Se connecter      Inscription        
 
  Lepidus et Sertorius  
80-71 av. J.C.

Crassus César Lepidus Sertorius Pompée Insurrection de Lepidus Pompée en Espagne La bataille de Sucro (Xucar) Assassinat de Sertorius

Sources historiques : Théodore Mommsen, Roma Latina

Vous êtes dans la catégorie : République romaine
Chapitre suivant : La conquête de l'Orient (78-71 av. J.C.)

Chapitre précédent : La constitution de Sylla (83-78 av. J.C.)

80-78 av. J.C.

L'opposition

Le Capitole
Scène de banquet
Herculaneum

A la mort de Sylla (676 de Rome (78 av. J.-C.)), l'oligarchie restaurée dominait dans l'Etat romain de toute la hauteur du pouvoir absolu : mais comme la force l'avait fondée, elle avait besoin de la force pour se soutenir à l'encontre de ses nombreux adversaires, cachés et avoués. Elle n'avait pas simplement en face d'elle un parti avec son but et ses couleurs tranchées, avec ses chefs reconnus : elle avait affaire, à une masse composée des éléments les plus multiples, se donnant, prise ensemble, le nom de parti populaire, mais dont l'opposition contre le système constitutionnel de Sylla variait profondément, et dans ses motifs et par ses vues. On y comptait Les juristes, les hommes du droit positif, ignorants ou inactifs en politique, mais exécrant Sylla et son arbitraire envers la vie et la propriété des citoyens. Même du vivant du dictateur, alors que toute opposition était muette, les austères juristes avaient levé la tête : plus d'une sentence judiciaire avait refusé sanction aux lois Cornéliennes, quand celles-ci, par exemple; enlevaient la cité à diverses communautés italiques. Ailleurs, elles avaient maintenu dans ses droits le citoyen prisonnier de guerre ou vendu comme esclave au cours de la révolution. - On comptait dans l'opposition les restes de l'ancienne minorité libérale du Sénat, celle qui jadis avait travaillé à une transaction entre le parti de la réforme et les Italiques. Pareilles étaient aujourd'hui ses tendances; elle eût voulu, par d'opportunes concessions faites aux populaires, adoucir les rigueurs de la constitution oligarchique Syllannienne. - Venaient ensuite les démocrates proprement dits, les radicaux aux croyances honnêtes et bornées, jouant leurs vies et leurs biens sur un mot, mot d'ordre et programme du parti; ils devaient apprendre, tout stupéfaits au lendemain de la victoire, qu'ils avaient lutté non pour une cause, mais pour une phrase creuse. Leur grand cheval de bataille était le rétablissement de la puissance tribunicienne, que Sylla n'avait pas à la vérité supprimée, mais qu'il avait dépouillée de ses attributs essentiels. A ce nom du Tribunat du peuple un charme mystérieux électrisait la foule, d'autant plus puissant que l'institution, par elle-même, était désormais sans utilité pratique et saisissable : spectre vide qui dix siècles plus, tard fera encore une révolution ! - On y comptait enfin et surtout les classes riches et considérables, auxquelles la restauration n'avait pas donné satisfaction, ou qu'elle avait blessées dans leurs intérêts politiques ou privés. C'est ainsi que se rattachaient aux opposants les populations denses et aisées de la région d'entre le Pô et les Alpes : pour elles, avoir gagné le droit latin en 665 de Rome (89 av. J.-C.), c'était ne tenir qu'un acompte sur le droit complet de cité : l'agitation avait là son terrain prêt. Il y avait aussi les affranchis, influents par le nombre et la richesse, et particulièrement dangereux par leur accumulation dans la capitale, et qui ne pardonnaient pas à la restauration de les avoir refoulés dans la nullité réelle de leur ancien droit de vote : il y avait les hommes de la haute finance, se tenant prudemment tranquilles, mais gardant leurs opiniâtres rancunes avec leur non moins opiniâtre puissance. La foule des rues était à son tour mécontente, ne voyant la liberté que dans les largesses de l'annone. Mais où la guerre couvait le plus acharnée, c'était dans les cités atteintes par les confiscations de Sylla : soit qu'il fallût aux expropriés, à ceux de Pompéi, par exemple, vivre côte à côte dans les mêmes murs et sur leurs domaines réduits, avec les colons du dictateur, voués à d'éternelles querelles; soit que comme les Arrétins et les Volaterrans, restés en possession de leur territoire, ils vissent suspendue sur leurs têtes l'épée de Damoclès des confiscations, au nom du peuple romain; soit encore que, comme en Etrurie, ils dussent errer en mendiants autour de leurs anciennes demeures ou en brigands au sein des forêts. Enfin les chefs démocrates qui avaient perdu la vie, au lendemain de la restauration, ceux qui erraient misérables et émigrés sur les côtes de Mauritanie, ou suivaient la cour ou l'armée de Mithridate, avaient tous laissé derrière eux leurs parents, leurs affranchis, et les ferments de la vengeance : selon les idées politiques du temps, encore dominées par les affinités exclusives de la famille, c'était un devoir d'honneur que de travailler de tous ses efforts au rapatriement des fugitifs qui lui appartenaient; et quant aux morts, il importait de faire abolir la note d'infamie attachée à leur mémoire et à la personne de leurs enfants, et de faire restituer leurs biens. Les fils des proscrits, surtout, dégradés à l'état de parias politiques selon la loi édictée par le régent, ne tenaient-ils pas de cette loi même l'excitation à la révolte contre l'ordre de choses actuel ? Ajoutez à toutes ces fractions de l'armée des opposants la masse énorme des hommes ruinés. La cohue brillante ou vile, Les gens ruinés ayant à coeur les jouissances élégantes de la vie ou les basses orgies du commun peuple; les nobles personnages, à qui rien n'agréait que faire des dettes, les soudards de Sylla, qu'un mot de leur chef avait pu faire propriétaires, mais qu'il n'avait pas créés laboureurs; qui, ayant dévoré une première fois l'héritage des proscrits, avaient faim d'une seconde aubaine, tous attendaient le signal du combat contre le régime présent, quoi qu'on ait écrit là contre. La même nécessité poussait vers l'opposition tous les ambitieux de talent, tous les courtisans de la popularité, tous ceux à qui la cohorte close des Optimates refusait d'ouvrir ses rangs, ou dont elle empêchait l'ascension rapide : rejetés violemment dans la phalange, ils tentaient avec la faveur du peuple de briser les lois de l'oligarchie exclusive et la règle de l'ancienneté; tous ceux, bien plus dangereux encore, pour qui, dans leurs rêves à perte de vue, ce n'était pas monter assez haut que d'être admis seulement à gouverner le monde dans les conseils d'un corps délibérant. Sylla vivait encore, que déjà la tribune des avocats, l'unique terrain qu'il eût laissé ouvert à l'opposition légale, retentissait des paroles ardentes des candidats de l'ambition, portant en main l'arme du formalisme juriste, et lançant contre la Restauration les traits acérés de leur parole. Là, se rencontrait au premier rang l'habile orateur Marcus Tullius Cicéron (né le 3 janvier 648 de Rome (106 av. J.-C.)), le fils d'un propriétaire rural du bourg d'Arpinum. Prudent et audacieux tout ensemble dans son opposition contre le dictateur, il s'était fait rapidement un nom. De telles aspirations n'eussent été guère à redouter, tant que le héros ne visait pas à plus haut qu'une chaise curule, satisfait de s'y asseoir pour jusqu'à la fin de ses jours. Mais à un agitateur populaire le repos honorifique ne pouvait suffire; et dès qu'il fallait à Gaius Gracchus un successeur, il fallait aussi que le combat à mort fût livré. A cette heure, du moins, on ne prononçait aucun nom: nul n'avait révélé d'aussi vastes visées. Telle était l'opposition contre laquelle avait à lutter le gouvernement oligarchique institué par Sylla. La mort du régent avait laissé le gouvernement à lui-même plutôt que son auteur ne l'avait assurément pensé. Il avait une mission difficile; et les difficultés s'aggravaient encore par les misères sociales et politiques du temps. Comment, surtout, maintenir dans la soumission envers l'autorité civile centrale les chefs militaires des diverses provinces ? Dénué qu'on était de toute force armée dans Rome, comment y venir à bout de la multitude sans nom des immigrants italiques et extra-italiques, et des bandes innombrables d'esclaves qui y vivaient libres de fait ? La tache était par trop ardue. Le Sénat était comme retranché dans une citadelle, exposée, menacée de tous les côtés : de sérieux assauts allaient être livrés, et sur l'heure ! Pourtant, Sylla n'avait pas omis les moyens d'une puissante et solide résistance : si la majorité, dans la nation, se montrait évidemment peu favorable, hostile même au gouvernement sorti des mains du dictateur, ce gouvernement, d'une autre part, pouvait longtemps se soutenir, ayant affaire à des masses confuses et tumultueuses, à une opposition qui ne voyait clairement ni sa voie, ni son but, et qui, restée sans tête, allait se fractionnant à l'infini. Mais pour résister, il aurait d'abord fallu le vouloir : il aurait fallu pour défendre la place une étincelle de cette énergie qui l'avait jadis édifiée : à la garnison qui ne veut pas se battre, le plus habile ingénieur donnerait en vain des fossés et des murs!

80-78 av. J.C.

Absence de chefs

L'avenir, en fin de compte, allait dépendre des hommes que les deux camps auraient à leur tête : malheureusement des deux côtés, hommes et chefs faisaient défaut. La politique d'alors obéissait tout entière à l'influence déplorable des coteries. Non que ce fût là chose nouvelle : qui dit état aristocratique, dit aussi familles et coteries exclusives : à Rome, leur prépondérance était séculaire. Mais ce ne fut qu'au temps où nous sommes qu'on les vit toutes puissantes; et c'est vers le même temps aussi (690 de Rome (64 av. J.-C.)), que pour la première fois leur empire se mesure et se constate par les lois mêmes destinées à les refréner. Tous les personnages notables, populaires aussi bien qu'oligarques purs, se coalisent en Hétairies; et quant à la masse des citoyens, ils s'organisent, eux aussi, dans les circonscriptions votantes, en confréries closes et presque militaires, lesquelles ont leurs chefs, leurs intermédiaires tout trouvés dans les principaux ou scrutateurs des tribus (divisores tribuum). Tout est vénal dans ces clubs politiques : le vote de l'électeur d'abord, puis celui du sénateur et celui du juge, et aussi le poing du tapageur des rues, avec le capitaine d'émeute qui le mène : entre les associations des grands et des petits, le tarif seul diffère. L'hétairie décide de l'élection : l'hétairie ordonne la mise en accusation : l'hétairie conduit la défense : elle gagne l'avocat de renom, conclut accord en cas de besoin avec l'entrepreneur d'acquittements, qui trafique en gros des voix des juges. L'hétairie a ses bandes, ses phalanges, avec lesquelles elle est maîtresse de la rue, et trop souvent de l'Etat lui-même. Tous ces excès se commettaient régulièrement et publiquement, pour ainsi dire ! Les hétairies avaient leur organisation plus achevée, plus suivie que telle et telle branche de l'administration publique : que si, comme il est d'usage entre fourbes bien élevés, on s'entendait sans mot dire sur toutes ces criminelles pratiques, nul cependant ne se cachait, et les meilleurs avocats osaient faire, haut et net, allusion à leurs relations avec les hétairies auxquelles leurs clients étaient affiliés. Un homme se rencontrait-il, par hasard, qui voulût rester pur, et pourtant prendre part à la vie publique, il n'était pour tous sûrement, comme Marcus Caton, qu'un Don Quichotte politique ! Les clubs, la guerre des clubs, ont remplacé les partis et leurs luttes : l'intrigue a supplanté le gouvernement.

(Céthégus) C'est alors qu'on rencontre un Publius Cethegus, personnage d'équivoque caractère, marianien des plus ardents d'abord, puis transfuge reçu à grâce par Sylla : il joue au temps actuel l'un des rôles les plus importants : porteur de paroles et médiateur habile, il s'agite entre les fractions diverses du Sénat; il a la clef de tous les secrets, de toutes les cabales politiques; et parfois, c'est sur un mot de Procia, sa maîtresse, que se décide la nomination aux hautes charges dans l'Etat. Pour en venir jusque là, il fallait bien que dans les rangs des hommes d'action il n'y en eût aucun qui dépassât la ligne commune. Vienne un talent exceptionnel, et aussitôt il balayera comme toiles d'araignées toutes ces misérables factions : mais encore une fois, en fait de capacités politiques ou militaires, il n'y a à Rome que disette désastreuse.

(Philippus) De l'ancienne génération, les guerres civiles n'avaient laissé debout qu'un seul homme marquant, le vieux Lucius Philippus (le consul de 663 de Rome (91 av. J.-C.)) : sage et d'habile faconde, jadis tenant aux populaires, plus tard le chef du parti capitaliste ameuté contre le Sénat, et l'intime affidé des marianiens, puis rentré assez à temps dans le camp de l'oligarchie victorieuse pour y recueillir reconnaissance et profit, il avait surnagé dans le conflit des partis.

(Metellus, Catulus et les Lucullus) Aux hommes de la génération qui avait suivi appartenaient les sommités de la pure aristocratie : Quintus Metellus Pius (consul en 674 de Rome (80 av. J.C.)), le compagnon de dangers et de victoires de Sylla : Quintus Lutatius Catulus, le consul de l'année de sa mort (676 de Rome (78 av. J.C.), et le fils du vainqueur de Verceil; et deux jeunes capitaines, les frères Lucius et Marcus Lucullus, qui s'étaient distingués sous Sylla, le premier en Asie, le second en Italie. Je passe sous silence d'autres optimates; et Quintus Hortensius (640-704 de Rome (114-50 av. J.C.)), important comme avocat seulement; et Decimus Junius Brutus (consul en 677 (77 av. J.C.)), et Marcus AEmilius Lepidus Livianus (consul aussi en 677) : pures nullités, n'ayant rien pour elles, qu'un nom sonore et aristocratique. Les quatre personnages nommés plus haut ne s'élevaient guère non plus au-dessus de la moyenne des hommes de la faction nobiliaire. Catulus était, comme son père, un homme poli, un honnête aristocrate, mais sans grand talent, sans talent militaire, surtout. Metellus, personnellement, méritait l'estime par son caractère; il était de plus bon capitaine et soldat éprouvé : au sortir de son consulat, en 675 de Rome (79 av. J.-C.), alors que les Lusitaniens, unis aux émigrés romains à la suite de Quintus Sertorius, venaient de relever la tête, il avait été envoyé en Espagne, non pas tant à cause de ses relations d'étroite parenté ou de corporation avec le régent, qu'à cause de son mérite hautement reconnu. C'étaient aussi deux bons officiers que les deux Lucullus : l'aîné surtout, Lucius, à un talent militaire très réel, joignait la culture littéraire la plus soignée et tous les goûts de l'écrivain : comme homme, il avait le sens de l'honneur. Mais sur le terrain de la politique, ces coryphées de l'aristocratie se montraient sans vigueur, à courtes vues, médiocres presque autant que le commun des sénateurs. Braves et utiles en face de l'ennemi du dehors, ils n'étaient ni disposés à se jeter dans le mouvement politique, ni capables de prendre en main le gouvernail et de conduire sûrement le vaisseau de l'Etat sur cette mer agitée des intrigues et des factions. Mettant toute leur sagesse dans l'orthodoxie de leur croyance oligarchique et dans sa panacée, ils haïssaient cordialement la démagogie : ils la maudissaient hardiment comme toute force qui ose s'émanciper elle-même. Il suffisait de peu de chose, d'ailleurs, à leur très mince ambition. Non qu'il faille croire, non plus qu'à tant d'autres historiettes dont sont remplis les livres, à tout ce qu'on raconte du séjour de Metellus en Espagne, à ses sottes faiblesses pour la rude lyre des poètes à gages du pays, à ces libations de vin offertes, à cet encens brûlé sur son passage comme devant un Dieu, à ces Victoires planant sur sa tête, lorsqu'il était à table, et le couronnant de lauriers au bruit du tonnerre ! Vrais ou faux, tous ces bavardages ne peignent-ils pas au vif les glorioles vaniteuses où se complaisaient les Epigones dégénérés des vieilles grandes familles ? Les meilleurs d'entre eux s'estimaient satisfaits quand ils avaient conquis, non la puissance et l'influence, mais le consulat ou le triomphe, et un siège d'honneur dans la Curie : quand sonnait l'heure de l'ambition honnête et sérieuse, quand ils auraient dû venir en aide à la patrie, à leur parti, ils se retiraient de la scène politique et allaient croupir dans leur luxe princier. Que dire de ces hommes, que dire des Metellus et des Lucius Lucullus, quand on les voit jusque dans les camps où ils commandent, bien moins soucieux de reculer les frontières de l'empire, et de soumettre à Rome les rois et les peuples, qu'affairés à compléter les longues listes du gibier, des oiseaux fins et du dessert d'un gastronome romain, et d'y faire entrer les délicatesses nouvelles importées d'Asie-Mineure et d'Afrique ? Que dire, quand on les voit user la meilleure part de leur vie dans les loisirs plus ou moins intelligents de leur retraite ? Que sont devenues ces traditions de savoir-faire et de renoncement individuel, assises solides du régime oligarchique ? L'aristocratie romaine une première fois tombée et artificiellement restaurée les a perdues sans retour. Au lieu du patriotisme, l'esprit de coterie : au lieu de l'ambition, la vanité : au lieu de l'esprit de suite, l'étroitesse des vues. Aux mains de gardiens meilleurs, tels que les hommes du collège des cardinaux de la Rome catholique, ou du collège vénitien des Dix, la constitution de Sylla n'eût pas sitôt fléchi peut-être sous les coups de l'opposition : à tout le moins, il y eût eu danger pour celle-ci, s'attaquant à de tels défenseurs.

80-78 av. J.C.

Pompée

Parmi les personnages qui n'étaient ni les partisans absolus, ni les ennemis avoués de la constitution de Sylla, nul n'attirait plus les regards de la foule que le jeune Gnaeus Pompée, âgé de 28 ans, à l'heure où l'ex-régent mourut (né le 29 septembre 648 de Rome (106 av. J.-C.)). Cette admiration de tous fut un mal et pour lui et pour ceux qui la ressentaient : elle était d'ailleurs naturelle. Sain de corps et d'esprit, gymnaste habile, disputant au simple soldat, alors que déjà il était officier supérieur, le prix du saut, de la course et du disque, habile et fort cavalier, non moins habile à l'escrime, plein d'audace à la tête de ses volontaires; à cet âge où il n'avait encore ni l'entrée des grandes charges, ni celle du Sénat A vingt ans il avait su lever une armée, en rester le chef et avait été salué imperator. Envoyé en Afrique par Sylla, il n'y eut que des succès, et comme le dictateur lui refusait le triomphe: "Qu'il prenne donc garde", osa dire l'impétueux jeune homme, "que le soleil levant a plus d'adorateurs que le soleil couchant!" Sylla céda et moitié aveu, moitié ironie lui avait laissé prendre le surnom de "Grand !". Par malheur, son génie n'allait pas à la hauteur de son prodigieux succès. Il n'était certes ni méchant, ni incapable, il n'était qu'un homme ordinaire. La nature l'avait créé pour être un bon subalterne : les circonstances en avaient fait un général et un homme politique. En lui vous trouviez le militaire, le soldat intelligent, brave, expérimenté, excellent enfin, sans l'étincelle d'une vocation plus haute : général d'armée, sur le champ de bataille et partout ailleurs, du reste, il n'en venait à l'action qu'avec une prudence extrême, et touchant presque à la pusillanimité. Il ne voulait frapper le coup décisif que quand il avait la conscience de la plus écrasante supériorité. Son éducation avait été celle de tous les Romains de son siècle. Foncièrement homme d'épée, il ne marchanda aux rhéteurs quand il vint à Rhodes, ni son tribut d'admiration, ni ses dons. Il avait la probité du riche, sachant bien mener son train de maison à l'aide de sa grande fortune, héritée ou acquise . il ne dédaignait pas de faire de l'argent selon les méthodes en usage parmi les sénateurs : mais froid par tempérament, et aussi trop opulent, il n'allait pas s'embarquer dans les spéculations dangereuses, et assumer la responsabilité des gros scandales. Son renom de probité et de désintéressement, renom mérité d'ailleurs à en juger relativement, il le dut aux vices en vogue chez ses contemporains plus encore qu'à sa vertu personnelle. C'était chose presque proverbiale que l'honnête visage de Pompée; et même après sa mort, on vantait la sagesse et la dignité de ses moeurs. En réalité, il fut bon voisin; il ne s'adonna pas à ces pratiques révoltantes des grands de Rome, qui agrandissaient leurs domaines à coups de ventes extorquées par la violence, ou à l'aide de pires crimes commis envers les petits possesseurs limitrophes : dans son intérieur, il se montra bon mari et bon père : disons enfin à son honneur que quand il traîna dans ses triomphes des rois et des généraux captifs, il ne les fit pas ensuite mettre à mort, suivant la barbare coutume de ses prédécesseurs. Mais dès que Sylla avait parlé, Sylla, son seigneur et son maître, aussitôt il se séparait d'une épouse aimée, dont le crime était d'appartenir à une famille tombée en disgrâce : que Sylla clignât de l'oeil, et le héros faisait de grand sang-froid massacrer sous ses yeux les hommes qui dans les temps difficiles avaient marché à ses côtés. Non qu'il fût cruel, comme on le lui reprocha, mais, ce qui est pis, il était froid, insensible, sans passion pour le bien ni pour le mal. Si dans la mêlée il regardait intrépidement l'ennemi en face, on le vit, dans la vie civile, pusillanime et rougissant pour un rien, ne parlant en public qu'avec embarras, anguleux surtout, empesé et gauche dans les relations du monde. Avec toutes ses hauteurs jalouses, ainsi qu'il en va souvent de ceux qui font parade de leur indépendance, il ne fut qu'un instrument docile dans la main de quiconque savait le prendre; il fut mené par ses affranchis et ses clients, alors qu'il ne craignait pas d'avoir à leur obéir. Bref, il n'était pas fait pour un rôle d'homme d'Etat. Incertitude du but, indécision dans le choix de ses moyens, étroitesse des vues dans les petites ou les grandes circonstances, que de causes de faiblesse! Il restait là, perplexe, déguisant son irrésolution et son trouble sous le manteau solennel du silence, et quand il voulait jouer au fin, il se dupait lui-même en croyant tromper les autres. Sa situation militaire, ses relations dans la province, presque sans qu'il y travaillât, lui valurent un parti considérable, dévoué à sa personne, et propre à l'accomplissement des plus grandes choses. Mais sous aucun rapport il ne sut jamais ni réunir ni conduire un parti; et si la réunion se fit un jour, il n'y fut pour rien, les circonstances seules y pesant de leur poids. En ceci, comme ailleurs, il rappelle Marius, Marius, le rude paysan, passionné et sensuel, insupportable au même degré que cette raide et ennuyeuse contrefaçon du grand homme. Dans la politique, la situation de Pompée était fausse à l'excès. Officier de l'armée de Sylla, son devoir voulait qu'il luttât pour la constitution restaurée : il n'en arriva pas moins à faire à Sylla une opposition personnelle, à Sylla, et à tout le régime sénatorial. Aux yeux de l'aristocratie, la famille des Pompééiens, inscrite il y a quelque soixante ans, pour la première fois, dans les fastes consulaires, n'est pas encore pleinement acceptée : le père de Gnaeus, en face du Sénat, avait joué un rôle odieux, équivoque; et Pompée, lui-même, ne l'avons-nous pas vu un jour dans les rangs des Cinnaniens ? On se taisait sur de tels souvenirs, mais ils ne s'effaçaient pas. La haute fortune conquise par Pompée sous Sylla, en même temps qu'elle le rattachait au-dehors à la faction aristocratique, lui suscitait au-dedans avec elle des antipathies non moins réelles. Il avait la tête faible; et porté vite et sans peine aux sommets de la gloire, il fut aussitôt pris de vertige. Comme s'il eût voulu bafouer sa propre et prosaïque figure, il osa la mettre en parallèle avec celle du plus noble et du plus poétique des héros : on le vit se comparer avec Alexandre le Grand : à Pompée seul, à l'entendre, il eût été messéant de ne faire que compter parmi les cinq cents sénateurs de Rome. Et pourtant nul plus que lui n'eût mieux convenu au rôle de simple membre de l'assemblée dirigeante sous un pur régime d'aristocratie. Que s'il eût vécu deux cents ans plutôt, la dignité de son extérieur, son formalisme solennel, sa bravoure individuelle, la probité de sa vie privée, tout chez lui, tout, jusqu'au défaut d'initiative, lui aurait assuré peut-être une honorable place à côté des Quintus Maximus, et des Publius Decius; et sa médiocrité même, la vraie vertu de l'optimate romain, n'a pas peu contribué à l'affinité élective qui s'établit un jour entre lui et la masse du peuple et du Sénat. Dans son siècle enfin, un rôle net et important lui était destiné encore, s'il avait su se contenter de n'être que le général du Sénat : là était sa vraie destinée. Mais son ambition allait plus loin, et il tomba de chute en chute, pour avoir voulu -au-delà de ce qu'il pouvait. Ne rêvant qu'à monter sur un piédestal, il l'eut un jour devant lui, sans oser le gravir; et sa rancune fut amère et profonde, quand les hommes et les lois ne se courbèrent pas à merci devant lui. On ne l'en vit pas moins partout affichant une modestie qui n'était pas simplement d'emprunt, simple citoyen parmi des milliers d'égaux, et tremblant à la seule pensée d'une démarche contraire à la constitution. Ainsi toujours en froid avec l'oligarchie, et toujours son humble serviteur, torturé sans cesse par une ambition qui s'épouvantait de ses propres viséées, Pompée était condamné par avance aux contradictions continuelles et intérieures d'une vie sans joie, laborieusement et inutilement agitée.



80-78 av. J.C.

Crassus

Pas plus que Pompée, on ne saurait classer Crassus parmi les adhérents purs de l'oligarchie. Il est aussi l'une des plus caractéristiques figures du siècle. Comme Pompée, dont il était l'aîné de quelques années, il appartenait au monde de la haute aristocratie romaine : il avait reçu l'éducation habituelle à sa caste; et comme Pompée enfin, il avait, sous Sylla, combattu, non sans distinction, dans la guerre d'Italie. Du côté des dons de l'esprit, de la culture littéraire et des talents militaires, il restait loin en arrière de beaucoup de ses pareils : il les dépassait par son activité infatigable, par son ardeur opiniâtre à vouloir tout posséder, et marquer en tout. Il se jeta à corps perdu dans les spéculations. Des achats de terre pendant la révolution furent la base de son énorme fortune, sans qu'il négligeât d'ailleurs les autres moyens de s'enrichir, élevant dans la capitale des constructions grandioses autant que prévoyantes; s'intéressant avec ses affranchis dans les sociétés et les compagnies commerciales; tenant banque dans Rome et hors de Rome, avec ou sans le concours de ses gens; prêtant son or à ses collègues du Sénat, et entreprenant pour leur compte et selon l'occasion, tantôt des travaux, tantôt l'achat des collèges de justice. Pourvu qu'il y eût gain, il ne faisait pas le renchéri. Au temps des proscriptions de Sylla, il demeura un jour convaincu d'avoir falsifié les terribles listes; et le dictateur, à dater de ce moment, ne voulut plus l'employer dans les affaires d'Etat. Tel testament où il était nommé était-il de même entaché de faux notoire, il ne s'en portait pas moins héritier; et il fermait les yeux quand son régisseur avait expulsé ses riverains de leur terre par voie de fait ou d'usurpation tacite. Attentif d'ailleurs à ne pas entrer en lutte ouverte avec le juge criminel, il savait vivre simplement, bourgeoisement, en vrai homme d'argent qu'il était. C'est ainsi qu'en peu d'années on le vit, naguère possesseur d'un patrimoine sénatorial ordinaire, amasser de monstrueux trésors : peu de temps avant sa mort, malgré des dépenses imprévues, inouïes, on estimait encore son avoir à 170000000 sesterces. Il était devenu le particulier le plus opulent de Rome, et comptait comme une puissance politique. S'il était vrai, selon son dire, que celui-là seul pût se dire riche, qui pouvait, sur ses revenus, entretenir une armée sur le pied de guerre, il faut convenir qu'à l'heure même cet homme cessait d'être un simple citoyen. Et de fait, Crassus visa plus haut qu'à être le maître du coffre-fort le mieux rempli de Rome. Il n'était pas de peine qu'il ne se donnât pour étendre ses relations. Il savait appeler et saluer par leur nom, tous les citoyens de la grande ville. Jamais il ne refusa le plaideur invoquant son assistance devant la justice. Qu'importe que la nature eut fait de lui un mince orateur, que sa parole fût maigre, son débit monotone, et son oreille dure ! Tenace dans ses opinions, ne s'effrayant d'aucun ennui, oublieux des plaisirs, il surmontait tous les obstacles. Ne se laissant jamais surprendre et n'improvisant jamais, il était consulté à toute heure; à toute heure il était prêt: bien peu de causes lui semblaient mauvaises, mettant en jeu, pour enlever le succès, et les ressources de la plaidoirie, et l'influence de ses relations, et au besoin l'influence de son or sur les juges. La moitié des sénateurs étaient ses débiteurs : il tenait une foule d'hommes considérables dans sa dépendance, ayant pour habitude d'avancer sans intérêt des capitaux à ses amis, capitaux remboursables à volonté. Homme d'affaires avant tout, il prêtait sans distinction de partis, mettait la main dans tous les camps, et donnait volontiers crédit à quiconque était solvable, ou pouvait devenir utile. Quant aux meneurs, même les plus hardis, quant à ceux dont les attaques n'épargnaient personne, ils se seraient gardés d'en venir aux mains avec Crassus : on le comparait au taureau du troupeau, qu'il y a toujours péril à irriter. Il va de soi qu'un tel homme, ainsi posé, n'aspirait pas à un but modeste: bien plus clairvoyant que Pompée, il savait exactement, comme le sait tout bon banquier, et quel était le but de ses spéculations politiques, et quels étaient ses partenaires. Depuis que Rome était Rome, les capitaux y avaient joué le rôle d'une puissance dans l'Etat : au temps actuel, on arrivait à tout par l'or aussi bien que par le fer. Pendant la révolution, l'aristocratie financière avait bien pu songer à renverser l'oligarchie des antiques familles : Crassus, lui aussi, pouvait viser à mieux qu'aux faisceaux du licteur, ou qu'au manteau brodé du triomphateur syllanien. Pour le moment, il avait marché avec le Sénat : mais il était trop bon financier pour se donner à un seul parti, et pour suivre une autre route que celle de son intérêt personnel. Or, pourquoi cet homme, le plus riche, le plus intrigant des Romains, nullement avare d'ailleurs, et sachant aventurer les gros enjeux, pourquoi n'eût-il pas de même spéculé en vue d'une couronne ? Peut-être que réduit à lui seul, il ne lui était pas donné d'y atteindre : mais il avait souvent pratiqué les grandes affaires, les vastes associations : ne pouvait-il pas pour cette entreprise mettre la main sur un utile partenaire ? Ce fut donc alors (signe trop caractéristique des temps !) que l'on vit un Crassus, orateur et capitaine médiocre, un politique ayant l'activité et non l'énergie, les convoitises et non l'ambition, ne se recommandant par rien, si ce n'est sa colossale fortune et son habileté commerciale, étendre partout ses intelligences, accaparer la toute puissante influence des coteries et de l'intrigue, s'estimer l'égal des plus grands généraux, des plus grands hommes d'Etat de son siècle, et lutter avec eux pour la palme la plus haute qui puisse attirer les convoitises de l'ambitieux !

80-78 av. J.C.

César

(Les chefs de la démocratie) Dans le camp de l'opposition démocratique, chez les conservateurs libéraux, comme chez les populaires, la tempête révolutionnaire avait fait des vides effroyables. Parmi ceux-là, un seul personnage notable restait debout, Gaius Cotta (630 à 681 environ de Rome (124-73 av. J.-C.)), l'ami et l'allié de Drusus. Banni pour ce motif en 663 de Rome (91 av. J.C.), les victoires de Sylla l'avaient ramené dans sa patrie. C'était un homme prudent et un bon avocat, mais appelé tout au plus à faire honorablement figure au second rang, soit que l'on tint compte de son parti, soit que l'on pesât sa valeur personnelle.

Parmi les démocrates de la jeune génération, un homme attire les regards de tous. Gaius Julius Caesar (né le 12 juillet 102)1 compte vingt-quatre ans. Son alliance avec Marius et Cinna (la soeur de son père avait épousé Marius et lui-même était le gendre de Cinna); son courageux refus d'envoyer à sa jeune épouse Cornélia la lettre de répudiation que Sylla lui avait envoyé alors que Pompée s'était aussitôt soumis à pareille exigence; sa vie errante pour échapper aux menaces de la proscription; sa bravoure à laquelle nul ne s'attendait venant d'un jeune homme élevé dans les délicatesses de la vie et ses habitudes efféminées d'un petit maître : la remarque de Sylla qui voyait plusieurs Marius se cacher sous sa tunique mal rattachée, tout cela le recommande aux démocrates.
Mais César n'offrait encore de prise qu'aux espérances, et dans l'avenir : pour le présent, les hommes que leur âge ou leur position dans le Sénat eût appelés à gouverner le parti et à se rendre maîtres du gouvernement, étaient tous morts ou en exil.

1. D'ordinaire on place la naissance de César en 100 av. J.C., se fondant sur ce que Suétone, Plutarque et Appien lui donnent 56 ans au moment de sa mort (15 mars 44) et en concordance avec le dire de Velleius qui lui donne 18 ans au temps de la proscription de Sylla (82). Mais à adopter cette date, on tombe dans des contradictions inextricables. César fut édile en 65, préteur en 62, consul en 59 : or d'après les lois Annales (leges Annarioe ou Annales) il fallait, pour aborder l'édilité, l'âge de 37-38 ans au moins et celui de 40-41 ans, de 43-44 ans pour la préture et le consulat. On ne comprendrait pas comment il aurait pu se faire que César eût occupé toutes les charges curules deux ans avant l'âge légal et encore moins comment on n'en trouverait mention faite chez aucun auteur. De tout cela ressort bien plutôt la présomption grave que son jour de naissance étant tombé le 12 juillet (on le sait de source certaine), il serait né en 102 et non en 100 : qu'en 82 av. J.C., par suite, il aurait été âgé de 20-21 ans, et qu'il serait mort, non dans sa cinquante-sixième année, mais ayant accompli 57 ans et 8 mois. Chose curieuse, sa promotion par Marius et Cinna, alors qu'il était presqu'enfant au titre de flamine de Jupiter. Marius en effet mourut en janvier 86, César étant alors âgé de 13 ans et 6 mois selon l'opinion commune, étant non pas seulement "presque un enfant" mais véritablement enfant encore et selon toute probabilité n'ayant point encore l'aptitude requise pour exercer un tel sacerdoce. Que, si au contraire, c'est en 102 que se place sa naissance, il aurait été dans sa seizième année au moment de la mort de Marius : et alors, tout se concilie, et l'observation de Velléius et la règle générale aux termes de laquelle on ne pouvait pas entrer dans les emplois civiques avant d'avoir dépassé l'âge de l'enfance. Ajoutons au dernier fait, c'est que sur les deniers frappés par César au début de la guerre civile on lit le chiffre LII, indiquant vraisemblablement son âge: il avait donc un peu plus de 52 ans quand cette guerre a éclaté.
Et puis, quoi qu'il nous en semble à nous, qui sommes habitués à un état civil des naissances régulièrement et officiellement tenu, qu'y a-t-il donc de si téméraire à accuser ici nos auteurs d'erreur? Les quatre citations qui précèdent peuvent très bien avoir été puisées toutes à une source commune. Quoi d'étonnant à ce qu'elles ne méritent pas absolument crédit, si l'on songe que dans les temps anciens, avant la création des Acta diurna, l'on ne rencontre que confusions et que contradictions surprenantes dans l'énoncé des dates de la naissance des Romains les plus illustres et les plus éminents, de Pompée par exemple? - Napoléon III, dans sa Vie de César (t. I, liv. II, ch. 1, p. 252, en note), combat notre opinion, soit parce qu'en obéissant à la loi Annale il faudrait reporter la naissance de César à l'an 651 de Rome (103 av. J.C.), et non à l'an 652 (102 av. J.C.); soit surtout parce qu'on connaît de nombreux exemples où la loi n'a pas été observée. Mais dans la première de ces assertions il existe une méprise. L'exemple de Cicéron atteste que la loi annale n'exigeait qu'une chose, c'est que la quarante-troisième année fût commencée pour l'entrée en charge (dans le consulat), et non pas qu'elle fût accomplie (V. de Leg. agr. 2, 2, et Becker, l. c. 2, 2, p. 23). Et quant aux exceptions auxquelles l'auteur de César se réfère, elles sont loin de se justifier toutes. Lorsque Tacite (Ann., II, 22) ** dit que chez les ancêtres des Romains on ne se préoccupait guère de l'âge, et qu'on avait vu de tout jeunes gens aborder le consulat et la dictature, il fait allusion, les commentateurs le déclarent, à des temps antérieurs à la promulgation des lois annales, au consulat de M. Valerius Corvus, promu dans sa vingt-troisième année, et à des cas semblables. On cite bien Lucullus; mais il est inexact de dire qu'il ait pris le consulat avant l'âge légal : tout ce que l'on sait (Cicéron, Acad., pr. 1, 1), c'est que sur le fondement de je ne sais quelle disposition exceptionnelle, et à titre de récompense pour un exploit ou un service rendu quelconque, il a été dispensé de l'intervalle légal des deux ans entre l'édilité et la préture; et de fait, nous le voyons édile en 675 (79 av. J.C.), préteur en 677 (77 av. J.C.) (vraisemblablement) et consul en 680 (74 av. J.C.). Le cas est tout autre pour Pompée, qui ne le sait? Ne lisons-nous pas expressément dans plus d'un auteur (Cicéron, de imp. Pomp. (ou pro leg. Man.), 21, 62. App., l. c. 3, 88) que le Sénat lui accorda de formelles dispenses d'âge (ex Selo legibus solutus consul ante fieret quam ullum alium magistratum per leges capere licuisset) ? On ne s'étonne pas d'une telle exception faite pour Pompée, le général en chef victorieux, le triomphateur demandant le consulat à la tête d'une armée, et aussi, après sa lutte avec Crassus, à la tête d'un parti puissant, mais on ne saurait assez s'étonner qu'elle ait eu lieu pour le jeune César alors qu'il briguait les charges mineures et qu'il n'avait pas d'autre importance que celle d'un débutant politique ordinaire. Et ce qui serait plus incroyable encore, tandis que nos sources mentionnent le fait, très explicable en soi, de la dispense donnée à Pompée, elles sont muettes à l'égard de celle, bien extraordinaire, qui aurait été octroyée à César. Rappeler le cas eût été fort commode pourtant, lorsqu'un peu plus tard Octave fut fait consul à 21 ans (cf. par ex. App., 3, 88). - De tous ces exemples on a prétendu conclure qu'à Rome on n'observait guère la loi quand il s'agissait d'hommes éminents (Vie de César, l. c.). Je ne sache pas qu'on ait jamais rien dit de plus erroné sur Rome et les Romains. La grandeur de la République romaine, et aussi celle de ses généraux et de ses hommes d'Etat, repose avant toute chose sur l'entier empire des lois, même en ce qui concerne leur personne.
* (Paul Diacre, p. 27. - Annaria lex dicebatur ab antiquis ex qua finiuntur anni magistratus capiendi.)
** Apud majores virtutis id praemium (quostura) fuerat, cunctisque civibus, si bonis artibus fiderent, licitum petere magistratus : ac ne otas quidem distinguebatur quin prima juventa cousulatum ac dictaturam inierent.

80-78 av. J.C.

Lepidus

A défaut d'homme appelé à ce grand rôle, la conduite de la démocratie appartenait donc au premier qui voudrait se poser en représentant des démocrates opprimés; et c'est ainsi qu'elle échut à Marcus Aemilius Lepidus, ancien Syllanien, passé dans le camp populaire pour d'assez équivoques motifs. D'abord optimale ardent, enchérisseur assidu aux ventes des biens des proscrits, durant son proconsulat de Sicile il avait commis d'ignobles rapines. Une accusation paraissant imminente, il se jeta, pour y échapper, dans l'opposition. Le gain pour celle-ci était de valeur douteuse. Il lui apportait sans doute le secours de son nom, de son importance, de sa vive parole dans les luttes du Forum : il n'en était pas moins un homme sans talent sérieux, une tête sans cervelle, et ne méritait le premier rang ni à l'armée ni dans les conseils de la cité. L'opposition le tint cependant pour le bienvenu. Devant le nouveau meneur populaire, les accusateurs effrayés reculèrent : l'accusation commencée tomba. Il réussit même à se faire élire consul pour 676 de Rome (78 av. J.-C.) : grâce à son or extorqué en Sicile, grâce surtout à l'appui vraiment étrange qu'il alla demander à Pompée; il fit voir dans cette occasion à Sylla et aux Syllaniens purs ce dont il était capable. A l'heure où Sylla mourut, l'opposition avait donc son chef en la personne de Lepidus; et comme ce chef en même temps occupait la magistrature suprême, on pouvait prédire à coup sûr l'explosion prochaine d'une révolution nouvelle dans la capitale.

80-78 av. J.C.

Sertorius

sertorius
Sertorius

Mais l'agitation des émigrés démocrates en Espagne avait devancé la révolte du parti dans Rome. Quintus Sertorius en était l'âme. Cet homme remarquable, né à Nursia (auj. Norcia) dans la Sabine, avait le coeur ouvert aux sentiments tendres, et cela même jusqu'à la faiblesse. Qui ne sait son amour enthousiaste pour sa mère Rhaea ? En même temps sa bravoure chevaleresque lui avait valu de glorieuses cicatrices rapportées des guerres cimbriques, espagnoles et italiennes. Discoureur sans tradition d'école, il étonnait les avocats les plus habiles par le naturel facile et coulant de sa parole, et la sûreté émouvante de ses moyens oratoires. Dans la guerre de la révolution si misérablement, si absurdement conduite par les démocrates, il avait trouvé l'occasion de manifester; contraste éclatant et honorable, un génie éminent de capitaine et d'homme d'Etat : de l'aveu de tous, il était le seul officier du parti qui sût préparer et mener la guerre : il était le seul politique aussi qui s'opposât avec une sage énergie aux excès et aux fureurs démagogiques. Ses soldats d'Espagne le saluaient du nom de nouvel Hannibal, non pas seulement parce qu'il avait perdu un oeil dans les combats, mais parce qu'en effet il faisait revivre la méthode ingénieuse et hardie tout ensemble du grand Carthaginois, sa merveilleuse adresse à nourrir la guerre par la guerre, son talent à entraîner les peuples étrangers dans ses intérêts, à les faire servir à son but, son sang-froid dans la bonne et la mauvaise fortune, sa rapidité inventive à tirer parti de ses victoires, ou à détourner les conséquences fatales de ses défaites. Il semble douteux que jamais homme d'Etat romain des siècles anciens ou contemporains ait égalé les mérites universels de Sertorius. Contraint par les généraux de Sylla à se réfugier en Espagne, il avait mené d'abord une vie d'aventures, errant sur les côtes de la Péninsule et d'Afrique, tantôt en alliance, tantôt en guerre avec les pirates ciliciens établis aussi dans ces parages, et avec les chefs des tribus nomades de la Libye. La restauration victorieuse l'était allé poursuivre jusque-là un jour qu'il avait mis le siège devant Tingis (Tanger), un détachement de l'armée d'Afrique, commandé par Pacciocus, vint au secours du prince local. Sertorius le battit à fond et prit Tingis. Au bruit retentissant de pareils faits de guerre, les Lusitaniens, qui en dépit de leur soumission prétendue à l'empire de la République, n'en continuaient pas moins à défendre leur indépendance, et engageaient tous les ans le combat avec les proconsuls de l'Espagne ultérieure, les Lusitaniens envoyèrent en Afrique une ambassade au Romain fugitif, l'invitant à se rendre au milieu d'eux, et lui offrant le commandement de leurs milices. Sertorius, vingt ans avant, avait servi en Espagne sous Titus Didius; il connaissait les ressources du pays, et se décida à répondre aux offres des Lusitaniens.


Devenez membre de Roma Latina

Inscrivez-vous gratuitement et bénéficiez du synopsis, le résumé du portail, très pratique et utile; l'accès au forum qui vous permettra d'échanger avec des passionnés comme vous de l'histoire latine, des cours de latin et enfin à la boutique du portail !

L'inscription est gratuite : découvrez ainsi l'espace membre du portail; un espace en perpétuelle évolution...

Pub


Rien de plus simple : cliquez sur ce lien : Inscription


78-77 av. J.C.

Insurrection espagnole

Laissant un petit poste sur la côte mauritanienne, il prit la mer (vers 674 de Rome (80 av. J.-C.)); mais le détroit qui sépare l'Espagne et l'Afrique était occupé par Cotta avec une escadre romaine. Impossible de se glisser au travers. Sertorius se fraya la voie par la force, et aborda heureusement en Lusitanie. Vingt cités seulement s'y rangeaient sous ses ordres; et quant aux Romains il n'en put réunir que 2600, transfuges de l'armée de Pacciocus pour le plus grand nombre, ou Africains armés à la romaine. Avec son sûr coup d'oeil, il jugea qu'il fallait tout d'abord donner pour point d'appui aux bandes sans cohésion de ses guérillas un noyau solide de soldats disciplinés et organisés : à cet effet, il renforça la petite troupe amenée d'au-delà de la mer par une levée de 4000 fantassins et de 700 cavaliers : ce fut avec cette légion unique et les essaims de ses volontaires espagnols qu'il marcha en avant. L'Espagne ultérieure obéissait à Lucius Fufidius, d'officier subalterne passé propréteur, à cause de son dévouement absolu envers Sylla, dévouement éprouvé jusque dans les proscriptions. Il fut complètement battu sur le Boetis : 2000 Romains restèrent sur le carreau. On envoya en hâte des messagers à Marcus Domitius Calvinus, gouverneur de la province de l'Ebre : il fallait à tout prix arrêter les progrès de Sertorius.

(Métellus en Espagne) Bientôt aussi (675 de Rome (79 av. J.C.)) parut sur le théâtre de la guerre Quintus Metellus, général expérimenté, que Sylla envoyait dans l'Espagne du Sud pour y suppléer à l'insuffisance du propréteur. Mais la révolte ne pouvait plus être domptée. Du côté de l'Ebre, un officier de Sertorius, Lucius Hirtuléius, son questeur, détruisit l'armée de Calvinus et tua celui-ci : puis à peu de temps de là, Lucius Manlius, proconsul de la Gaule transalpine, qui avait passé les Pyrénées pour venir au secours de son collègue, fut à son tour battu par le brave chef de partisans. Lui-même il n'échappa pas sans peine, et gagnant Ilerda (Lérida) avec quelques hommes, s'en revint dans sa province. En marche, les peuplades aquitaniques tombèrent sur lui et lui enlevèrent tous ses bagages. Dans l'Espagne ultérieure, Metellus, sur ces entrefaites, poussa chez les Lusitaniens: mais bientôt, pendant qu'il tenait assiégée Longobriga (non loin des bouches du Tage), Sertorius attira dans une embuscade toute une division romaine et Aquinus son chef, forçant par là Metellus à lever le siège et à évacuer le territoire ennemi. Sertorius le suivit, battit le corps de Thorius sur l'Anas (Guadiana), et dans cette guerre toute d'escarmouches fit subir en détail d'énormes pertes au général en chef. Celui-ci, tacticien méthodique un peu lourd, était au désespoir. Il avait affaire à un ennemi qui se refusait au combat décisif, lui coupait tous les vivres et les communications, et voltigeait à toute heure, en tous lieux, sur ses flancs.

77 av. J.C.

Organisation de l'Espagne par Sertorius

De tels et incroyables succès, obtenus à la fois dans les deux Espagnes, avaient d'autant plus d'importance qu'ils n'étaient pas purement militaires, et que les armes seules ne les avaient pas conquis. Les émigrés par eux-mêmes n'étaient pas redoutables; et quant aux Lusitaniens, il n'eût pas fallu priser trop haut leurs coups de main heureux, remportés sous la conduite de tel ou tel chef étranger. Mais avec la sûreté de son tact d'homme politique et de patriote, Sertorius, au lieu de se faire simplement le condottiere des Lusitaniens, se géra partout et butant qu'il était en lui comme un général et un légat romain en Espagne : c'était en cette qualité d'ailleurs qu'il y avait été envoyé, vingt ans avant, par les puissants d'alors. Des chefs de l'émigration il composa un Sénat qui devait aller jusqu'à 340 membres, diriger les affaires selon les formes usitées à Rome, et nommer les magistrats. Dans son armée il voyait une armée romaine : les grades y appartenaient tous à des Romains. De même, au regard des Espagnols, il était le proconsul de Rome, exigeant d'eux, en vertu de sa charge, et des hommes et des subsides. Seulement, au lieu d'administrer despotiquement, selon l'usage, il faisait tout pour attacher les provinciaux à Rome et à sa propre personne. Son humeur chevaleresque lui rendit aisé de se familiariser avec les moeurs espagnoles : il enflamma la noblesse du pays d'un vif enthousiasme pour l'admirable capitaine, l'élu de son choix : là, comme chez les Celtes, comme chez les Germains, la coutume voulant que le prince eût ses fidèles, on vit les plus illustres Espagnols jurer par milliers de suivre jusqu'à la mort leur général romain; et Sertorius eut en eux des compagnons d'armes plus sûrs même que ses compatriotes et que les hommes de son parti. Loin de négliger les superstitions ayant cours parmi les rudes peuplades du pays, il en sut tirer bon parti. C'était Diane, à l'entendre, qui lui envoyait ses plans tout faits, par une biche blanche, sa messagère ! Il avait su leur persuader qu'il était en rapport avec les dieux: une biche servait d'intermédiaire. Lui arrivait-il secrètement une nouvelle importante, la biche s'approchait de son oreille et semblait lui communiquer le mystérieux message qu'il répétait tout haut et que l'événement bientôt confirmait. En somme il gouvernait avec douceur et justice. Aussi loin que son oeil et son bras pouvaient atteindre, ses troupes étaient soumises à la plus sévère discipline : partout ailleurs n'infligeant que des peines allégées, il se montrait inexorable envers le soldat coupable d'un forfait en territoire ami. Il voulait sérieusement l'amélioration durable du sort des provinciaux, abaissant les tributs, obligeant ses troupes à se construire des baraquements pour l'hiver, délivrant ainsi les villes du lourd fardeau des cantonnements, et arrêtant du même coup une source d'abus, d'insupportables tracasseries. Il avait fondé à Osca (Huesca), pour les enfants des Espagnols de bonne famille, une Académie, où ceux-ci recevaient l'instruction usuelle de la jeunesse noble de Rome, où ils apprenaient à parler le grec et le latin, et à porter la toge. Merveilleuse institution, qui n'avait pas seulement pour objet d'assurer à Sertorius, sous une forme plus douce, la possession toujours nécessaire en Espagne, même au regard des alliés, mais institution aussi s'inspirant de la grande pensée de Gaius Gracchus et des hommes du parti démocratique, la perfectionnant même, et ne tendant à rien moins qu'à romaniser insensiblement les provinces ! Pour la première fois on entreprenait une telle oeuvre, non en détruisant les peuples indigènes, auxquelles se substituait la colonisation italienne, mais en faisant passer les provinciaux à la latinité. Les optimates à Rome n'avaient que moqueries pour ces misérables émigrés, pour ces transfuges de l'armée italienne, derniers débris des bandes de brigands de Carbon : leurs sots dédains leur coûtèrent cher. On envoya contre Sertorius des armées énormes, y compris les levées en masse faites en Espagne, 120000 hommes de pied, 2000 archers et frondeurs, 5000 cavaliers. Contre des forces si démesurément supérieures, il sut se défendre par une succession de combats heureux et de victoires : bientôt même il était maître de la plus grande partie de l'Espagne. Dans la province ultérieure, Metellus se vit réduit aux seuls territoires sur lesquels ses troupes avaient le pied : dès qu'ils le pouvaient, tous les peuples passaient à Sertorius. Dans la citérieure, où Hirtuléius avait vaincu, il ne se trouvait plus de soldats romains. Déjà les émissaires de Sertorius parcouraient toutes les Gaules : déjà les peuples celtiques s'agitaient, et des bandes rassemblées dans les flancs des Alpes en rendaient les passages dangereux. La mer enfin appartenait aux insurgés autant qu'au gouvernement légitime : les corsaires, presque aussi forts que la flotte romaine dans les eaux espagnoles, faisaient cause commune avec les premiers. Sertorius leur avait construit une forteresse sur le Promontoire de Diane (en face d'Iviça, entre Valence et Carthagène). De ce poste, ils guettaient les vaisseaux de Rome arrivant en ravitaillement des ports et des armées de la République : là encore, ils recevaient ou vendaient les produits des territoires révoltés, et assuraient les communications avec l'Italie et l'Asie-Mineure. Quel danger pour Rome que ces entremetteurs actifs, toujours prêts à transporter ailleurs les feux de l'incendie ! Quel danger, si l'on songe aux matières inflammables alors accumulées sur tous les points de l'empire !

78-77 av. J.C.

Insurrection de Lepidus

Lepidus
Marcus Aemilius Lepidus
Classical Numismatic Group, Inc

(Conséquences de la mort de Sylla) La mort, sur ces entrefaites, emporta soudainement Sylla (676 de Rome (78 av. J.-C.)). Tant qu'était resté debout l'homme à la voix duquel se serait levée à toute heure une armée de vétérans éprouvés et sûrs, l'oligarchie pouvait ne voir qu'un accident passager dans cette révolution presque accomplie en Espagne au profit des émigrés, et dans le succès d'un chef des opposants porté dans la péninsule à la magistrature suprême de la République. Myope et imprévoyante, comme toujours, elle n'avait pas pourtant tout à fait tort, quand elle se disait que de deux choses l'une, ou que les opposants n'oseraient pas en venir au combat décisif, ou que, s'ils l'osaient, celui qui l'avait elle-même sauvée deux fois saurait assurer son salut une troisième. Cet homme ayant cessé d'être, la situation devenait tout autre. Les boutefeux du parti démocratique, dans la capitale, rongeant depuis longtemps leur frein, entraînés par les nouvelles retentissantes d'Espagne, précipitaient l'éruption prochaine; et Lepidus, en ce moment l'arbitre de la situation, se portait en avant avec le zèle du renégat, avec l'ardeur et l'étourderie de son caractère. Il sembla que la torche qui mit le feu au bûcher des obsèques du régent allait du même coup allumer la guerre civile. Mais Pompée était là : son influence et l'esprit bien connu des vétérans arrêtèrent l'opposition : les funérailles s'achevèrent tranquillement. On n'en était pas moins aux préludes manifestes de la Révolution prochaine.

Tous les jours les accusations retentissaient dans le Forum contre la caricature de Romulus et ses séides. Renverser la constitution de Sylla, rétablir l'annone, restaurer les tribuns du peuple dans leurs anciens privilèges, ramener les exilés, restituer les domaines confisqués, voilà ce que Lepidus annonce vouloir. Il noue des intelligences avec les bannis : Marcus Perpenna, préteur en Sicile au temps de Cinna réapparaît dans la capitale. On invite à faire cause commune les fils des hommes condamnés pour haute trahison aux termes des lois Syllaniennes, ceux sur qui pèsent ces lois insupportables, et tous les hommes notables de l'ancien parti de Marius : ils accourent en grand nombre, et parmi eux le jeune Lucius Cinna : d'autres imitent Gaius Caesar, lequel, à la nouvelle de la mort de Cinna et des préparatifs faits par Lepidus, s'est hâté d'arriver d'Asie, mais s'est tenu prudemment à l'écart dès qu'il a pu juger le mouvement et le caractère de son chef. En attendant les tavernes et les lupanars de Rome sont pleins : on y boit, on y intrigue pour le compte de Lepidus. La conspiration contre le nouvel ordre de choses éclate enfin parmi les mécontents d'Etrurie.

Tous ces événements se passaient sous les yeux du pouvoir. Catulus, le consul, et avec lui les optimates intelligents, voulaient immédiatement, énergiquement sévir, et étouffer la révolte dans son germe, mais la majorité trop lâche ne put se décider à commencer le combat. On tenta de se faire illusion aussi longtemps que possible, en transigeant, en faisant des concessions. L'annone fut rendue, sous la forme du rétablissement restreint des anciennes distributions des Gracques : on rentra pour cela, sans doute, dans les moyens termes des mesures pratiquées au temps de la guerre sociale, c'est-à-dire que les participants à l'annone n'étaient pas tous les citoyens indistinctement, mais seulement les plus pauvres, au nombre d'environ 40000. Le taux des remises restant fixe, comme sous les Gracques, à 5 modii par mois, pour le prix de 6 as 1/31. Ces demi-mesures, loin de donner satisfaction aux exigences de l'opposition, ne firent qu'exciter son audace. Dans la capitale, elle marcha la tête haute, et s'arma de la violence : en Etrurie, l'éternel foyer des insurrections des prolétaires italiens, la guerre civile fit explosion. Les Fésulans expropriés se remirent à main armée en possession de leurs anciens biens, et dans l'échauffourée périrent bon nombre des vétérans dotés par Sylla. A la nouvelle de ces désordres le Sénat résolut d'envoyer les deux consuls sur les lieux. Ils y devaient appeler les milices et écraser les révoltés2. On ne pouvait plus maladroitement agir. A rétablir les lois sur les céréales, le Sénat trahissait sa faiblesse et ses inquiétudes en face de l'insurrection : à vouloir écarter à tout prix les tumultes de la rue, il donnait une armée au chef notoire de cette même insurrection. Enfin n'allait-on pas jusqu'à faire jurer les deux consuls, aux termes du plus solennel serment qui se pût imaginer, de ne pas tourner l'un contre l'autre les armes que leur confiait la République ? Il fallait vraiment chez les oligarques toute leur incorrigible et diabolique perversion du sens politique, pour oser se mettre à couvert derrière un tel rempart ! Naturellement Lepidus, en Etrurie, n'arma pas pour la République, mais pour la révolte, et ajoutant l'ironie à la trahison, il s'écriait que son serment ne le liait que pendant l'année courante. Le Sénat alors de mettre en mouvement la machine aux oracles, pour lui ordonner de revenir: il lui confère la présidence des élections consulaires prochaines. Mais Lepidus fait la sourde oreille, et pendant que les messages sénatoriaux vont et viennent, pendant que l'année, s'écoule en propositions d'arrangement, ces bandes ont grossi et forment une armée. Enfin, l'année suivante s'ouvre (677 de Rome (77 av. J.-C.)). L'ordre arrive au proconsul de revenir immédiatement à Rome. Mais celui-ci refuse nettement d'obéir : il faut d'abord, à l'entendre, qu'on rétablisse l'ancien pouvoir tribunicien, qu'on restitue les citoyens violemment exilés dans leurs droits, politiques et leurs biens. Lepidus enfin exige sa réélection au consulat pour la présente année. Ce n'était rien moins que la tyrannie sous une forme légale. La guerre est désormais déclarée. Outre les vétérans de Sylla, dont Lepidus menaçait l'existence, le parti sénatorial pouvait compter sur les troupes que le proconsul Catulus avait rassemblées. Les plus clairvoyants, Philippus entre autres, ayant redoublé leurs instances et leurs avertissements, on lui confie la mission de défendre la capitale, et en même temps celle de repousser en Etrurie le corps principal des démocrates : Gnaeus Pompée est, lui aussi, mis à la tête d'une armée. Il aura à enlever à son ancien protégé la vallée du Pô, que Marcus Brutus, général en sous ordre des opposants, s'est hâté d'occuper. Pompée exécute rapidement sa tâche. Il enferme et serre l'ennemi dans Mutine. Mais voici qu'à la même heure, Lepidus paraît sous les murs de Rome, essayant, à l'instar de Marius, de l'enlever d'assaut et de la conquérir à la révolution. Déjà il est maître de toute la rive droite du Tibre : déjà il a franchi le fleuve.

(Lépidus est battu) La bataille décisive se livra sur le champ de Mars, sous les murs mêmes de la ville. Catulus fut vainqueur. Lepidus battu recula en Etrurie, pendant que Scipion, son fils, avec une division des forces insurrectionnelles, allait se réfugier dans la forteresse d'Alba (Fucensis). Cette défaite était la fin de la révolte. Mutine se rendit à Pompée, qui fit tuer aussitôt Brutus, après lui avoir promis la vie sauve. Alba résista plus longtemps : la famine mit fin au siège, et Scipion fut aussi exécuté. Pressé de tous côtés par Catulus et par Pompée, Lepidus livra encore une bataille sur la côte étrurienne, dans le seul but d'assurer sa retraite, et s'embarquant à Cosa, il gagna la Sardaigne. De là il espérait pouvoir couper les vivres à Rome, et donner la main aux insurgés d'Espagne. Mais le préteur de l'île lui fit énergiquement résistance, et il mourut bientôt lui-même de consomption (677 de Rome (77 av. J.-C.)). Avec lui, la guerre prit fin en Sardaigne : partie de son armée se dispersa. Ramassant le grès des troupes et la caisse bien remplie de l'insurrection, le prétorien Marcus Perpenna réussit à passer en Ligurie, d'où il alla en Espagne joindre les Sertoriens.

1. Licinianus rapporte sous l'année 676 de Rome (78 av. J.-C.) que (Lepidus) legem frumentariam nullo resistente adeptus est, ut annonae quinque modi populo darentur. Il ressort de là que ce n'est pas la loi des consuls Marcus Terentius Lucullus et Gaius Cassius Varus (681 de Rome (73 av. J.C.)), loi mentionnée par Cicéron (in Verr., 3, 70, 136. 5, 21, 52), et par Salluste (Hist., 3, 61, 19, ed. Dietsch), qui aurait la première rendu les 5 boisseaux mensuels au peuple : elle n'aurait fait qu'assurer le service des distributions en organisant les achats de blé en Sicile peut-être aussi a-t-elle innové dans les détails. Il est sûr que la loi Sempronia permettait à tout citoyen domicilié à Rome de prendre part à l'annone : mais plus tard, il faut bien qu'on se soit écarté de ses dispositions; car comme le blé à délivrer chaque mois allait un peu au delà de 33000 médimnes, ou 198000 modii [= 1733490 lit.] (Cicéron, Verr., 3, 30, 72), il en faut conclure que 40000 citoyens seulement le recevaient : or, bien certainement le nombre de ceux domiciliés dans la capitale était beaucoup plus considérable. Cette importante réduction provient assurément des lois Octaviennes, qui à l'annone sempronienne abusive avaient substitué une largesse plus modérée, moins lourde pour les caisses de l'Etat, et tenant compte des nécessités du commun peuple (Cicéron, de Off., 2, 21, 72; Brutus, 82, 222) : la loi de 676 de Rome (78 av. J.C.) avait aussi admis le même taux. Mais la démocratie ne se tint pas pour satisfaite (Salluste, loc. cit.). Quant à la perte qui résultait de là pour le trésor, je l'évalue à la somme indiquée plus haut, en tenant compte de ce que le blé avait au moins doublé de valeur et quand la piraterie ou d'autres causes amenaient les hauts prix, le dommage devait s'accroître dans une proportion plus grande encore.

2. On voit par une ligne des fragments de Licinianus que la résolution votée par le Sénat et enjoignant aux consuls de partir (uti Lepidus et Catulus decretis exercitibus maturrume profisrerentur : Salluste, Hist., 1, 44, Dietsch) ne peut s'entendre d'un ordre donné aux consuls sortis de charge et allant dans leurs provinces proconsulaires respectives : une telle injonction eût été parfaitement inutile. Il s'agit ici de leur envoi en Etrurie, à titre de consuls en charge, et contre les Fésulans révoltés, absolument comme le consul Caius Antonius y sera expédié plus tard contre les bandes de Catilina. Que si Philippus, dans Salluste encore (Hist., 1, 48, 4), dit de Lepidus que ob seditionem provinciam cum exercitu adeptus est, il n'y a rien là qui soit contraire à notre opinion, le commandement consulaire extraordinaire en Etrurie constituant en réalité une province, tout aussi bien que le commandement régulier proconsulaire dans la Narbonnaise.

77-75 av. J.C.

Pompée en Espagne

L'oligarchie avait vaincu Lepidus : mais la guerre contre Sertorius prenait mauvaise tournure, et rendait nécessaires des concessions qui n'étaient compatibles ni avec la lettre ni avec l'esprit de la constitution de Sylla. Il fallait à tout prix envoyer en Espagne une armée puissante et un général capable; or Pompée donnait clairement à entendre qu'il désirait ou plutôt qu'il exigeait cette mission. Il y avait à cela présomption grande. N'était-ce pas assez déjà que de s'être vu contraint, sous la pression de la révolte de Lepidus, à mettre encore une fois un commandement extraordinaire dans les mains de cet adversaire secret ? N'y avait-il pas un nouveau et plus grand danger à violer toutes les règles organiques de la hiérarchie syllanienne des magistratures, à donner à un homme qui n'avait encore revêtu aucune des charges civiles l'un des proconsulats ordinaires les plus importants, le dégageant en outre de l'échéance annale imposée par la loi? Outre les égards dus à Metellus, son général, l'oligarchie avait de sérieuses raisons de s'opposer à cette tentative nouvelle d'un jeune ambitieux qui ne voulait que se perpétuer dans son rôle exceptionnel : mais résister à Pompée n'était pas facile. Tout d'abord il manquait un homme pour le poste difficile de général en Espagne. Les consuls de l'année ne montraient ni l'un ni l'autre l'envie d'aller se mesurer avec Sertorius; et il fallait bien reconnaître pour vrai le dire de Lucius Philippus, s'écriant en pleine Curie que parmi tant de sénateurs ayant un nom, il ne s'en trouvait pas un seul qui pût ou voulut prendre la conduite d'une grande guerre. Peut-être encore eût-on tourné la difficulté à la façon de l'oligarchie, et, à défaut de candidat avouable, rempli la place avec un pis aller quelconque. Mais Pompée ne désirait pas seulement le commandement en Espagne, il le demandait à la tête de son armée. Quand il était resté, sourd déjà à l'invitation, venue de Catulus, d'avoir à licencier ses troupes, pouvait-on compter qu'une injonction du Sénat rencontrerait auprès de lui meilleur accueil ? Les suites d'une rupture semblaient incalculables : le plateau de la balance portant l'aristocratie ne serait-il pas bien vite emporté en l'air, quand de l'autre côté pèserait l'épée d'un général renommé? La majorité se résigna. Pompée reçut donc les pouvoirs proconsulaires et le commandement de l'Espagne citérieure; il les reçut du Sénat, non du peuple, qui seul, aux termes de la constitution, eût dû voter, s'agissant de la promotion d'un simple citoyen à la fonction suprême. Quarante jours après son investiture, au cours de l'été de 677 de Rome (77 av. J.-C.), il franchissait les Alpes.

(Pompée en Gaule) Dès son entrée dans la Gaule le nouveau général trouva fort à faire. Non qu'une insurrection en forme y eût éclaté; mais l'agitation régnait en maints endroits. Il se vit forcé d'abord d'enlever leur indépendance aux cantons des Volces-Arécomiques et des Helviens (au Sud des Cévennes) et de les faire sujets de Massalie. Puis construisant une nouvelle route de montagnes, dans les Alpes Cottiennes, il relia la vallée du Pô et la terre des Celtes par une voie de communication plus courte. Les travaux prirent toute la belle saison, et ce ne fut qu'à l'automne qu'il passa les Pyrénées. Pendant ce temps Sertorius ne s'était pas endormi : Hirtuléius, envoyé par lui dans la province Ultérieure, y tenait Metellus en échec : et lui-même, achevant de recueillir dans la Citérieure les fruits de ses victoires décisives, se préparait à vigoureusement recevoir le général du Sénat. On le voit attaquer et forcer l'une après l'autre les quelques villes celtibériennes qui tiennent encore pour Rome. Au milieu de l'hiver même, la forte Contrebia (au Sud-Est de Saragosse) tombe la dernière. En vain toutes les cités menacées ont envoyé à Pompée message sur message, rien ne fait, et leurs supplications ne hâtent pas sa lenteur : il suit son ornière habituelle

(Pompée entre en Espagne) A l'exception des ports défendus par la flotte romaine, et du district des Indigètes et des Lalétans (dans l'angle Nord-Est de la péninsule), où Pompée, qui vient enfin de franchir les Pyrénées, s'est retranché et fait, durant la mauvaise saison, bivouaquer ses troupes non aguerries encore aux fatigues, toute l'Espagne citérieure, à la fin de cette même année 677 de Rome (77 av. J.C.), appartient à Sertorius par les traités d'alliance ou par la force : à dater de ce jour le pays du haut et du moyen Ebre sera le plus ferme soutien de son empire. Tout profitait à l'armée insurgée, jusqu'aux alarmes produites par l'arrivée d'une nouvelle armée romaine, jusqu'au nom redouté de son chef. Marcus Perpenna, l'égal de Sertorius par le rang, avait élevé jusqu'alors des prétentions au commandement indépendant des troupes par lui amenées de Ligurie : à la nouvelle de l'entréée de Pompée en Espagne, ses soldats l'obligent à se mettre sous les ordres de son collègue plus capable.

75 av. J.C.

Victoires de Métellus

Pour la campagne de 678 de Rome (76 av. J.-C.), Sertorius oppose Hirtuléius à Metellus : Perpenna, pendant ce temps, ira se poster avec une forte division sur le bas Ebre, pour barrer ce fleuve à Pompée au cas où, comme tout porte à le croire, il voudrait tirer au Sud et donner la main à Metellus, ou au cas encore où il longerait la côte, dans l'intérêt d'un ravitaillement plus facile. Le corps de Gaius Hérennius est mis aussi à portée de Perpenna, qu'il devra soutenir : enfin Sertorius lui-même se poste à l'intérieur sur le haut Ebre, achevant la soumission des rares cantons demeurés fidèles à Rome, et se tenant tout prêt, selon les circonstances, à voler au secours d'Hirtuléius ou de Perpenna. Comme toujours il veut éviter les grandes batailles, et user l'ennemi dans de nombreux petits combats, ou en lui coupant les vivres. Mais Pompée bientôt refoule Perpenna, passe l'Ebre, bat ensuite Hérennius et le détruit sous Valence, place importante dont il se rend maître.

(Pompée est battu) Il est grand temps que Sertorius arrive, et, compensant par le nombre de ses soldats et l'effort de son génie la supériorité militaire des légions de son adversaire, rétablisse, s'il se peut, les affaires. La lutte se concentre et se prolonge autour de Lauro (sur le Xucar, au sud de Valence). Cette ville s'est déclarée pour Pompée, Sertorius l'assiège. Pompée fait tout pour la débloquer : il y perd plusieurs de ses divisions successivement écrasées; et un jour arrive où le fameux général, qui s'imagine tenir les Sertoriens enveloppés, et invite déjà les assiégés au spectacle de la prise de toute l'armée de siège, se voit tout à coup débordé lui-même par la manoeuvre savante de son adversaire. Pour n'être pas enveloppé à son tour, il assiste, immobile dans son camp, à la capture et à l'incendie de la ville, son alliée, dont Sertorius fait emmener tous les habitants en Lusitanie. A la nouvelle de ce succès, une foule de cités de l'Espagne, du milieu et de l'Est, se raffermissent dans leur foi auparavant ébranlée et reviennent aux insurgés.

(Victoires de Métellus) Métellus sur ces entrefaites a plus heureusement combattu. Après une chaude mêlée engagée imprudemment sous Italica (près de Seville) par Hirtuleius et où les deux généraux en vinrent personnellement aux mains, Hirtuléius battu et blessé dut évacuer et se réfugier en Lusitanie. Cette victoire permit à Métellus de marcher à l'ouverture de la campagne de 679 de Rome (75 av. J.-C.), vers l'Espagne citérieure, afin de s'y réunir à Pompée aux environs de Valence, et d'aller ensuite tous les deux avec la masse de leurs forces présenter le combat à la grande armée de l'insurrection. Hirtuléius, rassemblant en toute hâte des troupes nouvelles, se jeta sur sa route du côté de Ségovie : il fut battu une seconde fois, et resta sur le carreau avec son frère. Sa mort était une perte irréparable pour les Sertoriens. Impossible maintenant d'empêcher la réunion des deux Romains : mais pendant la marche de Metellus sur Valence, Pompée voulut réparer le malheur de Lauro; et avide de cueillir à lui seul les lauriers d'une sûre victoire, il engagea la bataille avec Sertorius. Celui-ci saisit avec joie l'occasion offerte avant l'arrivée de Metellus, et avant que la mort d'Hirtuléius ne s'ébruitât.

75 av. J.C.

La bataille de Sucro

Ce fut sur le Sucro (Xucar) que les armées se choquèrent. Pompée, à l'aile droite, fut défait après un rude combat : on l'emporta grièvement blessé du champ de bataille. Mais à l'aile gauche, Afranius, vainqueur, s'empara du camp des Sertoriens. Il était occupé à le piller quand Sertorius, tombant sur lui, le força à vider la place. Si le général des insurgés eût pu recommencer la bataille le jour suivant, c'en était fait peut-être de l'armée de Pompée. Métellus arrivait enfin : il avait passé sur le corps de Perpenna qui lui fermait la route et pris son camp. Sertorius était hors d'état, après leur jonction, de livrer bataille aux deux armées. Cette jonction heureusement opérée, la certitude du désastre d'Hirtuléius, impossible à cacher plus longtemps, l'inaction forcée de Sertorius après sa victoire de la veille, toutes ces circonstances jetèrent l'effroi dans ses bandes; et comme il n'arrivait que trop souvent chez les Espagnols, la plus grande partie de ses soldats se dispersa sous le coup de ce revirement de la fortune. Mais le découragement cessant aussi vite qu'il était venu, la biche blanche, chargée de consacrer aux yeux de la foule les plans militaires du chef, redevint plus populaire que jamais, et bientôt Sertorius reprenait la campagne avec une armée nouvelle : il occupait le pays au Sud de Sagonte (Murviedro), demeuré fidèle aux romains : en même temps ses corsaires coupaient à ceux-ci la mer, et la disette se faisait déjà sentir dans leur camp. On en vint une seconde fois aux mains dans la plaine du Turia (Guadalaviar), et la bataille demeura longtemps indécise. Sertorius avec sa cavalerie battit Pompée, dont le beau-frère et questeur, Lucius Memmius, officier intrépide, resta sur le terrain : mais Metellus battit Perpenna, et repoussa victorieusement l'attaque de l'armée principale des Sertoriens, non sans gagner lui-même une blessure dans la mêlée. Les Sertoriens se dispersèrent de nouveau. Valence, où Hérennius tenait pour Sertorius, est prise et rasée. A ce moment les Romains purent espérer en avoir fini avec l'insurgé. Il n'avait plus d'armée; et les légions, pénétrant jusque dans le massif intérieur, l'assiégeaient lui-même dans Clunia, sur le haut Douro (Coruna del Conde (Vieille-Castille)). Mais pendant qu'ils attaquent en vain ce rocher inaccessible, les contingents espagnols se rassemblent encore sur un autre point. Sertorius s'échappe, et à l'heure où se clôt cette année 679, si féconde en faits de guerre, il rentre en scène à la tête d'une armée.

(Succès des romains) Quoi qu'il en soit, on pouvait à Rome se dire satisfait des événements. Les Espagnes moyenne et méridionale, après l'anéantissement du corps d'Hirtuléius et les batailles du Xucar et du Guadalaviar, étaient complètement évacuées. Les villes celtibériennes de Segobriga (entre Tolède et Cuenca) et de Bilbilis (Calatayud), occupées par Metellus, assuraient la reprise de possession de la République. La lutte se concentrait désormais sur le cours de l'Ebre supérieur et moyen, autour des principales places d'armes des Sertoriens, Calagurris (Calahorra), Osca (Huesca), Ilerda (Lérida), et sur la côte autour de Tarraco (Tarragone). Les deux généraux romains avaient vaillamment payé de leur personne : mais les succès conquis étaient dus à Metellus, et non pas à Pompée.

74-73 av. J.C.

Campagne de 74 et 73 av. J.C.

Quelque considérables pourtant que fussent les résultats obtenus, les Romains ne touchaient pas encore le but; et ils prirent leurs quartiers d'hiver, ayant devant eux la perspective peu consolante du renouvellement prochain et inévitable de leur travail de Sisyphe. Impossible de se cantonner dans la vallée de l'Ebre inférieur, vallée dévastée par tous, ennemis et amis. Pompée alla passer l'hiver de 75-74 av. J.C. dans le pays des Vaccéens (autour de Valladolid); Metellus alla en Gaule. Au printemps de 680 de Rome (74 av. J.-C.), ils recommencent les opérations militaires, renforcés qu'ils sont de deux légions fraîches venues d'Italie. De batailles, il n'en est pas livré à vrai dire. Sertorius se restreint à une lutte de guérillas et de sièges. Dans le Sud, Metellus réduit les cités qui tiennent encore, et pour supprimer jusqu'aux racines de la révolte, il emmène avec lui toute la population mâle. Sur l'Ebre Pompée eut plus de mal. Pallantia (Palancia, au-dessus de Valladolid) qu'il assiégeait, fut débloquée par Sertorius : Sertorius le battit devant Calagurris, et il dut quitter le haut pays, quoique Metellus l'eût rejoint pour investir à deux la place. - Metellus ayant été hiverner dans sa province, et Pompée dans la Gaule, la campagne qui s'ouvre en 681 de Rome (73 av. J.C.), suit les mêmes errements : toutefois Pompée peut se glorifier de quelques succès plus sérieux : il contraint bon nombre de cités à quitter le parti des insurgés.

(Stérilité et dangers de la guerre) La lutte contre Sertorius durait depuis tantôt huit ans, sans qu'on en pût entrevoir la fin. Elle faisait au Sénat un tort immense. La fleur de la jeunesse italienne allait s'anéantissant dans les misères et les fatigues des guerres d'Espagne. Le trésor public, loin de s'enrichir, comme jadis, des richesses produites par la péninsule, avait à lui envoyer tous les ans des sommes énormes, nécessaires à la paie et au ravitaillement des armées; et ces sommes, on avait peine à les réunir. Quant à l'Espagne elle-même, il va de soi qu'elle s'appauvrissait et se changeait en désert : la guerre de l'insurrection, acharnée et cruelle, l'anéantissement quotidien de cités tout entières, y apportaient un arrêt désastreux à la civilisation romaine, si magnifiquement prospère naguère. Les villes, qui tenaient pour le parti dominant dans Rome, souffraient pareillement d'indicibles maux : il fallait que la flotte latine convoyât le nécessaire à toutes les places de la côte; et à l'intérieur, dans les cantons fidèles, la situation était à peu près désespérée. Dans les Gaules, le sort des populations ne valait guère mieux : là, les réquisitions en hommes de pied et en cavalerie, en vivres et en argent, les lourdes charges des cantonnements d'hiver des armées, charges devenant écrasantes au lendemain des mauvaises récoltes de 680 de Rome (74 av. J.-C.), tout avait fait le vide dans les caisses des cités : il avait fallu recourir aux banquiers de Rome, et s'imposer par surcroît une lourde dette. Généraux et soldats ne se battaient qu'à contrecoeur. Les généraux avaient affaire à un adversaire bien au-dessus d'eux par le talent : ils se heurtaient à une résistance patiente, opiniâtre, à une guerre pleine de dangers, où les succès étaient difficiles et sans gloire : on affirmait dans les camps que Pompée songeait à provoquer son rappel, et à se faire donner ailleurs un commandement plus à souhait. Les soldats de même n'avaient pas le coeur à cette guerre où ils ne gagnaient que des coups, sans butin qui les récompensât, sans même que leur solde leur fût régulièrement payée. Durant l'hiver de 680 à 681 de Rome (74-73 av. J.C.), Pompée n'avait-il pas dû faire savoir au Sénat que l'arriéré remontait à deux années; que l'armée menaçait de se débander, si l'on n'y mettait ordre : alors seulement Rome avait envoyé l'argent. Nul doute que la République n'eût pu éviter en grande partie tous ces embarras : il eût suffi de pousser moins mollement la guerre, pour ne pas dire avec moins de mauvaise volonté. Reconnaissons d'ailleurs que la faute n'était pas toute du côté du pouvoir et des généraux. La fortune les avait mis en face de Sertorius, d'un homme supérieur par le génie, et qui sur un terrain éminemment favorable aux luttes d'insurgés et de corsaires, pouvait durant des années défier d'innombrables armées, et mener sa petite guerre de partisans. A cette heure même, loin qu'on pût en entrevoir la fin, il semblait que l'insurrection sertorienne allait s'allier avec d'autres révoltes, et grandir encore par les dangers qu'elle ferait courir. A cette heure, Rome combattait, sur toutes les mers avec les flibustiers, en Italie avec les esclaves rebelles, en Macédoine avec les peuples du Bas-Danube, dans l'Asie-Mineure avec Mithridate, encore une fois en campagne. Sertorius avait-il noué des intelligences complètes avec les ennemis italiotes et macédoniens de la République ? Rien ne l'établit d'une façon précise : ce qui est sûr, c'est qu'il correspondait tous les jours avec les Marianiens d'Italie : c'est que depuis longtemps il était en alliance ouverte avec les pirates et le roi de Pont ! Avec ce dernier même, par l'intermédiaire des émigrés romains qui vivaient à sa cour, il avait conclu des arrangements : un traité récent et en bonne forme avait tout récemment consacré l'amitié réciproque du Pont et de l'Espagne. Sertorius laissait au roi les états clients de l'Asie-Mineure, moins la province romaine d'Asie : il lui promettait un de ses meilleurs officiers pour commander ses troupes, et même une division de ses soldats. Le roi, en revanche, s'engageait à fournir quarante vaisseaux et 3000 talents. Déjà, dans la capitale, les fortes têtes politiques se rappelaient les temps où Philippe et Hannibal menaçaient l'Italie du côté de l'Est et du côté de l'Ouest : le nouvel Hannibal, disait-on, après avoir, comme l'ancien, subjugué l'Espagne par l'Espagne, n'allait-il pas bientôt, plus rapide que Pompée, descendre en Italie avec les hordes péninsulaires, appelant aux armes contre Rome et les Etrusques et les Samnites, comme l'avait fait jadis le Carthaginois ?

72-71 av. J.C.

Assassinat de Sertorius

(Décadence rapide de la fortune de Sertorius) Comparaisons plus ingénieuses que vraies, heureusement ! Sertorius, il s'en fallait de beaucoup, n'était pas assez fort pour recommencer l'oeuvre de géant d'Hannibal. La terre d'Espagne, avec ses peuples et ses traditions, voilà le terrain de son succès : il était perdu s'il la quittait : déjà même l'offensive ne lui appartenait plus. Tout son merveilleux génie ne pouvait rien pour changer la nature de ses soldats. La Landsturm espagnole restait ce qu'elle avait été toujours, incertaine et fugace comme le flot et le vent, aujourd'hui s'amassant en armée de 450000 têtes, demain se fondant en une poignée d'hommes; et quant aux émigrés romains, ils étaient tout indiscipline, tout orgueil, tout égoïsme. Les corps spéciaux, ceux qui, comme la cavalerie, veulent être tenus longtemps sous les armes, constituaient, on le pense bien, la partie défectueuse, insuffisante de ses légions. La guerre peu à peu avait emporté ses meilleurs généraux, le noyau de ses vétérans : fatiguées par les exactions, des Romains, malmenées souvent par les officiers sertoriens, les cités les plus fidèles commençaient à donner des signes d'impatience et d'hésitation. Chose remarquable, Sertorius, en cela encore pareil à Hannibal, ne se fit jamais illusion sur l'issue sans espoir de son entreprise : toute occasion de compromis qui se pût rencontrer, il se garda de la laisser échapper, se montrant prêt à chaque heure à déposer les armes, en échange d'un sauf-conduit, qui lui permettrait de rentrer dans Rome et d'y vivre en paix. Mais les orthodoxes de la politique ne voulurent entendre parler ni de compromis ni de réconciliation. Sertorius ne pouvait ni reculer, ni s'effacer : il marcha en avant dans la voie déjà suivie, voie chaque jour plus étroite et plus semée d'abîmes.

(Dissensions intestines dans le camp sertorien) Enfin, comme ceux d'Hannibal, ses succès allaient aussi se rapetissant : on se mit à douter de son génie militaire de Sertorius des anciens temps n'était plus, disait-on : le Sertorius d'aujourd'hui passait le jour en orgies de table et dans l'ivresse : il consumait follement les trésors et les heures ! Le nombre croissait des transfuges et des cités qui l'abandonnaient. Bientôt vinrent jusqu'à lui des bruits de complots tramés contre la vie de leur chef dans les rangs mêmes des émigrés. Et ces bruits n'avaient rien que de très croyable, quand l'on songe à tous ces officiers de l'armée de l'insurrection, à ce Perpenna surtout, furieux de rester en sous-ordre, et auxquels depuis longtemps les préteurs romains offraient l'amnistie et de grosses sommes en échange du sang du général ennemi. Sertorius prit son parti : il fut sévère, la nécessité lui en faisant une loi : il condamna plusieurs accusés à mort, sans assesseurs convoqués au jugement. Aussitôt les mécontents de redoubler leurs plaintes : le général désormais était un danger pour ses amis plus encore que pour ses ennemis. Une seconde conjuration est découverte au sein même de l'état-major : quiconque est inculpé prend la fuite ou meurt. Tous ne furent pas dénoncés pourtant : les autres coupables, et parmi eux Perpenna, ne se montrèrent que plus ardents à en finir. On était au quartier général d'Osca.

A l'instigation de Perpenna, on vint apporter à Sertorius la nouvelle d'une brillante victoire, que l'armée aurait ailleurs remportée. Pour la célébrer dignement, Perpenna donna une fête et un repas splendide. Sertorius y vint, accompagné, comme d'habitude, par ses gardes du corps espagnols. Contrairement aux traditions d'autrefois, la fête dégénéra bientôt en orgie : de brutales paroles s'échangeaient par-dessus les tables : il semblait évident que quelques-uns des convives cherchaient une querelle. Sertorius se rejeta sur son lit, comme s'il voulait n'en rien entendre. A ce moment une coupe tombe à terre et résonne : c'est le signal convenu que donne Perpenna. Le voisin de table de Sertorius, Marcus Antonius, lui porte le premier coup. Aussitôt celui-ci se retourne et veut se lever : mais l'assassin se jette sur lui et le retient : aussitôt les autres convives, affiliés tous à la conjuration, se jettent sur la victime qui lutte avec Antonius; et pendant qu'il est là sans défense, les deux bras comprimés, ils tuent Sertorius à coups de poignard (682 de Rome (72 av. J.-C.)). Avec lui meurent ses fidèles. Ainsi finit l'un des plus grands hommes, sinon le plus grand homme qu'eût encore produit Rome. En de meilleures circonstances, il serait devenu peut-être le restaurateur de la patrie. Il périt misérablement trahi par ces bandes d'émigrés, qu'il était condamné à mener aux combats contre Rome. L'histoire hait les Coriolans : elle n'a pas fait d'exception pour Sertorius, le coeur le plus haut entre tous, le plus vrai génie, le plus digne de regrets !

(Perpenna succède à Sertorius) Les assassins se promettaient le partage de la succession. Mais Sertorius n'étant plus, Perpenna, le plus élevé en grade parmi les officiers romains de l'armée espagnole, revendiqua le commandement suprême. On se soumit avec méfiance et répugnance. Si l'on avait murmuré contre Sertorius debout, le héros mort rentra aussitôt dans ses droits, et l'irritation des soldats se fit jour en violentes clameurs, lorsqu'à la lecture publique de son testament, ils entendirent le nom de ce même Perpenna proclamé parmi ses héritiers. Une partie des troupes, les Lusitaniens surtout, se dispersa : les autres avaient le pressentiment que Sertorius n'étant plus au milieu d'eux, c'en était fait de l'âme et de la fortune de l'armée. A la première rencontre avec Pompée, les bandes désormais mal conduites et sans courage, sont rompues et écrasées: Perpenna est pris avec une foule d'autres chefs. Le malheureux, pour sauver sa tête, livre la correspondance de Sertorius, compromettante au plus haut point pour une foule d'hommes notables, en Italie: Pompée ordonne de brûler tous ces papiers, sans les lire; et pour toute réponse livre le traître à l'exécuteur, lui et tous ses compagnons. Ceux des émigrés qui ont pu fuir, se réfugient pour la plupart dans les déserts de Mauritanie ou à bord des pirates. A quelques-uns, la loi Plotia, vivement appuyée par le jeune César, vint bientôt permettre de rentrer dans leur patrie : quant à ceux qui avaient trempé dans l'assassinat de leur général, tous ils moururent, sauf un seul, de mort violente. Osca et presque toutes les villes appartenant encore à Sertorius dans la Citérieure, ouvrirent volontairement leurs portes à Pompée : Uxama (Osuna), Clunia et Calagurris seules ne cédèrent qu'à la force des armes.

(Pompée met fin à l'insurrection) Aussitôt on réorganise les deux provinces. Dans l'Ultérieure, Metellus, au regard des cités plus coupables, élève le taux du tribut annuel : dans la Citérieure, Pompée agit en maître, il punit et récompense. Calagurris perd sa liberté : elle obéira désormais à Osca. Une troupe de Sertoriens s'est logée dans les Pyrénées : Pompée les dompte et les transporte au Nord de la chaîne, près de Lugdunum (Saint-Bertrand de Comminges), où ils fondent la cité des Réfugiés (Convenae)(Fugitivi ab sallu Pyrenaeo praedonesque (César, Bell. civ., 5, 19). D'autres désignent l'emplacement de Bagnères de Bigorre). Les Romains dressent leurs monuments et leurs trophées au haut des passes des montagnes; et à la fin de 683 de Rome (71 av. J. C.), Metellus et Pompée traversent en pompe les rues de Rome, portant au Pater Jovis, sur le Capitole, les remerciements de la nation demeurée victorieuse sur les Espagnols. La fortune de Sylla faisait vivre son oeuvre au-delà du tombeau : elle savait mieux la défendre que les lâches et faibles gardiens qui lui avaient été donnés. L'opposition en Italie avait péri par l'incapacité et la précipitation de son chef : l'émigration se suicidait par ses querelles intestines. De telles défaites, dues à la sottise ou à la discorde des démocrates bien plus qu'aux efforts de l'oligarchie, n'en étaient pas moins un triomphe pour elle. Cette fois encore elle siégeait, consolidée sur ses chaises curules !

Livret :

  1. Pompée dans la boutique de Roma Latina

Liens externes :

  1. Pompée de l'encyclopédie libre Wikipédia
  2. Pompée de l'Histoire romaine
  3. Crassus de l'encyclopédie libre Wikipédia
  4. Cesar de l'encyclopédie libre Wikipédia
  5. Cesar du site memo.fr
  6. Sertorius de l'encyclopédie libre Wikipédia
  7. La révolte de Sertorius de histoire des civilisations européennes
  8. Marcus Perpenna Vento Wikipédia, the free encyclopedia
Page précédente                                                                         haut de page Page suivante