Se connecter      Inscription        
 
  Tiberius Gracchus  
134-133 av. J.C.

Tiberius Gracchus La loi agraire Mort de Tibérius Gracchus La première guerre servile en Sicile

Sources historiques : Théodore Mommsen, Roma Latina

Vous êtes dans la catégorie : République romaine
Chapitre suivant : Gaius Gracchus (133-121 av. J.C.)

Chapitre précédent : Les pays sujets (201-129 av. J.C.)

134 av. J.C.

Etat de la république romaine : ruine des moeurs (134 av. J.C.)

Tiberius et Caius Gracchus
Tiberius et Caius Gracchus
Eugène Guillaume (1822-–1905)

Après la bataille de Pydna, l'Etat romain vécut dans le repos le plus profond durant tout un long siècle : à peine si çà et là quelque agitation se manifeste à la surface. L'empire territorial s'étendait sur les trois continents : l'éclat de la puissance romaine, la gloire du nom romain allaient sans cesse croissant : tous les yeux se tenaient tournés vers l'Italie: tous les talents, toutes les richesses y affluaient: il semblait que l'âge d'or dût s'y rouvrir au bien-être de la paix, aux joies intellectuelles de la vie. Les hommes de l'Orient parlaient entre eux avec étonnement de la grande République de l'Ouest, qui tenait assujettis les royaumes voisins et éloignés, redoutée de quiconque entendait prononcer son nom; conservant soigneusement l'amitié et la paix avec ses amis et les peuples qui se reposaient en elle... Ainsi les Romains s'étaient élevés à une grande puissance... Et néanmoins, nul n'y portait le diadème, ou ne revêtait la pourpre pour paraître plus grand que les autres...; mais déléguant chaque année leur souveraine magistrature..., tous, ils lui obéissaient, sans qu'il y eût au milieu d'eux d'envie ni de jalousie parmi eux... (I Macchab., 8, 12-16).

Tel était en effet l'aspect des choses, vues de loin : de près, le tableau n'était plus le même. Le gouvernement aristocratique de Rome marchait à grands pas à la ruine de son propre ouvrage. Non que les fils et les petits-fils des vaincus de Cannes et des vainqueurs de Zama eussent pleinement dégénéré ou qu'ils eussent perdu la tradition de leurs grands ancêtres. Les hommes assis dans le Sénat n'étaient pas absolument changés; mais les temps étaient autres. Là où le gouvernement appartient à un nombre restreint, exclusif, de vieilles familles en possession de la richesse séculairement assise et de l'influence politique héréditaire, on voit celles-ci, à l'heure du danger, déployer une incomparable persistance : elles obéissent à l'héroïque esprit du sacrifice. Que les temps redeviennent calmes, aussitôt elles se laissent aller à l'étroitesse des vues, à l'égoïsme, à la mollesse : l'un et l'autre phénomène s'engendrent de la même cause, l'hérédité du pouvoir et le pouvoir appartenant à une corporation. Depuis longtemps le mal existait à l'état latent : il ne lui avait fallu, pour germer et grandir, que le soleil de la prospérité. Il y avait certes un sens profond dans le mot de Caton, se demandant ce qu'il adviendrait de Rome, quand Rome n'aurait plus personne à craindre ! Elle en était arrivée là. Ce voisin qui eût pu se montrer redoutable, elle l'avait anéanti : les hommes nés et élevés sous l'ancien régime, à la rude école des guerres d'Hannibal, ces hommes, dernier écho du grand siècle jusque dans les jours de leur vieillesse tardive, la mort les prenait tous l'un après l'autre : la voix du dernier d'eux, la voix de Caton l'Ancien, avait cessé de retentir au Sénat et sur la place publique. Une jeune génération avait mis la main aux affaires; et les actes de sa politique étaient une péremptoire et cruelle réponse à la question posée par le vieux patriote. Déjà nous avons dit comment elle gouvernait les sujets, comment, sous sa direction, marchaient les araires extérieures. Au dedans, l'insouciance est plus grande encore; s'il est possible : le vaisseau va où le vent le pousse; et si, par gouvernement de l'intérieur, il faut entendre autre chose que l'expédition des affaires au jour le jour, Rome en vérité n'est plus gouvernée. Le corps dirigeant n'a qu'une pensée à laquelle il obéisse : maintenir, et s'il se peut faire, accroître les privilèges par lui usurpés. Ce n'est pas l'Etat qui, pour sa fonction, a droit sur le citoyen le plus utile et le meilleur : c'est chacun des membres de la grande camaraderie, qui se prétend un droit inné à la fonction suprême dans l'Etat. Rien ne diminue ce droit, ni l'injuste concurrence de ses égaux, ni les entreprises du concurrent évincé! La coterie des nobles n'a plus qu'un but au bout de tous ses efforts : empêcher la réélection au consulat, et exclure désormais les hommes nouveaux ! En l'an 603 de Rome (151 av. J.-C.), elle réussit à faire passer dans la loi les prohibitions tant souhaitées1 : et elle assure enfin, au profit des nobles, le régime des nullités politiques. Tout va de pair alors : l'inaction au dehors : au dedans, l'exclusion des simples citoyens et la méfiance réciproque entre les membres de l'ordre noble, à qui appartient le pouvoir. Ne pas permettre aux hommes du commun les actions d'éclat qui leur seraient un titre d'anoblissement, c'est là le plus sûr moyen de les tenir loin de la caste aristocratique; et à ce gouvernement des demi-mesures, un noble lui-même serait incommode, s'il revenait dans Rome, vainqueur et conquérant de la Syrie ou de l'Egypte.

Toutefois, il existait encore une opposition, dont les tentatives produisirent quelques résultats. On améliora l'organisation judiciaire. L'insuffisance de la juridiction administrative, à l'encontre des magistrats des provinces, exercée directement par le Sénat ou déléguée par lui, dans l'occasion, à des commissions extraordinaires, cette insuffisance sautait aux yeux; en 645 de Rome (149 av. J.-C.), innovation féconde pour le droit et la vie publics à Rome, il est établi, sur la motion de Lucius Calpurnius Pison, une commission permanente (quæstio ordinaria) avec mission d'instruire sur les plaintes des provinciaux contre les magistrats romains, pour fait de concussion (la loi Calpurnia, de repetundis).

1. En 537 de Rome (217 av. J.-C.), la loi qui limitait les réélections au consulat avait été suspendue pour le temps que durerait la guerre en Italie, partant, jusqu'en 551 de Rome (203 av. J.C.) (Tite-Live, 27, 6). A dater de la mort de Marcellus, en 546 de Rome (208 av. J.C.), laissant de côté les consuls qui abdiquèrent en 592 (162 av. J.C.), il n'y a eu de réélections que dans les années 517, 554, 560, 579, 585, 586, 591, 596, 599 et 602 (237 à 152 av. J.C.) : elles ne furent donc pas plus nombreuses durant ces cinquante-six années que, par exemple, durant les dix années qui s'étaient antérieurement écoulées, de 401 à 410 de Rome (353-344 av. J.C.). Une seule de ces réélections, la dernière, a été faite sans tenir compte de l'intervalle des dix ans entre les deux charges; sans nul doute la troisième réélection de Marcus Marcellus, consul pour 602 (152 av. J.C.) après l'avoir été déjà en 588 (166 av. J.C.) et 599 (155 av. J.C.) (nous ignorons les circonstances et les causes de ce fait extraordinaire), a provoqué la loi prohibitive à laquelle nous faisons allusion dans le texte (Tite-Live, ep. 56) : il est en effet certain que la motion, appuyée par Caton (p. 55, ed. de Jordan; et Festus, I, p. 242, Mull.), a été votée avant l'an 605 de Rome (149 av. J.C.).



139-129 av. J.C.

Les élections

On voulut aussi émanciper les comices et les enlever à l'influence prépondérante de l'aristocratie. Les démocrates de Rome croyaient trouver leur panacée dans le vote secret des assemblées du peuple : ce vote fut institué, par la loi Gabinia (615 de Rome (139 av. J.C.)), pour les élections aux magistratures; par la loi Cassia (617 de Rome (137 av. J.C.)), pour les tribunaux populaires; et enfin par la loi Papiria (623 de Rome (131 av. J.C.)), pour l'admission ou le rejet des motions législatives. Bientôt aussi (vers 625 de Rome (129 av. J.C.)) un plébiscite obligea les sénateurs à la remise du cheval public lors de leur admission dans la Curie, leur enlevant par là le droit de vote privilégié dans les dix-huit centuries équestres1 : toutes mesures tendant évidemment à affranchir le corps électoral de la mainmise de l'ordre gouvernant. Peut-être que le parti duquel elles émanaient crut voir en elles le point de départ de la régénération politique : vaine illusion ! Elles n'apportèrent aucun remède à la nullité, à l'asservissement de l'organe suprême et légal du pouvoir dans l'Etat; mais bientôt le vice des choses apparut plus palpable encore à tous, intéressés et non intéressés. Dès l'an 609 de Rome (145 av. J.-C.), jouant une comédie non moins vaine et menteuse, on avait affiché la reconnaissance formelle de l'indépendance souveraine du peuple, et quittant le lieu de ses anciennes assemblées, au pied de la Curie, on les avait transférées sur la place du Marché (le Forum). La querelle de la souveraineté populaire contre la domination réelle et constitutionnelle des nobles n'était guère qu'apparente, après tout. Les partis luttaient à coup de phrases et de mots sonores : dans les faits immédiats, leur action ne se faisait pas sentir. Durant tout le VIIe siècle, c'est dans les élections annuelles aux fonctions civiles, au consulat et à la censure notamment, que la vie politique se manifeste.

Les élections, voilà bien les questions grandes et brûlantes : mais les cas sont rares où les principes opposés s'incarnent dans les diverses candidatures; d'ordinaire les compétitions ne touchent qu'aux personnes. Que la majorité des votants se porte sur un Caecilius ou sur un Cornelius, peu importe : la politique générale n'a rien à y voir. S'il est quelque chose qui corrige et transforme les vices des factions, c'est le libre mouvement des masses dans l'Etat et leur commun progrès vers le but idéal qu'elles professent : à Rome, les partis ne jouaient qu'un jeu misérable, au profit des coteries qui se disputaient le pouvoir. Il était relativement facile à tout noble Romain d'entrer par la questure et le tribunat du peuple dans la carrière des fonctions publiques (cursus honorum) : mais, pour arriver jusqu'au consulat et à la censure, il ne fallait pas moins que de grands efforts et les efforts de longues années. Des prix nombreux à recueillir dans la lutte, il en était peu qui payassent le labeur; et les combattants, selon le mot d'un poète des temps postérieurs, avaient à courir dans une lice, largement ouverte au début, mais allant en se rétrécissant. Tout marcha bien, tant que les fonctions ne furent que des honneurs; tant que, pour conquérir de rares couronnes, il ne se présenta que des hommes forts et capables, militaires, hommes d'Etat, jurisconsultes ! A cette heure, où l'ordre noble se renferme en lui et se resserre, la concurrence n'a plus d'avantages : il ne lui reste que ses inconvénients. A peu d'exceptions près les jeunes gens des familles gouvernantes se jettent dans la carrière politique, et leur ambition hâtive et sans maturité veut des moyens de parvenir plus efficaces, plus rapides que n'étaient jadis les services rendus à la chose publique. Se créer des relations influentes, voilà la première condition du succès; et l'on ne va plus, comme autrefois, les chercher dans les camps : on les sollicite dans l'antichambre des grands personnages. Aller, le matin, attendre le lever du patron; se montrer en public à sa suite, c'était là jadis l'affaire des clients et des affranchis : aujourd'hui, le patron compte des nobles dans sa clientèle nouvelle. Mais le peuple, lui aussi, est un maître puissant; et comme tel, respect lui est dû. La population se montre exigeante : déjà elle veut que le futur consul reconnaisse le peuple souverain et lui fasse honneur dans tout homme déguenillé qui rôde dans la rue : déjà il faut que le candidat en quête de votes (ambitus), salue tous les électeurs par leur nom et leur serre la main. Les nobles se précipitent, et mendient les charges en se dégradant. Le candidat qui réussit ne s'est pas seulement prosterné chez les hauts et puissants, il s'est aussi humilié sur la place publique : il a fait les yeux doux à la foule; il a débité à tous ses petits soins et ses prévenances, et ses flatteries élégantes ou grossières. Il crie à la réforme; il se dit démocrate pour se faire un public qui le connaisse et qui l'aime : moyens d'autant plus efficaces, qu'ils ne vont pas au fond des choses, et ne servent que de passeport à la personne. Bientôt chez les jeunes gens imberbes, de noble naissance, il devint de mode, pour entamer la vie publique par une action d'éclat, de s'affubler du rôle de Caton. On les vit alors, assaisonnant de leur passion inexpérimentée leur rhétorique enfantine, se chercher de leur autorité privée quelque homme haut placé et impopulaire qu'ils pussent accuser. Entre les mains de ces avocats de l'Etat, qui les laissait faire, la noble institution de la justice, la discipline politique n'étaient plus qu'une manoeuvre de brigue et de candidature. Depuis longtemps, donner au peuple des jeux, et des fêtes magnifiques, et ce qui pis est, les lui promettre, était devenu la condition préalable et légale de l'obtention du consulat; et nous voyons, par les prohibitions édictées en 595 de Rome (159 av. J.-C.), que déjà les voix s'achètent à prix d'argent. A courtiser tous les jours les faveurs de la foule, l'aristocratie minait le sol sous elle. Or, conséquence la plus funeste peut-être entre toutes, comment concilier longtemps la situation et les droits du gouvernant à l'encontre du gouverné avec cette attitude mendiante et ces flatteries à l'adresse de la foule ? Le gouvernement devait être le salut du peuple : il fut pour lui une peste funeste. Il n'osa plus disposer de la vie et de la fortune des citoyens, selon les nécessités et les besoins de la patrie. Il les laissa s'habituer à la dangereuse et égoïste pensée qu'ils avaient, de par la loi, l'exemption de tous impôts directs et se payant à l'avance : après la guerre contre Persée, en effet, il n'en fut plus demandé au peuple. Dût l'armée elle-même et l'organisation militaire y périr, on n'ose plus contraindre le Romain à s'en aller servir au-delà des mers; or l'on sait ce qu'il en coûte au magistrat qui tenterait de mettre en vigueur les anciennes et odieuses lois du recrutement.

1. Ces diverses lois sont d'ordinaire appelées leges tabellariae, parce qu'elles substituèrent au vote verbal ou par acclamation le vote écrit sur des tablettes (tabellae). Leurs auteurs furent les tribuns Gabinius, L. Cassius Longinus et C. Papirius Carbo.

139-134 av. J.C.

La crise sociale

La Rome de ces temps offre le spectacle des multiples abus enchevêtrés les uns dans les autres, et dérivant d'une oligarchie en pleine dégénérescence et d'une démocratie à ses débuts encore, mais déjà rongée aux vers en son germe. A n'en juger que par les noms que les deux factions se sont données, les grands (optimales) tendent à faire prévaloir la volonté des meilleurs; les populaires (populares) n'ont égard qu'à la cité tout entière : mais, dans la réalité, on ne trouverait à Rome ni une aristocratie complète, ni un peuple constitué et se régissant lui-même. Des deux côtés, on se bat pour une ombre : des deux côtés, il n'y a que des rêveurs ou des hypocrites. La gangrène politique a fait partout un égal ravage : la nullité est égale dans les deux camps. En haut, comme en bas, condamnés à un statu quo forcé, les deux partis n'ont ni un plan, ni même une simple pensée politique, qui les puisse aider à sortir de leur immobilité stérile; et au fond, ils s'accommodent entre eux, tant et si bien qu'ils se rencontrent sans cesse dans les mêmes moyens et les mêmes buts partiels : les alternatives de leurs succès ne sont que des changements de tactique : rien qui manifeste un mouvement dans l'idée politique. Certes, pour la République, mieux eût valu voir l'aristocratie, ôtant l'élection au peuple, établir directement au profit des grands l'hérédité des charges à tour de rôle; mieux eût valu, aussi, voir la démocratie introniser définitivement son propre régime ! Mais les grands et les populaires, au commencement du VIIe siècle, se sentaient trop nécessaires les uns aux autres pour se livrer ainsi une bataille à mort : incapables de s'anéantir réciproquement, ils ne l'eussent pas voulu, dans tous les cas. Et pendant ce temps, l'édifice de la République allait se disjoignant dans toutes ses assises politiques et morales; il penchait déjà vers sa chute.

La crise vint, d'où allait sortir la révolution romaine. Mais elle ne commença pas par les conflits dont nous venons de parler. Elle fut plutôt économique et sociale. Ici encore le gouvernement romain laissait les choses à elles-mêmes. Le mal, qui fermentait de longue main, arriva à maturité sans obstacle, et se développa avec une rapidité et une puissance inouïes. Dans tous les temps, l'économie sociale n'avait connu que deux éléments ou facteurs, se recherchant et se haïssant éternellement : l'élément agricole et celui de l'argent. Jadis, en alliance étroite avec la grande propriété, la finance avait fait à la classe rurale une guerre séculaire. Le paysan vaincu et détruit, il semblait que la paix ne se pouvait conclure que sur les ruines de la cité elle-même. Cette issue déplorable des choses avait été prévenue, grâce aux guerres extérieures heureuses, grâce aux partages en grand par là rendus possibles des terres domaniales conquises au loin. A l'heure où sous des noms nouveaux ressuscitait l'antagonisme entre patriciens et plébéiens, le capital démesurément accru avait amené un nouvel orage sur la têlte des classes rurales. Mais la route parcourue n'est plus la même. Autrefois, le petit paysan, écrasé par les frais, s'était transformé en simple métayer, pour le compte de son créancier : actuellement il périt par la concurrence des céréales venues d'au-delà de la mer; ou produites par le travail servile. On marchait avec le siècle : la guerre de l'argent contre le travail, ou mieux contre la liberté individuelle, se continua, comme toujours naturellement, en empruntant les formes les plus rigoureuses du droit. Si à la différence des anciens temps, l'homme libre ne tombe plus dans l'esclavage par l'effet de la dette, l'esclave régulièrement acheté et payé est substitué au travailleur : le capitaliste prêteur, domicilié à Rome, suit pas à pas la révolution économique, et se change en industriel et en planteur. En dernière analyse, le résultat est le même : avilissement de la petite propriété rurale, refoulement par les grands domaines et raréfaction de la petite culture dans une partie des provinces d'abord, et bientôt dans l'Italie propre : les grands domaines eux-mêmes, en Italie, appliqués de préférence à l'élève du bétail, à la production de l'huile et du vin; enfin les bras libres disparaissant dans les provinces et en Italie devant les bandes des esclaves. De même que la noblesse nouvelle fait courir à l'Etat plus de dangers que le patriciat, car il ne suffira plus d'un simple changement dans la constitution pour la mettre de côté; de même, le capital et sa puissance actuelle enfanteront des maux plus grands qu'ils ne l'ont fait aux IVe et Ve siècles, par la raison que les réformes dans la loi civile ne sauront plus les atteindre.

139-132 av. J.C.

L'esclavage

Mais avant de raconter ce second grand conflit entre le travail et le capital, il convient de faire connaître sommairement le système même de l'esclavage à Rome, sa nature et son étendue. Nous n'avons pas ici affaire à l'ancien esclavage rural, cette institution relativement innocente, où tantôt l'on voit le paysan menant la charrue avec l'homme qui est à lui; et tantôt, possédant plus de terre qu'il n'en peut cultiver, on voit le maître le placer sur une métairie détachée de son domaine comme régisseur ou fermier, à la charge de remise d'une partie des fruits. Ce régime, d'ailleurs, s'est perpétué dans tous les temps : autour de Côme, sous les empereurs, on le rencontrera encore le plus souvent; mais il n'est plus qu'une exception locale. Les pays où il subsiste sont privilégiés; et la constitution de la propriété y assure au laboureur une condition plus douce. Ce que nous avons à étudier, c'est le grand domaine à esclaves, tel qu'il s'est formé sous l'influence des capitaux immenses accumulés à Rome, de même qu'autrefois il en était advenu à Carthage. L'esclavage des anciens temps se recrutait amplement par les prisonniers faits à la guerre et par l'hérédité servile : comme l'institution américaine, l'esclavage, au VIIe siècle, exige son approvisionnement au moyen de chasses humaines systématiquement organisées. La population servile va diminuant sans cesse, sous un régime qui ne tient compte ni de la vie humaine ni de la reproduction des familles : les troupeaux d'esclaves amenés sur le marché à la suite des guerres ne suffisent pas à combler les déficits. Nulle terre n'est épargnée, si le triste gibier s'y trouve; en Italie même, on vit quelquefois le maître se saisir de l'ouvrier des champs libre et pauvre, et le jeter dans les rangs de ses esclaves. Mais l'Afrique, là, les corsaires crétois et ciliciens, faisant régulièrement métier de courir sus aux esclaves et de les vendre, parcouraient en ravisseurs les côtes de Syrie et les îles de l'Archipel grec : là, les publicains de Rome, leur faisant concurrence dans les Etats soumis à la clientèle, organisaient eux-mêmes des chasses monstrueuses, et incorporaient leurs captifs dans la cohue qu'ils traînaient à leur suite. Un jour, vers 650 de Rome (104 av. J.-C.), le roi de Bithynie dut demander grâce, et se dire impuissant à fournir son contingent de milices : tous les hommes valides, dans son royaume, lui avaient été enlevés par les publicains. La grande échelle de Délos était devenue le centre commercial de la traite : c'était là que les trafiquants d'esclaves vendaient et livraient leur marchandise aux spéculateurs d'Italie : entre le lever et le coucher du soleil, on vit une fois débarquer et vendre dix mille malheureux. Nous pouvons juger par là du nombre immense des victimes, et pourtant la demande restait toujours au-dessus de l'offre. Ce phénomène n'a rien qui étonne. Dès le VIe siècle, en étudiant l'état économique de la société romaine, nous avons constaté que les grandes cultures, dans l'antiquité, avaient en quelque sorte le travail servile pour fondement nécessaire. Oeuvres de spéculation pure, il leur fallait pour instrument l'homme dégradé légalement à l'état de bête de somme. Les métiers étaient mis en grande partie dans les mains des esclaves, le maître en tirant le profit. C'est par les esclaves organisés à l'échelon inférieur de la perception, que les compagnies fermières des impôts opéraient le recouvrement des deniers publics. Les esclaves allaient au fond des mines, récoltaient les résines, étaient enchaînés à tous les travaux de fatigue : des troupeaux d'hommes étaient offerts pour les fouilles en Espagne; acceptés de grand coeur par les chefs d'exploitation, ils rapportèrent un gros intérêt au maître qui les louait. En Italie, la récolte des vignes et des oliviers ne se fait plus par les hommes de service attachés au domaine; un propriétaire d'esclaves la soumissionne à l'entreprise. Enfin, la garde des troupeaux de bétail est confiée à des esclaves : déjà, parcourant armés, souvent même à cheval, les grands pays de pâture de l'Italie. L'économie pastorale s'étend aussi bientôt dans les provinces, et y devient pour le capitaliste romain une affaire de spéculation favorite. A peine la Dalmatie, par exemple, a-t-elle été conquise (599 de Rome (155 av. J.-C.)), qu'elle est envahie par lui, et qu'il y organise en grand l'élevage du bétail selon la méthode italienne : mais le mal le plus funeste sortit sans contredit du système des plantations. On ne voyait plus sur les champs que des bandes d'esclaves, marqués souvent au fer rouge, les ceps aux jambes, travaillant à la glèbe, durant le jour, sous la surveillance du régisseur, et la nuit, enfermés le plus souvent tous ensemble dans un cachot souterrain (ergastulum). Ce système, avait été importé jadis d'Orient à Carthage: puis, les Carthaginois l'avaient introduit en Sicile, où, par cette raison, il semble s'être développé de meilleure heure et plus complètement qu'en toute autre région soumise à l'empire de Rome. Le territoire de Leontium comprenait 30000 jugères (7560 hectares) de terres arables tombées dans le domaine public, il fut amodié par les censeurs; et quelques dizaines d'années après les Gracques, nous le voyons partagé entre quatre-vingt-quatre fermiers, détenteurs chacun de 360 jugères en moyenne (hect. 90720), tous étrangers, à l'exception d'un seul, qui est Léontin, tous par conséquent capitalistes et spéculateurs pour la plupart Romains. Ceux-ci étaient ardemment entrés dans la voie que leur avait tracée Carthage. Le bétail de Sicile, le blé de Sicile, produits du travail servile, donnaient lieu à d'immenses affaires; Romains ou non Romains, ces trafiquants avaient étendu sur toute l'île et leurs pâturages et leurs plantations. Mais l'Italie du moins avait été épargnée. Cette forme la plus funeste de l'esclavage y était encore presque partout ignorée. L'Etrurie fut, à ce qu'il semble, envahie la première; et quarante ans après l'époque où nous sommes, les plantations s'y pratiquent sur la plus grande échelle. Très probablement aussi, elle avait déjà des cachots à esclaves. Mais dans le reste de la péninsule, la culture se fait encore communément par des mains libres, ou par des esclaves non enchaînés. Il y a aussi de grands travaux qui s'exécutent à l'entreprise et sur marché conclu. Témoignage frappant de la condition différente de l'esclavage en Sicile et en Italie, quand éclate dans l'île la révolte servile de 619-622 de Rome (135-132 av. J.-C.), les esclaves de la Cité Mamertine sont les seuls qui n'y prennent pas part. Or, ils vivent sous la règle italienne. Le gouvernement n'avait pas créé le prolétariat servile; et son pouvoir n'allait pas jusqu'à être maître de le supprimer d'un coup; à cela faire, il eût fallu un remède pire que le mal. Tout au plus eût-il été donné au gouvernement, en recourant aux procédés d'une police de sûreté rigoureuse, de garantir la vie et la propriété des gouvernés, menacés sans cesse par les armées d'esclaves, et d'essayer d'en réduire le nombre, en favorisant, en relevant le travail libre. Cette double mission, voyons comment l'aristocratie romaine a su la remplir.

134-132 av. J.C.

La première guerre servile en Sicile

Les conspirations et les guerres serviles éclatant partout montrent assez comment la police était faite. En Italie, des drames sanglants semblèrent prêts à renaître, pareils à ceux du lendemain des guerres d'Hannibal : il fallut tout à coup saisir et mettre à mort cent cinquante esclaves à Rome, quatre cent cinquante à Minturnes et quatre mille à Sinuessa (621 de Rome (133 av. J.-C.)). Dans les provinces, on le comprend, la situation était pire encore. A la même époque, sur le grand marché de Délos, et dans les mines d'argent de l'Attique, les révoltés ne cédèrent que devant les armes employées contre eux. La guerre contre Aristonicos et contre les habitants de la Ville du Soleil (Asie-Mineure), ne fut autre que la guerre de ceux qui possédaient contre des rebelles de même espèce. Mais en Sicile, comme bien on le prévoit, sur cette terre promise des planteurs, le mal fit explosion dans des proportions inouïes. Le brigandage y avait de tout temps existé, surtout à l'intérieur : tout à coup il se change en une insurrection. Il y avait à Enna (Castrogiovanni) un planteur nommé Damophilos, rival des spéculateurs italiens par l'étendue de ses affaires industrielles et l'énormité de son capital vivant : un beau jour ses esclaves ruraux entrent en fureur, l'assaillissent et le tuent. Puis, leurs bandes sauvages accourent à Enna, et y massacrent les citoyens en masse. Aussitôt la révolte devient générale : partout les martres sont assassinés ou faits esclaves à leur tour : l'armée des insurgés, nombreuse déjà, met à sa tête un homme ayant le don des miracles, crachant le feu et débitant des oracles. Originaire d'Apamée de Syrie, Eunus (tel était son nom d'esclave) s'appelle désormais Antiochus, roi des Syriens. Et pourquoi non ? Quelques années avant, n'avait-on pas vu un autre Syrien de ses pareils, lequel n'était rien moins que prophète, placer sur sa tête, dans Antioche même, le diadème des Séleucides (Diodotos Tryphon) ? Le roi nouveau de Sicile choisit pour son général un autre esclave grec, du nom d'Achaeos; et celui-ci, brave et actif, se met à parcourir l'île. Les rudes pasteurs des montagnes accourent à lui de près et de loin; il n'est pas jusqu'aux travailleurs libres, qui, dans leur haine immense contre les planteurs, ne fassent cause commune avec les insurgés. Sur un autre point du pays, leur exemple est imité par un esclave cilicien, Cléon, jadis brigand dans sa patrie. Il occupe Agrigente; et profitant de la mésintelligence des chefs romains, les bandes serviles remportent quelques succès, couronnés bientôt par une complète victoire sur le préteur Lucius Hypsoeus, dont elles détruisent l'armée en grande partie formée des contingents siciliens, et dont elles prennent le camp. Tout le pays est en leur pouvoir : selon les évaluations les plus modérées, leur nombre s'élève à soixante-dix mille hommes valides; et durant trois années consécutives, de 620 à 622 de Rome (134-132 av. J.-C.), Rome se voit forcée d'envoyer contre eux les consuls et les armées consulaires. Enfin, après maints combats indécis, ou même malheureux, elle vient à bout de l'insurrection, en réduisant Tauromenium et Enna. Devant Enna, où s'étaient réfugiées les bandes les plus déterminées, s'y maintenant dans une position quasi imprenable, avec l'opiniâtreté d'hommes qui n'attendent ni salut ni grâce, les consuls Lucius Calpurnius Pison et Publius Rupilius avaient dû se tenir postés deux ans durant : la place investie tomba par la famine et non par la force des armes romaines.

Tels étaient les beaux résultats de la police de sûreté organisée et conduite par le Sénat ou ses délégués en Italie et dans les provinces. Pour éteindre le prolétariat, il ne faut rien moins que toute la puissance ou toute la sagesse administratives : souvent même elles n'y peuvent suffire; mais, du moins, peut-on sans beaucoup d'efforts, l'annuler politiquement dans toute société grande et bien constituée. En vérité, il serait par trop commode de n'avoir à redouter des classes pauvres et dénudées que les dangers, que font courir les ours et les loups des forêts. Aux trembleurs politiques seuls, ou à ceux-là qui ne touchent aux affaires qu'en ayant sottement peur de la foule, il sied de prédire la destruction de l'ordre social, par l'effet des révoltes serviles et par les insurrections des prolétaires. A Rome, on ne sut même pas, l'effort était facile, refréner ces masses opprimées; et pourtant on était en pleine paix; et pourtant l'Etat avait dans la main des moyens d'action inépuisables. Grave symptôme de faiblesse que cette insuffisance du gouvernement de la République : symptôme d'autres vices encore ! Le préteur romain avait dans ses attributions légales la mission de pourvoir à la sûreté des routes, et de punir du supplice de la croix tous les esclaves arrêtés faisant métier de brigandage : comment, en effet, contenir les esclaves autrement que par la terreur ? Aussi voyons-nous le fonctionnaire romain d'alors, toutes les fois que les routes dans l'île sont envahies, ordonner aussitôt une razzia. Mais, mettre les brigands à mort, cela nuirait aux planteurs italien ! Que fait alors le préteur ? Il remet les captifs à leurs maîtres ceux-ci seront les justiciers, et en feront à leur volonté. Or, ces maîtres sont gens économes ! Quand les gardiens de leurs troupeaux leur réclament des habits, ils leur répondent par des coups de bâton, et leur demandent si les voyageurs s'en vont tout nus par le pays ? Nous savons où conduisit une telle connivence : aussi, après la révolte domptée, le consul Publius Rupilius crucifia tous les esclaves qui tombèrent dans ses mains. Plus de vingt mille furent suppliciés. Cette fois, il y avait danger trop grand à épargner encore le capital des spéculateurs !

134 av. J.C.

Le monde agricole romain

Si l'on avait voulu rendre la vie au travail libre et diminuer le prolétariat servile, l'entreprise, infiniment plus difficile, eût promis indubitablement d'immenses résultats à la République. Or, le gouvernement ne fit rien ou à peu près rien pour cela. Au temps de la première crise sociale, la loi avait prescrit au propriétaire l'emploi sur son domaine d'un nombre d'ouvriers libres proportionnel au nombre de ses esclaves. Plus tard, le gouvernement avait fait traduire en latin un écrit carthaginois sur l'agriculture : premier et unique exemple d'une oeuvre littéraire inspirée et approuvée par le Sénat. Mais ce livre, sans nul doute, enseignait les méthodes des plantations phéniciennes, et il allait aussi devenir le manuel des spéculateurs italiens. Les mêmes tendances se manifestent dans des faits plus importants, ou plutôt, dans ce qui est pour Rome une question capitale, dans tout son système colonial. Il n'était pas besoin de grande clairvoyance, les souvenirs des premières tempêtes s'imposant à tous les yeux, pour comprendre que contre les progrès funestes du prolétariat rural, il n'était qu'un seul et efficace remède. L'émigration, sur une large et régulière échelle, trouvait d'ailleurs à Rome, dans l'état même des affaires extérieures, les occasions et les moyens les plus favorables. Jusque vers la fin du VIe siècle, on avait lutté contre l'anéantissement progressif de la petite propriété par la création incessante de nouveaux domaines au profit des paysans. Toutefois l'oeuvre avait été partielle, bien qu'elle fût conçue dans les vastes proportions commandées par le salut public : le Sénat n'avait pas touché aux terres domaniales, occupées jadis par les particuliers. Il avait permis même des occupations nouvelles sur le territoire conquis. Ailleurs, dans le pays de Capoue notamment, sans donner la terre à des occupants, il s'était gardé d'en faire le partage, annexant simplement d'immenses régions au domaine usager. Et néanmoins les assignations trop rares, on le voit, avaient produit un bien considérable : bon nombre de citoyens pauvres y trouvant un utile secours, l'espérance avait lui au coeur de tous. Mais à dater de la fondation de Luna (577 de Rome (177 av. J.-C.)), nous ne rencontrons plus trace d'assignations coloniales, si ce n'est le fait isolé de la colonie picentine d'Auximum (Osimo), en 597 de Rome (157 av. J.C.). Le motif en est simple. Après la soumission des Boïes et des Apuans, il ne restait plus en Italie de territoire à conquérir (nous passons sous silence les quelques vallées ligures, qui n'appelaient guère les colons). La conquête s'arrêtant, il aurait fallu en venir au partage des terres domaniales affermées ou occupées : ce qui eût été attenter aux privilèges de l'aristocratie. De même qu'elle a lutté contre un tel projet, il y a trois siècles, elle luttera encore aujourd'hui. Distribuer les territoires dont Rome s'était emparée hors de l'Italie semblait chose par trop impolitique : il fallait que l'Italie restât souveraine; il fallait maintenir debout la muraille qui séparait les sujets provinciaux de leurs dominateurs. Que si l'on ne voulait pas abandonner les intérêts de la politique à hautes visées, ou aussi les intérêts de caste, il ne restait plus rien à faire au pouvoir que d'assister passif à la ruine de la classe agricole en Italie; et c'est là ce qui arriva. Les capitalistes achetèrent comme devant la dépouille des petits cultivateurs : ceux-ci voulaient-ils s'entêter, ils se voyaient dépossédés sans contrat ni vente, et souvent, on le comprend, par les plus mauvais moyens. Que de fois, pendant que le paysan laboure son champ, l'ennemi survient qui expulse femme et enfants; puis, le malheureux n'a plus qu'à céder devant le fait accompli. Les grands propriétaires ne veulent plus des bras libres, et préfèrent aussi les esclaves : les esclaves ne sont pas sans cesse mis en réquisition pour le service militaire ! Le peu qui demeure des anciens prolétaires est bientôt asservi et courbé sous le même niveau douloureux. Le blé produit à vil prix par la Sicile envahit le marché, refoule les blés d'Italie et les avilit à leur tour. En Etrurie, la vieille aristocratie indigène s'était promptement liguée avec les spéculateurs. Dès l'an 620 de Rome (134 av. J.-C.), les choses en sont venues là qu'il n'existe plus dans tout le pays un seul citoyen libre. A Rome, on put dire tout haut, et en pleine place publique; que les animaux ont un repaire, mais que, pour les citoyens, il ne leur reste rien que l'air et le soleil ! Ils s'appellent les maîtres du monde, et ils ne possèdent pas une motte de terre ! Veut-on le commentaire éloquent de ces sinistres paroles ? Que l'on consulte les listes civiques ! De la fin des guerres d'Hannibal à l'an 595 de Rome (159 av. J.C.), le nombre des citoyens va croissant, chose qui s'explique facilement par les distributions faites tous les jours et sur une grande échelle des terres domaniales : après 595, où le cens a donné trois cent vingt-huit mille citoyens valides, on entre dans une période constamment décroissante : les listes de l'an 600 de Rome (154 av. J.C.) tombent au chiffre de trois cent vingt-quatre mille; celles de 607 de Rome (147 av. J.C.) tombent à trois cent vingt-deux mille; celles de 623 (131 av. J.C.) à trois cent dix-neuf mille : résultats déplorables pour une époque de profonde paix au-dedans et au-dehors. A suivre une telle pente, la population ne devait plus compter bientôt que des planteurs ou des esclaves. L'Etat romain devait-il donc finir comme l'empire parthe ? Ne serait-il pas réduit bientôt à aller chercher ses soldats sur les marchés à esclaves ?

134 av. J.C.

Scipion Emilien

Telle était la situation des affaires intérieures et extérieures au moment où l'Etat romain entrait dans le VIIe siècle de son histoire. Où que les yeux se portassent, ils ne rencontraient qu'abus et décadence. Quel homme sage et voulant le bien pouvait ne pas voir l'urgence du péril et la nécessité d'y pourvoir ? De tels hommes, Rome en comptait un bon nombre.

Mais si, parmi eux, il en était un qui semblât appelé à prendre en main les réformes politiques et sociales, c'était assurément le fils de prédilection de Paul-Emile, le petit-fils adoptif du grand Scipion, Publius Cornelius Scipio AEmilianus Africanus, celui qui portait son glorieux surnom et par droit d'héritage et par droit de conquête ! Modéré, prudent comme son père, il avait un corps de fer; il avait aussi l'esprit de décision qui n'hésite pas devant la nécessité immédiate des circonstances. Dans sa jeunesse, il avait évité les sentiers battus des débutants politiques; ne se montrant ni dans les antichambres des sénateurs considérables, ni dans les prétoires où retentissaient les déclamations des redresseurs de torts. Il aimait ardemment la chasse : à seize ans, ayant fait campagne contre Persée à la suite de son père, on l'avait vu, pour toute récompense de ses actions d'éclat, solliciter son droit de libre parcours dans les réserves et garennes royales, intactes depuis quatre années. Par-dessus toutes choses, il donnait ses loisirs aux jouissances scientifiques et littéraires. Grâce aux soins paternels, il avait pénétré dans le vrai sanctuaire de la Grèce civilisée, allant bien au-delà de l'hellénisme trivial, avec le faux goût de sa culture à demi ébauchée. Doué d'une raison droite et ferme, il savait séparer le bon grain de l'ivraie; et la noblesse toute romaine de son allure en imposait aux cours de l'Orient et aux citadins moqueurs d'Alexandrie. A la fine ironie de son discours, à la pureté classique de son parler latin, on reconnaissait l'atticisme de sa Grécité. Sans être écrivain de profession, il mit cependant par écrit, comme Caton, ses harangues politiques; et comme les lettres de sa soeur adoptive, la mère des Gracques, ces harangues furent tenues, par- les critiques littéraires des âges postérieurs, pour des chefs d'oeuvres de prose et des modèles. Il attirait chez lui les meilleurs lettrés grecs et romains; et ses préférences, souvent plébéiennes, ne lui suscitèrent pas peu souvent les jaloux soupçons de ceux de ses collègues du Sénat, qui ne demandaient leur illustration qu'à leur seule naissance. Honnête et sûr de caractère : tous avaient foi dans sa parole, amis et ennemis; il n'aimait ni les grandes bâtisses ni la spéculation; il vivait simplement; et dans les affaires d'argent agissait avec loyauté et désintéressement. Sa libéralité, son laisser-aller même étonnaient l'avidité mercantile de ses contemporains. Il fut brave soldat et bon capitaine : il rapporta de la guerre d'Afrique la couronne que Rome décernait à celui de ses enfants qui avait sauvé l'armée au péril de ses jours. Passé général, il mena à fin glorieusement la guerre que, simple officier, il avait vu commencer. Toutefois, il n'eut jamais de bien difficiles missions à accomplir, et ne put pas donner complètement la mesure de ses talents militaires. Pas plus que son père, Scipion Emilien ne fut une nature de génie. Il aimait Xénophon de préférence : comme lui, calme et froid soldat; comme lui, sobre écrivain. Homme juste et droit, s'il en fut, mieux que personne il semblait appelé à étayer l'édifice déjà chancelant et à préparer la réforme de l'organisation sociale. Il apporta son aide là où il le put, et de son mieux : détruisant, empêchant les abus, il améliora notamment la justice. Son influence et son appui ne manquèrent pas à Lucius Cassius, citoyen actif aussi, et animé des sentiments austères de l'antique honneur. Malgré la violente résistance des grands, ils firent passer la loi qui introduisait le vote secret dans les tribunaux populaires, demeurés encore le plus important organe de la juridiction criminelle. Adolescent, il n'avait pas voulu se produire dans les accusations publiques : homme mûr, il traduisit devant les tribunaux de grands coupables appartenant à l'aristocratie. Devant Carthage et Numance, nous le retrouvons, moral et sage toujours, chassant de son camp les mauvais prêtres et les femmes, ramenant la soldatesque sous la loi de fer de la vieille discipline. Censeur, en 612 de Rome (142 av. J.-C.), il balaye impitoyablement l'élégante cohue des débauchés au menton poli. Il a des mots sévères pour le peuple : il l'exhorte à la fidélité et aux moeurs intègres des temps anciens. Il ne le savait que trop, d'ailleurs (et qui ne le savait avec lui ?), renforcer la justice, apporter çà et là un remède isolé, ce n'était pas guérir le mal qui rongeait la société. Et pourtant, il ne tenta rien de décisif. Gaius Laelius (consul en 614 de Rome (140 av. J.C.)), son plus vieil ami, son maître et son confident politique, eut un jour l'idée d'une motion impliquant le retrait de toutes les terres domaniales de l'Italie, non aliénées par l'Etat, mais détenues par les occupants : en les distribuant à des colons, on eût assurément enrayé le mouvement décroissant des classes rurales. Mais il lui fallut abandonner son projet devant l'orage qui déjà se soulevait; et son inaction lui valut le surnom de Sage (Sapiens). Scipion pensait comme Laelius. Il avait la pleine conscience du danger : ne s'agissait-il que de payer de sa personne, il marchait droit à l'abus avec sa bravoure loyale, et quel que fut le citoyen qu'il avait devant lui; mais convaincu, d'autre part, qu'il fallait, pour assurer le salut de la patrie, le payer au prix d'une révolution pareille aux révolutions sorties de la réforme, aux IVe et Ve siècles, il en concluait, à raison ou à tort, que le remède était pire que le mal. Il se plaça donc, avec son petit cercle d'amis, entre les aristocrates, qui ne lui pardonnèrent jamais l'appui par lui prêté à la loi Cassia, et les démocrates, qui le tenaient pour modéré, et qu'il ne voulait pas suivre : isolé pendant sa vie, après sa mort vanté par les deux partis; aujourd'hui le champion et défenseur des conservateurs, demain le précurseur des réformistes. Avant lui, les censeurs, en se démettant de leur charge, avaient demandé aux Dieux l'accroissement de la puissance et de la grandeur de Rome : Scipion, au sortir de la censure, leur demanda de veiller au salut de la République. Invocation douloureuse, qui nous dit le secret de sa pensée !

134 av. J.C.

Tiberius Gracchus

Tiberius et Caius Gracchus
Cornélie refusant la main du roi d'Egypte
Laurent de La Hyre, 1646, Museum of Fine Arts, Budapest

L'entreprise devant laquelle avait reculé l'homme qui, tirant deux fois l'armée romaine du fossé, l'avait par deux fois conduite à la victoire, un jeune homme obscur, et sans passé, l'osa tenter. Tiberius Sempronius Gracchus, ainsi il s'appelait, voulut être le sauveur de l'Italie (591-621 de Rome (163-133 av. J.-C.)). Son père, avait porté le même nom que lui (consul en 577 de Rome (177 av. J.C.) et 591 de Rome (163 av. J.C.), censeur en 585 de Rome (169 av. J.C.)), et s'était montré de tous points le type de l'aristocrate romain. Edile, il avait, non sans dommage pour les cités sujettes, donné les jeux avec une splendeur extraordinaire, et encouru par là le blâme sévère et mérité du Sénat. Ailleurs, en intervenant dans le triste procès dirigé contre les Scipions, ses ennemis personnels, il avait obéi à son humeur chevaleresque et à ses penchants de caste : durant sa censure, en se prononçant ouvertement contre l'admission des affranchis aux votes des centuries, il avait lutté pour les principes conservateurs; enfin, préteur de la province de l'Ebre en Espagne, il avait rendu de grands et durables services à la patrie par sa bravoure et sa justice, et assuré dans les souvenirs des populations sujettes le respect et l'amour de son nom.

Le jeune Tiberius eut pour mère Cornélie, la fille du vainqueur de Zama. Scipion, reconnaissant du généreux appui que lui avait prêté son adversaire politique, s'était choisi celui-ci pour gendre. Tout le monde connaît Cornélie, cette femme illustre, haute de coeur et cultivée d'esprit. Une dame campanienne étalait un jour devant elle une foule de bijoux et de joyaux, et lui demanda à voir les siens. Cornélie appela ses enfants (Tibérius et Caïus), les lui montra et dit: "Voilà ma parure." Après la mort de son mari, beaucoup plus âgé qu'elle, elle refusa un jour la main du roi d'Egypte; elle éleva ses trois enfants en leur mettant sous les yeux la vie de leurs père et grand-père. L'aîné des deux fils, Tiberius, était une bonne et honnête nature. L'oeil doux et calme, tranquille par caractère, il ne semblait rien moins que fait pour être un agitateur des masses populaires. Toutes ses relations, toutes ses idées le rattachaient à la société des Scipions : avec son frère et sa soeur, il en partageait les élégances et l'instruction philhellènes. Scipion Emilien, son cousin, devint aussi son beau-frère; à dix-huit ans, servant sous ses ordres dans la guerre où périt Carthage, il mérita par sa valeur l'éloge de l'austère capitaine, et remporta des distinctions militaires. Que dans cet intelligent esprit la conviction se soit faite de la décadence romaine et au sommet du corps politique et dans ses membres; il n'y a rien là qui doive nous étonner. Il vivait dans un milieu où dominait cette pensée. Il y apprit surtout à croire à la nécessité de la restauration des classes rurales. Adepte juvénile des doctrines réformatrices, il voulut en poursuivre à outrance la réalisation : les jeunes gens d'ailleurs n'étaient pas les seuls qui ne comprissent rien à la reculade de Laelius, et qui la taxassent de faiblesse. Appius Claudius, ex-consul (611 de Rome (143 av. J.-C.)), ex-censeur (618 de Rome (136 av. J.C.)), l'un des plus considérables du Sénat, dans son langage passionné et puissant, apanage ordinaire des Claudiens, avait reproché aux Scipions et aux amis des Scipions l'abandon timide de leurs projets de lois agraires, d'autant plus amer, dit-on, dans son blâme, qu'il avait eu jadis Scipion Emilien pour compétiteur aux fonctions censoriales. Publius Crassus Mucianus, alors grand pontife, respecté de tous, peuple et sénat, et comme homme et comme jurisconsulte, avait parlé dans le même sens. Son frère, Publius Mucius Scaevola, le fondateur de la jurisprudence scientifique à Rome, semblait lui-même ne pas désapprouver les réformes projetées; et son opinion avait une autorité d'autant plus grande, qu'il s'était à peu près tenu en dehors des partis. Enfin pareille était la manière de voir de Quintus Metellus, le vainqueur de la Macédoine et de l'Achaïe, moins estimé encore pour ses faits de guerre, que tenu, dans sa vie privée, et dans sa vie publique, pour le modèle des moeurs et de la discipline anciennes. Tiberius Gracchus vivait côte à côte avec ces hommes illustres : Appius, surtout, dont il avait épousé la fille, et Mucianus, dont son frère était le gendre. Entreprendre de ses propres mains la réforme dès qu'il aurait pu conquérir une situation politique lui permettant l'initiative légale, tel était le dessein auquel il s'abandonnait tout entier. Plus d'un motif personnel l'y poussait d'ailleurs. Tibérius, plus âgé que son frère de neuf ans, servit d'abord en Afrique avec distinction; il monta le premier sur les murs d'une ville ennemie. On se rappelle quel rôle il avait joué devant Numance, au traité de paix conclu par Mancinus. Ce traité rédigé par lui, le Sénat l'avait déclaré nul : le général avait été livré à l'ennemi : Tiberius lui-même, avec les autres officiers de l'armée, eût subi le même sort, n'eût été la faveur dont il jouissait auprès du peuple. Devant une telle injure, sa fierté loyale s'indignait; il gardait rancune à l'aristocratie qui régnait dans Rome. Il n'était pas jusqu'aux rhéteurs, avec lesquels il discourait tous les jours sur la politique et la philosophie, Diophane de Mytilène, Gaius Blossius de Cymè, qui ne caressassent son idéal, et ne l'aidassent à prendre un corps. Ses projets transpirant au dehors, des voix approbatives se firent entendre : les encouragements lui vinrent de divers côtés; au petit-fils du grand Africain il appartenait de prendre en main la cause des pauvres et le salut de l'Italie !

En revenant de Numance, Tibérius trouva les fertiles campagnes de l'Etrurie désertes; dans Rome une multitude oisive et affamée; dans l'Italie entière, des millions d'esclaves qui songeaient à briser leurs fers. Quel remède contre ce triple mal: la misère et la dégradation du peuple, l'extension de l'esclavage, la ruine des campagnes? Un seul, peut-être: distribuer des terres à cette foule indigente, ce qui la ferait refluer de la ville vers les champs, et l'obligerait à travailler, au lieu de mendier. C'est parce que dans l'ancienne Rome il y avait peu d'esclaves et de mendiants, mais beaucoup de petits propriétaires très laborieux, que le peuple romain avait été si fort et avait fait de si grandes choses. Tibérius ne se propose rien moins que de reconstituer cet ancien peuple qui manie tour à tour la bêche et l'épée, en distribuant aux pauvres les terres qui appartiennent à l'Etat, mais que les grands avaient usurpées. C'est là ce qu'on appelle sa loi agraire.

Le 10 décembre 620 de Rome (134 av. J.-C.), Tiberius Gracchus entra en charge en qualité de tribun du peuple. Devant tous les yeux s'étalaient à nu les plaies sociales, conséquences effrayantes d'une mauvaise administration, et la décadence politique, militaire, économique et morale du peuple romain. Des deux consuls de l'année, l'un combattait sans succès contre les esclaves révoltés de Sicile; l'autre, Scipion Emilien, depuis plusieurs mois campé devant une petite ville espagnole, avait la mission, non de la vaincre, mais de l'écraser. Si Gracchus avait eu besoin d'une excitation nouvelle pour passer de la pensée à l'action, il l'eût trouvée dans les conjonctures présentes, pleines d'angoisses pour tous les bons patriotes. Son beau-père lui promettait et ses conseils et son concours : il pouvait compter sur l'appui de Scaevola, le jurisconsulte, élu la veille consul pour 621 de Rome (133 av. J.-C.).

133 av. J.C.

La loi agraire

A peine en fonctions, le peuple attendit de lui de grandes choses. Les portiques, les murs des temples et les tombeaux furent couverts d'écrits par lesquels on l'excitait à faire rendre aux pauvres les terres du domaine public. Après avoir pris conseil de son beau-père Appius, ancien consul et censeur, du grand pontife Licinius Crassus et du fameux jurisconsulte Mucius Scaevola, consul de cette année, il propose, dans une assemblée du peuple, la loi agraire.

"Que personne ne possède plus de 500 arpents (jugères) (126 ha) de terres conquises;"

"Chacun de ses fils 250 (63 ha), le tout à titre perpétuel; et garanti, sans que jamais l'allocation dépassât 1000 jugères (hect. 252); A défaut de cette maintenue partielle, le détenteur dépossédé avait droit à une compensation sur le domaine. Pour les améliorations, bâtiments et plantations incorporées, il devait aussi, ce semble, recevoir une indemnité."

"Que personne n'envoie aux pâturages publics plus de 100 têtes de gros bétail ou plus de 500 têtes de petit;"

"Que chacun ait sur ses terres un certain nombre d'ouvriers de condition libre."

Les terres domaniales rentrant ainsi dans la main de l'Etat, on les divise en lots de 30 jugères (7.560 ha); on les tire au sort; on les abandonne aux citoyens ou aux alliés italiques non en toute propriété mais à bail perpétuel et héréditaire, le nouveau propriétaire s'engageant à les tenir en culture et à payer une modique rente au trésor.

Des triumvirs, à titre de fonctionnaires réguliers et permanents dans la cité, devaient être chaque année élus par le peuple dans ses comices : ils auraient à faire exécuter le retrait territorial et le partage; chose plus importante et plus difficile encore, ils trancheraient les questions de propriété, et diraient quelles terres appartenaient au domaine de l'Etat, quelles autres à celui des particuliers. Le partage une fois commencé se devait continuer sans fin, et s'appliquer à toute la classe besogneuse. Une fois les domaines italiques épuisés, si étendus, si difficiles à délimiter et à reconstituer qu'ils fussent, il serait alors procédé à d'autres et plus amples mesures : le trésor, par exemple, aurait à verser une somme annuelle aux triumvirs, pour l'achat et le partage de nouveaux biens-fonds en Italie. Comparée aux lois Liciniennes, la loi agraire Sempronia s'en distinguait largement:
1° par ses dispositions spéciales en faveur du possesseur héréditaire;
2° par le caractère emphytéotique et l'inaliénabilité qu'elle imprimait aux possessions nouvelles;
3° et surtout par la permanence des fonctionnaires répartiteurs : à défaut de ces mesures de prévoyance, la loi ancienne, on peut le dire, avait manqué le but, et son effet n'avait pas de durée.

La guerre était déclarée aux grands domainiers, aujourd'hui, comme il y a trois siècles, principalement représentés dans le Sénat : pour la première fois depuis bien des années, on voyait un magistrat se lever seul contre le gouvernement aristocratique, et lui faire une opposition sérieuse. Les grandes familles patriciennes, détenteurs de terres publiques, seront frappées de stupeur. "On voulait donc", disaient-ils, "leur arracher les tombeaux de leurs aïeux, la dot de leurs épouses, l'héritage de leurs pères, des terres qu'ils avaient légitimement acquises à prix d'argent, qu'ils avaient améliorées, couvertes de constructions?

Et beaucoup disaient vrai, car ces terres avaient été depuis bien longtemps usurpées sur l'Etat et depuis longtemps aussi avaient passé de main en main, comme des propriétés particulières.

133 av. J.C.

Octavius

Le jour des comices venu, Tibérius monta à la tribune, et s'adressant aux riches patriciens : "Cédez quelque peu de votre richesse, si vous ne voulez pas vous voir tout ravir un jour. Eh quoi! Les bêtes sauvages ont leurs tanières, et ceux qui versent leur sang pour l'Italie ne possèdent rien que l'air qu'ils respirent! Sans toit où s'abriter, sans demeure fixe, ils errent avec leurs femmes et leurs enfants. Les généraux les trompent, quand ils les exhortent à combattre pour les temples des dieux, pour les tombeaux de leurs pères. De tant de Romains, en est-il un seul qui ait un tombeau, un autel domestique? Ils ne combattent, ils ne meurent que pour nourrir le luxe et l'opulence de quelques-uns. On les appelle les maîtres du monde, et ils n'ont pas en propriété une motte de terre."

L'aristocratie accepta le combat, et recourut aussitôt à ses armes habituelles, neutralisant le fonctionnaire par le fonctionnaire. Marcus Octavius, autre tribun et collègue de Gracchus, adversaire décidé du projet, le tenant pour mauvais en toute bonne foi, vint déclarer son intercession au moment du vote : c'était là, d'après la constitution, écarter du même coup la motion. Gracchus, à son tour, suspend le cours des affaires publiques et de la justice, et met les scellés sur les caisses du trésor : on le laisse faire, si incommode que soit la mesure, l'année tirant sur sa fin. A bout d'expédients, le tribun rapporta son projet devant le peuple : Octavius répéta son intercession. En vain son collègue et son ami, jusqu'à ce jour, le suppliait de sauver avec lui l'Italie : il lui répondit que, sur les moyens de salut pour l'Italie, on pouvait différer d'avis; mais que son droit de veto constitutionnel contre la motion d'un collègue était chose certaine, incontestable ! A ce moment, le Sénat tenta d'ouvrir à Tiberius une porte de retraite : deux consulaires lui vinrent proposer d'aller conférer de sa motion au sein de la Curie, proposition que le tribun s'empressa d'accueillir. Il en voulut tirer la conclusion que le Sénat ne repoussait plus le principe du partage agraire : en cela, il s'abusait du tout au tout. Le Sénat n'était rien moins que disposé à une telle concession : les pourparlers tournèrent court, sans résultat. Gracchus avait épuisé tous les moyens légaux. Jadis, en pareil cas, sans se rebuter, on laissait passer l'année; puis, l'année d'après, on réveillait la motion; et on la rapportait devant le peuple, tant et si bien que l'énergie de la demande de réforme et la puissance de l'opinion publique entraînaient à la fin toutes les résistances. Aujourd'hui, on allait plus vite en besogne. Gracchus se voyait arrivé à la crise suprême : abandonnerait-il la cause de la réforme ? Commencerait-il la révolution ?... Il opta pour la révolution.

"Puisque, tous deux tribuns du peuple", dit Tibérius à son collègue, "nous sommes égaux en puissance, il faut que l'un de nous deux soit déposé; prenez sur moi les suffrages." Il déclara au peuple qu'il fallait qu'Octavius ou lui sortit du collège des tribuns; et il proposa à son collègue de faire voter les comices sur le congé à donner à l'un ou à l'autre. Dans l'esprit de la constitution, destituer un magistrat n'était pas chose possible : naturellement, Octavius rejeta une proposition qui, ayant le tort de violer la loi, lui faisait en outre injure à lui-même. Aussitôt Gracchus rompt violemment : il se retourne vers le peuple, et lui demande si le tribun n'a pas forfait à sa charge, qui agit contre l'intérêt populaire ? "Eh bien, demain le peuple décidera si un tribun opposé aux intérêts qu'il doit défendre peut rester en charge." L'assemblée lui donne son plein assentiment, habituée qu'elle est depuis longtemps à dire oui sur toutes les motions, et ce jour-là composée presque en totalité de la foule des prolétaires accourus de la campagne pour prêter appui à un projet de loi d'une importance à leurs yeux capitale. Déjà dix-sept tribus sur trente-cinq avaient voté toutes pour la destitution. Tibérius veut tenter un dernier effort; il arrête les suffrages, et tenant Octavius étroitement embrassé, il le conjure, au nom de leur vieille amitié, de ne pas s'exposer à l'affront d'une destitution publique, de lui épargner à lui-même l'odieux d'une mesure si dure. Octavius fut ému de ces prières, ses yeux se remplirent de larmes, et il garda longtemps le silence; mais ses regards s'étant portés sur la foule des riches patriciens, il craignit leurs reproches et répondit : "Qu'il soit fait ainsi que le peuple le voudra." Sur l'ordre de Gracchus, les appariteurs enlèvent Marcus Octavius du banc des tribuns : la loi agraire, votée par acclamation, est saluée de cris de joie : les premiers triumvirs répartiteurs sont aussitôt nommés. Les votes proclament l'auteur même de la loi, son frère Gaius, à peine âgé de vingt ans, et son beau-père Appius Claudius. L'exécution de la loi devenait une affaire de famille. Le ressentiment de l'aristocratie s'en accrut d'autant. Quand, selon l'usage, les nouveaux fonctionnaires allèrent demander au Sénat leur indemnité d'installation et leur honoraire, leur demande fut refusée, et il ne leur fut assigné qu'un ridicule traitement de 24 as par jour. La discorde croissante alla s'envenimant. Les haines s'étendent, et de politiques deviennent personnelles. Dans toutes les cités, même parmi celles des alliés italiques, les opérations de délimitation, de retrait et de partage du domaine ne faisaient que semer la discorde. L'aristocratie avouait, sans détour, qu'elle subirait peut-être la loi, ne pouvant autrement faire; mais qu'elle voulait à tout prix se venger de celui qui, de son chef, l'avait proposée et fait voter. Quintus Pompeius déclarait que le jour où Gracchus sortirait du tribunat, il le mettrait en accusation; et cette menace n'était en aucune façon la plus violente parmi celles en tous lieux colportées. Ne s'estimant plus en sûreté dans Rome, non sans juste raison, le tribun ne se montrait plus sur la place publique sans une escorte de trois ou quatre mille hommes, ce qui lui valut en plein Sénat les reproches amers de Metellus; et pourtant Metellus n'était pas défavorable à la réforme.

134 av. J.C.

Les autres desseins de Gracchus

La loi agraire votée, Gracchus s'était cru arrivé au but : il voyait aujourd'hui qu'il n'était qu'à la première étape de sa carrière. Le peuple, assurément, lui devait reconnaissance; mais c'en était fait de lui, s'il n'avait d'autre bouclier que la reconnaissance du peuple, du jour où il ne lui serait plus indispensable, du jour où, par de nouveaux et plus vastes projets, il ne rattacherait plus de nouveaux intérêts, de nouveaux espoirs à sa cause. Sur ces entrefaites, le testament du dernier roi de Pergame vint donner aux Romains l'empire et les richesses des Attalides : aussitôt Tiberius Gracchus de demander le partage du trésor pergaménien au profit des possesseurs de terre investis de la veille, à titre de frais de premier établissement; et, contre tous les usages anciens, de revendiquer pour les citoyens le droit de statuer souverainement sur le sort de la nouvelle province. Il préparait, dit-on, encore d'autres lois populaires, le raccourcissement du service militaire; l'extension du droit de provocation; la suppression du privilège acquis aux sénateurs de sièger comme jurés en justice; et enfin l'admission des alliés italiques au droit de cité romaines ! On ne saurait dire, en vérité, jusqu'où seraient allés ses desseins. Ce qui est certain, c'est qu'il ne voyait son salut que dans la prorogation de sa charge pour une seconde année; et que, pour obtenir du peuple une telle concession, inconstitutionnelle au premier chef, il lui fallait mettre en avant réformes sur réformes. D'abord, il avait simplement voulu sauver la République; aujourd'hui, c'est de lui-même qu'il s'agit, et le sort de la République est l'enjeu de sa vie. Les tribus, se réunirent pour les élections des tribuns de l'année suivante, et leurs premières sections votèrent pour Tiberius; mais l'opposition du parti contraire fut assez forte pour que les comices dussent se séparer sans avoir rien fait : on renvoya au lendemain la suite des opérations. Gracchus mit tout en mouvement, moyens permis et moyens défendus : il se montra dans la foule en habits de deuil, recommandant ses jeunes enfants au peuple. Prévoyant le cas où ses adversaires arrêteraient encore l'élection, il avait aussi pris des mesures pour les faire chasser violemment par ses amis de l'enceinte publique des comices, qui se tenaient sous le temple capitolin. Le vote recommença donc le jour qui suivit : les voix se prononcèrent comme la veille; le parti aristocratique, de son côté, s'opiniâtrant dans sa résistance. Un grand tumulte se fit. Les citoyens se dispersent; l'assemblée électorale est dissoute forcément; le temple capitolin se ferme; on se raconte par la ville, tantôt que Tiberius a déposé tous les tribuns, tantôt qu'il est bien décidé à se continuer dans sa charge, sans réélection.


Devenez membre de Roma Latina

Inscrivez-vous gratuitement et bénéficiez du synopsis, le résumé du portail, très pratique et utile; l'accès au forum qui vous permettra d'échanger avec des passionnés comme vous de l'histoire latine, des cours de latin et enfin à la boutique du portail !

L'inscription est gratuite : découvrez ainsi l'espace membre du portail; un espace en perpétuelle évolution...

Pub


Rien de plus simple : cliquez sur ce lien : Inscription


Été 133 av. J.C.

Mort de Tibérius Gracchus

Tiberius et Caius Gracchus
Tiberius Gracchus

Le Sénat s'était réuni dans le temple de la Fidélité, tout voisin de celui de Jupiter; et les ennemis les plus acharnés de Tiberius s'y répandaient contre lui en invectives : à ce moment, il porta la main à son front, voulant faire comprendre à la multitude agitée et bruyante que sa vie était en péril. Aussitôt ceux qui luttent contre lui se récrient qu'il demande au peuple le diadème des rois. On somme le consul Scaevola de faire mettre à mort le traître; et comme Scaevola, modéré par caractère, nullement hostile d'ailleurs à la réforme agraire, repousse la motion insensée et barbare tout ensemble; Scipion Nasica, le consulaire, le plus dur et le plus fougueux des aristocrates, se lève : il invite ses amis à s'armer comme ils le pourront et à le suivre. Les électeurs ruraux n'étaient revenus en ville qu'en très petit nombre : les citoyens urbains se retirent épouvantés, en voyant se précipiter du temple tous ces hauts personnages, l'oeil enflammé, tenant levés des bâtons et des pieds d'escabeaux : Gracchus, avec la petite troupe de ses partisans, cherchait à s'enfuir. Il tombe en descendant la rampe du Capitole : atteint par un de ces furieux, - Publius Satureius et Lucius Rufus se disputèrent plus tard l'honneur d'avoir été son bourreau, - il est frappé à la tempe d'un coup de bâton, et reste sur la place, gisant aux pieds des statues des sept rois de Rome, à côté du temple de la Fidélité. Trois cents de ses partisans meurent autour de lui, comme lui assommés. Le soir venu, les cadavres sont jetés dans le Tibre : en vain Gaius Gracchus avait demandé qu'on lui rendit le cadavre de son frère ! Jamais Rome n'avait traversé d'aussi funeste journée ! La seconde crise sociale se signalait à son début par une catastrophe sanglante, dépassant tout ce qui s'était vu durant les discordes plus que séculaires des premières dissensions civiles. Dans les rangs de l'aristocratie, la terreur s'empira des meilleurs mais quoi ! Le mal était fait ! A moins d'abandonner les plus considérables du parti aux vengeances de la foule, il fallait bien accepter en masse la responsabilité de l'attentat consommé : on se résigna. On proclama officiellement que Gracchus avait aspiré à la royauté : on justifia le meurtre commis par le précédent de Servilius Ahala : une commission spéciale fut nommée pour informer contre les complices de Tiberius; et en prononçant aussi la sentence, capitale contre de nombreux Romains de condition infime, son président, le consul Publius Popilius, prendra soin d'imprimer le sceau d'une sorte de légalité rétroactive à l'assassinat du champion populaire (622 de Rome (132 av. J.-C.)). Nasica, principalement en butte à la fureur du peuple, avait au moins le courage de ses actes : il les confessait et s'en vantait tout haut : on l'envoie en Asie sous un prétexte honorable; et bientôt, pendant son absence, il sera nommé pontife suprême (624 de Rome (130 av. J.C.)). Ici encore, les modérés ne se séparèrent pas de leurs collègues. Gaius Laelius prit part à l'information contre les fauteurs de Gracchus : Publius Scaevola, celui-là même qui avait voulu empêcher le meurtre, s'en fit plus tard l'avocat en plein Sénat : enfin, Scipion Emilien, à son retour d'Espagne (622 de Rome (132 av. J.C.)), invité lui-même à s'expliquer publiquement, et à dire s'il approuvait ou non le supplice, infligé à son beau-frère, ne répondit que par une équivoque, déclarant que Tiberius avait été justement mis à mort, s'il avait vraiment visé à se faire roi.

En instituant un collège de fonctionnaires, avec mission d'arrêter la décroissance continue de la population rurale par la création quotidienne, aux frais de l'Etat, de nouvelles parcelles agraires, on mettait assez à nu l'une des plaies du système économique : mais, dans les circonstances politiques et sociales actuelles, l'entreprise était utile et bien conçue. Le partage des domaines n'était pas en soi une affaire de parti; on le pouvait mener jusqu'à la dernière motte de terre, sans toucher le moins du monde à la constitution; sans ébranler le régime aristocratique. De même, le droit existant n'en recevait nulle atteinte. La propriété des domaines appartenait à l'Etat, c'était chose reconnue : investi précairement, le détenteur eût été, le plus souvent, mal fondé à invoquer la possession de bonne foi, à titre de propriétaire; et, l'eût-il pu faire, en un cas exceptionnel, qu'on l'aurait aussitôt repoussé par le moyen de l'imprescriptibilité du domaine public, suivant la loi romaine. Le partage des terres n'était qu'un mode d'user de la propriété, loin d'en être la suppression; les juristes se montraient unanimes dans leur opinion sur la légalité de l'opération. Mais, la constitution et le droit sauvegardés, était-ce une tentative bien politique que cette revendication du domaine au nom de l'Etat ? On ne pouvait le nier, depuis trois siècles, la plupart des domaines occupés s'étaient transmis dans les familles à titre héréditaire et privé; le signe de la propriété publique, plus facile à effacer, de sa nature, que celui de la propriété privée, avait totalement disparu; et les détenteurs actuels tenaient leur investiture ou d'un contrat de vente, ou de tel autre contrat onéreux. Les personnages influents du siècle de Caton en avaient jugé ainsi, comme le prouve un fait qui se passa de leur vivant. On se souvient que les territoires de Capoue et des villes voisines avaient été annexés au domaine, en 543 de Rome (211 av. J.-C.). Là, durant les temps de troubles et de calamités qui suivirent, presque partout le domaine privé s'était substitué à la propriété de l'Etat. Mais, dans les dernières années du VIe siècle, quand, sous l'incitation et par l'influence de Caton, principalement, on tenta partout de serrer les rênes, une décision du peuple ordonna la reprise des terres de Campanie, et leur amodiation au profit du Trésor (582 de Rome (172 av. J.-C.)). Les possesseurs ne produisaient pas de titre formel et préalable : la connivence des autorités avait favorisé leur occupation, qui ne s'était guère continuée plus d'un siècle; et pourtant on ne les déposséda que contre indemnité payée sur les fonds du Trésor par le préteur urbain Publius Lentulus (consul en 589 de Rome1 (165 av. J.C.)), et de l'ordre exprès du Sénat. Pour comporter des dangers moindres, la condition emphytéotique et l'inaliénabilité imposées aux nouvelles assignations n'en avaient pas moins leurs inconvénients sérieux. Rome avait dû sa grandeur au principe essentiellement libre de son commerce intérieur et extérieur; or, c'était aller contre le génie de ses institutions, que d'imposer d'en haut aux classes rurales nouvellement établies sur les lotissements fonciers des méthodes et des modes fixes d'exploitation, que de les placer, elles aussi, sous le coup d'un droit de retrait, que de les enserrer dans les étroites gênes du système économique ci-dessus décrit.

1. Ce fait, incomplètement révélé par Cicéron (de leg. agrar., II, 30; cf. Tite-Live, 42, 19), est aujourd'hui confirmé par un passage des fragments de Granius Licinianus (an 592 (-162)). Il est facile de concilier les deux sources. Lentulus expropria les simples possesseurs moyennant somme d'argent arbitrée par lui; mais, au regard des propriétaires sérieux (dont parle Cicéron), il ne fit rien de pareil : sa mission ne les concernait pas; et ceux-ci, d'une autre part, ne consentirent pas à vendre leurs terres.

Livret :

  1. Les Gracques dans la boutique de Roma Latina

Liens externes :

  1. Première guerre servile de l'encyclopédie libre Wikipédia
  2. Les guerres serviles de l'histoire des civilisations européennes, www.hist-europe.fr
  3. Question agraire à Rome de l'encyclopédie libre Wikipédia
  4. Agriculture de la Rome antique de l'encyclopédie libre Wikipédia
  5. Gracques de l'encyclopédie libre Wikipédia
  6. Ager publicus de l'encyclopédie libre Wikipédia
  7. Ager romanus de l'encyclopédie libre Wikipédia
Page précédente                                                                         haut de page                                                                         Page suivante