Se connecter      Inscription        
 
  La restauration  
120-100 av. J.C.

Jugurtha La bataille de Muthul Marius, général en chef La seconde guerre servile en Sicile La réforme agraire

Sources historiques : Théodore Mommsen, Roma Latina

Vous êtes dans la catégorie : République romaine
Chapitre suivant : Marius (120-98 av. J.C.)

Chapitre précédent : Gaius Gracchus (133-121 av. J.C.)

120-113 av. J.C.

Vacance du pouvoir

Villa Boscoreale
Villa Boscoreale

Gaius Gracchus disparu, l'édifice élevé par lui était voué à la même ruine. Sa mort et celle de son frère avaient été surtout une oeuvre de vengeance; mais en supprimant la personne du monarque au moment même où la monarchie se fondait, on avait aussi fait un grand pas vers la restauration du régime ancien. D'autant plus que Gaius une fois à terre, nul n'osait en face de la justice sanglante d'Opimius se poser en prétendant à la succession vacante, à titre de parent du sang, ou de par le droit d'un talent supérieur. Gaius ne laissait pas d'enfants : le fils unique de Tiberius était mort avant l'âge: dans tout le parti populaire on n'eût pas, à la lettre, trouvé un seul homme ou un nom à mettre en avant. Il en était de la constitution des Gracques comme d'une forteresse sans commandant, dont, les murs et la garnison restent debout, mais où la voix du chef ne se fait plus entendre. A la place vide que la catastrophe avait faite, le pouvoir renversé par Gaius pouvait seul s'établir.

Il en advint ainsi. A défaut d'héritiers du tribun, le Sénat reprit immédiatement le pouvoir. Evénement tout simple et tout naturel. Gaius n'avait pas supprimé le Sénat avec ses cadres : il n'avait fait que le repousser dans l'ombre à coups de décrets d'exception. Mais il y aurait erreur grande à ne rien voir autre chose dans une telle restauration que la rentrée de la machine de l'Etat dans l'ornière bien ou mal pratiquée depuis le long cours des siècles. Qui dit restauration dit toujours révolution : aujourd'hui pourtant c'était moins l'ancien régime que l'ancien gouvernant qui était restauré. On revit debout l'oligarchie, vêtue à neuf du costume de la tyrannie tombée; et de même que le Sénat avait battu Gracchus avec ses propres armes, de même il continua, dans les cas les plus essentiels, à gouverner avec les institutions des Gracques, nourrissant l'arrière-pensée, toutefois, sinon de les supprimer totalement, Au moins de les purger de tous les éléments hostiles au régime aristocratique qu'elles recélaient en elles.

La réaction ne s'attaque d'abord qu'aux personnes. On casse la sentence prononcée par le peuple contre Publius Popillius, et on le rappelle d'exil (633 de Rome (121 av. J.-C.)) : on fait la guerre aux amis des Gracques, à coups de procès; et la faction populaire ayant tenté une accusation publique de haute trahison contre Opimius à sa sortie de charge, cette accusation échoue devant l'effort du parti contraire (634 de Rome (120 av. J.C.)). S'il est un trait à signaler dans le gouvernement restauré, c'est l'attitude et la vigueur de l'aristocratie en matière d'opinion politique. Gaius Carbon, jadis l'allié des Gracques, depuis longtemps converti au Sénat, avait tout récemment aidé Opimius avec zèle et succès. Il n'en était pas moins un transfuge. Impliqué par les démocrates dans l'accusation dirigée contre Opimius, il ne fut pas comme lui secouru par les gouvernants, qui le voyaient tomber sans peine. Entre les deux camps hostiles, il se sentit perdu, et se donna la mort. Ainsi les hommes de la réaction, toutes les fois qu'il s'agit des personnes, se conduisent en purs aristocrates. Mais dès qu'il est question des distributions de blé, de l'impôt asiatique, de l'organisation judiciaire et des juges jurés des Gracques (Cf Tiberius Gracchus et Gaius Gracchus), ils changent aussitôt de système : ils se montrent pleins d'égards pour l'ordre marchand, pour les prolétaires de la capitale; et comme ils l'avaient fait déjà, lors de la promulgation des lois Liviennes, ils prêtent hommage encore aux deux puissances du jour, au prolétariat surtout, allant même plus loin que les Gracques dans cette voie. La révolution Gracchienne retentissait encore dans les esprits ébranlés, et protégeait les créations des tribuns : il faut aussi reconnaître que l'intérêt de la multitude s'entendait au mieux avec l'intérêt aristocratique : à l'un et à l'autre, après tout, on ne sacrifiait rien, si ce n'est le bien public ! Toutes celles des mesures de Gaius que le bien public avait vraiment inspirées, les meilleures à la fois et aussi, naturellement, les plus impopulaires, on les laisse tomber.

120-104 av. J.C.

La réforme agraire

Il est le premier précisément auquel l'aristocratie s'attaque, et qu'elle anéantisse. Accomplir la fusion des citoyens de Rome et des Italiques, mettre ensuite les provinces sur la même ligne que l'Italie : supprimer l'écart entre le peuple souverain et consommateur, et la foule des sujets qui servent et travaillent : inaugurer enfin la solution du problème social par l'émigration systématique la plus vaste qu'ait connue l'histoire, se pouvait-il quelque chose de pire ? Aussitôt l'aristocratie restaurée, on la voit avec l'amertume obstinée et la mauvaise humeur de la décrépitude; relever, dans le présent la maxime usée du passé. L'Italie doit régner sur le monde : Rome doit régner sur l'Italie ! Du vivant de Gracchus, déjà, s'était opéré le refoulement complet des alliés italiques : déjà la grande pensée de la colonisation transmaritime avait subi plus d'un assaut; elle avait directement amené la chute de son promoteur. Lui mort, la faction gouvernante écarte sans peine le projet de la reconstruction de Carthage; on laisse d'ailleurs aux possesseurs les assignations déjà concédées. Mais sur un autre point pourtant, le parti démocratique réussit à fonder un établissement pareil : à la suite des conquêtes commencées par Marcus Flaccus au-delà des Alpes, s'élève la colonie de Narbonne (Narbo Martius, 636 de Rome (118 av. J.-C.)), le plus ancien municipe transmaritime de l'empire romain; et en dépit des agressions multiples du parti gouvernant, en dépit d'une motion hostile expressément ouverte contre elle dans le Sénat, elle se maintient et dure. Mais sauf cette exception unique et par là même sans importance, le pouvoir arrête partout les allotissements hors de l'Italie.

Quant au domaine italique, le même principe préside à son organisation. On supprime les colonies italiques de Gaius, Capoue en tête: on dissout les colons, lorsque déjà leur réunion a été commencée : seule Tarente est conservée; et la ville neuve de Neptunia s'accole purement et simplement à la vieille ville grecque. Les bénéficiaires des parcelles distribuées en dehors de l'assignation coloniale les gardent. Déjà, Marcus Drusus avait aboli les charges foncières établies par Gracchus dans l'intérêt de l'Etat, les rentes emphytéotiques et la clause d'inaliénabilité. D'un autre côté, en ce qui regarde les domaines détenus encore à titre d'occupation selon le mode ancien, et qui pour la plupart (les terres appartenant en jouissance aux Latins exceptées) n'étaient autres que le maximum foncier laissé aux possesseurs par les Gracques, on s'était décidé à proclamer leur maintien dans les mains des occupants actuels, coupant court ainsi à tout partage dans l'avenir. Ces terres, à la vérité, constituaient le fonds où les trente-six mille nouveaux lots ruraux, promis au peuple par Drusus, auraient dû avoir leur assiette. Mais on s'épargna la peine d'aller chercher les quelque cent mille jugères nécessaires et partout ailleurs introuvables du territoire domanial italique; et l'on enterra sans forme de procès les lois coloniales Liviennes : elles avaient fait leur office. Seule, peut-être, la mince colonie de Scylacium (Squillace) leur a dû son origine. Bien plus, aux termes d'une loi dont le tribun du peuple, Spurius Thorius, s'est fait le moteur à la requête du Sénat, les fonctions de répartiteur sont supprimées (635 de Rome (119 av. J.-C.)) : les occupants sont taxés à une redevance fixe, dont le produit défrayera les besoins de la population romaine (on l'employa, parait-il, à assurer les distributions de l'annone). D'autres et plus amples projets, celui de l'augmentation de l'annone, peut-être, étaient aussi à l'ordre du jour : le tribun du peuple, Gaius Marius, eut la sagesse de se mettre à la traverse. Huit ans après (643 de Rome (111 av. J.C.)), le dernier pas qui restait à faire fut franchi; et une nouvelle loi transforma le domaine occupé, en propriété privée, délaissée aux détenteurs franche de redevances1. Elle disposa en outre qu'à l'avenir il n'y aurait plus d'occupation du domaine : que ce domaine serait loué ou resterait ouvert à la commune pâture : elle déterminait, pour ce dernier cas, un maximum réduit de dix têtes de gros bétail ou de cinquante têtes de petit bétail par habitant, le tout pour empêcher l'absorption du moindre éleveur par le riche propriétaire de troupeaux. Sages mesures, mais aveu officiel des vices funestes de l'ancien système abandonné depuis longtemps. Malheureusement elles venaient trop tard : presque tout le domaine était sorti déjà des mains de l'Etat. En même temps qu'elle prenait soin de ses propres intérêts, et qu'elle changeait en propriété pleine tout le territoire encore en sa possession à titre de lots occupés, l'aristocratie romaine donnait satisfaction aux fédérés italiques. Sans aller jusqu'à imprimer aussi le sceau de la propriété privée sur les terres du domaine latin dont ils avaient, ou du moins, dont les aristocraties municipales avaient la jouissance, elle les maintint dans les privilèges fonciers que leur conférait la lettre des traités. Le malheur pour l'opposition à Rome, c'est que sur le terrain des questions matérielles les plus importantes, les intérêts des Italiques étaient en contradiction flagrante avec les siens. Il y avait alliance forcée entre les Italiques et les gouvernants dans Rome; et c'était dans le sein du Sénat que les premiers cherchaient et trouvaient protection, contre les hardis desseins des démagogues.

On le voit donc, pendant que la restauration s'attache à détruire, jusque dans leur germe, les semences meilleures déposées par les Gracques dans la constitution, elle demeure tout à fait impuissante contre les forces ennemies déchaînées par eux au détriment du salut public. Le prolétariat reste debout, avec la reconnaissance de son droit à l'annone : les jurés tirés de l'ordre marchand sont maintenus. Si pénible que fût le joug d'une telle justice pour la partie la plus saine et la plus fière d'entre les nobles; si honteuses que fussent les chaînes imposées à l'aristocratie. En apportant quelques restrictions au vote des affranchis, la loi de Marcus AEmilius Scaurus (632 de Rome (122 av. J.-C.)), avait timidement tenté de museler le tyran populaire. Et encore elle fut le seul et unique effort du gouvernement sénatorial, durant de longues années ! Quand, seize ans après la création des tribunaux équestres, le consul Quintus Coepion ouvrit la motion de restituer la juridiction aux jurés pris dans le sein du Sénat (648 de Rome (108 av. J.C.)), il fit bien voir de quel côté allaient les désirs du gouvernement. Mais on vit en même temps combien grande était son impuissance, dès que, ne s'agissant plus d'aliéner follement le domaine, la mesure proposée s'attaquait à un ordre riche et influent. La motion tomba. Loin que le pouvoir arrivât à se dégager de ses incommodes acolytes, les mesures ou les efforts tentés n'apportèrent que trouble et zizanie dans les relations, assez mal établies d'ailleurs, de l'aristocratie gouvernante avec l'ordre marchand et les prolétaires. Ceux-ci ne savaient que trop que le Sénat, en cédant, ne cédait qu'à contrecoeur et à la force : ni l'intérêt, ni la reconnaissance ne les attachaient à lui par un lien durable : prêts à se mettre au service d'un autre pouvoir s'il leur donnait plus ou s'ils en obtenaient de pareils avantages; ils laissaient faire, à l'occasion, quiconque élevait contre lui des chicanes ou des entraves. La suprématie sénatoriale enfin reposait sur la base où les Gracques avaient fondé leur pouvoir : comme lui et plus que lui, elle était d'ailleurs chancelante et mal assise. Assez fort, s'alliant avec la population, pour renverser les parties utiles de l'édifice : d'une faiblesse absolue à l'encontre des bandes de la rue et des privilèges des marchands, le Sénat occupait le trône vacant, avec la pleine conscience de ses fautes : tiraillé par ses espérances, hostile aux institutions de la patrie, qu'il n'aurait pu ni su réformer, indécis dans ses propres actes et dans ceux qu'il laissait commettre partout où ne parlait pas son intérêt matériel : image vivante de l'infidélité envers son propre parti comme envers le parti opposant livré à des contradictions intestines, à la plus misérable impuissance, au plus vulgaire égoïsme, il était l'idéal, et l'idéal qui jamais ne fut surpassé du plus mauvais des gouvernements.

1. Cette loi nous a été en grande partie conservée, sous le nom, &agarve; tort accepté depuis trois siècles, de loi agraire Thoria. Découverte et publiée en 1583 par Fulv. Orsini. Elle est écrite sur des tables opisthographes de bronze, où se lit aussi la loi Acilia repetundarum, dont il a été parlé déj&agarve;. - V. au Corp. insc. lat., p. 49, 71, 75 et suiv., le texte et le commentaire de M. Mommsen. - V. aussi Egger, l. c., p. 204 et suiv.



120 av. J.C.

Les hommes de la restauration

Les choses pouvaient-elles aller autrement ? Dans la nation entière, dans les hautes classes surtout, le niveau intellectuel et moral avait baissé. Certes, dans l'aristocratie avant les Gracques, les hommes de talent ne comptaient pas par centaines, et les bancs du Sénat se remplissaient d'une cohue de nobles lâches et souvent abâtardis : mais là aussi s'asseyaient encore les Scipion Emilien, les Gaius Loelius, les Quintus Metellus, les Publius Crassus, les Publius Scaevola, et tant d'autres citoyens capables et illustres; et pour peu qu'on y mit de bonne volonté, on pouvait confesser que le Sénat lui-même gardait encore dans l'injustice une certaine mesure, dans la mauvaise administration une certaine dignité. Mais cette aristocratie est jetée à bas, puis bientôt elle se relève, portant désormais sur sa tête la restauration. Tandis qu'autrefois elle avait gouverné tantôt bien, tantôt mal, sans rencontrer d'opposition sérieuse devant elle pendant plus d'un siècle, la crise terrible de la veille, comme à la lueur de l'éclair dans la nuit obscure, lui avait fait voir l'abîme béant sous ses pieds. Comment s'étonner, après cela, de ces rancunes furieuses et de ces emportements de la terreur qui signalent le gouvernement des anciens nobles ? Quoi d'étonnant à les voir se resserrer entre eux, plus que jamais exclusifs et tenaces, faisant tête à la foule des non gouvernants; à voir revivre le népotisme qui envahit la sphère politique comme aux plus mauvais jours du patriciat; à voir, par exemple, les quatre fils et (probablement) les deux neveux de Quintus Metellus, hommes médiocres à une seule exception près, et la plupart fameux pour leur faiblesse d'esprit, envahir toutes les charges, arriver tous au consulat, tous au triomphe (sauf un seul) en quinze ans (631-645 de Rome (123-109 av. J.-C.)) ? Plus un aristocrate se montre ardent contre l'opposition, plus son parti le célèbre ! Il lui est tout pardonné, crime ou forfait honteux. Quoi d'étonnant, si gouvernants et gouvernés ressemblent à deux armées se faisant la guerre, sans les tempéraments du droit des gens ? Le peuple avait battu la noblesse avec des verges : celle-ci, restaurée, le châtiait avec des scorpions. Elle revint, n'étant au retour ni meilleure ni plus sage. La période qui va de la -révolution des Gracques à la révolution de Cinna marque, sans contredit, pour l'aristocratie romaine; l'ère de la plus grande disette en hommes d'Etat et en figures militaires.

115-109 av. J.C.

Marcus Aemilius Scaurus

Voyez Marcus AEmilius Scaurus, le coryphée du parti sénatorial d'alors. Il était né de père et de mère d'une haute lignée, mais pauvres. Il lui fallut, pour percer, faire usage de ses talents peu communs : il se poussa au consulat (639 de Rome (115 av. J.-C.)), à la censure (645 de Rome (109 av. J.C.)). Prince du Sénat durant de longues années, il fut aussi l'oracle politique du parti; orateur et écrivain fameux, il illustra de plus son nom par la construction de quelques-uns des grands édifices publics appartenant à son siècle. Mais à étudier de près sa vie, on constate aussitôt à quoi se réduisent ses grandes actions. Comme général, il remporta le triomphe sur quelques villages alpestres, exploits qui lui coûtèrent peu : comme politique, avec ses lois électorales et somptuaires, il remporta quelques victoires non moins minces sur l'esprit révolutionnaire des temps. Son mérite, à vrai dire, consistait à se montrer accueillant et corruptible, en bon sénateur qu'il était : seulement, fin et habile entre tous, il flairait l'heure où la corruption commençait à avoir ses périls, où il convenait de s'affubler d'austérité et de parader en public en costume de Fabricius. Aux armées, se rencontrent quelques honorables exceptions. Il est de bons officiers, sortis même des rangs de la haute société : mais d'ordinaire les nobles, arrivant à la tête des légions, se contentaient de feuilleter bien vite les manuels stratégiques des Grecs et les annales de Rome, pour y chercher les matériaux d'une belle harangue aux troupes; puis, une fois en campagne, à tout le mieux, ils abandonnaient le commandement à quelque capitaine d'obscure extraction et d'une modestie éprouvée. Deux siècles avant, Cinéas avait appelé le Sénat une assemblée des rois : les sénateurs aujourd'hui ne ressemblent plus qu'aux princes héréditaires. Leur indignité morale et politique égale pour le moins leur incapacité. Que si déjà les événements religieux n'étaient pas pour nous un miroir fidèle où se reflète le dérèglement confus des temps, si l'abâtardissement profond de la noblesse romaine ne constituait pas l'un des principaux éléments de l'histoire externe contemporaine, les crimes épouvantables, éclatant alors coup sur coup dans les cercles de la haute société, à eux seuls donneraient à la restauration sa couleur et son caractère.

120-104 av. J.C.

Etat social de l'Italie

Au dedans et au dehors, l'administration fut ce qu'elle pouvait être, sortant d'un pareil régime. Les ruines sociales s'amoncelèrent en Italie avec une rapidité effrayante. Partout on vit l'aristocratie refouler les petits possesseurs, tantôt par les achats immobiliers et en vertu de l'autorisation légale qu'elle s'était faite donner; tantôt, et non moins souvent, dans l'exaltation de ses forces nouvelles, par la violence brutale : le paysan cultivateur disparut, comme la goutte de pluie dans les flots. L'oligarchie, dans sa décadence, marcha de pair avec la politique, sinon plus vite encore : nous savons par le dire d'un démocrate modéré, Lucius Marcius Philippus (vers 650 de Rome (104 av. J.-C.)), qu'à peine dans tout le corps des citoyens on eût pu compter alors deux mille familles aisées. Enfin, pour achever le tableau, les révoltes serviles font explosion tous les jours : les premiers temps de la guerre cimbrique sont marqués chaque année par un soulèvement en Italie, à Nucérie, à Capoue, dans le pays de Thurium. A Thurium, l'insurrection fut si grave, que le préteur urbain dut marcher contre elle à la tête d'une légion : il la réduisit non par les armes, mais à l'aide d'une lâche perfidie. Chose remarquable, cette révolte avait eu pour chef, non un esclave, mais un chevalier romain, Titus Vettius. Perdu de dettes, égaré par le désespoir, Vettius, n'avait-il pas imaginé de mettre en liberté tous ses esclaves et de se proclamer leur roi (650 de Rome (104 av. J.C.)) ? Tous ces rassemblements serviles constituaient pour l'Italie un danger, et le gouvernement ne s'y trompa pas : témoins, les règlements pris à l'égard des lavages d'or de Victumulae, qui, depuis l'an 611 de Rome (143 av. J.C.), marchaient pour le compte de l'Etat : il fut enjoint d'abord aux entrepreneurs de n'avoir pas plus de cinq mille travailleurs en chantier, et plus tard un sénatus-consulte arrêta complètement les travaux. Ne pouvait-on s'attendre à toutes les extrémités sous un gouvernement pareil, si un jour, et le cas n'était que trop possible, une armée de Transalpins, se frayant sa route jusqu'en Italie, venait appeler aux armes toute la population esclave, en grande partie originaire des mêmes contrées ?

120 av. J.C.

La Numidie

Le royaume numide s'étend du fleuve Molochath à la grande Syrte : confinant d'une part à l'empire mauritanien de Tingis (le Maroc) et de l'autre à Cyrène et à l'Egypte, il enveloppe à l'Ouest, au Sud et à l'Est l'étroite bande maritime appelée province romaine d'Afrique. En outre, le royaume numide avait annexé la plus grande partie du territoire africain de Carthage. En 149 av. J.C., Massinissa mort, Scipion avait partagé le royaume entre ses trois fils : Micipsa, Gulussa et Mastanabal : l'aîné eut la résidence royale et les trésors paternels; le second commandait l'armée et le troisième la justice. Aujourd'hui, l'aîné seul survivant règne sur le royaume. Comme ses fils sont trop jeunes, il abandonne les rênes du gouvernement à son neveu, enfant illégitime de Mastanabal, Jugurtha pour se consacrer à l'étude de philosophie grecque.

120-112 av. J.C.

Jugurtha

Jugurtha ne se montra pas indigne d'être du sang de Massinissa. Bien fait de corps, écuyer et chasseur agile et brave, net et décidé dans les actes de son administration, il se fit tenir en haute estime par ses compatriotes. Il conduisit le continent numide devant Numance, où il eut Scipion pour témoin de ses talents militaires. Sa position dans l'empire, l'influence qu'il s'était acquise auprès des romains par ses nombreux amis et compagnons de guerre, expliquent en grande partie son adoption par Micipsa en 634 de Rome (120 av. J.C.) au détriment de ses deux fils légitimes, Adherbal et Hiempsal.

Et son testament disposa qu'avec les deux aînés de ses fils légitimes, Adherbal et Hiempsal, son fils adoptif hériterait du trône, et gouvernerait, comme jadis il l'avait fait lui-même, concurremment avec ses deux frères. Pour plus de sûreté, ces arrangements étaient mis sous la garantie du peuple romain. A peu de temps de là, le vieux roi mourut (636 de Rome (118 av. J.-C.)). Le testament fut exécuté d'abord : mais bientôt la discorde se met entre le cousin et les deux fils de Micipsa. Avec Hiempsal, surtout, plus bouillant que son aîné, celui-ci, faible comme son père, la querelle s'envenima. Jugurtha n'était pour eux qu'un intrus, admis à tort à l'héritage paternel. Impossible de gouverner à trois. On essaya d'un partage en nature : mais entre ces princes qui se haïssaient, impossible encore de se faire les parts, en provinces et en trésors; et quant à l'Etat protecteur à qui il eut appartenu de trancher le différend d'un mot, comme d'ordinaire il ne voulut pas s'en occuper. La rupture a lieu : Adherbal et Hiempsal, repoussant le testament de leur père comme entaché de captation, veulent contester à Jugurtha son legs; mais celui-ci se déclare roi de tout le royaume. Pendant qu'on négocie, un assassin gagé le débarrasse de Hiempsal; et la guerre civile éclate entre Adherbal et Jugurtha : toute la Numidie prend parti dans la querelle. A la tête de ses troupes moins nombreuses mais mieux exercées et mieux commandées, Jugurtha s'empare de tout le royaume, torture et abat les hauts personnages qui ont tenu pour son rival. Celui-ci (Adherbal) se réfugie dans la province d'Afrique, et de là va porter ses plaintes à Rome. Jugurtha l'avait prévu : déjà ses batteries dressées déjouaient l'intervention dont il se voyait menacé. Son séjour au camp devant Numance lui avait fait connaître Rome mieux encore qu'il n'avait appris la tactique militaire des Romains : introduit au milieu des cercles aristocratiques, il savait par coeur toutes les intrigues et toutes les coteries il avait étudié à fond la plaie de cette noblesse abâtardie. Seize ans même avant la mort de Micipsa, dans ses déloyales convoitises de la succession de son bienfaiteur, il avait pratiqué de sourdes menées auprès de ses plus illustres amis; et l'austère Scipion l'avait dû faire ressouvenir qu'il était bienséant aux princes étrangers de lier amitié avec la République romaine, mais non avec quelques citoyens de Rome. Quoi qu'il en soit, ses envoyés se montrèrent armés de captieuses paroles, armés surtout des moyens de persuasion les plus efficaces en de telles circonstances (en soudoyant les plus illustres hommes politiques romains). On vit les partisans les plus zélés du bon droit d'Adherbal, se retournant incroyablement vite, professer qu'Hiempsal n'avait dû sa mort qu'à sa cruauté envers ses sujets, et que l'instigateur de la guerre actuelle, loin d'être Jugurtha, n'était autre que son frère adoptif. Les chefs du Sénat eurent beau crier au scandale : Marcus Scaurus eut beau résister; leurs efforts furent vains.

Le Sénat voulut passer l'éponge sur tout ce qui s'était fait. On décida que les deux héritiers de Micipsa se partageraient le royaume par égale moitié; et pour prévenir toute discorde nouvelle, une commission sénatoriale doit présider au partage. Elle vient sur les lieux. Le consulaire Lucius Opimius, fameux pour ses services contre Gaius Gracchus, avait cette fois saisi l'occasion de la récompense due à son patriotisme : il s'était fait nommer à la tête des commissaires. Le partage se fait à souhait pour Jugurtha et aussi non sans large profit pour ces derniers.

La capitale Cirta (Constantine) avec Rusicada (Skikda) son port, fut adjugée à Adherbal : mais tandis que son lot le cantonnait sur la partie orientale du royaume, presque toute envahie par les déserts et les sables, Jugurtha reçut l'autre moitié, celle de l'Ouest, à la fois riche et peuplée (les Mauritanies appelées plus tard Césarienne et Sitifensienne). L'injustice était grande : la suite fut pire. Voulant arracher sa part à son frère, en se donnant à lui-même les dehors d'une simple défensive, Jugurtha l'irrite, le pousse à prendre les armes. Le faible Adherbal, instruit par l'expérience du passé, laisse les cavaliers de Jugurtha courir et piller impunément sur ses terres. Il se contente d'envoyer à Rome ses plaintes. Alors Jugurtha, impatient de tous ces délais, de commencer la guerre, brutalement, sans motif. Adherbal est battu à plate couture dans les environs de Rusicada, et se réfugie dans sa capitale, Cirta. Le siège commence aussitôt et se poursuit : tous les jours on se bat autour de la place avec les Italiens établis en grand nombre dans la ville, et qui la défendent avec plus d'énergie que les Africains eux-mêmes. A ce moment, apparaît la commission envoyée de Rome sur l'un des griefs portés par Adherbal devant le Sénat : naturellement elle se compose de jeunes gens inexpérimentés, comme tous ceux à qui le gouvernement d'alors confie de semblables missions. Ils demandent que l'assiégeant les laisse entrer dans la place, car ils sont envoyés vers Adherbal par l'Etat protecteur : il convient de plus de suspendre la guerre, et d'accepter leur arbitrage. Jugurtha leur répond par le plus sec des refus; et la commission, comme une troupe d'enfants, de s'en retourner en Italie pour en référer aux Pères conscrits. Ceux-ci écoutent son rapport, puis laissent aller les choses : abandonnés à eux-mêmes, les Italiens de Cirta s'en tireront s'ils le peuvent, et se battront tant qu'il leur plaira. Enfin, au bout du cinquième mois, un affidé d'Adherbal ayant pu se glisser au travers des postes ennemis, il arrive à Rome avec une nouvelle lettre de son maître, remplie des invocations les plus suppliantes le Sénat se réveille, et se décide enfin, non à déclarer la guerre à Jugurtha, comme la minorité le demande, mais à expédier en Afrique une nouvelle ambassade ! Son chef sera Marcus Scaurus, le vainqueur des Taurisques, le dompteur des affranchis, le héros imposant du parti aristocratique ! Il n'aura qu'à se montrer pour faire rentrer dans le devoir ce roi insubordonné ! Jugurtha, en effet, obéit : mandéé à Utique pour conférer avec Scaurus, il s'y rend; mais alors les débats s'embrouillent et n'en finissent pas, et la conférence est dissoute. L'ambassade revient à Rome, sans avoir dénoncé la guerre : Jugurtha, lui, retourne au siège de Cirta. Adherbal, à toute extrémité, désespérait de l'appui de Rome : les Italiens, lassés de leur longue défense, croyant d'ailleurs à leur propre sécurité, que la crainte du nom romain aurait dû leur garantir, le poussèrent à se rendre. Cirta capitula. Jugurtha donna l'ordre de faire périr son frère adoptif dans les plus cruels supplices, et quant à la population mâle adulte, Africains ou Italiens, il la fit tout entière passer au fil de l'épée (642 de Rome (112 av. J.-C.)).

111 av. J.C.

L'intervention romaine

Ce ne fut qu'un cri d'horreur d'un bout à l'autre de l'Italie. La minorité du Sénat, et tout ce qui était en dehors du Sénat maudissaient unanimement ce gouvernement pour qui l'honneur et l'intérêt de la patrie n'étaient plus qu'une marchandise offerte à tout acheteur : parmi les plus ardents se montrèrent les chevaliers, atteints davantage par le massacre des trafiquants romains et italiens de Cirta. Mais la majorité dans le Sénat se raidissait encore : elle mettait en avant les intérêts de l'aristocratie : elle avait la paix à coeur, et pour la garder, elle employait tous les leviers et les pratiques à l'usage des gouvernements qui se sont inféodés à une corporation. Enfin Gaius Memmius, tribun du peuple désigné, pour l'année suivante, mit publiquement l'affaire en discussion. Il avait l'activité et l'éloquence; et quand il eut menacé d'appeler un jour les plus mauvais d'entre les meneurs à rendre leurs comptes en justice, il fallut bien que le Sénat laissât déclarer la guerre (642-643 de Rome (112-111 av. J.C.). L'affaire devenait sérieuse. Les ambassadeurs de Jugurtha renvoyés d'Italie sans avoir été admis dans le Sénat; le consul nouveau, Lucius Calpurnius Bestia, qui se distinguait, parmi ses contemporains du moins, par l'intelligence et l'énergie, poussant rapidement les armements; Marcus Scaurus lui-même acceptant un des principaux grades dans le corps expéditionnaire d'Afrique; l'armée romaine en peu de temps débarquée, et marchant vers le Bagradas (Medjerdah) en plein pays numide, y recevant la soumission spontanée des cités les plus éloignées du siège de la monarchie; enfin le roi de Mauritanie, Bocchus, bien que sa fille soit la femme de Jugurtha, apportant aux Romains son amitié et son alliance : tout devient pour le Numide un sérieux sujet d'alarme : il dépêche ses ambassadeurs au quartier du général romain, et sollicite humblement un armistice. Il semblait qu'on touchât à la fin de la lutte : elle finit plus tôt encore qu'on ne l'aurait cru. Bocchus ignorait les moeurs de Rome, quand il espérait sans bourse délier conclure un traité avantageux : comme il n'avait pas muni ses envoyés des sommes requises pour l'achat de l'alliance romaine, il échoua net. Jugurtha au contraire, familier avec le jeu des institutions de Rome, apportait de l'argent à l'appui de sa demande d'une trêve; et pourtant il se trompait lui-même. Dès les premiers pourparlers, il devint manifeste qu'on pouvait acheter dans le camp ennemi, non pas seulement un armistice, mais bien la paix complète. Le Numide avait en son pouvoir les coffres pleins d'or du vieux Massinissa : aussi l'on s'entendit en deux mots. Les préliminaires sont dressés, et soumis pour la forme à un conseil de guerre : puis, un vote sommaire, irrégulier, s'il en fût, les change en traité.

111 av. J.C.

Traité de paix

Villa Boscoreale
A gauche le buste de la déesse Diane
à droite Lucius Cornelius Sylla
où une branche d'olivier lui est offert par Bocchus
Jugurtha capturé et à genoux derrière Sylla

Le roi se soumettait à discrétion; mais le vainqueur lui faisait grâce, et lui rendait son royaume entier au prix d'une modique amende, de la remise des transfuges romains et des éléphants de guerre (643 de Rome (111 av. J.-C.)) : ceux-ci, Jugurtha saura bien se les faire rendre en pratiquant les uns après les autres les commandants de place et les officiers détachés.

A la nouvelle de la paix, une véritable tempête éclata dans Rome. Tout le monde savait comment elle s'était faite : ainsi, Scaurus, comme les autres, était à vendre; pourvu qu'on le payât à plus haut prix que le commun des sénateurs. Dans la Curie, la légalité du traité fut vivement attaquée. Gaius Memmius soutint que si le roi s'était vraiment soumis sans conditions, il ne pouvait se refuser à comparaître; qu'il convenait donc de le sommer de venir à Rome; qu'alors on saurait vite à quoi s'en tenir sur l'irrégularité des négociations, et qu'on vérifierait les faits en interrogeant les deux parties contractantes. Si importune que fut la motion, elle passa : mais en même temps, et contre la règle du droit des gens, on donna au roi un sauf conduit; alors qu'il venait non comme un ennemi qui négocie, mais en homme qui se soumet. On vit donc Jugurtha dans Rome. Il comparut devant le peuple qu'on avait peine à contenir, et qui, se souciant peu des sûretés données, voulait mettre en pièces le meurtrier des Italiens, défenseurs de Cirta. Mais à la première question posée par Gaius Memmius, un de ses collègues survint; et interposant son veto, il ordonna au roi de ne pas répondre. Ici encore l'or africain était plus fort que le peuple souverain et que les magistrats suprêmes. Pendant ce temps, le Sénat délibérait sur la validité du traité de paix : le nouveau consul Spurius Postumius Albinus se montra le partisan ardent de l'annulation, espérant bien que par la suite il aurait le commandement de l'armée d'Afrique. Un autre petit-fils de Massinissa, Massiva, qui se trouvait alors à Rome, profita aussi de l'occasion pour faire valoir devant le Sénat ses droits au trône vacant : sur quoi Bomilcar, l'un des affidés de Jugurtha, assassina, non sans congé de son maître, ce concurrent inattendu; et comme il allait être mis en jugement, il s'enfuit. Après ce nouvel attentat commis sous les yeux du gouvernement, la mesure était comble. Le sénat commanda à Jugurtha de sortir à l'instant de Rome. "Ville à vendre!" s'écria-t-il lorsqu'il en franchit les portes, "il ne te manque qu'un acheteur."

111-110 av. J.C.

Annulation du traité de paix

Le Sénat, quoiqu'il en eût, cassa le traité, et ordonna l'expulsion du Numide (hiver de 643-644 de Rome (111-110 av. J.-C.)). La guerre recommence et le consul Spurius Albinus va se mettre à la tête des troupes (644 de Rome (110 av. J.C.)). Malheureusement l'armée jusque dans ses derniers rangs était gangrenée, le désordre allant de pair avec la désorganisation politique et militaire de l'Etat. De discipline, il n'y en avait plus : durant la trêve, la soldatesque n'avait songé qu'à piller les bourgades numides, et aussi les cités de la province romaine : officiers, légionnaires et généraux tous, à qui mieux mieux, avaient noué des intelligences secrètes avec l'ennemi. Attendre quoi que ce soit d'une telle armée, c'eut été folie. D'ailleurs Jugurtha prenait ses mesures, chose vraiment superflue : il acheta le consul à beaux deniers comptants, marché qui plus tard fut prouvé judiciairement contre ce dernier. Spurius Albinus se contenta donc de ne rien faire : mais après son départ, son frère, Aulus Postumius, homme au plus haut degré téméraire et incapable, ayant pris le commandement intérimaire, se mit en tête en plein hiver d'exécuter un coup de main sur les trésors de l'ennemi, déposés dans la forteresse de Suthul (plus tard Calama : aujourd'hui Guelma), difficile d'approche et difficile à emporter. L'armée lève son camp, et arrive devant la place : mais elle échoue; et le siège se prolongeant sans succès, le roi, qui d'abord s'était tenu à portée, s'éloigne, et entraîne les Romains à sa poursuite dans le désert. Tout lui réussit à souhait. Les difficultés du terrain s'ajoutant aux facilités que donnaient aux Numides leurs intelligences avec l'armée romaine, ceux-ci, dans une attaque nocturne, enlevèrent le camp des Italiens : les légionnaires, sans armes pour la plupart, s'enfuirent. La défaite était complète autant que honteuse. Puis intervint une capitulation: les Romains passant sous le joug; le territoire numidique évacué en entier; le pacte d'alliance, que le Sénat avait brisé la veille, renouvelé : telles étaient les conditions que dictait Jugurtha. Les Romains s'y résignèrent (commencement de 645 de Rome (109 av. J.-C.)).

Le mal était par trop grand. Pendant qu'on est tout à la joie chez les Africains : pendant qu'à ces perspectives soudain ouvertes du renversement d'un protectorat odieux, mais jusque-là estimé inattaquable, les nombreuses tribus des habitants libres ou à demi libres du désert accourent se ranger sous les étendards du roi victorieux, l'opinion publique se soulève de nouveau en Italie contre les actes déplorables de ce gouvernement de l'aristocratie, à la fois corrompu et corrupteur. Le mouvement fait explosion par une multitude de procès politiques. Le parti marchand, désespéré lui-même, fait chorus avec le peuple, et la tempête enlève bon nombre d'hommes marquants de la noblesse. Sur la motion du tribun Gaius Mamilius Limetanus, et malgré les timides efforts du Sénat qui voudrait arrêter l'action de la justice criminelle, une question extraordinaire est instituée, à l'effet d'informer sur les faits de haute trahison consommés dans cette affaire de la succession numidique; et le verdict des jurés condamne à l'exil les deux chefs de l'armée, Gaius Bestia et Spurius Albinus : Lucius Opimius, le chef de la première commission d'Afrique et le bourreau de Gaius Gracchus, n'est pas davantage épargné. Qu'on ne s'y trompe pas pourtant, il suffit de donner cette satisfaction à l'opinion publique et cette pâture aux colères des capitalistes. De révolution anti-aristocratique, il n'est pas trace : nul ne s'attaque au plus coupable d'entre les coupables, à l'habile et puissant Scaurus. Chose étonnante même, nous le voyons élire censeur; et comme tel, il est appelé à la présidence de la commission extraordinaire de haute trahison. Encore moins l'opposition tente-t-elle de rien conquérir sur le pouvoir : elle laisse au Sénat le soin d'accommoder sans bruit et sans trop de dommage pour la noblesse les, scandales de l'expédition d'Afrique : le plus aristocrate du parti aristocratique commençait à comprendre qu'il était temps d'en finir.

109 av. J.C.

Metellus, général en chef

Le Sénat cassa le second traité de paix, comme il avait fait du premier, mais sans livrer cette fois à l'ennemi le général qui l'avait conclu : une telle mesure, pratiquée encore il y a trente ans, ne semblait plus nécessaire dans les idées régnantes en matière de foi due aux traités. En même temps il fut décidé que la guerre recommencerait, la guerre avec toutes ses rigueurs. Comme de juste, un aristocrate eut encore le commandement en chef. Mais celui-là du moins était du petit nombre des hommes de sa caste qui, moralement et militairement parlant, se montraient à la hauteur de leur mission. Le choix tomba sur Quintus Metellus. Comme tous les membres de la famille puissante à laquelle il appartenait, il était foncièrement opiniâtre et absolu dans ses principes nobiliaires magistrat, il se serait fait honneur de soudoyer, des assassins s'il eût cru qu'il y allait de l'intérêt de la cité; il eût souri dédaigneusement au donquichotisme impolitique de Fabricius, à sa générosité naïve envers Pyrrhus. Inflexible d'ailleurs en face du devoir, inaccessible à la corruption ou à la crainte, capitaine expérimenté et sagace; il sut même s'affranchir assez de ses préjugés nobiliaires, pour ne pas prendre ses lieutenants parmi les nobles. Il choisit pour tels Publius Rutilius Rufus, officier excellent, hautement réputé dans le monde militaire pour son amour exemplaire de la discipline, pour ses méthodes améliorées ou neuves dans l'exercice des armes, et Gaius Marius, un brave soldat latin, fils de paysan, parti du dernier rang de l'armée. Assisté par eux et par d'autres officiers capables, le consul débarqua en Afrique, au cours de 645 de Rome (109 av. J.-C.), et prit aussitôt le commandement de l'armée. Il la trouva désorganisée au pas que ses chefs n'avaient pas encore osé la mener en territoire ennemi : elle n'était jusque-là redoutable qu'aux malheureux habitants de la province romaine. Metellus, actif autant que sévère, la remit en état aussitôt, et dès le printemps de 646 de Rome (108 av. J.C.) il lui fait franchir la frontière numide1. Quand Jugurtha sut l'état nouveau des choses, il tint la partie pour perdue, et fit avant tout combat de sérieuses propositions d'accommodement, ne demandant rien de plus que la vie sauve. Mais Metellus avait pris son parti : peut-être même ses instructions lui enjoignaient-elles de ne déposer les armes qu'après la reddition à merci, et qu'après le supplice de ce prince client qui avait osé braver la République. Seule expiation, en effet, qui pût satisfaire le peuple romain !

1. Dans le récit émouvant et spirituel que Salluste nous a laissé de cette guerre, la chronologie a été négligée plus que de raison. La guerre aurait pris fin dans l'été de 649 (105 av. J.-C.) (Bell. Jug., c. 114) : or, si Marius, nommé consul pour 647 (107 av. J.C.), a commencé sa campagne en cette même année, il s'ensuit qu'il aurait commandé trois ans durant. Et pourtant, selon Salluste, qui d'ailleurs est dans le vrai, il n'aurait fait que deux campagnes. De même que Metellus, descendant en Afrique dès 645 (109 av. J.C.), suivant toute apparence, mais arrivant trop tard (c. 37, 44), et la réorganisation de l'armée lui ayant pris du temps (c. 44), n'avait pu commencer ses opérations que l'année suivante; de même, Marius, que ses préparatifs militaires retinrent un long temps en Italie (c. 84), ne vint en Afrique prendre son commandement qu'en 647 (107 av. J.C.), assez tard dans l'année de son consulat; ou même qu'en 648 (106 av. J.C.), alors qu'il n'était plus que proconsul. Par suite, il faut assigner les dates, de 646 de Rome (108 av. J.C.) et 647 (107 av. J.C.) aux deux campagnes de Metellus, et celles de 648 (106 av. J.C.) et 649 (105 av. J.C.) à celles de Marius. Résultat d'autant plus concordant, qu'il faut nécessairement placer en 646 de Rome (106 av. J.C.) la bataille du Muthul et le siège de Zama, tenant compte de ce qu'alors Marius poursuivait sa candidature consulaire. Toute difficulté cesserait si le Sénat avait prorogé le commandement de Metellus, et par là retardé le départ de son successeur. Alors, en effet, ce ne serait plus de la campagne de 646 de Rome (108 av. J.C.) qu'il s'agirait, Marius n'ayant aucun droit au commandement, mais bien de celle de 647 (107 av. J.C.). Malheureusement ce calcul ne repose que sur une interpolation (au ch. 73, 7) qui fait défaut dans les meilleurs manuscrits des deux familles sallustiennes : il va d'ailleurs contre la vraisemblance : un sénatus-consulte ne pouvait légalement empiéter sur le populiscite; et, loin de dire un mot d'où l'on puisse inférer que Marius aurait fait une concession volontaire, Salluste semble avancer le contraire. La phrase de notre auteur, au passage ci-dessus indiqué, se complétait sans doute par quelques mots qui se sont perdus, et lui donnaient un tout autre sens : peut-être faudrait-il lire : (Ei, (Mario) uti Gallia provincia es]set Paulo (ante senatus) decreverat ea res frustra fuit)

108 av. J.C.

La bataille de Muthul

Vainqueur d'Albinus, Jugurtha aux yeux des Africains n'était rien moins que le libérateur de la Libye; il avait chassé l'odieux suzerain étranger ! Son astuce et sa perfidie effrontée en face de ce gouvernement infirme de Rome étaient un grave danger. A toute heure, après la paix faite, il pouvait rallumer dans sa patrie l'incendie de la guerre. Point de tranquillité assurée si on le laissait vivre; pas de retour possible pour l'armée d'Afrique. Metellus, dans son rôle officiel, ne répondit donc que par des paroles évasives, pendant que sous main il engageait les messagers du roi à le livrer mort ou vif. Mais en voulant lutter avec l'Africain sur le terrain de l'assassinat, il rencontra bientôt son maître. Jugurtha éventa ses machinations, et dans son désespoir se prépara à une défense suprême. En arrière de la chaîne de montagnes rudes et désertes que franchissait la route suivie par les Romains, s'étendait une vaste plaine de quatre milles romains (= kilom. 5,882 environ), allant se terminer au fleuve Muthul (le Muthul, aujourd'hui l'Oued Mafrag, qui se jette dans la mer à l'Est d'Annaba, entre cette ville et le cap Rosa), dont le cours est parallèle à la chaîne. Nue et sans eau, si ce n'est près des bords mêmes du Muthul, elle était accidentée par quelques légers renflements du sol, recouverts de broussailles basses. C'est là que Jugurtha prit position et attendit, ses troupes massées en deux corps : l'un, composé d'une division d'infanterie avec les éléphants, se tenait, sous les ordres de Bomilcar; à la jonction de la colline et du fleuve : l'autre, formé du gros des fantassins avec toute la cavalerie, s'appuyait aux bois sur la hauteur. Au moment où ils débouchaient de la montagne, les Romains virent que l'ennemi, par sa position, commandait complètement leur flanc droit. Ne pouvant s'attarder au milieu des montagnes sans eau et dénudées, ils voulaient gagner au plus tôt le fleuve, manoeuvre difficile dans cette plaine de quatre milles, toute ouverte, sans cavalerie légère qui les protégeât, et sous les yeux des cavaliers ennemis. Metellus détacha Rufus avec une division pour se porter directement vers le Muthul, et y dresser un camp. Et quant au surplus de l'armée, il le fit sortir des débouchés de la montagne, et marcher en obliquant dans la plaine, jusque vers les hauteurs. II s'agissait d'en chasser les Numides. Ce mouvement faillit être la perte des Romains. L'infanterie numide, à mesure qu'ils se montraient hors des défilés, va les occuper derrière eux en force : puis bientôt la colonne est de tous côtés assaillie et enveloppée par les escadrons de Jugurtha, qui tombent sur elle du haut des collines. Bondissant et se choquant incessamment contre elle, ils l'arrêtent dans sa marche, et la bataille semble dégénérer en une multitude de petits combats de détail. Pendant ce temps, Bomilcar occupe Rufus avec son détachement, et l'empêche de rétrograder pour aller secourir dans sa détresse le principal corps de l'armée romaine. Enfin Metellus et Marius, avec quelque deux mille légionnaires, gagnent le pied des mamelons : aussitôt l'infanterie numide, qui devait les défendre, se disperse sans lutte, malgré la supériorité du nombre et de la position, devant les soldats romains qui montent au pas de charge. Sur l'autre point Rufus n'est pas moins heureux : à la première attaque, les fantassins de Jugurtha se débandent, et les éléphants, embarrassés par les difficultés du terrain, sont tous tués ou pris. La soirée était déjà avancée quand les deux corps romains, vainqueurs chacun devant soi, inquiets chacun du sort de l'autre, se rencontrèrent à moitié chemin entre les deux champs de bataille. Cette journée, en même temps qu'elle avait mis en lumière le talent militaire de Jugurtha, avait attesté une fois de plus la solidité impérissable de l'infanterie romaine. Le soldat, par sa bravoure, avait changé en un triomphe la défaite encourue par ses généraux.


Devenez membre de Roma Latina

Inscrivez-vous gratuitement et bénéficiez du synopsis, le résumé du portail, très pratique et utile; l'accès au forum qui vous permettra d'échanger avec des passionnés comme vous de l'histoire latine, des cours de latin et enfin à la boutique du portail !

L'inscription est gratuite : découvrez ainsi l'espace membre du portail; un espace en perpétuelle évolution...

Pub


Rien de plus simple : cliquez sur ce lien : Inscription


108-107 av. J.C.

Occupation de la Numidie

Quant au roi, renvoyant le plus grand nombre de ses troupes, il se contenta dorénavant de faire la guerre d'escarmouches, qu'il mena d'ailleurs avec une égale habileté. Conduites l'une par Metellus, l'autre par Marius, qui, inférieur aux autres chefs de corps par la naissance et le rang, était monté à la première place depuis la journée du Muthul, les deux colonnes romaines parcoururent tout le pays numide, occupant les villes, et passant au fil de l'épée toute la population virile adulte, quand les portes ne s'ouvraient pas d'elles-mêmes. Cependant, parmi les cités de la vallée de Bagradas, Zama, la plus importante, résista vigoureusement. Le roi l'appuyait de toutes ses forces. Un jour il réussit à surprendre le camp romain; et les assaillants, forcés de lever le siège, se retirèrent dans leurs quartiers d'hiver. Il fallait pourvoir aux besoins du soldat. Metellus, pour plus de facilité, le ramena dans la province romaine, laissant garnison dans les places conquises; et pendant que les armes étaient au repos, il renoua les négociations, et se montra disposé à donner la paix au roi à de meilleures conditions. Jugurtha saisit avec empressement l'occasion : déjà il s'était engagé à payer 200000 livres d'argent : déjà il avait livré ses éléphants et trois cents otages, ainsi que trois mille transfuges, aussitôt mis à mort. Mais sur ces entrefaites, Metellus avait gagné Bomilcar, le conseiller le plus intime du Numide; et qui avait à craindre, la paix se faisant, que Jugurtha ne le livrât aussi aux Romains, lui, l'assassin de Massiva. Moyennant la promesse de l'impunité et d'une riche récompense en outre, il s'était engagé à remettre son maître mort ou vif aux Romains. Ni les négociations officielles, ni les intrigues souterraines n'aboutirent au résultat attendu. Quand Metellus en vint à exiger que le roi se rendît prisonnier à son camp, celui-ci rompit brusquement les pourparlers; et les intelligences de Bomilcar avec l'ennemi ayant été découvertes, celui-ci fut appréhendé au corps et exécuté. Reconnaissons pourtant que les Romains avaient toute raison de vouloir se rendre maîtres de la personne de Jugurtha. La guerre en était arrivée à ce point qu'on ne pouvait plus ni la poursuivre ni l'arrêter. On peut juger de l'état des esprits en Numidie par la révolte de Vaga (Vaga ou Vacca, aujourd'hui Bedjah, sur la Medjerdah), la plus considérable des villes occupées par les Romains (hiver de 646-647 de Rome (108-107 av. J.-C.)). Là, la garnison romaine tout entière, officiers et soldats, périt, à l'exception du commandant Titus Turpilius Silanus, lequel, accusé plus tard de connivence avec l'ennemi, à raison ou à tort, fut condamné par un tribunal militaire, et subit la peine capitale. Deux jours après l'insurrection, Metellus pénétra dans la place, et y sévit avec toutes les rigueurs de la loi de la guerre. Mais si tels étaient les sentiments des Numides voisins du Bagradas, placés sous le coup de l'épée romaine, et d'ailleurs plus dociles, à quoi ne fallait-il pas s'attendre de la part des habitants des pays reculés à l'intérieur et des tribus nomades du désert ? Jugurtha était l'idole des Africains, qui lui pardonnaient facilement un double fratricide, et ne voyaient en lui que le sauveur et le vengeur de la patrie. Vingt ans après, un de ses fils s'étant montré dans les rangs de l'ennemi, en Italie, les Romains durent renvoyer au plus vite en Afrique un corps numide qui combattait pour eux. Qu'on juge par là de son prestige personnel ! Comment prévoir la fin de la guerre, en un pays où tout favorise le chef qui a pour lui les sympathies nationales; où la configuration du sol et le caractère des peuples lui rendent facile, soit de traîner la guerre en longueur dans de petits combats incessants, soit de la laisser un instant dormir, pour la réveiller tout à coup plus violente que devant ?

Lorsque Metellus, en 647 de Rome (107 av. J.-C.), reprit la campagne, Jugurtha ne tint nulle part : se montrant tantôt sur un point, et tantôt au loin, sur un autre. Autant valait donner la chasse aux lions qu'à ces rapides coureurs du désert. Bataille livrée, bataille gagnée, qu'importe ! Nul résultat au bout. Puis le roi s'enfonça dans les profondeurs du pays. Dans une oasis à l'intérieur du Beylick actuel de Tunis, sur le bord même du grand désert, et séparée de la vallée de la Medjerdah par un steppe aride et désolé de dix milles de large (kilom. 44,787), étaient deux villes fortes : Thala au Nord (plus tard Thalepté, non loin de Busch et Cheme), et Capsa (Gafsa) au Sud. Jugurtha était allé se réfugier dans la première avec ses enfants, ses trésors et le noyau de ses troupes d'élite, y attendant de meilleurs jours. Metellus osa le poursuivre au travers des solitudes, emportant l'eau dans des outres. Il atteignit Thala, qui tomba après vingt-quatre jours de siège : au moment suprême, les transfuges romains ayant mis le feu aux édifices où ils se tenaient réunis, se donnèrent non seulement la mort, mais encore anéantirent tout le précieux butin sur lequel les assiégeants comptaient : Jugurtha, avec sa famille et sa cassette, avait pu s'échapper. La Numidie semblait toute dans la main des Romains; et pourtant au lieu de toucher au but, on le voyait reculer tous les jours, et la guerre s'étendre. Au Sud, les libres tribus gétules se lèvent dans le désert à l'appel du roi, et accourent en armes.

Dans l'Occident, Bocchus, roi de Mauritanie, dont Rome avait paru jadis dédaigner l'amitié, fait mine de se rapprocher de son gendre : il l'accueille chez lui, et joignant aux hordes des Numides les innombrables essaims de ses cavaliers, il s'avance dans le pays de Cirta, où Metellus a établi ses quartiers d'hiver. Quels étaient ses projets ? Voulait-il vendre Jugurtha plus cher aux Romains ? Voulait-il leur faire une guerre nationale ? C'est ce que ni les Romains, ni Jugurtha, ni lui-même peut-être, ne savaient bien. Il ne se hâtait pas d'ailleurs de quitter l'attitude équivoque qu'il avait prise.

106 av. J.C.

Marius, général en chef

Sur ces entrefaites, Metellus dut quitter la province. Un décret du peuple l'obligeait à remettre le commandement à son ancien subordonné, Marius, aujourd'hui consul. Marius se mit à la tête de l'armée, pour la campagne de 648 de Rome (106 av. J.-C.). Il devait son titre à une espèce de révolution. Confiant dans les services signalés qu'il avait déjà rendus, poussé par les oracles qui le désignaient, il avait osé un jour briguer le consulat. Marius, d'Arpinum, est un homme nouveau, rude et illettré que l'appui des Métellus, avait fait arriver en 119 av. J.C., au tribunat. D'abord Marius avait secondé loyalement son général. Durant l'action, nul n'était plus intrépide; au camp, dans les marches, personne n'était comme lui infatigable; les soldats voyaient avec étonnement un légat consulaire dormir sur la terre nue, travailler aux fossés et planter les palissades. Métellus était dur et fier; au moins dans son lieutenant, la sévérité du commandement était tempérée par des manières populaires, et il n'ordonnait rien qu'il ne fût prêt à faire lui-même. Aussi était-ce à lui que les soldats rapportaient tous les succès de la campagne; et déjà les devins lui prédisaient une haute fortune. Il a alors quarante-huit ans, et il ambitionne le consulat; mais depuis longtemps les nobles fermaient obstinément cette charge aux hommes nouveaux. En quatorze ans les seuls Métellus avaient eu six consulats. Il encourait le mépris de toute la caste régnante : il n'était qu'un impudent novateur et qu'un révolutionnaire ! Comme jadis les patriciens envers le plébéien se portant candidat aux grandes charges, la noblesse agira aujourd'hui envers Marius, et cette fois même sans avoir pour soi la lettre du droit public ! Metellus bafoue son brave subalterne; il a contre lui d'aigres plaisanteries : Qu'il attende donc pour poser sa candidature : mon fils, qui sera son compétiteur, n'a pas encore de barbe au menton ! Blessé dans son ambition et dans son orgueil, Marius ne contint plus sa haine; devant les soldats il accusait la dureté du proconsul; à Utique, il promettait aux marchands italiens que cette guerre ruinait, de prendre en quelques jours Jugurtha mort ou vif, si on lui donnait seulement la moitié des troupes. Dans un soulèvement des habitants de Vacca, toute la garnison romaine avait été massacrée à l'exception de son chef Turpilius, ami et hôte de Métellus. Marius le fit condamner à mort dans un conseil de guerre, puis se vanta tout haut d'avoir attaché à l'âme du proconsul une furie vengeresse. Métellus, fatigué de cette guerre acharnée, céda enfin; mais douze jours seulement avant les comices consulaires. A la dernière heure seulement, et le plus disgracieusement du monde, un congé lui est donné, pour aller à Rome solliciter le consulat de l'an 647 de Rome (107 av. J.-C.). Mais bientôt Marius se venge avec usure de l'injustice de son général. Devant le peuple ébahi il fustige Metellus à l'encontre de la loi militaire et des justes convenances : il le montre administrant mal, guerroyant mal : à cette foule qu'il flatte, et qui tous les jours se croit odieusement trahie par les conspirations secrètes, indubitables de l'aristocratie, il débite le sot conte de la trahison de l'ex-consul. "Mon consulat et ma province", disait-il, "sont des dépouilles opimes enlevées sur les nobles; ces gens-là méprisent ma naissance, moi leurs vices; ils oublient que le plus noble, c'est le plus brave. On dit que je suis un homme grossier, parce que je ne sais pas ordonner un festin et que j'estime plus un laboureur qu'un cuisinier et qu'un histrion. Je l'avoue volontiers, car j'ai appris de mon père et d'autres gens de bien que l'élégance appartient aux femmes, aux hommes le travail; et que pour nous les armes, sont la plus belle parure." Et il continua longtemps à flageller, dans son rude langage, la cupidité, la sottise et l'orgueil des nobles, les trois vices, disait-il, qui jusqu'ici avaient protégé Jugurtha. A l'entendre, Metellus, pour se perpétuer dans son commandement, trainé à dessein la guerre en longueur. Les badauds de la rue crient à l'évidence du fait : bon nombre de malveillants, qui pour de bonnes ou de main vaines raisons, en veulent au pouvoir, les marchands notamment, irrités; non sans motifs, saisissent aux cheveux l'occasion qui s'offre de porter à l'aristocratie la blessure qui lui sera le plus sensible; et Marius est élu à une énorme majorité. De plus, bien que sous l'empire de la loi de Gaius Gracchus, il appartient au Sénat de répartir les affaires entre les deux consuls, un plébiscite exceptionnel appelle le nouveau consul au commandement suprême en Afrique.

Donc en 648 de Rome (106 av. J.-C.), Marius prend la place de Metellus. Restait à accomplir des promesses présomptueuses, et qui ne coûtaient rien en paroles. Restait à faire mieux que Metellus, et à ramener au plus tôt Jugurtha pieds et poings liés dans Rome. Marius guerroie à son tour contre les Gétules : il va, vient, soumet quelques villes non occupées jusqu'alors, et entreprend une expédition contre Capsa, expédition plus pénible encore que celle de Metellus contre Thala. La ville capitale et tous ses habitants valides, en dépit de la foi signée, sont mis à mort : bon moyen, moyen unique d'empêcher cette cité du désert de retomber dans la révolte. Enfin le consul attaque une forteresse en montagne, dominant le fleuve Molochath (Moulouïa) qui sépare la Mauritanie de la Numidie. Là Jugurtha avait caché ses richesses. La place est prise d'assaut, au moment même où, désespérant de l'entreprise, le Romain songe à lever le siège. Un heureux coup demain, l'escalade tentée par de hardis soldats les a rendus maîtres d'un nid d'aigle inaccessible ! S'il ne s'était agi que d'endurcir l'armée au moyen de razzias hardies, ou de faire gagner du butin aux soldats, ou enfin de rejeter dans l'ombre l'expédition de Metellus dans le désert par une pointe plus loin poussée, on eût pu applaudir à tous ces mouvements, à tous ces exploits : mais le but de la guerre, celui que Metellus n'avait pas un seul instant perdu de vue, la capture de Jugurtha, ce but, combien on en était loin ! Rien ne justifiait, par exemple, l'expédition sur Capsa, alors que la marche de Metellus sur Thala, si téméraire qu'on pût la dire, avait eu au contraire son très sérieux motif. Il y avait pareillement faute grave à pousser vers le Molochath, à menacer, sinon envahir la Mauritanie. Bocchus, en effet, qui pouvait, soit terminer du coup la guerre au profit de Rome, soit lui rouvrir une carrière sans fin; Bocchus traita avec Jugurtha. Moyennant abandon d'une part de son royaume, le Numide obtint la promesse d'un énergique appui. Aussitôt l'armée romaine, à son retour des bords du Molochath, est un soir enveloppée par les masses énormes de la cavalerie des deux rois : il lui faut combattre, sur le lieu même, coupée qu'elle est par sections en marche, sans ordre de bataille, sans commandement qui dirige ses efforts. Elle doit s'estimer heureuse d'avoir pu gagner, ses rangs déjà éclaircis, deux collines voisines, où provisoirement elle campe en sûreté durant la nuit. Mais la victoire avait enivré les Africains : par leur incurable négligence ils en perdirent tous les fruits. Ils se laissèrent surprendre aux premières lueurs du matin par les Romains qui s'étaient reformés : ils furent chassés et dispersés. A dater de là l'armée plus prudente continua sa retraite en bon ordre. Une fois encore les hordes africaines l'assaillirent de quatre côtés en même temps : le péril était grand. Mais le chef de la cavalerie, Lucius Cornelius Sylla, mit enfin en déroute les essaims qui tourbillonnaient devant lui; et revenant de les poursuivre, il se jeta, sur Bocchus et Jugurtha, qui avaient pris à dos l'infanterie. Leur attaque est aussi repoussée; et Marius ramène les Romains dans ses quartiers d'hiver de Cirta (648-649 de Rome (106-105 av. J.-C.)).

105 av. J.C.

La capture de Jugurtha

La capture de Jugurtha
La capture de Jugurtha
Joaquin Ibarra, 1772

Chose facile à comprendre, mais néanmoins singulière, on n'avait rien fait, autrefois, pour acquérir l'amitié de Bocchus, si même on ne l'avait pas hautement dédaignée. Aujourd'hui que les hostilités se sont ouvertes, on la recherche ardemment. Comme il n'y a pas eu de déclaration de guerre formelle, les Romains sont à l'aise pour négocier. Bocchus alors de reprendre, sans trop de difficultés, son attitude à double face : il ne brise pas son alliance avec son gendre, ni ne le renvoie : mais à la même heure il entre en pourparlers avec le général romain sur les conditions d'une alliance avec Rome. Quand on est tombé, d'accord ou quand on semble l'être, il demande que Marius lui envoie, pour conclure définitivement, et pour recevoir de ses mains le royal captif, ce Lucius Sylla, qu'il a connu jadis, et qui lui est personnellement agréable. Sylla avait paru à sa cour comme envoyé du Sénat romain : d'autre part, il était recommandé au roi par les ambassadeurs mauritaniens, qui, en route pour l'Italie, en avaient reçu de signalés services. Marius était fort perplexe. S'il refusait, c'était la rupture; s'il acceptait, il semblait mettre son plus noble et son plus brave officier à la merci d'un homme en qui l'on ne pouvait rien moins que se fier, jouant au su de tous double jeu avec Rome et avec Jugurtha; et voulant, selon toute apparence, avoir, dans son gendre et dans Sylla, des otages au regard de tous. Mais le besoin d'en finir triompha de tous les scrupules, et Sylla se chargea volontiers de la mission que Marius lui imposait. Il partit audacieusement, sous la conduite de Volux, fils de Bocchus; et sa hardiesse ne se démentit pas, lorsqu'il se vit seul avec son guide et qu'il lui fallut passer au milieu du camp de Jugurtha. Ses compagnons lui conseillaient de fuir : loin de céder à cette lâche pensée, le fils du roi à son côté, il continua sa route au travers des escadrons ennemis, et arriva sain et sauf. La fierté de son attitude et de son langage ne nuisit pas aux négociations avec le sultan maure, qui enfin tourna complètement du côté de Rome. Jugurtha est sacrifié. Sous la fausse couleur de lui tout accorder, le beau-père attire le gendre dans une embuscade où son escorte est massacrée, où lui-même est fait prisonnier. Le grand trahisseur tombait par la trahison de ses proches. Lucius Sylla revint au quartier général, amenant enchaîné le rusé et infatigable Numide et ses enfants; la guerre prenait fin après sept ans de combats. La victoire fut attachée au nom de Marius devant son char de triomphe, quand il fit son entrée dans Rome, le 1er janvier 650 de Rome (104 av. J.-C.), on vit marcher Jugurtha et ses deux fils, tous trois chargés de fers par-dessus leurs habits royaux : à peu de jours de là et par l'ordre de Marius encore, l'enfant du désert fut plongé dans la prison d'Etat souterraine, dans l'antique caveau de la source Capitoline (le Tullianum), dans un bain glacé, comme l'appelait le malheureux. "Par Dieu", s'écria-t-il en riant, "que vos étuves sont froides !" Il n'en franchit le seuil que pour y périr étranglé ou mourir de faim et de froid. Pour être juste, il convient de le dire, Marius n'avait eu que la moindre part au succès. La conquête de la Numidie jusqu'à la limite du désert avait été l'oeuvre de Metellus : on devait à Sylla la capture de Jugurtha. Entre les deux, le rôle joué par Marius ne laissait pas que de faire courir des risques à son ambition de parvenu. Marius se dépitait, en entendant son prédécesseur se targuer du surnom de Numidique : plus tard, il entra en fureur, quand le roi Bocchus consacra au Capitole un monument votif en or, représentant la remise de Jugurtha à Sylla. Et pourtant, il n'était pas qu'aux yeux des juges impartiaux les exploits de Metellus et de Sylla ne repoussassent ceux de Marius dans l'ombre. Sylla surtout dans cette course brillante au travers du désert, n'avait-il pas manifesté sous les yeux de tous, du général et de l'armée, et son courage, et sa présence d'esprit, et son adresse, et sa puissante action sur les hommes ? C'eût été peu de chose que ces rivalités militaires, si elles n'avaient eu leur part d'influence dans les luttes des partis politiques ; si Marius n'avait pas servi d'instrument à l'opposition, pour renvoyer le général aristocrate ; si la faction régnante n'avait pas, dans ses amères rancunes, fait de Metellus et de Sylla ses coryphées militaires, les vantant bien plus haut que le vainqueur nominal de Jugurtha ! Nous aurons à revenir sur ces incidents et leurs fatales conséquences, quand nous traiterons de l'histoire intérieure de la République.

L'insurrection du royaume client de Numidie prit fin, sans apporter un changement notable, soit dans la politique générale, soit dans la situation particulière de la province d'Afrique. Par dérogation au système suivi partout ailleurs en ces temps, la Numidie ne fut pas déclarée province romaine : la raison en paraît évidente. Pour occuper le pays, il eût fallu des soldats qui le gardassent contre les hordes du désert : or il n'était en aucune façon dans la pensée du pouvoir, à Rome, d'entretenir en Afrique une armée permanente. On se contenta donc d'annexer à l'empire de Bocchus la Numidie la plus occidentale, tout le pays sans doute qui va du Molochath (Moulouïa) au havre de Saldae (Bougie), et qui s'appellera plus tard la Mauritanie de Césarée (provinces d'Oran et d'Alger) : quant au surplus du royaume amoindri de Jugurtha, les Romains le donnent à Gauda, demi-frère de celui-ci, prince faible de corps et faible d'esprit, mais dernier survivant des petits-fils légitimes de Massinissa; et qui, dès l'année 646 de Rome (108 av. J.-C.), avait, à l'instigation de Marius, porté ses prétentions jusque devant le Sénat. Quant aux tribus gétules de l'intérieur, elles sont rangées, à titre de libres alliées, parmi les nations indépendantes rattachées à Rome par la loi des traités.

1. Salluste nous a laissé, sous le titre de la Guerre de Jugurtha, un tableau politique de genre merveilleux par la vivacité de sa couleur; et l'unique document original qui nous reste au milieu de la tradition pâlie et effacée de l'époque. Mais ce tableau, fidèle à la loi poétique, et non à celle de la composition historique, se clôt par la catastrophe de Jugurtha. Et quant aux autres sources, nulle part nous ne trouvons exposée d'une façon complète la condition faite ensuite à la Numidie. Salluste (c. 65); Dion. (Fragm., 79, 4, Bekk.) indiquent bien que Gauda a succédé à Jugurtha; et une inscription de Carthagène lève tous les doutes, en l'appelant roi et père de Hiempsal II (V. la note 6). Dans l'Ouest, la frontière entre la Numidie d'une part, et l'Afrique romaine et Cyrène de l'autre, restèrent les mêmes que devant : nous le savons par César (Bell. civ., 2, 38 ; Bell. Afr., 43, 77) et par la constitution provinciale postérieure. Il était naturel au contraire, et Salluste le fait d'ailleurs pressentir (c. 97, 102, 111), que le royaume de Bocchus reçût des agrandissements immédiats et importants : aussi voyons-nous plus tard, ce qui confirme l'assertion, la Mauritanie, confinée jadis à la seule Tingitane (Maroc), englober le pays de Césarée (Alger) et celui de Sitifis (Sétif), et la moitié occidentale de la province actuelle de Cirta (Constantine). Mais comme c'est par deux fois que la Mauritanie a reçu des Romains les agrandissements dont il s'agit, en 649 de Rome (105 av. J.-C.) d'abord, après l'extradition de Jugurtha, et en 708 de Rome (46 av. J.C.), après la dissolution définitive du royaume numide, la contrée Césaréenne a été donnée par les Romains dans la première circonstance, et celle de Sétif dans la seconde.

102 av. J.C.

La piraterie

Les souffrances des provinces étaient plus grandes encore. En donnant à l'ordre marchand le contrôle des fonctionnaires provinciaux, la loi avait mis ceux-ci dans la nécessité de faire cause commune avec les premiers : fermant les yeux sur les excès des capitalistes, ils s'assuraient pour eux-mêmes la liberté illimitée du pillage, et l'impunité devant la justice. A côté du brigandage officiel et quasi-officiel, la piraterie s'exerçait sur terre et sur mer. Dans tous les parages de la Méditerranée, aux alentours des côtes d'Asie surtout, les flibustiers commirent de tels excès, qu'on se vit forcé à Rome (652 de Rome (102 av. J.C.), de former une flotte avec des vaisseaux demandés pour la plupart aux ports de commerce dans la dépendance de la République, et de l'envoyer en Cilicie sous le commandement de Marcus Antonius, préteur avec pouvoir proconsulaire. Un grand nombre de corsaires sont capturés : plusieurs repaires de pirates sont enlevés; et non contents de ces exploits, les Romains, pour mieux atteindre le but, établissent à poste fixe dans la Cilicie rude ou occidentale, principal asile des brigands. De là datent les commencements de ce qui fut plus tard la province de Cilicie, avec ses gouverneurs venus d'Italie1. Le but était louable, et le plan bien conduit; mais les résultats obtenus, mais l'accroissement du mal dans les eaux d'Asie, et spécialement en Cilicie, viennent attester qu'en dépit des positions prises on ne l'avait combattu qu'avec des moyens insuffisants. La Cilicie deviendra ainsi une province de la république (102 av. J.C.).

1. On lit partout que l'établissement de la province de Cilicie ne date que de l'expédition de Publius Servilius (676 de Rome (78 av. J.-C.) et suiv.) : c'est une erreur. Dès 662 (92 av. J.C.), nous voyons que Sylla a administré la Cilicie (Appien, Mithr., 57. - Bell. civ., 1, 77. - Victor, 75); que Gnoeus Dolabella l'a aussi administrée en 674 et 675 (80-79 av. J.C.) : dès lors, il faut bien reporter la création du gouvernement jusqu'en 652 de Rome (102 av. J.C.). Ajoutons en preuve, qu'à cette époque, les expéditions romaines contre les pirates, contre ceux des Baléares, de la Ligurie et de la Dalmatie, par exemple, tendent toujours à l'occupation des points de la côte où ils stationnent; et cela va de soi, les Romains, n'ayant pas de flotte permanente, ne pouvaient détruire la piraterie qu'en détenant les ports. Il convient d'ailleurs de ne pas oublier qu'à cette époque le mot province n'implique en aucune façon la possession complète du territoire : il signifie simplement commandement militaire; et que dans ces difficiles contrées la République ne fit rien de plus que d'établir des stations pour ses navires et ses hommes. Quant à la Cilicie plate ou orientale, jusqu'à la guerre contre Tigrane, elle appartint au royaume de Syrie (Appien, Syr., 48); et quant aux territoires autrefois dépendants de la Cilicie, mais situés au Nord du Taurus, Cilicie Cappadocienne et Cataonie, ils appartinrent à la Cappadoce, la première après la dissolution de l'empire des Attalides (Justin, 37, 1), la seconde après la paix faite avec Antiochus.

104-100 av. J.C.

La seconde guerre servile en Sicile

Cependant l'impuissance et les vices de l'administration provinciale romaine ne se montrèrent jamais plus à nu que dans les insurrections du prolétariat servile, qui, au moment où l'aristocratie triomphe, recommencent exactement comme devant. Elles grossissent et prennent bientôt les proportions d'une guerre véritable; et de même qu'aux alentours de l'an 620 de Rome (134 av. J.-C.), elles ont été l'une des causes, la cause principale peut-être, de la révolution Gracchienne, aujourd'hui elles se propagent et se répètent avec une régularité effrayante. Toute la gente esclave dans l'empire est en fermentation, comme il y a trente ans. Déjà nous avons parlé des rassemblements formés en Italie. En Attique, les ouvriers des mines se lèvent, s'établissent au cap Sunium, d'où ils s'élancent et pillent les campagnes : ailleurs, les mêmes mouvements se produisent. En Sicile surtout, le mal est à son comble : les hordes d'esclaves asiatiques attachés aux plantations se réunissent en armes. Faits curieux et qui aident à mesurer le danger, l'insurrection y naquit d'une tentative du gouvernement pour parer aux plus criantes iniquités du régime servile. Que les prolétaires libres ne fussent pas plus heureux que les esclaves, c'est ce qu'avait fait voir déjà leur attitude lors de la première révolte : celle-ci écrasée, les spéculateurs romains prirent leur revanche; ils firent esclaves tous ces malheureux. En 650 de Rome (104 av. J.-C.), aux termes d'un sénatus-consulte sévère provoqué par de tels excès, le préteur de Sicile, Publius Licinius Nerva, établit dans Syracuse un tribunal dit de liberté, qui procéda non sans vigueur. A peu de temps de là, huit cents sentences avaient été rendues contre les possesseurs d'esclaves, et le nombre des causes allait croissant. Les planteurs alarmés se portèrent en foule à Syracuse, exigeant, la suspension de ces procédures inusitées. C'est alors que Nerva prit lâchement peur, et repoussant rudement les suppliants accourus devant sa justice, il leur dit de cesser d'importunes réclamations, et sans tant parler de leurs droits, d'avoir à s'en retourner au plus tôt chez ceux qui se nommaient leurs maîtres. Les malheureux de s'attrouper aussitôt et de gagner la montagne. Le préteur n'était rien moins que prêt à la lutte : il n'avait même pas sous la main les chétives milices de l'île : on le vit alors entrer en marche avec l'un des plus fameux chefs de bandits siciliens, qui promit, moyennant sa grâce, de trahir et livrer les insurgés. C'est ainsi qu'on se rendit maître d'eux. Mais une autre bande d'esclaves fugitifs ayant battu un détachement de la garnison d'Enna (Castrogiovanni), ce premier succès, valut à la révolte et des armes et des soldats. Elle s'organisa militairement en s'aidant des munitions prises à l'ennemi tombé ou mis en déroute, et bientôt ses bandes comptèrent plusieurs milliers d'hommes. Ces Syriens, transportés en pays étranger, suivant l'exemple de leurs prédécesseurs, ne se crurent pas indignes d'avoir un roi, à l'instar des Syriens d'Asie; et parodiant jusqu'au nom du mannequin assis sur le trône dans leur pays natal, ils élurent l'esclave Salvius, et le saluèrent du nom de Tryphon, roi. Leurs bandes se tenant principalement entre Enna et Leontini (Lentini) en rase campagne, ils n'eurent bientôt plus de soldats devant eux : ils assiégèrent Morgantia et les autres villes fortes. Mais un jour, devant Morgantia, ils se laissent surprendre par le préteur accouru avec ses cohortes italiennes et siciliennes, ramassées en toute hâte. Le Romain s'empare de leur camp qui n'est pas défendu : ils tiennent bon pourtant, et quand on en vient aux mains, les milices siciliennes tournent le dos au premier choc. Les insurgés laissent fuir quiconque a jeté ses armes : aussitôt les soldats de la République de profiter tous d'une aussi belle chance; l'armée romaine se débande tout entière. Morgantia était perdue si les esclaves de l'intérieur avaient fait cause commune avec leurs frères; mais ayant reçu officiellement la liberté de la main même de leurs maîtres, ils les aidèrent bravement à se défendre, et sauvèrent la ville : sur quoi, le préteur soutint que l'affranchissement solennellement promis par les citoyens avait été extorqué par la force, et l'annula.

104-100 av. J.C.

Athénion

Au moment où la révolte grandissait, au centre de file, une autre insurrection éclatait sur la côte occidentale. Athénion fut son chef. Comme Cléon, il avait été en Cilicie, son pays, un chef de brigands redouté : captif et fait esclave, les Romains l'avaient amené en Sicile. Comme ses prédécesseurs, il se rend maître des esprits à l'aide des oracles et des jongleries pieuses, pâture aimée de la foule des Grecs et des Syriens; mais de plus, il sait la guerre, et il est habile. Il se garde, à l'instar des autres chefs de bande, d'armer indifféremment toute cette cohue qui se précipite vers lui : il choisit les hommes les meilleurs, les organise en corps d'armée, et occupe le reste à des travaux plus paisibles. Sa discipline sévère arrête tout mouvement d'hésitation, tout tumulte parmi ses troupes; il se montre doux et facile envers les habitants des campagnes, envers les prisonniers : ses succès sont grands et rapides. Les Romains avaient cru que les chefs des deux insurrections marcheraient désunis: cette fois encore ils se trompèrent. Athénion se soumit volontairement au roi Tryphon, malgré son incapacité; et l'union servile fut consommée. Bientôt les esclaves étaient maîtres de tout le plat pays, où les prolétaires libres firent cause commune avec eux, ouvertement ou en secret. Les officiers romains, hors d'état de tenir la campagne, s'estimèrent heureux de pouvoir jeter dans les villes quelques milices siciliennes, quelques troupes du contingent africain, mandées en toute hâte. La condition des villes était d'ailleurs lamentable. La loi paralysée dans toute l'île, la force seule dictait les arrêts : le cultivateur urbain n'osait franchir les portes : l'homme des campagnes n'osait pénétrer dans leurs murs : la famine était là avec ses terreurs; et dans ce pays nourricier de l'Italie, il fallut, pour empêcher les citadins de périr, que les magistrats de Rome importassent des convois de blé. Partout, à l'intérieur de l'île, les conjurations d'esclaves font explosion dans les villes, que les bandes insurgées assaillent du dehors : il s'en faut d'un cheveu que Messine ne tombe dans les mains d'Athénion. Rome avait alors à se défendre contre les Cimbres; il lui était difficile de lever une seconde armée. Elle le fit pourtant. Vers 651 de Rome (103 av. J.-C.), quatorze mille Romains et Italiques, sans compter les milices transmaritimes, furent expédiés en Sicile, sous le commandement du préteur Lucius Lucullus. L'armée des esclaves unis se tenait dans les montagnes d'au-dessus de Sciacca : elle accepta la bataille. Grâce à leur organisation militaire les Romains eurent le dessus. Athénion avait disparu : on le crut mort sur le champ de bataille, et Tryphon alla se réfugier dans la citadelle escarpée de Triocala. Les insurgés délibéraient, se demandant si une plus longue résistance était possible. L'avis des désespérés l'emporta : il fut décidé qu'on tiendrait jusqu'au dernier homme. Tout à coup reparaît Athénion, miraculeusement échappé à la mort : il relève le courage des siens. Pendant ce temps Lucullus, dont la conduite est inexplicable, ne fait rien pour poursuivre sa victoire. On prétend même que, pour couvrir l'insuccès définitif de son administration, et pour ne pas léguer à son successeur les profits d'une victoire qui rejetterait sa propre renommée dans l'ombre, il aurait à dessein désorganisé son armée, et brûlé son matériel de campagne. Que le fait soit vrai ou non, il n'en est pas moins certain que Gaius Servilius, préteur après lui (652 de Rome (102 av. J.-C.)), n'arrive pas à de meilleurs résultats. Tous deux plus tard seront mis en accusation et condamnés, ce qui ne sera pas la preuve sûre de leur crime. Trypbon mort (652), Athénion commandait seul : il se voyait à la tête d'une armée considérable et victorieuse. C'est alors que débarqua en Sicile le consul Manius Aquillius qui, l'année d'avant, sous les ordres de Marius, s'était distingué dans la guerre contre les Cimbres. Il prit en main la conduite des opérations militaires; et au bout de deux années d'efforts (la tradition veut même qu'il ait tué Athénion en combat singulier), il lui fut donné d'anéantir enfin la résistance désespérèe de l'armée servile, et affamant les insurgés, de les réduire jusque dans leur dernier repaire. Tout port d'armes est interdit aux esclaves dans l'île; et la paix se rétablit, si l'on appelle paix le retour de l'ancien fléau, remplaçant le fléau nouveau ! Le dompteur de la rébellion se signala tout le premier parmi les plus ardents et les plus rapaces des administrateurs pillards de ces temps. A qui veut une preuve dernière et plus éclatante des vices du régime intérieur de la restauration aristocratique, la guerre des esclaves en Sicile, la façon dont elle naquit et fut conduite; l'incendie qu'elle alluma durant cinq années, ne sont-ils pas des témoignages irrécusables?

Livret :

  1. Marius et Sylla dans la boutique de Roma Latina

Liens externes :

  1. Numidie de l'encyclopédie libre Wikipédia
  2. Jugurtha de l'encyclopédie libre Wikipédia
  3. Jugurtha de l'histoire des civilisations européennes, www.hist-europe.fr
  4. Guerre de Jugurtha par Salluste
  5. Histoire romaine par Salluste
Page précédente                                                                         haut de page                                                                         Page suivante