la bravoure des Normands. Les Asiatiques s'enfuirent dans les plaines de Cannes devant les aventuriers de la France; le duc de Lombardie tomba au pouvoir des vainqueurs. Les habitants de la Pouille se soumirent à une nouvelle domination; et l'empereur grec ne sauva de ce naufrage que les quatre places de Bari, d'Otrante, de Brindes et de Tarente. C'est de cette époque que date l'empire des Normands en qui éclipsa bientôt la naissante colonie d'Averse. Le peuple élut douze comtes; l'âge, la naissance et le mérite déterminèrent les suffrages. Les contributions des districts qui leur étaient appropriés servaient à leur usage particulier, et chacun des comtes éleva au milieu de ses terres une forteresse qui commandait à ses vassaux. La ville de Melphi, leur résidence commune, placée au centre de la province, devint la métropole et la citadelle de l'Etat; chacun des douze comtes y occupait une maison et un quartier séparés, et ce sénat militaire réglait les affaires de la nation. Le premier d'entre eux président et général de la république, reçut le turc de comte de la Pouille, et cette dignité fut conférée à Guillaume Bras-de-fer, représenté, dans le langage de ce siècle, comme un lion dans les combats; un agneau dans la société, et un ange dans les conseils. Un auteur national et contemporain décrit de bonne foi les moeurs de ses compatriotes.

(Caractère des Normands) Les Normands, dit Malaterra, sont un peuple astucieux et vindicatif; l'éloquence et la dissimulation semblent héréditaires en eux : ils savent s'abaisser à la flatterie; mais si la loi ne les tient pas sous le joug, ils se livrent à tous les excès de leurs passions. Leurs princes se piquent de munificence envers le peuple; le peuple garde le milieu ou plutôt il réunit les extrêmes de l'avarice et de la prodigalité : avides de richesses et de domination, ils méprisent tout ce qu'ils possèdent et espèrent tout ce qu'ils désirent; les armes et les chevaux, le luxe des habits et l'exercice de la chasse et de la fauconnerie, font les délices des Normands; mais, dans les occasions pressantes, ils supportent avec une patience incroyable les rigueurs de tous les climats, et la fatigue et les privations d'une vie militaire.

1046

Oppression de la Pouille

Les Normands de la Pouille se trouvaient aux confins des deux empires d'Allemagne et de Constantinople; et, selon la politique du moment, ils recevaient l'investiture de leurs terres de l'un ou de l'autre des deux empereurs. Mais le droit de conquête étant le titre le plus solide de ces aventuriers : ils n'aimaient personne et ne se fiaient à personne; personne ne les aimait ni ne se fiait à eux le mépris qu'ils inspiraient aux princes était mêlé de frayeur, et la crainte des naturels du pays à leur égard était mêlée de haine et de ressentiment. Dès qu'ils désiraient un cheval, une femme, un jardin, ils ne manquaient pas de s'en emparer; et les chefs seulement coloraient leur cupidité des noms plus spécieux d'ambition et de gloire. Les douze comtes se liguaient quelquefois pour commettre une injustice; dans leurs querelles domestiques, ils se disputaient la dépouille du peuple : les vertus de Guillaume disparurent avec lui, et Drogon, son frère et son successeur, était plus propre à conduire la valeur qu'à réprimer la violence de ses égaux. Sous le règne de Constantin Monomaque, le cabinet de Constantinople essaya moins par bienfaisance que par politique, de délivrer l'Italie de cette calamité permanente, plus fâcheuse qu'un torrent de Barbares, et Argyre, fils de Melo, qu'on chargea de l'exécution de ce dessein, reçut les titres les plus pompeux et les pouvoirs les plus étendus. La mémoire de son père devait être pour lui un titre auprès des Normands : il s'était déjà assuré de leur service volontaire pour étouffer la révolte de Manacès, et venger leur injure particulière en même temps que celle de l'Etat. Constantin voulait tirer cette colonie guerrière des provinces de l'Italie et la transplanter sur le théâtre de la guerre de Perse. Pour première marque de la magnificence impériale, le fils de Melo répandit parmi les chefs l'or de la Grèce et les ouvrages précieux de son industrie. Mais ses artifices furent déjoués par le bon sens et le courage des vainqueurs de la Pouille : après avoir rejeté ses présents ou du moins ses propositions, ils déclarèrent d'une voix unanime qu'ils n'abandonneraient pas leurs possessions et leurs espérances pour cette fortune éloignée qu'on leur offrait en Asie.

(Ligue du pape et des deux empires; 1049-1054) Les moyens de persuasion ayant échoué, Argyre résolut de les soumettre ou de les détruire; il réclama contre l'ennemi commun le secours des puissances latines, et forma une alliance offensive entre le pape, l'empereur d'Orient et celui d'Occident. Le trône de saint Pierre se trouvait occupé par Léon IX, un saint dans toute la simplicité de ce caractère, fait pour se tromper lui-même et tromper le monde, et, par le respect qu'il inspirait, propre à consacrer sous le nom de piété les mesures les plus contraires à la pratique de la religion. Son humanité s'était laissée toucher par les plaintes, peut-être par les calomnies d'un peuple opprimé; les impies Normands avaient interrompu le paiement des dîmes, et on ne manqua pas de décider qu'on pouvait s'armer du glaive temporel contre des brigands sacrilèges qui méprisaient les censures de l'Eglise. Léon, né en Allemagne, d'une famille noble et alliée de la maison royale, avait un libre accès à la cour de l'empereur Henri III, et possédait sa confiance: pour trouver des guerriers et des alliés, son zèle ardent le conduisit de la Pouille en Saxe et des rives de l'Elbe à celles du Tibre. Pendant ces préparatifs, Argyre se servit en secret des armes les plus criminelles. Une multitude de Normands furent sacrifiés aux intérêts de l'Etat ou à des vengeances particulières, et le brave Drogon fut assassiné dans une église (1051).

(1051) Son frère, Humphroy, troisième comte de la Pouille, hérita de son courage. Les assassins furent punis; Argyre, renversé et blessé, courut loin du champ de bataille, cacher sa honte derrière les murs de Bari, en attendant les tardifs secours de ses alliés.

1053

Expédition du pape Léon IX contre les Normands

Mais L'empire de Constantin était troublé par la guerre contre les Turcs : Henri, était faible et irrésolu; et le pape, au lieu de repasser les Alpes avec une armée d'Allemands, ne ramena que sept cents soldats de la Souabe et quelques volontaires de la Lorraine. Dans sa marche lente de Mantoue à Bénévent, il reçut sous la sainte bannière un vil mélange d'Italiens de toutes les classes. Le prêtre et le voleur couchaient dans la même tente : on voyait dans les premiers rangs les piques se mêler avec les croix; et le saint guerrier qui les conduisait répétait dans l'ordre des marches, des campements et des combats, les légions militaires qu'il avait reçues dans sa jeunesse. Les Normands de la Pouille ne purent mettre en campagne que trois mille cavaliers et un petit nombre de fantassins. La défection des naturels du pays les priva de vivres et coupa leur retraite, et un respect superstitieux glaça pour un moment leur bravoure incapable de crainte. En voyant Léon s'approcher en ennemi, ils fléchirent le genou, sans honte et sans répugnance devant leur père spirituel. Mais le pape fut inexorable: ses Allemands, fiers de leur haute taille, se moquèrent de la petite stature de leurs adversaires; et on déclara à ceux-ci qu'ils devaient choisir entre la mort et l'exil. Les Normands dédaignaient la fuite, et plusieurs d'entre eux n'ayant pas pris de nourriture depuis trois jours, leur petite armée se décida pour une mort plus prompte et plus honorable. Après avoir monté la colline de Civitella, ils descendirent dans la plaine, et chargèrent, en trois divisions, les troupes du pape.

(Sa défaite et sa captivité) Richard, comte d'Averse, et le fameux Robert Guiscard, qui étaient à la gauche et au centre, attaquèrent, enfoncèrent, mirent en déroute et poursuivirent les troupeaux d'italiens qui combattaient sans discipline et fuyaient sans rougir. Le comte Humphroy, qui menait la cavalerie de l'aile droite, eut à remplir une tâche plus difficile. On a représenté les Allemands comme peu habiles à manier la lance et le cheval; mais ils formaient à pied une impénétrable phalange, et ni homme, ni cheval, ni armure, ne pouvaient résister à la pesanteur de leurs énormes sabres, qu'ils faisaient tomber à deux mains sur l'ennemi. Ils se défendaient avec opiniatreté, lorsque la cavalerie, qui revenait de la poursuite, les environna, et ils moururent dans leurs rangs avec l'estime de l'ennemi et le plaisir de s'être vengés. Le pape prit la fuite et trouva les portes de Civitella fermées; il fut pris par ses pieux vainqueurs, qui, baisant ses pieds, lui demandèrent sa bénédiction, et l'absolution de leur coupable victoire. Dans cet ennemi captif, les soldats ne voyaient que le vicaire de Jésus-Christ : et bien que ces marques de respect puissent de la part des chefs être attribuées à la politique, il y a tout lieu de croire qu'ils partageaient les superstitions du peuple. Dans le calme de la retraite, le pontife, dont les intentions avaient été bonnes, regretta l'effusion du sang humain versé à son occasion; il sentit qu'il avait été une cause de péchés et de scandales, et comme son entreprise n'avait pas réussi, il voyait le blâme général s'attacher à l'inconvenance de sa conduite. Dans ces dispositions, il ne se refusa pas au traité avantageux qu'on lui proposait; il abandonna une alliance prêchée par lui-même comme la cause de Dieu, et ratifia les conquêtes passées et futures des Normands.

(Origine de l'investiture du royaume de Naples que donne le pape) De quelque manière qu'elles eussent été usurpées, les provinces de la Pouille et de la Calabre faisaient partie de la donation de Constantin et du patrimoine de saint Pierre : ainsi, le don et l'acceptation confirmaient à la fois les prétentions du pontife et celles des Normands. Ils se promirent réciproquement l'appui de leurs armes spirituelles ou temporelles: les Normands s'engagèrent ensuite à payer à la cour de Rome un tribut ou une redevance de douze deniers par charrue, et depuis cette transaction mémorable, c'est-à-dire depuis environ sept siècles le royaume de Naples est demeuré fief du saint-siège.

1020
1085

Naissance et caractère de Robert Guiscard

On fait descendre Robert Guiscard tantôt d'un paysan, tantôt d'un duc de Normandie l'orgueil et l'ignorance se sont réunis chez une princesse grecque, pour rabaisser la naissance de Guiscard, et l'ignorance et l'adulation chez les Italiens, ses sujets, pour la relever. Il avait reçu le jour dans la seconde classe ou l'ordre moyen de la noblesse. Il sortait d'une dynastie de vavasseurs ou bannerets du diocèse de Coutances en Basse-Normandie, où ils habitaient le noble château de Hauteville; Tancrède son père se distinguait à la cour et l'armée du duc, auquel il était tenu de fournir dix soldats ou chevaliers. Deux mariages dans une famille qui n'était pas indigne de la sienne, rendirent Tancrède père de douze enfants qui furent tous élevés dans la maison paternelle, et chéris de sa seconde femme avec une égale tendresse. Mais un modique patrimoine ne suffisait pas à une progéniture nombreuse et entreprenante : les douze frères, voyant autour d'eux les funestes suites de la pauvreté et de la discorde, résolurent de chercher fortune dans les guerres étrangères. Deux seulement se chargèrent du soin de perpétuer leur lignée et de soigner la vieillesse de leur père; les dix autres, partant du château à mesure qu'ils arrivaient à l'âge de virilité, traversèrent les Alpes et joignirent les Normands de la Pouille. Les aînés furent entraînés par leur valeur; le succès de ceux-ci encouragea les plus jeunes; et Guillaume, Drogon et Humphroy, les derniers de tous, méritèrent d'être les chefs de leur nation et les fondateurs de la nouvelle république. Robert, le premier des sept fils du second mariage, possédait, de l'aveu même de ses ennemis, toutes les qualités d'un capitaine et d'un homme d'Etat. Sa stature excédait celle des hommes les plus grands de son armée : les proportions de son corps étaient celles qui donnent à la fois la force et la grâce; au déclin de sa vie, il jouissait encore de cette ferme vigueur de santé capable de tout supporter, de cette noblesse de maintien faite pour imposer à tous. Son visage était vermeil, ses épaules larges; ses longs cheveux et sa longue barbe avaient la couleur du lin; ses yeux jetaient du feu, et sa voix, comme celle d'Achille, pouvait, au milieu du tumulte d'une bataille, maintenir l'obéissance et répandre la terreur. Dans les siècles barbares de la chevalerie, ces avantages étaient trop importants pour échapper à l'attention du poète ou de l'historien. Ils observent que Robert faisait tout à la fois, et, avec la même dextérité, usage de son épée qu'il tenait de la main droite, et de sa lance qu'il tenait de la main gauche; qu'il fut désarsonné trois fois à la bataille de Civitella, et qu'à la fin de cette journée mémorable, il fut reconnu qu'il avait remporté le prix de la valeur sur tous les guerriers, soit de l'une ou de l'autre armée. Son insatiable ambition était fondée sur le sentiment de sa supériorité; dans le choix de ses moyens d'élévation, il n'était jamais arrêté par les scrupules de la justice, rarement par les sentiments de l'humanité; et quoiqu'il ne fût pas insensible à la renommée, il agissait indifféremment en secret ou à découvert, selon que l'une ou l'autre de ces méthodes lui paraissait plus favorable à l'intérêt du moment. On donna le surnom de Guiscard à ce grand maître de la sagesse politique, trop souvent confondue avec la dissimulation et la fourberie; et le poète apulien le loue d'avoir surpassé l'astuce d'Ulysse et l'éloquence de Cicéron. Cependant ses artifices se déguisaient sous une apparence de franchise militaire dans sa plus haute fortune, il demeura accessible et affable pour ses soldats, et, tout en se montrant indulgent pour les préjugés de ses nouveaux sujets, il affectait dans son vêtement et dans ses moeurs l'ancien usage de son pays. Il pillait avec avidité, afin de répandre des largesses avec profusion. Sa première indigence lui avait donné les habitudes de la frugalité; le gain d'un marchand ne lui paraissait pas indigne de son attention, et il faisait subir sans pitié à ses captifs de longues et cruelles tortures pour les forcer à découvrir leurs trésors cachés. Selon les Grecs, il partit de la Normandie suivi seulement de cinq cavaliers et de trente fantassins; et ce calcul paraît encore exagéré; ce sixième fils de Tancrède de Hauteville passa les Alpes sous un habit de pélerin, et leva ses premiers soldats parmi les aventuriers de l'Italie. Ses frères et ses compatriotes s'étaient partagé les fertiles terres de la Pouille, mais ils gardaient chacun leur part avec la jalousie de l'avarice : le jeune homme plein d'ambition gagna les montagnes de la Calabre, et dans ses premiers exploits contre les Grecs et les naturels du pays, il n'est pas facile de distinguer le héros du brigand. Surprendre un château ou un couvent, attirer un riche citoyen dans un piège, enlever des vivres dans les villages des environs, tels furent les obscurs travaux qui exercèrent sa force et ses facultés intellectuelles. Les volontaires de la Normandie se rangèrent sous ses drapeaux, et les paysans de la Calabre, commandés par lui, prirent le nom et le caractère des Normands.

1054
1080

Son ambition et ses succès

Robert, dont l'ambition s'étendait avec sa fortune, excita la jalousie de son frère aîné, qui, dans une querelle passagère, menaça ses jours et mit des entraves à sa liberté. La mort de Humphroy, ses fils en bas âge se trouvèrent exclus du commandement, et réduits à une vie privée par l'ambition de leur tuteur et de leur oncle; Guiscard, élevé sur un boucher, fut déclaré comte de la Pouille, et général de la république. Plus puissant alors, et revêtu d'une autorité plus considérable, il voulut achever la conquête de la Calabre, et acquérir un rang qui le mît pour jamais au-dessus de ses égaux. Le pape l'avait excommunié pour quelques rapines ou quelques sacrilèges; mais on persuada sans peine à Nicolas II que des amis ne peuvent se brouiller sans se nuire mutuellement, que les Normands étaient les fidèles défenseurs du saint-siège et que l'alliance d'un prince offrait plus de sûreté que la conduite capricieuse d'un corps aristocratique. Un synode de cent évèques s'assembla à Melphi, et le comte interrompit une entreprise importante pour veiller en personne à la sûreté du pontife romain et pour exécuter ses décrets. Celui-ci, par reconnaissance et par politique, accorda à Robert et à sa postérité le titre de duc, avec l'investiture de la Pouille, de la Calabre et de toutes les terres de l'Italie et de la Sicile qu'il enlèverait aux Grecs schismatiques et aux infidèles Sarrasins. Le consentement du pape pouvait justifier les conquêtes de Robert, mais non pas l'autoriser à disposer d'un peuple libre et vainqueur, sans son aveu; Guiscard ne rendit publique sa nouvelle dignité qu'après avoir illustré ses armes dans la campagne suivante, par la prise de Consenza et de Reggio. Au milieu de l'enthousiasme qu'inspirait son triomphe, il assembla ses troupes et leur demanda de confirmer par leur suffrage le jugement du vicaire de Jésus-Christ : les soldats saluèrent leur valeureux duc par des acclamations de joie; et les comtes, jusqu'alors ses égaux, prononcèrent le serment de fidélité avec le sourire sur les lèvres et l'indignation dans le cour.

(Duc de la Pouille; 1060) Robert se qualifia dès lors de duc de la Pouille, de la Calabre et de la Sicile, par la grâce de Dieu et de saint Pierre, et travailla vingt années à mériter et à réaliser ces titres pompeux; des succès si tardifs dans un pays si peu étendu paraissaient au-dessous des talents du chef et de la nation; mais les Normands étaient en petit nombre; ils avaient peu de ressources, leurs services étaient volontaires et précaires. Les grands desseins du duc furent quelquefois entravés par l'opposition de l'assemblée de ses barons; les douze comtes élus par le peuple conspirèrent contre son autorité; et les fils de Humphroy, dénonçant la perfidie de leur oncle, demandèrent justice et vengeance. L'habile Guiscard découvrit leurs complots, étouffa leur rébellion, et condamna les coupables à la mort ou à l'exil; mais il consuma inutilement ses annèes et les forces de la nation dans ces querelles domestiques. Lorsqu'il eut mis en déroute ses ennemis du dehors, les Grecs, les Lombards et les Sarrasins; les villes fortifièes de la côte de la mer leur servirent d'asile. Ils excellaient dans l'art des fortifications et celui de la défense; les Normands, habitués à servir à cheval ne savaient combattre qu'en plaine : inhabiles à l'attaque des places, ils ne pouvaient s'en rendre maîtres que par la persévérance. Salerne se défendit plus de huit mois; le siège ou le blocus de Bari dura près de quatre ans. Le duc normand se montrait le premier dans tous les dangers, était le dernier fatigué et le plus patient, dans ses souffrances. Tandis qu'il pressait la citadelle de Salerne, une pierre énorme, lancée du haut des remparts, mit en pièces une de ses machines, et un éclat de bois le blessa à la poitrine. Il logeait sous les murs de Bari, dans une mauvaise baraque formée de branches sèches et couverte de paille, poste dangereux, exposé de tous côtés aux rigueurs de l'hiver et aux traits de l'ennemi.

1054
1080

Ses conquêtes en Italie

Les provinces conquises en Italie par Robert sont celles qui forment aujourd'hui le royaume de Naples, et les révolutions de sept siècles n'ont pas séparé les contrées réunies par ses armes. Cette monarchie s'est composée des provinces grecques de la Calabre et de la Pouille, de la principauté de Salerne, soumise aux Lombards, de la république d'Amalfi, et des districts intérieurs du vaste et ancien duché de Bénévent. Trois de ces districts seulement échappèrent à sa domination, le premier pour jamais, et les deux autres jusque vers le milieu du siècle suivant. L'empereur d'Allemagne avait transféré au pape, par don ou par échange, la ville et le territoire immédiat de Bénévent; et quoique cette terre sacrée ait été envahie quelquefois, le nom de saint Pierre triompha à la fin du glaive des Normands. Leur première colonie d'Averse subjugua et conserva l'Etat de Capoue; et les princes de cette ville furent réduits à mendier leur subsistance à la porte du palais de leurs aïeux. Les ducs de la ville de Naples maintinrent la liberté populaire sous une apparence de soumission à l'empire de Byzance. Parmi les conquêtes de Guiscard, les lumières de Salerne et le commerce d'Amalfi doivent fixer un moment la curiosité du lecteur.

(Ecole de Salerne) Une école de jurisprudence suppose des lois et des propriétés, et une religion bien claire ou l'évidence de la raison peut faire négliger la théologie; mais à toutes les époques de la civilisation, les hommes ont besoin du secours de la médecine; et, si le luxe rend les maladies aigues plus fréquentes, l'Etat de barbarie multiplie le nombre des contusions et des blessures. Les trésors de la médecine des Grecs s'étaient répandus parmi les colonies arabes de l'Afrique, de l'Espagne et de la Sicile : au milieu des communications de la paix et de la guerre, une étincelle de savoir avait paru et s'était maintenue à Salerne, ville recommandable par l'honnêteté des hommes et la beauté des femmes. Une école, la première qu'on ait vue s'élever au milieu des ténèbres de l'Europe, s'y consacrait à l'art de guérir; les moines et les évêques s'accommodèrent de cette profession salutaire et lucrative, et des malades sans nombre, du rang le plus élevé et des pays les plus éloignés, appelèrent ou allèrent chercher les médecins de Salerne. Les vainqueurs normands protégèrent cette école; et Guiscard, bien qu'élevé dans le métier des armes, savait discerner le mérite et la valeur d'un philosophe. Après trente-neuf ans de voyages, Constantin, chrétien d'Afrique, rapporta de Bagdad la connaissance de la langue et des arts des Arabes, et Salerne profita de la pratique, des leçons et des écrits de l'élève d'Avicenne. Son école de médecine a sommeillé longtemps sous le nom d'université; mais ses préceptes ont été réduits au douzième siècle en une suite d'aphorismes exprimés en vers léonins ou vers latins rimés

(Commerce d'Amalfi) La ville d'Amalfi, située sept milles à l'Ouest de Salerne, et trente au Sud de Naples, jadis obscure, déployait alors la puissance et les heureuses suites de l'industrie. Son territoire était fertile, mais de peu d'étendue, et ses habitants profitèrent de leur situation près d'une mer accessible; ils se chargèrent les premiers du soin de fournir au monde occidental les ouvrages et les productions de l'Orient, et cet utile trafic fut la source de leur opulence et de leur liberté. Amalfi avait un gouvernement populaire, sous l'administration d'un duc, et la suprématie de l'empereur grec; ses murs renfermaient cinquante mille citoyens, et aucune autre ville n'offrait une quantité si considérable d'or, d'argent et d'objets d'un luxe recherché. Les marins qui remplissaient son port excellaient dans la théorie et la pratique de la navigation et de l'astronomie, et on doit à leurs recherches ou à leur bonne fortune la découverte de la boussole, qui nous a donné le moyen de parcourir le globe. Leur commerce s'étendait aux rivages de l'Afrique, de l'Arabie et de l'Inde, ou du moins il embrassait les productions de ces trois pays, et leurs établissements à Constantinople, à Antioche, à Jérusalem et à Alexandrie, avaient acquis les privilèges de colonies indépendantes. Après trois siècles de prospérité; Amalfi fut subjuguée par les Normands; et saccagée par la jalousie de la république de Pise. Elle ne contient plus qu'un millier de pêcheurs dont la misère peut s'enorgueillir des restes d'un arsenal, d'une cathédrale et des palais de ses anciens négociants.

1060
1090

Conquête de la Sicile par le comte Roger

La donation de PÈpin au pape …tienne II
La donation de Pépin
au pape Etienne

Roger, le douzième ou le dernier des fils de Tancrède, avait été retenu longtemps en Normandie par sa jeunesse et le grand âge de son père. Appelé ensuite en Italie, il se hâta d'arriver dans la Pouille où il mérita l'estime et où bientôt après il excita la jalousie de Guiscard. Ils avaient la même valeur et la même ambition; mais la jeunesse, la beauté et les manières élégantes de Roger, captivèrent l'affection des soldats et du peuple. Il avait si peu de moyens de subsistance pour lui et sa suite, composée de quarante personnes, qu'il descendit du rôle de guerrier à celui de brigand, et du brigandage au vol domestique. On avait alors des notions si imparfaites sur la propriété, que son propre historien, et par son ordre particulier, l'accuse d'avoir dérobé des chevaux dans une écurie de Melphi. Son courage le fit sortir de la pauvreté et de la honte : il quitta ses viles habitudes pour la gloire et pour le mérite d'une guerre contre les infidèles, et il fut secondé dans l'invasion de la Sicile par le zèle et la politique de son frère Guiscard. Après la retraite des Grecs, les idolâtres (tel était le nom que les catholiques osaient donner aux Sarrasins) avaient réparé leurs pertes et étaient rentrés dans leurs possessions; mais une petite troupe d'aventuriers opéra la délivrance de la Sicile, vainement entreprise, par les forces de l'empire d'Orient. Lors de sa première tentative, Roger brava sur un canot découvert les dangers réels et les dangers fabuleux de Charybde et de Scylla, débarqua avec soixante soldats sur une cité ennemie, poussa les musulmans jusqu'aux portes de Messine, et retourna sain et sauf en Italie, chargé des dépouilles de la contrée environnante. Il déploya l'activité et la patience de son courage dans la forteresse de Trani. Parvenu à un âge avancé, il racontait avec plaisir que, durant le cours du siège, lui et la comtesse sa femme furent réduits à un manteau qu'ils portaient alternativement; que son cheval ayant été tué, les Sarrasins l'entraînaient, mais qu'il se dégagea par la force de son épée, et rapporta sur son dos la selle de son coursier, afin de ne pas laisser le moindre trophée entre les mains des infidèles. Au siège de Trani trois cents Normands arrêtèrent et repoussèrent les forces de l'île. A la bataille de Ceramio, cinquante mille hommes, tant de cavalerie que d'infanterie, furent mis en déroute par cent trente six soldats chrétiens, sans compter saint George, qui combattit à cheval aux premiers rangs. On réserva pour le successeur de saint Pierre les bannières ennemies et quatre chameaux, si on eût exposé ces dépouilles des ennemies, non pas au Vatican, mais au Capitole, elles auraient pu rappeler le souvenir des triomphes sur les Carthaginois. Ce qu'on dit du petit nombre des Normands ne doit probablement s'entendre que des chevaliers ou guerriers combattant à cheval, et de noble extraction, dont chacun avait cinq ou six hommes à sa suite; mais en adoptant cette interprétation, et en supposant tous les avantages que purent donner la valeur, la bonté des armes et la réputation, la déconfiture d'une si nombreuse armée réduit encore le lecteur prudent à choisir entre l'idée d'un miracle et celle d'une fable. Les Arabes de la Sicile recevaient de puissants secours de leurs compatriotes d'Afrique : les galères de Pise aidèrent la cavalerie des Normands à faire le siège de Palerme, et au moment de l'action, la jalousie des deux frères prit le noble caractère d'une émulation généreuse et invincible. Après une guerre de trente ans, Roger acquit, avec le titre de grand comte, la souveraineté de la plus grande et de la plus fertile des îles de la Méditerranée; et son administration annonce un esprit libéral et éclairé, bien supérieur à son siècle et à son éducation. Il laissa aux musulmans la liberté de leur religion et la jouissance de leurs propriétés : un philosophe, médecin de Mazara et de la dynastie de Mahomet qui avait harangué le vainqueur, fut appelé à la cour; on traduisit en latin sa géographie des sept climats, et Roger, après l'avoir lue avec attention, préféra le livre de l'Arabe aux écrits du Grec Ptolémée. Un reste de naturels chrétiens avait contribué aux succès des Normands; ils en furent récompensés par le triomphe de la croix. L'île rentra sons la juridiction du pontife de Rome : on établit de nouveaux évêques dans les principales villes, et le clergé eut lieu d'être satisfait des magnifiques dotations accordée aux églises et aux monastères. Cependant le héros catholique soutint avec fermeté les droits du magistrat civil. Au lieu de renoncer à l'investiture des bénéfices, il eût l'adresse de tourner à son profit les prétentions des papes, et la singulière bulle qui déclare les princes de Sicile légats héréditaires et perpétuels du saint-siège, consolida et étendit la suprématie de la couronne.

1081

Robert fait une invasion dans l'empire d'Orient

La conquête de la Sicile avait été plus glorieuse qu'utile pour Robert Guiscard : la possession de la Pouille et de la Calabre ne suffisait pas à son ambition, et il résolût de saisir ou de faire naître une occasion d'envahir ou peut-être de subjuguer l'empire d'Orient. Un divorce obtenu sous prétexte de consanguinité avait éloigné sa première épouse, la compagne de son humble fortune, et Bohémond, issu de ce premier mariage, se trouvait destiné à imiter son illustre père plutôt qu'à lui succéder. Sa seconde femme était fille des princes de Salerne; les Lombards consentirent à reconnaître pour son héritier Roger, sorti de ce second mariage : cinq filles que Guiscard eut d'ailleurs de la princesse de Salerne, furent toutes honorablement mariées; et l'une d'elles fut fiancée en bas âge au jeune et beau Constantin, fils et héritier de l'empereur Michel; mais une révolution ébranla le trône de Constantinople; la famille royale de Ducas fut emprisonnée dans le palais ou dans le cloître; et Robert, affligé du malheur de sa fille et de l'expulsion de son allié, médita des projets de vengeance. Un Grec, qui se disait père de Constantin, parut bientôt à Salerne, et raconta l'histoire de son détrônement et de son évasion. Le duc ne méconnut pas cet ami malheureux; il l'environna de la pompe et le revêtit des titres de la dignité impériale. Michel parcourut en triomphe la Pouille et la Calabre : les peuples le reçurent avec des larmes et des acclamations; et le pape Grégoire VII exhorta les évêques à concourir, par leurs sermons, et les catholiques par le secours de leurs bras, au rétablissement de ce prince. Ses conversations avec Robert étaient fréquentes et familières; la valeur des Normands et les trésors de l'empire grec donnaient quelque fondement à leurs promesses réciproques. Cependant, de l'aveu des Grecs et des Latins, ce Michel n'était qu'un fantôme et un imposteur : c'était un moine échappé de son couvent où un domestique qui avait servi dans le palais. L'adroit Guiscard avait imaginé cette fourberie : il comptait qu'après avoir donné ainsi une apparence de justice à ses armes, le faux empereur rentrerait, au premier signe, dans l'état obscur d'où il venait de le tirer; mais on ne pouvait déterminer la croyance des Grecs que par la victoire, et l'ardeur des Latins n'égalait pas leur crédulité : les soldats normands voulaient jouir en paix du fruit de leurs travaux, et la lâcheté des Italiens frémissait de la seule idée des périls connus et inconnus d'une expédition au-delà de la mer. Robert employa, sur ces nouvelles levées, le pouvoir des présents et des promesses, les menaces de l'autorité civile et de l'autorité ecclésiastique; et quelques actes de violence ont donné lieu au reproche qui lui fut fait d'avoir enrôlé sans distinction et sans pitié, des vieillards et des enfants. Après deux années employées sans relâche en préparatifs, l'armée de terre et les forces navales s'assemblèrent à Otrante, dernier promontoire de l'Italie, situé à l'extrémité du talon de la botte; Robert s'y rendit accompagné de sa femme, qui combattit à ses côtés, de son fils Bohémond, et de l'imposteur qu'on donnait pour l'empereur Michel. Treize cents chevaliers normands, ou élevés à leur école, étaient le nerf de cette armée composée d'environ trente mille hommes de toute espèce. Cent cinquante navires furent destinés à transporter les soldats, les chevaux, les armes, les machines de guerre et les tours de bois couvertes de peaux non travaillées. Ces bâtiments avaient été construits en Italie, et la république de Raguse, devenue l'alliée de Robert, avait fourni les galères.

17 juin
1081

Siège de Durazzo

A l'entrée du golfe Adriatique, les côtes de l'Italie et de l'empire se rapprochent l'une de l'autre. L'espace qui est entre Brindes et Durazzo, connu sous le nom du passage romain, n'a pas plus de cent milles; en face d'Otrante, il n'en a que cinquante, et le peu de largeur du détroit donna à Pyrrhus et à Pompée l'idée sublime ou extravagante d'y élever un pont. Robert, avant d'embarquer ses munitions et ses troupes, détacha Bohémond avec quinze galères pour aller subjuguer ou menacer l'île de Gorfou, reconnaître la côte opposée, et s'assurer, aux environs de Vallone, d'un havre pour ses troupes. Bohémond fit sa traversée et son débarquement sans apercevoir d'ennemis; et cet heureux essai fit connaître l'état de décadence où la négligence des Grecs avait réduit la marine. Les îles et les villes maritimes de l'empire cédèrent aux armes de Robert ou à la terreur de son nom, et après son arrivée à Corfou (que je désigne par son nom moderne), il conduisit son escadre et son armée pour faire le siège de Durazzo. Cette ville, qui était la clef de l'empire du côté de l'Occident, se trouvait gardée par son ancienne réputation, par des ouvrages récents, par le patricien George. Paléologue qui avait gagné des batailles en Orient, et enfin par une garnison d'Albanais et de Macédoniens, peuples connus de tout temps pour fournir de bons soldats. Le courage de Guiscard fut éprouvé dans cette entreprise par des dangers et des accidents de toute espèce : dans la saison la plus favorable de l'année, sa flotte qui longeait la côte, fut assaillie tout à coup d'un ouragan mêlé de neige; de furieux vents du Sud enflèrent la mer Adriatique, et un nouveau naufrage confirma l'infîme réputation des rochers Acrocérauniens. Les voiles, la mâture et les rames furent mises en pièces ou enlevées au loin. La mer et les rivages furent couverts de débris de vaisseaux, d'armes et de cadavres; et les eaux engloutirent ou endommagèrent la plus grande partie des munitions. La galère ducale n'échappa qu'avec beaucoup de peine à la fureur des vagues, et Robert s'arrêta sept jours sur le cap voisin, pour rassembler les restes de sa flotte, et ranimer le courage battu de ses soldats. Les Normands n'étaient plus ces audacieux marins qui avaient reconnu l'Océan, du Groenland au mont Atlas, et qu'on avait vus sourire aux misérables dangers de la Méditerranée. Ils pleurèrent durant la tempête, et tremblèrent à l'approche des Vénitiens, que les prières les promesses de la cour de Byzance avaient engagés à les attaquer. L'action du premier jour ne fut pas désavantageuse à Bohémond, jeune homme imberbe, qui commandait les vaisseaux de son père; les galères de la république de Venise demeurèrent toute la nuit sur leurs ancres, rangées en forme de croissant; l'habileté de leur évolutions, la manière dont ils avaient posté leurs archers, le poids de leurs javelines et le feu grégeois que leur avait prêté l'empereur, décidèrent la victoire de la seconde journée. Les vaisseaux de la Pouille et de Raguse se réfugièrent à la côte; plusieurs virent couper leurs cibles, et tombèrent au pouvoir du vainqueur. Une sortie de la garnison de Durazzo porta le carnage et l'épouvante jusque dans les tentes de Robert : on jeta les secours dans la place, et dès que les assiégeants ne furent plus maîtres de la mer, les îles et les villes maritimes cessèrent de leur envoyer des tributs et des provisions. Une maladie pestilentielle infecta bientôt l'armée des Normands, elle fit périr sans gloire cinq cents chevaliers; et, en supposant que les morts obtinrent tous des funérailles, on voit, d'après la liste des enterrements, que Guiscard perdit dix mille personnes. Seul, inébranlable au milieu de tant de calamités, tandis qu'il faisait venir de nouvelles forces de la Pouille et de la Sicile; il ébranlait de ses machines de siège, escaladait ou sapait les murs de Durazzo; mais son industrie et sa valeur rencontrèrent une valeur égale et une industrie supérieure. Il avait conduit au pied du rempart une tour mobile qui renfermait cinq cents soldats; la descente de la porte ou du pont-levis fut arrêtée par une énorme poutre, et la tour devint en un moment la proie du feu grégeois.

Avril
septembre

Armée et marche de l'empereur Alexis

Tandis que les Turcs fondaient sur l'empire romain du côté de l'Orient, et l'armée de Guiscard du côté de l'Occident, le vieux successeur de Michel remettait le sceptre aux mains d'Alexis, illustre général et fondateur de la dynastie de Comnènes. La princesse Anne, qui a écrit l'histoire d'Alexis son père, observe, dans son style affecté, qu'Hercule lui-même n'aurait pu suffire à un double combat; et sur ce principe, elle approuve la paix précipitée que son père conclut avec les Turcs, et qui lui permit d'aller lui-même au secours de Durazzo. Alexis, trouva le camp vide de soldats et le trésor vide d'argent; mais telles furent la vigueur et l'activité de ses mesures, qu'en six mois il rassembla une armée de soixante-dix mille hommes, et fit une marche de cinq cents milles. Il leva ses troupes en Europe et en Asie, depuis le Péloponnèse jusqu'à la mer Noire; la pompe de son rang se déployait dans la magnificence de sa garde composée de cavaliers couverts d'armes d'argent et richement équipés; il marchait entouré d'un nombreux cortège de nobles et de princes, dont plusieurs (preuve de la douceur des moeurs du temps), un moment revêtus de la pourpre dans les révolutions du palais, vivaient riches et revêtus de charges considérables. Jeunes et ardents, ils devaient animer la multitude par leur exemple; mais leur goût pour le plaisir, et leur mépris pour la subordination, étaient une source de désordres et de maux : ils voulaient qu'on les mènent tout de suite au combat, et leurs clameurs importunes déconcertèrent la prudence d'Alexis, qui aurait pu environner et affamer l'armée des assiégeants. L'énumération des provinces établit une triste comparaison entre les anciennes limites de l'empire et celles qu'il avait alors. Les nouveaux soldats avaient été levés à la hâte et dans la terreur; l'on n'avait pu emmener les garnisons de l'Anatolie, ou Asie-Mineure, qu'en livrant aux Turcs les villes qu'elles défendaient. La force de l'armée grecque était dans les Varangiens, les gardes scandinaves, dont le nombre s'était accru depuis peu d'une troupe d'exilés et de volontaires de l'île de Thulé ou de la Grande-Bretagne. Les Danois et les Anglais gémissaient ensemble sous le joug des Normands : de jeunes aventuriers résolurent d'abandonner une terre d'esclavage; la mer leur offrait un moyen de se sauver, et dans leur long voyage ils parcoururent toutes les côtes qui présentaient quelque espoir de liberté et de vengeance. L'empereur grec les prit à son service; et on les établit d'abord dans une nouvelle ville de la côte d'Asie; mais Alexis les appelai bientôt au secours de sa personne et de son palais, et légua depuis à ses successeurs l'héritage de leur bravoure et de leur fidélité. Se rappelant avec indignation ce qu'ils avaient souffert de la part des Normands, ils marchèrent avec joie contre l'ennemi national, et ils brûlaient de recouvrer la gloire qu'ils avaient perdue à la bataille de Hastings. Les Varangiens étaient soutenus de quelques compagnies de Francs ou de latins; les rebelles, qui s'étaient réfugiés à Constantinople pour échapper à la tyrannie de Guiscard, s'empressaient de signaler leur zèle et de satisfaire leur vengeance. Dans ces circonstances difficiles, l'empereur n'avait pas dédaigné les secours impurs des pauliciens ou des manichéens de la Thrace et de la Bulgarie, et ces hérétiques réunissaient à l'intrépidité des martyrs, la valeur active et la discipline des plus braves soldats. Le traité avec le sultan avait procuré à l'empereur un renfort d'environ mille Turcs, et on opposa les traits de la cavalerie des Scythes aux lances de la cavalerie des Normands. Aux premiers bruits qui lui parvinrent de la force redoutable de l'armée qu'il voyait de loin s'avancer vers lui; Robert assembla un conseil composé de ses principaux officiers. Vous voyez, leur dit-il, dans quel péril vous êtes; il est pressant et inévitable. Les collines sont couvertes de guerriers et de drapeaux, et l'empereur des Grecs est accoutumé aux guerres et aux triomphes. Nous ne pouvons nous sauver que par l'obéissance et l'union, et je suis prêt à céder le commandement à un général plus habile. Les acclamations même de ses ennemis secrets l'ayant assuré en ce périlleux moment de leur estime et de leur confiance : Comptons, ajouta-t-il, sur les fruits de la victoire, et ne laissons aux lâches aucun moyen d'échapper. Brûlons nos vaisseaux et nos bagages, et combattons sur ce terrain, comme si c'était le lieu de notre naissance et de notre sépulture. Cette résolution fut unanimement approuvée; et, dédaignant de se renfermer dans les lignes, Guiscard, à la tête de son armée rangée en bataille, attendit l'approche de l'ennemi. Une rivière de peu de largeur couvrait ses derrières; son aile droite se prolongeait jusqu'à la mer; et sa gauche aboutissait à des collines : il ne savait peut-être pas qu'en ce même lieu César et Pompée s'étaient disputé l'empire du monde.

18 octobre
1081

Le siège de Durazzo

Alexis ayant résolu, contre l'avis de ses plus sages capitaines, de risquer l'événement d'une bataille, exhorta la garnison de Durazzo, à concourir, par une sortie faite à propos, à la délivrance de la ville. Il marcha sur deux colonnes pour surprendre les Normands avant la pointe du jour, et de deux côtés sa cavalerie légère se répandit sur la plaine; les archers formaient la seconde ligne, et les Varangiens se réservèrent l'honneur de combattre à l'avant-garde. Au premier choc, les haches de bataille des étrangers portèrent des coups terribles à l'armée de Guiscard, réduite alors à quinze mille hommes. Les Lombards et les Calabrais prirent honteusement la fuite; ils coururent vers les bords de la rivière et vers ceux de la mer; mais on avait détruit le pont, afin d'arrêter les soldats de la place, et la côte était bordée de galères vénitiennes qui firent jouer leurs machines au milieu de cette multitude en désordre. Prête à périr, elle fût sauvée par la valeur et la conduite de ses chefs. Les Grecs représentent Gaita, femme de Robert, comme une amazone et une seconde Pallas; moins habile dans les arts, mais non moins terrible à la guerre que la déesse des Athérauniens. Quoique blessé d'un trait, elle demeura sur le champ de bataille, et, par ses exhortations et son exemple, rallia les troupes dispersées. Sa faible voix était secondée par la voix plus forte et le bras plus vigoureux de Guiscard : aussi calme au milieu de l'action que magnanime dans les conseils : O fuyez-vous ? s'écriait-il; votre ennemi est implacable, et la mort est moins fâcheuse que la servitude. Le moment était décisif; les Varangiens, en se portant au devant de la ligne, laissèrent leurs flancs à découvert : les huit cents chevaliers qui formaient le corps de bataille du duc n'avaient pas été entamé; ils se précipitèrent la lance en arrêt; et les Grecs parlent avec douleur du choc impétueux et irrésistible de la cavalerie française. Alexis remplit tous les devoirs d'un soldat et d'un général; mais, lorsqu'il vit le massacre des Varangiens et la fuite des Turcs, méprisant ses sujets, il désespéra de sa fortune. La princesse Anne, qui verse une larme sur ce triste événement, est réduite à vanter la force et l'agilité du cheval de son père, et la vigueur avec laquelle celui-ci se défendit contre un chevalier qui, d'un coup de lance, avait brisé son casque. Sa valeur désespérée s'ouvrit un passage à travers un escadron de Français qui s'opposait à sa fuite; et, après avoir erré deux jours et deux nuits au milieu des montagnes, il put jouir de quelque repos, non de l'esprit, mais du corps; dans les murs de Lychnidus. Robert se plaignit de ce que ses troupes, par la mollesse et la lenteur de leur poursuite, avaient laissé échapper une si brillante proie; mais il en fut consolé par les trophées et les drapeaux enlevés à l'ennemi, la richesse et le luxe du camp des Grecs, et la gloire d'avoir défait une armée cinq fois plus nombreuse que la sienne. Une multitude d'Italiens avaient été victimes de leur frayeur mais cette mémorable journée (18 octobre 1081) ne lui coûta que trente chevaliers. L'armée de l'empereur perdit, soit Grecs, Turcs ou Anglais, environ cinq ou six mille hommes, parmi lesquels on compta beaucoup de nobles et de guerriers du sang royal; l'imposteur Michel trouva dans la plaine de Durazzo une mort plus honorable que sa vie.

8 février
1082

Durazzo pris

Denier impÈrial en argent de Charlemagne
Denier impérial
en argent de Charlemagne

Il est plus que probable que Guiscard s'affligea fort peu de la perte de ce fantôme d'empereur qui lui coûtait fort cher, et n'avait eu d'autre avantage que de l'exposer à la dérision des Grecs. Après leur défaite, la garnison continua à se défendre l'empereur avait eu l'imprudence de rappeler George Paléologue, et un Vénitien commandait dans la ville. Les tentes des assiégeants furent converties en baraques, capables de soutenir les rigueurs de l'hiver; et en réponse au défi de la place, Robert insinua que sa persévérance égalait au moins l'obstination des assiégés. Peut-être comptait-il déjà sur sa liaison secrète avec un noble Vénitien, qui, séduit par l'espoir d'un grand et riche mariage, eut la bassesse de les trahir. Au milieu de la nuit des échelles de corde furent jetées du haut des murs; les légers Calabrais les montèrent en silence, et les Grecs furent éveillés par le nom et les trompettes du vainqueur. Cependant ils défendirent trois jours les rues contre un ennemi déjà maître du rempart; ils se rendirent enfin après un siège de sept mois depuis le moment où la place avait été investie (8 février 1082). Robert pénétra ensuite au centre de l'empire ou Albanie; il passa les premières montagnes de la Thessalie, surprit trois cents Anglais dans la ville de Castoria, s'approcha de Thessalonique, et fit trembler Constantinople. Un devoir plus pressant ne lui permit pas de suivre ses desseins ambitieux. Le naufrage, les maladies pestilentielles et le glaive de l'ennemi, avaient détruit les deux tiers de son armée; et au lieu des recrues qu'il attendait de l'Italie, de douloureuses missives l'instruisirent des malheurs et des dangers auxquels l'Italie était livrée par son absence, de la révolte des villes et des barons de la Pouille, de la détresse du pape, et de l'approche ou de l'invasion de Henri, roi d'Allemagne.

(Retour de Robert et conduite de Bohémond) Il osa penser que sa présence suffirait à la sûreté de ses états, et repassa la mer avec un seul brigantin, laissant l'armée sous les ordres de son fils et des comtes normands, en exhortant Bohémond à respecter la liberté de ses égaux, et les comtes à obéir à l'autorité de leur général. Le fils de Guiscard marcha sur les traces de son père. Les Grecs comparent ces deux guerriers à la chenille et à la sauterelle, dont l'une dévore tout ce qui a échappé aux ravages de l'autre. Après avoir gagné deux batailles contre l'empereur, il descendit dans la plaine de Thessalie, et assiégea Larisse, capitale du royaume fabuleux d'Achille, qui contenait le trésor et les magasins de l'armée des Grecs. Au reste, on doit des éloges à la fermeté et à la prudence d'Alexis, qui lutta courageusement contre le malheur du temps. Dans la pauvreté de l'état, il osa emprunter les ornements superflus des églises; il suppléa à la désertion des manichéens par quelques tribus de la Moldavie; sept mille Turcs remplacèrent et vengèrent la perte de leurs frères; les soldats grecs apprirent à monter à cheval, à lancer des traits; ils s'exercèrent à la pratique journalière des embuscades et des évolutions. Alexis savait, par expérience, que la cavalerie si redoutable des Français, ne pouvait ni combattre ni presque se mouvoir à pied. Il ordonnait à ses archers de viser le cheval plutôt que le cavalier; il semait de pointes de fer et de différentes sortes de piques le terrain sur lequel il pouvait s'attendre à une attaque. La guerre se prolongea aux environs de Larisse, où se balancèrent les succès des deux armées. Dans toutes les occasions, le courage de Bohémond se montra d'une manière brillante et souvent heureuse; mais les Grecs imaginèrent un stratagème, qui occasionna le pillage de son camp : la ville était imprenable, et les comtes, mécontents ou corrompus par l'ennemi, quittèrent ses drapeaux, livrèrent leurs postes et s'enrôlèrent au service de l'empereur Alexis, qui retourna à Constantinople, remportant l'avantage plutôt que l'honneur de la victoire. Après avoir abandonné des conquêtes qu'il ne pouvait plus défendre, le fils de Guiscard s'embarqua pour l'Italie, où il fut très bien reçu par son père, qui connaissait son mérite et plaignait son infortune.


Devenez membre de Roma Latina

Inscrivez-vous gratuitement et bénéficiez du synopsis, le résumé du portail, très pratique et utile; l'accès au forum qui vous permettra d'échanger avec des passionnés comme vous de l'histoire latine, des cours de latin et enfin ‡ la boutique du portail !

L'inscription est gratuite : découvrez ainsi l'espace membre du portail; un espace en perpétuelle évolution...

Pub


Rien de plus simple : cliquez sur ce lien : Inscription


1081

L'empereur Henri III appelé par les Grecs

Parmi les princes latins alliés d'Alexis et ennemis de Robert, Henri III ou IV, roi d'Allemagne et d'Italie, qui devint ensuite empereur d'Occident, était le plus puissant et le plus zélé. La lettre que lui adressa le monarque grec respire une vive amitié et un extrême désir de fortifier leur alliance par des liens de famille aussi bien que par des rapports politiques. Il félicita Henri de ses succès dans une juste et sainte guerre; et il se plaint de ce que les entreprises audacieuses des Normands troublent la prospérité de son empire. La liste de ses présents est analogue aux moeurs de ce siècle : il lui envoyait une couronne d'or garnie de rayons, une croix pectorale garnie de perles, une boite de reliques avec les noms et le titre des saints, un vase de cristal, un vase de sardoine, du baume, vraisemblablement de la Mecque, et cent pièces de pourpre. Il y joignait cent quarante-quatre mille byzantins d'or, avec la promesse d'en donner deux cent seize mille de plus lorsque Henri se trouverait en armes sur le territoire de la Pouille, et confirmait par serment leur ligne contre l'ennemi commun. Le prince allemand, qui était déjà dans la Lombardie, la tête d'une armée et d'une faction, accepta ces offres magnifiques, et marcha vers le midi : il fut arrêté par la nouvelle de la bataille de Durazzo; mais la terreur de ses armes ou de son nom, en rappelant précipitamment Robert dans la Pouille, paya suffisamment le présent qu'il avait reçu de l'empereur. Henri détestait les Normands, alliés et vassaux de Grégoire VII, son implacable ennemi. Le zèle et l'ambition de ce prêtre orgueilleux, avaient rallumé la longue querelle du sacerdoce et de l'empire; le roi et le pape se déposaient mutuellement, et chacun d'eux avait établit un rival sur le trône de son antagoniste. Après la défaite et la mort du rebelle de la Souabe, Henri passa en Italie pour y prendre la couronne impériale et chasser du Vatican le tyran de l'église; mais les Romains soutinrent la cause de Grégoire; leur courage était encore raffermi par les secours d'hommes et d'argent qui leur arrivaient de la Pouille; et le roi d'Allemagne assiégea trois fois en vain la ville de Rome.

(Il assiège Rome) La quatrième année, Henri corrompit, dit-on, avec l'or de Byzance, les nobles romains qui avaient vu leurs domaines et leurs châteaux ruinés par la guerre.

(21-24-31 mars 1084) On lui livra les portes, les ponts et cinquante otages : l'antipape Clément III fut sacré dans le palais de Latran, et, plein de reconnaissance, couronna son protecteur dans le Vatican. L'empereur Henri, en qualité de légitime successeur d'Auguste et de Charlemagne, fixa sa résidence au Capitole. Le neveu de Grégoire défendait encore les ruines du Septizonium; le pape était bloqué dans le château Saint-Ange, et ne comptait plus que sur le courage et la fidélité de son vassal normand. Des injures et des plaintes réciproques avaient interrompu leur amitié; mais, dans ce pressant danger, Guiscard ne vit plus que ses serments, son intérêt plus fort que les serments, l'amour de la gloire, et son inimitié pour les deux empereurs. Déployant la sainte bannière, il résolut de voler au secours du prince des apôtres, il se mit en route après avoir rassemblé six mille cavaliers et trente mille fantassins, c'est-à-dire l'armée la plus nombreuse qu'il ait jamais eue, et ses troupes, durant toute leur marche de Salerne à Rome, furent encouragées par les applaudissements publics, et la promesse des secours du ciel.

(Il prend la fuite à l'approche de Robert; mai) Henri, vainqueur dans soixante-six batailles, trembla à approche : se souvenant de quelques affaires indispensables qui exigeaient sa présence en Lombardie, il exhorta les Romains à demeurer fidèles, et partit à la hâte trois jours avant l'arrivée des Normands. En moins de trois ans, le fils de Tancrède de Hauteville eut la gloire de délivrer le pape et de chasser devant ses armes victorieuses, l'empereur d'Orient et celui d'Occident; mais l'éclat du triomphe de Robert fut obscurci par les malheurs de Rome. A l'aide des partisans de Grégoire, on était venu à bout de percer ou d'escalader les murs; mais la faction impériale était toujours active et puissante; le troisième jour il s'éleva une sédition furieuse, et un mot inconsidéré échappé au vainqueur, et qui semblait commander la défense ou la vengeance, fut le signal de l'incendie et du pillage. Les Sarrasins de la Sicile, les sujets de Roger, et les auxiliaires de Guiscard, saisirent cette occasion de dépouiller et de profaner la sainte cils des chrétiens : des milliers de citoyens furent outragés, égorgés ou réduits en captivité, sans les yeux et par les alliés de leur père spirituel; un quartier spacieux, qui se prolongeait du palais de Latran au Colisée, fut consumé par les flammes, et de nos jours c'est encore un désert. Grégoire, abandonnant une ville qui le détestait et qui ne le craignait plus, alla finir ses jours dans le palais de Salerne. L'adroit pontife fit sans doute espérer à Guiscard la souveraineté de Rome ou la couronne impériale; mais cette mesure dangereuse, qui, selon toute apparence, aurait donné une nouvelle ardeur à l'ambition du duc normand, aurait indisposé pour jamais les fidèles princes de l'Allemagne.

1084

Seconde expédition de Robert dans la Grèce

Le libérateur et le fléau de Rome aurait pu se livrer enfin au repos; mais, dans la même année où il avait vu fuir l'empereur d'Allemagne, l'infatigable Robert reprit ses projets de conquête en Orient. Le zèle ou la reconnaissance de Grégoire avait promis à sa valeur les royaumes de la Grèce et de l'Asie. Les troupes de Guiscard étaient sous les armes, enorgueillies par le succès et prêtes à marcher aux combats. La princesse Anne, dans le langage d'Homère, compare leur troupe à un essaim d'abeilles; mais j'ai fait connaître plus liant quelles étaient les plus grandes forces au duc des Normands : il les embarqua cette fois sur cent vingt navires et comme la saison était très avancée, il préféra le havre de Brindes à la rade ouverte d'Otrante. Alexis, craignant d'être attaqué une seconde fois, s'était occupé avec assiduité à rétablir la marine de l'empire. Il avait obtenu de la république de Venise un secours considérable consistant en trente-six navires de transport, quatorze galères et neuf galiotes ou vaisseaux d'une grandeur ou d'une force extraordinaire : ce secours avait été libéralement payé par la liberté ou le privilège exclusif de commerce accordé à la république; le don que lui avait fait l'empereur d'un assez grand nombre de boutiques et de maisons dans le port de Constantinople, et un tribut d'autant plus agréable, que c'était le produit d'un impôt sur les citoyens d'Amalfi rivale de Venise. La réunion des Grecs et, des Vénitiens couvrit la mer Adriatique d'une escadre ennemie; mais leur négligence ou l'habileté de Robert : la variation des vents du l'obscurité d'une brume, ouvrirent au duc un passage, et les troupes des Normands débarquèrent saines et sauves sur la côte d'Epire. L'intrépide duc, à la tête de vingt fortes galères, chercha l'ennemi sans perdre de temps, et, quoique plus habitué à combattre à cheval, il exposa sa vie et celle de son frère et de ses deux fils à l'événement d'une bataille navale. L'empire de la mer fut disputé dans trois combats livrés à la vue de l'île de Corfou : l'habileté et le nombre des alliés prévalurent dans les deux premiers; mais au troisième, les Normands remportèrent une victoire complète et décisive. Une fuite ignominieuse dispersa les légers brigantins des Grecs; les neuf forteresses mouvantes des Vénitiens soutinrent un combat plus opiniâtre : sept furent coulées bas, et les deux autres tombèrent au pouvoir de l'ennemi; deux mille cinq cents captifs implorèrent en vain la pitié du vainqueur, et la fille d'Alexis évalue à treize mille hommes le nombre des Grecs ou alliés qui perdirent la vie en cette occasion. Le génie de Guiscard avait suppléé au défaut d'expérience : chaque soir, après avoir sonné la retraite, il examinait avec tranquillité les causes de sa défaite, et imaginait de nouvelles méthodes pour remédier à sa faiblesse et rendre inutiles les avantages de l'ennemi. L'hiver suspendit ses opérations : au retour du printemps, il songea de nouveau à se rendre maître de Constantinople; mais, au lieu de traverser les collines de l'Epire, il se porta dans la Grè et dans les villes de l'Archipel, dont la dépouille pouvait le payer de ses travaux, et où son armée et ses vaisseaux pouvaient agir ensemble avec plus de vigueur et de succès. Ses projets furent déconcertés par une maladie épidémique qui se répandit sur son camp dans l'île de Céphalonie

(Sa mort; 17 juillet 1085) Robert lui-même y mourut dans sa tente à l'âge de soixante-dix ans. Le bruit public fut que ce prince avait été empoisonné par sa femme ou par l'empereur grec. Cette mort prématurée permet à l'imagination de s'égarer dans la carrière des exploits qui pouvaient lui être réservé, et il est assez prouvé que la grandeur des Normands dépendait de son existence. Une armée victorieuse, qui ne voyait plus d'ennemis autour d'elle, se dispersa ou se retira avec le désordre de la consternation, et Alexis, qui avait tremblé pour son empire, se réjouit de sa délivrance. La galère qui portait les restes de Guiscard fit naufrage sur la côte d'Italie; mais on retira le corps, et il fut déposé dans les tombeaux de Vénuse, lieu plus célèbre par la naissance d'Horace, que par la sépulture du héros normand. Roger, son second fils et son successeur, se trouva réduit à la modeste condition de duc de la Pouille. Soit estime ou partialité, Guiscard n'avait laissé au brave Bohémond d'autre héritage que son épée. Les prétentions de celui-ci troublèrent la tranquillité nationale jusqu'à l'époque où la première croisade contre les Sarrasins de l'Orient lui ouvrit une carrière plus éclatante de gloire et de conquêtes.

26 février
1101-1154

Règne et ambition de Roger, grand comte de Sicile

Charlemagne
Charlemagne

Les plus brillantes comme les plus modestes espÈrances de la vie sont toutes et bientÙt terminÈes par le tombeau. La lignÈe masculine de Robert Guiscard s'Èteignit ‡ la seconde gÈnÈration, soit dans la Pouille soit ‡ Antioche ; mais son frËre cadet fut la souche d'une ligne de rois, et le fils du grand comte hÈrita du nom, des conquÍtes et du courage de Roger Ier[100]. Ce fils Ètait nÈ en Sicile et n'avait que quatre ans lorsqu'il succÈda ‡ la souverainetÈ de ce pays, lot que la raison pourrait envier si elle se permettait un moment l'estimable mais chimÈrique dÈsir du pouvoir. Si Roger s'Ètait contentÈ de son fertile patrimoine, ses peuples reconnaissants auraient pu bÈnir leur bienfaiteur, et si une sage administration avait ramenÈ les heureux temps des colonies grecques[101] la richesse et la puissance de la Sicile auraient ÈgalÈ ce qu'on pouvait attendre des plus vastes conquÍtes ; mais l'ambition du grand comte ne connaissait pas de si nobles desseins : ce fut par les vulgaires moyens de la violence et de l'artifice qu'il voulut la satisfaire. Il chercha ‡ dominer seul ‡ Palerme, dont la branche aÓnÈe avait obtenu la moitiÈ ; il s'efforÁa d'Ètendre la Calabre au-del‡ des bornes que fraient les premiers traitÈs ; et il Èpia avec impatience le dÈclin de la santÈ chancelante de son cousin, Guillaume de la Pouille, petit-fils de Robert.

(Duc de Puille; 1127) A la premiËre nouvelle de sa mort, Roger partit de Palerme avec sept galËres, mouilla dans la baie de Salerne, reÁut, aprËs dix jours de nÈgociation, le serment de fidÈlitÈ de la capitale des Normands, forÁa les barons ‡ lui rendre hommage ; et arracha une investiture des papes qui ne pouvaient plus supporter l'amitiÈ ou l'inimitiÈ d'un vassal puissant : il respecta le territoire de BÈnÈvent, comme le patrimoine de saint Pierre ; mais la rÈduction de Capoue et de Naples complÈta l'exÈcution des desseins formÈs par son oncle Guiscard, et il se trouva le maÓtre de toutes les conquÍtes des Normands. Fier du sentiment de son pouvoir et de son mÈrite, il dÈdaigna les titres de duc et de comte, et la Sicile, rÈunie ‡ un tiers peut-Ítre du continent de l'Italie, pouvait former la base d'un royaume[102] qui ne le cÈdait qu'aux monarchies de France et d'Angleterre. Il fut couronnÈ ‡ Palerme, et les chefs de la nation qui assistËrent ‡ son couronnement avaient sans doute le droit de dÈcider sous quel nom il rËgnerait sur eux ; mais l'exemple d'un tyran grec et d'un Èmir sarrasin ne suffisait par pour justifier son titre de monarque ; et les neuf rois du monde latin[103] pouvaient refuser de le reconnaÓtre jusqu'‡ ce qu'il e˚t obtenu la sanction du pape. L'orgueil d'Anaclet accorda avec plaisir un titre que l'orgueil de Roger s'Ètait soumis ‡ demander[104].

(Son invasion de la Grèce; 1146) A la premiËre nouvelle de sa mort, Roger partit de Palerme avec sept galËres, mouilla dans la baie de Salerne, reÁut, aprËs dix jours de nÈgociation, le serment de fidÈlitÈ de la capitale des Normands, forÁa les barons ‡ lui rendre hommage ; et arracha une investiture des papes qui ne pouvaient plus supporter l'amitiÈ ou l'inimitiÈ d'un vassal puissant : il respecta le territoire de BÈnÈvent, comme le patrimoine de saint Pierre ; mais la rÈduction de Capoue et de Naples complÈta l'exÈcution des desseins formÈs par son oncle Guiscard, et il se trouva le maÓtre de toutes les conquÍtes des Normands. Fier du sentiment de son pouvoir et de son mÈrite, il dÈdaigna les titres de duc et de comte, et la Sicile, rÈunie ‡ un tiers peut-Ítre du continent de l'Italie, pouvait former la base d'un royaume[102] qui ne le cÈdait qu'aux monarchies de France et d'Angleterre. Il fut couronnÈ ‡ Palerme, et les chefs de la nation qui assistËrent ‡ son couronnement avaient sans doute le droit de dÈcider sous quel nom il rËgnerait sur eux ; mais l'exemple d'un tyran grec et d'un Èmir sarrasin ne suffisait par pour justifier son titre de monarque ; et les neuf rois du monde latin[103] pouvaient refuser de le reconnaÓtre jusqu'‡ ce qu'il e˚t obtenu la sanction du pape. L'orgueil d'Anaclet accorda avec plaisir un titre que l'orgueil de Roger s'Ètait soumis ‡ demander[104].

Premier roi de Sicile; 25 décembre 1130-25 juillet 1139) Mais son Èlection ‡ lui-mÍme Ètait contestÈe : on avait Èlu un autre pape sous le nom d'Innocent II ; et tandis qu'Anaclet siÈgeait au Vatican, son rival fugitif, mais plus heureux, Ètait reconnu par les nations de l'Europe. La monarchie de Roger fut ÈbranlÈe et presque dÈtruite par l'erreur qu'il avait commise dans le choix de son protecteur ecclÈsiastique : l'ÈpÈe de l'empereur Lothaire II, les excommunications d'Innocent, les escadres de Pise et le zËle de saint Bernard, se rÈunirent pour la ruine du brigand de Sicile. Roger, aprËs une vigoureuse rÈsistance, se vit chassÈ du continent de l'Italie ; et, ‡ la cÈrÈmonie de l'investiture d'un nouveau duc de la Pouille, le pape et l'empereur tinrent chacun une extrÈmitÈ du gonfanon ou b‚ton du pavillon, pour marquer qu'ils soutenaient leurs droits et suspendaient leurs querelles. Mais cette amitiÈ inquiËte fut de peu de durÈe ; la maladie et la dÈsertion ne tardËrent pas ‡ dÈtruire les armÈes d'Allemagne[105]. Roger, qui pardonnait rarement ‡ ses ennemis morts ou vifs, extermina le duc de la Pouille et tous ses adhÈrents. Innocent, aussi faible que hautain, devint, ainsi que LÈon IX, son prÈdÈcesseur, le captif et l'ami des Normands ; et leur rÈconciliation fut cÈlÈbrÈe par l'Èloquence de saint Bernard, alors plein de respect pour le titre et les vertus du roi de Sicile.

1122
1152

Ses conquêtes en Afrique

Pour expier sa guerre sacrilËge contre le successeur de saint Pierre, Roger avait promis d'arborer l'Ètendard de la croix, et il s'empressa d'accomplir un vou si favorable ‡ ses intÈrÍts et ‡ sa vengeance. Les outrages que venait de recevoir la Sicile l'engageaient ‡ de justes reprÈsailles sur les Sarrasins. Les Normands, qui s'Ètaient alliÈs ‡ un si grand nombre de familles sujettes, se rappelËrent et imitËrent les exploits maritimes de ces ancÍtres qui Ètaient devenus les leurs ; ils luttËrent, dans la maturitÈ de leur force, contre la puissance africaine alors sur son dÈclin. Le calife Fatimite voulant, lors de son dÈpart pour la conquÍte de l'Afrique, rÈcompenser le mÈrite rÈel et la fidÈlitÈ apparente de Joseph, un de ses officiers, lui donna son manteau royal, quarante chevaux arabes, son palais avec les meubles magnifiques qui s'y trouvaient, et enfin le gouvernement des royaumes de Tunis et d'Alger. Les Zeirides[106], descendants de Joseph, oubliant la soumission et la reconnaissance qu'ils devaient ‡ un bienfaiteur ÈloignÈ, s'Ètaient emparÈs et avaient abusÈ des fruits de leur prospÈritÈ ; ils tombaient de faiblesse aprËs avoir fourni la carriËre peu Ètendue d'une dynastie orientale. Ils Ètaient accablÈs sur le continent par les Almohades, princes fanatiques de Maroc, et ils voyaient leurs rivages exposÈs aux entreprises des Grecs et des FranÁais qui, avant la fin du onziËme siËcle, leur avaient arrachÈ une contribution de deux cent mille piËces d'or. Les premiËres campagnes de Roger annexËrent ‡ la couronne de Sicile le rocher de Malte, illustre depuis par une colonie religieuse et militaire. Il attaqua bientÙt Tripoli[107], place forte situÈe sur la cÙte de la mer ; et s'il Ègorgea les m‚les et rÈduisit les femmes en captivitÈ, on doit se souvenir que les musulmans se permirent souvent le mÍme abus de la victoire. La capitale des Zeirides portait le nom d'Afrique, de celui de la contrÈe, et on l'appelait quelquefois Mahadia[108], du nom de l'Arabe qui en avait jetÈ les fondements : elle est forte et b‚tie sur un isthme, mais la fertilitÈ de la plaine des environs ne compense pas l'imperfection du port. George, amiral de Sicile, assiÈgea Mahadia avec une escadre de cent cinquante galËres, bien pourvue de soldats et de machines de guerre : le souverain avait pris la fuite ; le gouverneur maure refusa de capituler : mais ne voulant pas affronter le dernier assaut, il s'Èchappa secrËtement avec les musulmans, et abandonna aux FranÁais la ville et ses trÈsors. Le roi de Sicile et ses lieutenants subjuguËrent en plusieurs expÈditions Tunis, Safax, Capsia, Bona et une longue Ètendue de cÙtes[109] : on mit des garnisons dans les forteresses, on assujettit la contrÈe ‡ un tribut, et la flatterie p˚t assurer avec quelque apparence de vÈritÈ, que le glaive de Roger tenait l'Afrique sous le joug[110]. AprËs sa mort, ce glaive se brisa ; et, sous le rËgne orageux de son successeur, on nÈgligea, on Èvacua ou l'on perdit ces possessions d'outre-mer[111]. Les triomphes de Scipion et de BÈlisaire ont prouvÈ que l'Afrique n'est ni inaccessible ni invincible ; mais de grands princes de la chrÈtientÈ ont ÈchouÈ dans leurs armements contre les Maures, qui peuvent encore se glorifier de la rapiditÈ de leurs conquÍtes et de leur domination en Espagne.

1146

Son invasion de la Grèce

AprËs la mort de Robert Guiscard, les Normands oubliËrent soixante ans leurs projets sur l'empire la de Constantinople. L'habile Roger sollicita auprËs des princes grecs des alliances politiques et domestiques qui pussent relever son titre de roi : il demanda en mariage une fille de la maison des ComnËnes, et les premiËres nÈgociations du traitÈ paraissaient annoncer une issue favorable ; mais le mÈpris qu'on tÈmoigna ‡ ses ambassadeurs irrita sa vanitÈ, et, selon les lois des nations, un peuple innocent fut puni de la morgue de la cour de Byzance[112]. George, amiral de Sicile, passa devant Corfou avec une escadre de soixante-dix galËres. La capitale et l'Óle entiËre furent livrÈes par les habitants, peu attachÈs ‡ la cour qui les gouvernait, et instruits par l'expÈrience qu'un siÈge est toujours plus dÈsastreux qu'un tribut. Durant cette invasion, qui est de quelque importance dans les annales du commerce, les Normands se rÈpandirent sur la MÈditerranÈe et les provinces de la GrËce, l'‚ge respectable des villes d'AthËnes, de ThËbes et de Corinthe, n'arrÍta ni la rapine ni la cruautÈ. Aucun monument de la dÈvastation que subit AthËnes n'est parvenu jusqu'‡ nous. Les Latins escaladËrent les anciens murs qui environnaient les richesses de ThËbes sans les garder ; les vainqueurs, ne se souvinrent de l'…vangile, que pour le faire intervenir dans le serment par lequel ils firent jurer aux lÈgitimes propriÈtaires, qu'ils n'avaient soustrait aucune portion de leurs biens. La ville basse de Corinthe fut ÈvacuÈe ‡ l'approche des Normands ; les Grecs se retirËrent dans la citadelle, placÈe sur une hauteur ou la source de PirËne, si connue des amateurs de l'ancienne littÈrature, versait des eaux en abondance : elle e˚t ÈtÈ imprenable si les avantages de l'art et de la nature pouvaient supplÈer au dÈfaut de bravoure. Les assiÈgeants n'essuyËrent d'autre fatigue que celle de gravir la colline. Leur gÈnÈral, ÈtonnÈ de sa victoire, tÈmoigna sa reconnaissance envers le ciel en arrachant de l'autel une image prÈcieuse de ThÈodore, le saint tutÈlaire de la forteresse. Les fabricants de soie des deux sexes, que Roger envoya en Sicile, formËrent la partie la plus prÈcieuse du butin, et, comparant l'habile industrie de ces artisans avec la fainÈantise et la l‚chetÈ des soldats, il s'Ècria que la quenouille et le mÈtier Ètaient les seules armes que les Grecs fussent capables de manier.

(Son amiral délivre louis VII, roi de France) Cette expÈdition maritime fut signalÈe par deux ÈvËnements remarquables : la dÈlivrance d'un roi de France et Constantinople insultÈe par les vaisseaux siciliens. Les Grecs, violant toutes les lois de l'honneur et de la religion, avaient arrÍtÈ Louis VII ‡ son retour d'une croisade malheureuse. La flotte normande le rencontra et le dÈlivra. Il fut conduit avec honneur ‡ la cour de Sicile, d'o˘ il se rendit ensuite ‡ Paris en passant par Rome[113].

(Il insulte Constantinople) L'empereur grec se trouvait absent ; Constantinople et l'Hellespont Ètaient sans dÈfense et ne se croyaient pas en danger. Les galËres de Sicile vinrent mouiller devant la citÈ impÈriale, et jetËrent l'Èpouvante parmi le clergÈ et le peuple ; car les soldats avaient suivi les drapeaux de Manuel. L'amiral sicilien n'avait pas assez de force pour assiÈger une si grande mÈtropole ou l'emporter d'assaut ; mais il eut le plaisir d'humilier l'arrogance des Grecs, et de montrer aux vaisseaux de l'Occident le chemin de la victoire. Il dÈbarqua quelques soldats pour dÈvaster les jardins de l'empereur, et il arma de pointes d'argent, ou, ce qui est plus vraisemblable, de matiËres enflammÈes, les traits que lanÁa son armÈe contre le palais des CÈsars[114].

(L'empereur Manuel repousse les Normands; 1148-1149) Manuel affecta de mÈpriser cette mauvaise plaisanterie des pirates de la Sicile, favorisÈe par un moment d'oubli et de nÈgligence ; mais son courage et ses forces Ètaient prÍts ‡ la vengeance. L'Archipel et la mer d'Ionie furent couverts de ses escadres et de celles de Venise ; cependant je ne sais combien il faudrait supposer de b‚timents de transport, de navires munitionnaires et de chaloupes, pour accommoder notre raison ou mÍme les calculs de notre imagination ‡ ceux de l'historien de Byzance, qui porte ‡ quinze cents le nombre des b‚timents mis en mer dans cette occasion. L'empereur dirigea cette opÈration avec sagesse et avec Ènergie ; George perdit dans sa retraite, dix-neuf galËres, dont plusieurs tombËrent au pouvoir de l'ennemi. Corfou, aprËs une dÈfense opini‚tre, implora la clÈmence de son lÈgitime souverain et, dËs ce moment, le territoire de l'empire ne renferma pas un navire ou un soldat de Roger qui ne f˚t captif. La prospÈritÈ et la santÈ de ce prince dÈclinaient : tandis qu'il Ècoutait au fond de son palais les messagers qui lui annonÁaient une victoire ou une dÈfaite ; l'invincible Manuel, toujours le premier au combat ; Ètait des Grecs et des Latins comme l'Alexandre ou l'Hercule de son siËcle.

814-962

Transactions de l'empire d'Orient et de celui d'Occident

Le nouveau titre de Charlemagne fut annoncé en Orient par le changement de son style; le titre de père, qu'il accordait aux empereurs grecs, fit place au nom de frère, symbole d'égalité et de familiarité. Peut-être, dans ses rapports avec Irène, aspirait-il au titre d'époux : ses ambassadeurs à Constantinople parlèrent le langage de la paix et de l'amitié; et peut-être le but secret de leur mission fut-il de négocier un mariage avec cette princesse ambitieuse, qui avait abjuré tous ses devoirs de mère. Il est impossible de conjecturer quelles eussent été la nature, la durée et les suites d'une pareille union entre deux empires si éloignés et si étrangers l'un ‡ l'autre; mais le silence unanime des Latins doit faire penser que le bruit de cette négociation de mariage fut inventé par les ennemis d'Irène, afin de la charger du crime d'avoir voulu livrer l'Eglise et l'Etat aux peuples de l'Occident. Les ambassadeurs de France furent témoins de la conspiration de Nicéphore et de la haine nationale, et ils manquèrent d'en être les victimes. Constantinople fut indignée de la trahison et du sacrilège de l'ancienne Rome; chacun répétait ce proverbe, que les Français étaient de bons amis et de mauvais voisins; mais il était dangereux de provoquer un voisin qui pouvait avoir la tentation de renouveler, dans l'église de Sainte-Sophie, la cérémonie de son couronnement. Les ambassadeurs de Nicéphore, après un pénible voyage, de longs détours et de longs délais, trouvèrent Charlemagne dans son camp, sur les bords de la Saal; et, pour confondre leur unité, ce prince déploya dans un village de la Franconie toute la pompe, ou du moins toute la morgue du palais de Byzance. Les Grecs traversèrent quatre salles d'audience : dès la première, ils allaient se prosterner devant un personnage magnifiquement vêtu, et assis sur un siège élevé, lorsqu'il leur apprit qu'il n'était que le connétable ou le maître des chevaux, c'est-à-dire un des serviteurs du prince. Ils firent la même méprise et reçurent la même réponse dans les trois pièces où se trouvait le comte du palais, l'intendant et le grand chambellan. Leur impatience s'étant ainsi accrue peu à peu, on ouvrit enfin la porte de la chambre où était Charlemagne; et, ils aperçurent le monarque, environné de tout l'étalage de ce luxe étranger qu'il méprisait, et de l'amour et du respect de ses chefs victorieux. Les deux empires conclurent un traité de paix et d'alliance, et il fut décidé que chacun garderait les domaines dont il se trouvait en possession; mais les Grecs oublièrent bientôt cette humiliante égalité, ou ils ne s'en souvinrent que pour détester les Barbares qui les avaient forcés à la reconnaître. Tant que le pouvoir et les vertus se trouvèrent réunis, ils saluèrent avec respect l'auguste Charlemagne, en lui donnant les titres de basileus et d'empereur des Romains. Du moment où l'élévation de Louis le Pieux eut séparé ces deux attributs, on lut sur la suscription des lettres de la cour de Byzance, au roi, ou, comme il se qualifie lui-même, l'empereur des Français et des Lombards. Lorsqu'ils n'aperçurent plus ni pouvoir ni vertus, ils dépouillèrent Louis II de son titre héréditaire; et, en lui appliquant la dénomination barbare de rex ou rega, ils le reléguèrent dans la foule des princes latins. Sa réponse annonce sa faiblesse : il prouve avec assez d'érudition que, dans l'histoire sacrée et l'histoire profane, le nom de roi est synonyme du mot grec basileus : il ajoute que si, ‡ Constantinople, on lui donne une acception plus exclusive et plus auguste, il tient de ses ancêtres et du pape le juste droit de participer aux honneurs de la pourpre romaine. La même dispute recommença sous le règne des Othon, et leur ambassadeur peint sous de vives couleurs l'insolence de la cour de Constantinople. Les Grecs affectaient de mépriser la pauvreté et l'ignorance des Français et des Saxons; et, réduits au dernier degré de l'abaissement, ils refusaient encore de prostituer aux rois de la Germanie le titre d'empereurs romains.

800-1060

Autorité des empereurs dans l'élection des papes

mÈrovingiens
Le pape Jean XI

Les empereurs d'Occident continuaient à exercer sur l'élection des papes l'influence que s'étaient arrogée les princes goths et les empereurs grecs; et l'importance de cette prérogative augmenta avec les domaines temporels et la juridiction spirituelle de l'Eglise romaine.

(800-1060) Selon la constitution aristocratique du clergé, ses principaux membres formaient un sénat qui aidait l'administration de ses conseils, et qui nommait à l'évêché lorsqu'il devenait vacant. Il y avait dans Rome vingt-huit paroisses : chaque paroisse était gouvernée par un cardinal prêtre ou presbyter, titre qui, modeste à son origine, voulut ensuite égaler la pourpre des rois. Le nombre des membres de ce conseil fut augmenté par l'association des sept diacres des hôpitaux les plus considérables, des sept juges du palais de Latran; et de quelques dignitaires de l'Eglise. Il était sous la direction des sept cardinaux évêques de la province romaine, qui s'occupaient moins de leurs diocèses d'Ostie, de Porto, de Velitres, de Tusculum, de Préneste, de Tivoli et du pays des Sabins, situés, pour ainsi dire, dans les faubourgs de Rome, que de leur service hebdomadaire à la cour de l'évêque, et du soin d'obtenir une plus grande portion des honneurs et de l'autorité du siège apostolique. Lorsque le pape mourait, ces évêques désignaient au collège des cardinaux celui qu'ils devaient choisir pour son successeur, et les applaudissements ou les clameurs du peuple romain approuvaient ou rejetaient leur choix : mais, après le suffrage du peuple, l'élection était encore imparfaite; et, pour sacrer légalement le pontife, il fallait que l'empereur, en qualité d'avocat de l'Eglise, eût déclaré son approbation et son consentement. Le commissaire impérial examinait, sur les lieux, la forme et la liberté de l'élection; et ce n'était qu'après avoir bien approfondi les qualifications des électeurs, qu'il recevait le serment de fidélité, et qu'il confirmait les donations qui avaient enrichi successivement le patrimoine de saint-Pierre. S'il survenait un schisme (et il en arrivait souvent), on se soumettait au jugement de l'empereur, qui, au milieu d'un synode d'évêques, osait juger, condamner et punir un pontife criminel. Le sénat et le peuple s'engagèrent, dans un traité avec Othon Ier, de choisir le candidat le plus agréable à sa majesté : ses successeurs anticipèrent ou prévinrent leurs suffrages; ils donnèrent à leur chancelier l'évêché de Rome, ainsi que les évêchés de Cologne et de Bamberg; et quel que fût le mérite d'un Français ou d'un Saxon son nom prouve assez l'intervention d'une puissance étrangère. Les inconvénients d'une élection populaire excusaient, d'une manière spécieuse, ces actes d'autorité.

(Désordres) Le compétiteur exclu par les cardinaux en appelait aux passions ou à l'avarice de la multitude : des meurtres souillèrent le Vatican, et le palais de Latran; et les sénateurs les plus puissants, les marquis de Toscane et les comtes de Tuscule, tinrent le siège apostolique dans une longue servitude. Les papes des neuvième et dixième siècles furent insultés, emprisonnés et assassinés par leurs tyrans; et lorsqu'on les dépouillait des domaines qui dépendaient de leur Eglise, telle était leur indigence, que non seulement ils ne pouvaient pas soutenir l'état d'un prince, mais qu'ils ne pouvaient pas même exercer la charité d'un prêtre. Le crédit qu'eurent alors deux soeurs prostituées, Marozia et Théodora, était fondé sur leurs richesses et sur leur beauté, sur leurs intrigues amoureuses ou politiques : la mitre romaine était la récompense des plus infatigables de leurs amants, et leur règne a pu faire naître, dans les siècles d'ignorance, la fable d'une papesse. Un bâtard de Marozia, un de ses petits-fils et un de ses arrière-petits-fils, descendant du bâtard (singulière généalogie), montèrent sur le trône de saint Pierre; et ce fut à l'âge de dix-neuf ans que le second d'entre eux devint le chef de l'Eglise latine. La maturité de son âge répondit à ce qu'on avait dû attendre de sa jeunesse; et la foule des pélerins qui venaient visiter Rome, pouvait attester la vérité des accusations qu'on forma contre lui dans un synode romain et en présence d'Othon le Grand. Après avoir renoncé à l'habit et aux bienséances de son état, le pape Jean XI, en sa qualité de soldat, pouvait n'être pas déshonoré par ses excès de boisson, ses meurtres, ses incendies, son goût effréné pour le jeu et pour la chasse : ses actes publics de simonie pouvaient être la suite de sa détresse; et supposé qu'il ait, comme on le dit, invoqué Jupiter et Vénus, ce put n'être qu'en plaisantant; mais nous voyons avec quelque surprise ce digne petit-fils de Marozia vivre publiquement en adultère avec les matrones de Rome, le palais de Latran changé en une école de prostitution, et les attentats du pape contre la pudeur des vierges et des veuves, empêchant les femmes de se rendre en pèlerinage au tombeau de saint Pierre, où elles auraient bien pu, dans cet acte de dévotion, être violées par son successeur. Les protestants ont insisté, avec un plaisir malin, sur ces traits de ressemblance avec l'antéchrist; mais, aux yeux d'un philosophe, les vices du clergé sont beaucoup moins dangereux que ses vertus. Après de longs scandales, le siège apostolique fut purifié et relevé par l'austérité et le zèle de Grégoire VII.

(Réforme et prétentions de l'Eglise; 1073) Ce moine ambitieux s'occupa toute sa vie de l'exécution de deux projets; dont le premier était de fixer dans le collège des cardinaux la liberté et l'indépendance de l'élection du pape, et de l'affranchir à jamais de l'influence, soit légitime, soit usurpée, des empereurs et du peuple romain; le second objet de toute sa conduite fut de parvenir à donner et à reprendre l'empire d'Occident comme un fief ou bénéfice de l'Eglise, et à étendre sa domination temporelle sur les rois et les royaumes de la terre. Après cinquante années de combats, la première de ces opérations se trouva achevée par le secours de l'ordre ecclésiastique, dont la liberté était liée à celle de son chef; mais la seconde, malgré quelques succès apparents ou partiels, trouva dans la puissance civile une vigoureuse opposition, et s'est vue totalement arrêtée par les progrès de la raison humaine.

992

Révolte d'Albéric

(Autorité dont les empereurs jouissaient à Rome) Lors de la renaissance de l'empire de Rome, l'évêque ni le peuple ne pouvaient donner à Charlemagne ou ‡ Othon des provinces perdues, comme on les avait acquises, par le sort des armes, mais les Romains étaient libres de se choisir un maître, et le pouvoir délégué au patrice fut accordé d'une manière irrévocable aux empereurs français et saxons. Les annales incomplètes de ces temps-là nous ont conservé quelques souvenirs du palais, de la monnaie, du tribunal, des édits de ces princes, et de la justice exécutive que, jusqu'au treizième siècle, le préfet de la ville exerça en vertu des pouvoirs qu'il recevait des Césars; mais enfin cette souveraineté des empereurs, fut détruite par les artifices des papes et la violence du peuple. Les successeurs de Charlemagne, contents des titres d'empereur et d'Auguste, négligèrent de maintenir cette juridiction locale; dans les temps de prospérité, des objets plus séduisants occupaient leur ambition, et lors de la décadence et de la division de l'empire, leur attention fut entièrement absorbée par le soin de défendre leurs provinces héréditaires.

Au milieu des désordres de l'Italie, la fameuse Marozia détermina un des usurpateurs à devenir son troisième mari, et sa faction introduisit Hugues, roi de Bourgogne, dans le môle d'Adrien (Hadrien), ou château Saint-Ange, qui domine le pont principal et l'une des entrées de Rome. Son fils Albéric, qu'elle avait eu d'un de ses premiers maris, fut contraint de servir au banquet nuptial : irrité de la répugnance visible avec laquelle il s'acquittait de ses fonctions, son beau-père le frappa. Ce coup produisit une révolution : Romains, s'écria le jeune homme, vous étiez jadis les maîtres du monde et ces Bourguignons étaient alors les plus abjects de vos esclaves. Ils règnent maintenant, ces sauvages voraces et brutaux, et l'outrage que je viens de recevoir est le commencement de votre servitude. On sonna le tocsin, tous les quartiers de la ville coururent aux armes : les Bourguignons se retirèrent honteusement et à pas précipités : Albéric, vainqueur emprisonna sa mère Marozia, et réduisit son frère, le pape Jean XI, à l'exercice de ses fonctions spirituelles. Il gouverna Rome plus de vingt ans avec le titre de prince; on dit que, pour flatter les préjugés du peuple, il rétablit l'office ou du moins le nom des consuls et des tribuns. Octavien, son fils et son héritier, prit avec le pontificat le nom de Jean XII : harcelé par les princes lombards, ainsi que son prédécesseur, il chercha un défenseur capable de délivrer l'Eglise et la république, et la dignité impériale devint la récompense des services d'Othon; mais le Saxon était impérieux, et les Romains étaient impatients. La fête du couronnement fut troublée par les débats secrets qu'excitaient d'un côté la jalousie du pouvoir, et de l'autre les inquiétudes de la liberté. Othon, craignant d'être attaqué et massacré au pied de l'autel, ordonna à son porte-glaive de ne pas s'éloigner de sa personne.

(Du pape Jean XII; 967) Avant de repasser les Alpes, l'empereur punit la révolte du peuple et l'ingratitude de Jean XI. Le pape fut déposé dans un synode; le préfet, placé sur un âne et fustigé dans tous les quartiers de la ville, fut ensuite jeté au fond d'un cachot : treize des citoyens les plus coupables expirèrent sur un gibet, d'autres furent mutilés ou bannis, et les anciennes lois de Théodose et de Justinien servirent à justifier la sévérité de ces châtiments. Othon II a été accusé par la voix publique d'avoir fait massacré avec autant de cruauté que de perfidie des sénateurs qu'il avait invités à sa table sous l'apparence de l'hospitalité et de l'amitié.

(Du consul Crescentius; 998) Durant la minorité d'Othon III, son fils, Rome fit une tentative vigoureuse pour secouer le joug des Saxons, et, le consul Crescence fut le Brutus de la république. De la condition de sujet et d'exilé, il parvint deux fois au commandement de la ville; il opprima, chassa, créa des papes, et forma une conspiration pour rétablir l'autorité des empereurs grecs. Il soutint un siège opiniâtre dans le château Saint-Ange; mais s'étant laissé séduire par une promesse de sûreté, il fut pendu, et on exposa sa tête sur les créneaux de la forteresse. Par un revers de fortune, Othon, ayant séparé ses troupes, fût assiégé durant trois jours dans son palais, où il manquait de vivres; et ce ne fût que par une honteuse évasion qu'il vint à bout de se soustraire à la justice ou à la fureur des Romains. Le sénateur Ptolémée dirigeait le peuple, et la veuve du consul Crescence eut le plaisir de venger son mari en empoisonnant l'empereur devenu son amant, du moins lui en fit-on l'honneur. Le projet d'Othon III était d'abandonner les âpres contrées du Nord pour élever son trône en Italie, et faire revivre les institutions de la monarchie romaine; mais ses successeurs ne se montrèrent jamais qu'une fois en leur vie sur les bords du Tibre, pour recevoir la couronne dans le Vatican. Leur absence les exposait au mépris, et leur présence était odieuse et formidable. Ils descendaient des Alpes à la tête de leurs Barbares, étrangers à l'Italie où ils arrivaient en ennemis, et leurs passagères apparitions n'offraient que des scènes de tumulte et de carnage. Les Romains, toujours tourmentés par un faible souvenir de leurs ancêtres, voyaient avec une pieuse indignation cette suite de Saxons, de Français, de princes de Souabe et de Bohême, usurper la pourpre et les prérogatives des Césars.

774-1250

Le royaume d'Italie

Il n'y a peut-être rien de plus contraire à la nature et à la raison que de tenir sous le joug, contre leur gré et contre leur intérêt, des pays éloignés et des nations étrangères. Un torrent de Barbares peut passer sur la terre; mais, pour maintenir un empire étendu, il faut un système approfondi de politique et d'oppression. Il doit y avoir au centre un pouvoir absolu prompt à l'action et riche en ressources; il faut pouvoir communiquer facilement et rapidement d'une extrémité à l'autre; il faut avoir des fortifications pour réprimer les premiers mouvements des rebelles, une administration régulière capable de protéger et de punir, et une armée bien disciplinée qui puisse inspirer la crainte sans exciter le mécontentement et le désespoir. Les Césars de l'Allemagne, dans leur projet d'asservir le royaume d'Italie, se trouvaient dans une position bien différente. Leurs domaines patrimoniaux s'étendaient le long du Rhin ou étaient dispersés dans leurs diverses provinces; mais l'imprudence ou la détresse de plusieurs princes avait aliéné ce riche héritage, et le revenu qu'ils tiraient d'un exercice minutieux et vexatoire de leurs prérogatives, suffisait à peine à l'entretien de leur maison. Leurs armÈes n'étaient fondées que sur le service, soit légal, soit volontaire, de leurs diffÈrents feudataires, qui ne passaient les Alpes qu'avec répugnance, se permettaient toute espèce de rapines et de désordres et désertaient souvent avant la fin de la campagne. Le climat de l'Italie en détruisait des armées entières; ceux qui échappaient à sa meurtrière influence rapportaient dans leur patrie les ossements de leurs princes et de leurs nobles; ils imputaient quelquefois l'effet de leur intempérance à la perfidie ou à la méchanceté des Italiens, qui du moins se réjouissaient des maux des Barbares. Cette tyrannie irrégulière combattait à armes égales contre la puissance des petits tyrans du pays; l'issue de la querelle n'intéressait pas beaucoup le peuple. Mais, aux onzième et douzième siècles, les Lombards ranimèrent le flambeau de l'industrie et de la liberté, et les républiques de la Toscane imitèrent enfin ce généreux exemple. Les villes d'Italie avaient toujours conservé une sorte de gouvernement municipal; et leurs premiers privilèges furent un don de la politique des empereurs, qui voulaient faire servir les plébéiens à contenir l'indépendance de la noblesse. Mais le rapide progrès de ces communautés, et les extensions qu'elles donnaient chaque jour à leur pouvoir, n'eurent d'autre cause que le nombre et l'énergie de leurs membres. La juridiction de chaque ville embrassait toute l'étendue d'un diocèse ou d'un district : celle des évêques, des marquis et des comtés, fut anéantie, et les plus orgueilleux d'entre les nobles se laissèrent persuader ou furent contraints d'abandonner leurs châteaux solitaires, et de prendre la qualité plus honorable de citoyens et de magistrats. L'autorité législative appartenait à l'assemblée générale; mais le pouvoir exécutif était entre les mains de trois consuls qu'on tirait annuellement des trois ordres dont se composait la république, savoir les capitaines, les valvasseurs et les communes, sous la protection d'une législation égale pour tous. L'agriculture et le commerce se ranimèrent peu à peu; la présence du danger entretenait le caractère guerrier des Lombards; et dès qu'on sonnait le tocsin ou qu'on arborait le drapeau, les portes de la ville répandaient au dehors une troupe nombreuse et intrépide, dont le zèle patriotique se laissa bientôt diriger par la science de la guerre et les règles de la discipline. L'orgueil des Césars se brisa contre ces remparts populaires, et l'invincible génie de la liberté triompha des deux Frédéric, les deux plus grands princes du moyen âge : le premier plus grand peut-être par ses exploits militaires, mais le second cloué certainement à un degré bien supérieur des lumiËres et des vertus qui conviennent à la paix.

1152-12501

Fréderic Ier (1152-1190) et Frédéric II (1198-1250)

Frédéric Ier, ambitieux de rétablir la pourpre dans tout son éclat, envahit-les républiques de la Lombardie avec l'adresse d'un homme d'Etat, la valeur d'un soldat et la cruauté d'un tyran. La découverte des Pandectes, retrouvées depuis peu, avait renouvelé une science très favorable au despotisme, et des jurisconsultes vendus déclarèrent l'empereur maître absolu de la vie et de la propriété de ses sujets. La diète de Roncaglia reconnut ses prérogatives royales dans un sens moins odieux; le revenu de l'Italie fut fixé à soixante mille marcs d'argent, mais les extorsions des officiers du fisc donnèrent à ces impôts une étendue indéfinie. Les villes les plus obstinées furent réduites par la terreur ou la force de ses armes : il livra les captifs au bourreau ou les fit périr sous les traits lancés par ses machines de guerre. AprËs le siège et la reddition de Milan, il fit raser les édifices de cette magnifique capitale; il en tira trois cents otages qu'il envoya en Allemagne, et les habitants, assujettis au joug de l'inflexible vainqueur, furent dispersés dans quatre villages. Milan ne tarda pas à sortir de ses cendres; le malheur cimenta la ligue de Lombardie; Venise, le pape Alexandre III et l'empereur grec, en défendirent les intérêts : l'édifice du despotisme fut renversé en un jour, et dans le traité de Constance, Frédéric signa, avec quelques réserves, la liberté de vingt-quatre villes. Ces villes avaient acquis toute leur vigueur et toute leur maturité lorsqu'elles luttèrent contre son petit-fils; mais des avantages personnels et particuliers distinguaient Frédéric II.

Sa naissance et son éducation le recommandaient aux Italiens; et durant l'implacable discorde de la faction des Gibelins et de celle des Guelfes, les premiers s'attachèrent à l'empereur, tandis que les seconds, arborèrent la bannière de la liberté et de l'Eglise. La cour de Rome, dans un moment de sommeil, avait permis à Henri VI de réunir à l'empire les royaumes de Naples et de Sicile; et Frédéric II, son fils, tira de ces Etats héréditaires de grandes ressources en soldats et en argent. Cependant il fut enfin accablé par les armés des Lombards et les foudres du Vatican; son royaume fut donné à un étranger, et le dernier de sa lignée fût publiquement décapité sur un échafaud dans la ville de Naples. Il y eut un intervalle de soixante ans, durant lequel on ne vit pas d'empereur en Italie, et on ne se souvint de ce nom que par la vente ignominieuse des derniers restes de la souveraineté.

1250

La constitution germanique

C'est au quatorzième siècle qu'on est surtout frappé du contraste qui existe entre le nom et la situation de l'empire romain d'Allemagne, lequel, excepté sur les bords du Rhin et du Danube, ne possédait pas une seule des provinces de Trajan et de Constantin. Ces princes avaient pour indignes successeurs les comtes de Habsbourg, de Nassau, de Luxembourg et de Schwartzembourg : l'empereur Henri VII obtint pour son fils la couronne de Bohème, et Charles IV, son petit-fils, reçut le jour chez un peuple que les Allemands eux-mêmes traitaient d'étranger, de barbare. Après l'excommunication de Louis de Bavière, les papes, qui, malgré leur exil ou leur captivité dans le comtat d'Avignon, affectaient de disposer des royaumes de la terre, lui donnèrent ou lui promirent l'empire, alors vacant. La mort de ses compétiteurs lui procura les voix du collège électoral, et il fut unanimement reconnu roi des Romains et futur empereur, titre qu'on prostituait aux Césars de la Germanie et à ceux de la Grèce. L'empereur d'Allemagne n'était que le magistrat électif et sans pouvoir d'une aristocratie de princes qui ne lui avaient pas laissé un village dont il pût se dire le maître. Sa plus belle prérogative était le droit de présider le sénat de la nation, assemblé d'après ses lettres de convocation, et d'y proposer les sujets de délibération; et son royaume de Bohême, moins opulent que la ville de Nuremberg, située aux environs, formait la base la plus solide de son pouvoir et la source la plus riche de son revenu. L'armée avec laquelle il passa les Alpes n'était composée que de trois cents cavaliers. Il fut couronné dans la cathédrale de Saint-Ambroise, avec la couronne de fer que la tradition attribuait à la monarchie des Lombards; mais on ne lui permit qu'une suite peu nombreuse : les portes de la ville se fermèrent sur lui, et les armes des Visconti retinrent en captivité le roi d'Italie, qui fut obligé de les confirmer dans la possession de Milan. Il fut couronné une seconde fois au Vatican, avec la couronne d'or de l'empire; mais, pour se conformer à un article d'un traité secret, l'empereur romain se retira sans passer une seule nuit dans l'enceinte de Rome. L'éloquent Pétrarque, qui, entraîné par son imagination, voyait déjà recommencer la gloire du Capitole, déplore et accuse la fuite ignominieuse du prince bohémien; et les auteurs contemporains, observent que la vente lucrative des privilèges et des titres fut le seul acte d'autorité que fit l'empereur dans son passage. L'or de l'Italie assura l'élection de son fils; mais telle était la honteuse pauvreté de cet empereur romain, qu'un boucher l'arrêta dans les rues de Worms, et qu'on retint sa personne dans une hôtellerie pour caution ou pour otage, de ce qu'il avait dépensé.

1347-1378

L'empereur Charles IV

L'empereur Charles IV
Charles IV

De cette scène d'humiliation portons nos regards sur l'apparente majesté que déploya Charles IV dans les diètes de l'empire. La bulle d'or, qui fixa la constitution germanique, est écrite du ton d'un souverain et d'un législateur. Cent princes se courbaient devant son trône, et relevaient leur propre dignité par les hommages volontaires qu'ils accordaient à leur chef ou à leur ministre. Les sept électeurs, ses grands officiers héréditaires, qui par leur rang eu leurs titres égalaient les rois, servaient au banquet impérial. Les archevêques de Mayence, de Trèves et de Cologne, archichanceliers perpétuels de l'Allemagne, de l'Italie et de la contrée d'Arles, portaient en grand appareil les sceaux du triple royaume. Le grand maréchal, à cheval pour marque de ses fonctions, tenait entre ses mains un boisseau d'argent rempli de grains d'avoine qu'il versait par terre, et aussitôt après il descendait de cheval pour régler l'ordre des convives. Le grand intendant, le comte palatin du Rhin, apportait les plats sur la table. Après le repas, le grand chambellan, le margrave de Brandebourg, se présentait avec l'aiguière et un bassin d'or, et donnait ‡ laver. Le roi de Bohême était représenté, en qualité de grand échanson, par le frère de l'empereur, le duc de Luxembourg et de Brabant; et la cérémonie était terminée par les grands officiers de la chasse qui, avec un grand bruit de cors et de chiens, introduisaient un cerf et un sanglier. La suprématie de l'empereur ne se bornait pas à l'Allemagne; les monarques héréditaires des autres contrées de l'Europe avouaient la prééminence de son rang et de sa dignité : il était le premier des princes chrétiens et le chef temporel de la grande république d'Occident : il prenait dès longtemps, le titre de majesté, et il disputait au pape le droit éminent de créer des rois et d'assembler des conciles. L'oracle de la loi civile, le savant Barthole, recevait une pension de Charles IV et son école retentissait de cette maxime que l'empereur romain était le légitime souverain de la terre, depuis les lieux où se lève le soleil jusqu'aux lieux où il se couche. L'opinion opposée fut condamnée non pas comme une erreur, mais comme une hérésie, d'après ces paroles de l'Evangile : Et un décret de César Auguste déclara que tout le monde devait payer l'impôt.

Si à travers l'espace des temps et des lieux, nous rapprochons Auguste de Charles, les deux Césars nous offriront un contraste bien frappant. Le dernier cachait sa faiblesse sous le masque de l'ostentation, et le premier décroissait sa force sous l'apparence de la modestie. Auguste, à la tête de ses légions victorieuses, donnant des lois sur la terre et sur la mer, depuis le Nil et l'Euphrate jusqu'à l'Océan Atlantique, se disait le serviteur de l'Etat et l'égal de ses concitoyens. Le vainqueur de Rome et des provinces se soumettait aux formes attachées aux fonctions légales et populaires de censeur, de consul et de tribun. Sa volonté faisait la loi du monde; mais pour publier cette loi, il empruntait la voix du sénat et du peuple : c'était d'eux que leur maître recevait le renouvellement des pouvoirs temporaires qu'il en avait reçus pour administrer la république. Dans ses vêtements, dans l'intérieur de sa maison domestique, dans ses titres, dans toutes les fonctions de la vie sociale, Auguste conserva les manières d'un simple particulier, et ses adroits flatteurs respectèrent le secret de sa monarchie absolue et perpétuelle.

Page précédente                                                                         haut de page                                                                         Page suivante