Se connecter      Inscription        
 
  Les Bulgares, les Hongrois et la monarchie des Russes

680-1100



Sources historiques : Edward Gibbon




680

La migration des Bulgares

Une victoire des Byzantins sur les Bulgares
Une victoire des Byzantins sur les Bulgares

Sous le règne de Constantin, petit-fils d'Héraclius, un nouvel essaim de Barbares détruisit à jamais cette ancienne barrière du Danube, renversée et rétablie si souvent. Leurs progrès furent, par hasard, et sans qu'ils s'en doutassent, favorisés par les califes. Les légions romaines étaient occupées en Asie; et après la perte de la Syrie, de l'Egypte et de l'Afrique; les Césars se virent deux fois réduits au danger et à la honte de défendre leur capitale contre les Sarrasins. Soit en Orient ou en Occident, soit dans leurs guerres ou leur religion, leurs progrès dans les sciences, leur prospérité ou leur déclin, les Arabes sollicitent de toutes parts notre curiosité. On peut attribuer à leurs armes-le premier renversement de l'Eglise et de l'empire grec, et les disciples de Mahomet tiennent encore le sceptre civil et religieux des nations de l'Orient. Mais ce serait un sujet peu digne du même travail que l'histoire de ces essaims de peuples sauvages, qui dans l'intervalle du septième au douzième siècle; descendirent des plaines de la Scythie, soit en torrents passagers ou par une suite de migrations. Leurs noms sont barbares; leur origine est incertaine; on n'est instruit de leurs actions que d'une manière confuse : gouvernés par une superstition aveugle et conduits par une valeur brutale, ils n'offraient dans la monotonie de leur vie publique et de leur vie privée ni la douceur de l'innocence ni les lumières de la politique. Leurs attaques désordonnées vinrent échouer contre le trône de Byzance; la plus grande partie de ces hordes a disparu sans laisser de traces, et leurs restes gémissent et gémiront peut-être encore longtemps sous le joug d'un tyran étranger. Dans l'histoire antique 1° des Bulgares, 2° des Hongrois, et 3° des Russes, les traits qui méritent d'être conservés; l'histoire 4° des conquêtes des Normands (Vikings), et 5° de la monarchie des Turcs, nous conduirons naturellement aux croisades et à la double chute de la ville et de l'empire de Constantin.

(Migration des Bulgares) Dans le cours de sa marche vers l'Italie, Théodoric, roi des Ostrogoths, avait passé sur le corps des Bulgares. Après cette défaite, le nom de Bulgare et le peuple lui-même disparurent durant un siècle et demi, et il y a lieu de croire que ce fut par de nouvelles colonies formées sur les rives du Borysthène, du Tanaïs ou du Volga, que fut de nouveau répandue en Europe cette dénomination, ou une dénomination à peu près semblable. Un roi de l'ancienne Bulgarie, étant au lit de la mort, donna à ses cinq fils une dernière leçon de modération et de concorde. Les jeunes princes la reçurent comme la jeunesse reçoit toujours les avis de la vieillesse et de l'expérience : ils enterrèrent leur père; ils partagèrent ses sujets et ses troupeaux, ils oublièrent ses conseils. Ils se séparèrent : se mettant à la tête de leur horde, ils cherchèrent fortune chacun de leur côté, et nous retrouvons bientôt le plus aventureux au coeur de l'Italie; sous la protection de l'exarque de Ravenne : mais le cours de la migration se dirigea ou fut entraîné vers la capitale de l'empire. La Bulgarie moderne, sur la rive méridionale du Danube, reçut alors le nom et la forme qu'elle conserve encore aujourd'hui. Ces peuplades acquirent, par la guerre ou les négociations, les provinces romaines de Dardanie, de Thessalie, et des deux Epires. Elles enlevèrent la suprématie ecclésiastique à la ville qui avait donné le jour à Justinien; et à l'époque de leur prospérité, la ville obscure de Lychnidus ou d'Achrida devint la résidence de leur roi et de leur patriarche. D'après une preuve incontestable, celle qu'on tire de la langue; on est sûr que les Bulgares descendent de la dynastie primitive des Esclavons, où, s'il faut parler d'une manière plus exacte des Slavons, et que les peuplades des Serviens, des Bosniens, des Rasciens, des Croates, des Valaques, sorties de la même origine, etc., virent les drapeaux ou l'exemple de la tribu principale. Ces diverses tribus se dispersèrent sur les terres qui se trouvent entre l'Euxin et la mer Adriatique, dans l'état de captives ou de sujettes, d'alliées ou d'ennemies de l'empire grec; et leur nom générique de Slaves, qui désignait la gloire corrompu par le hasard ou la malveillance, ne désigne plus que la servitude. Parmi ces colonies, les Chrobatiens ou les Croates, faisant aujourd'hui partie d'une armée autrichienne, descendent d'un peuple puissant, vainqueur et souverain de la Dalmatie. Les villes maritimes, et entre autres la naissante république de Raguse, implorèrent le secours et les avis de la cour de Byzance. Basile eut assez de grandeur d'âme pour leur conseiller de ne réserver à l'empire romain qu'un léger témoignage de leur fidélité, et d'apaiser par un tribut annuel la fureur de ces invincibles Barbares. Onze zoupans, ou propriétaires de grands fiefs, se partageaient le royaume de Croatie, et leurs forces réunies formaient une armée de soixante mille cavaliers et de cent mille fantassins. Une longue côte de mer, coupée de vastes ports, couverte par une chaîne d'îles, et presqu'à la vue des rivages de l'Italie, excitait à la navigation les naturels et les étrangers. Les chaloupes ou les brigantins des Croates étaient construits sur le modèle des embarcations des premiers Liburniens : cent quatre-vingts navires donnent l'idée d'une marine imposante; mais nos marins ne pourront s'empêcher de sourire en entendant parler de ces vaisseaux de guerre dont l'équipage se composait de dix, vingt ou quarante hommes. On s'accoutuma peu à peu à les employer plus honorablement à l'usage du commerce : cependant les pirates esclavons étaient toujours en grand nombre et dangereux; et ce n'est que sur la fin du dixième siècle que la république de Venise s'assura la liberté et la souveraineté du golfe. Les ancêtres de ces rois dalmates étaient aussi étrangers à l'usage qu'à l'abus de la navigation, ils habitaient la Croatie Blanche, l'intérieur de la Silésie et de la Petite-Pologne; à trente journées de la mer Noire, selon les calculs des Grecs.

640-1017

Premier royaume des Bulgares

La gloire des Bulgares a été de peu de durée et de peu d'étendue. Aux neuvième et dixième siècles, ils régnaient au Sud du Danube mais les nations plus puissantes, dont l'émigration avait suivi la leur, les empêchèrent de retourner au Nord, ou de faire des progrès vers l'Occident. Au reste, dans la liste obscure de leurs exploits ils peuvent en citer dont l'honneur avait été jusque-là réservé aux Goths, celui d'avoir tué dans une bataille un des successeurs d'Auguste et de Constantin. L'empereur Nicéphore avait perdu sa réputation dans la guerre d'Arabie; il perdit la vie dans la guerre des Esclavons. Au commencement de la campagne il avait pénétré avec hardiesse et avec succès au centre de la Bulgarie, et avait brûlé la cour royale, qui, selon toute apparence, n'était qu'un édifice et un village de bois; mais tandis qu'il était occupé au butin et se refusait à toutes les négociations, ses ennemis reprirent courage et réunirent leurs forces; ils mirent à sa retraite des barrières insurmontables, et on entendit Nicéphore tremblant s'écrier : Hélas ! hélas ! à moins de nous servir d'ailes comme les oiseaux, il ne nous reste aucun moyen de nous sauver. Il attendit son sort pendant deux jours, dans l'inaction du désespoir; mais le matin du troisième, les Bulgares surprirent son camp, et l'empereur, ainsi que les grands officiers de l'empire, furent massacrés dans leurs tentes. Le corps de Valens n'avait pas essuyé d'outrages : la tête de Nicéphore fut exposée sur une pique, et son crâne enchâssé dans de l'or fut souvent rempli de vin au milieu des orgies de la victoire. Les Grecs déplorèrent l'humiliation du trône; mais ils reconnurent la juste punition de l'avarice et de la cruauté. La coupe dont on vient de parler annonçait toute la barbarie des Scythes; mais avant la fin de ce même siècle, ces moeurs sauvages furent adoucies par un commerce paisible avec les Grecs, la possession d'un pays cultivé, et l'introduction du christianisme; les nobles de Bulgarie furent élevés dans les écoles et le palais de Constantinople, et Siméon, jeune prince de la famille royale, fut instruit dans la rhétorique de Démosthènes et la logique d'Aristote.

(888-927 ou 932) Il quitta la vie monastique pour les fonctions de roi et de guerrier; et sous son règne, qui fut de plus de quarante ans, les Bulgares prirent leur place parmi les puissances du monde civilisé. Les Grecs, qu'il attaqua à diverses reprises, cherchèrent à s'en consoler en l'accablant des reproches de perfidie et de sacrilège. Ils achetèrent les secours des Turcs alors païens; mais Siméon, après avoir perdu une bataille contre eux, répara ce malheur dans une seconde affaire, et remporta la victoire à une époque où l'on regardait comme un bonheur d'échapper aux coups de cette formidable nation. Il vainquit, réduisit en captivité, dispersa la tribu des Serviens; et ceux qui parcoururent le territoire de cette nation avant qu'on l'eut repeuplée, n'y purent découvrir que cinquante vagabonds sans femmes ni enfants, et qui tiraient de la chasse une subsistance précaire. Les Grecs essuyèrent une défaite sur les rives de l'Achéloüs, si célèbres dans les auteurs classiques; la corne du dieu fut brisée par la vigueur de l'Hercule barbare. Siméon forma le siège de Constantinople; et, dans une conférence avec l'empereur, lui dicta les conditions de la paix. Ils ne se rencontrèrent qu'avec toutes les précautions de la méfiance; la galère royale fut amarrée à une plateforme bien fortifiée qu'on avait élevée pour cette occasion, et le Barbare se piqua d'égaler en pompe la majesté de la pourpre. Etes-vous chrétien ? lui dit humblement Romanus, vous devez vous abstenir du sang de vos frères. Est-ce la soif des richesses qui vous a fait renoncer aux biens de la paix ? Remettez votre épée dans son fourreau; ouvrez la main et je comblerai vos plus avides désirs. Une alliance domestique fut le sceau de la réconciliation : la liberté du commerce entre les deux peuples fut accordée ou rétablie; on assura les premiers honneurs de la cour aux alliés de la Bulgarie, de préférence aux ambassadeurs des ennemis et des étrangers, et les princes bulgares obtinrent le titre pompeux de basileus ou d'empereur, sujet de haine et d'envie.

(950) Mais cette bonne intelligence ne fut pas de longue durée : les deux nations reprirent les armes à la mort de Siméon; ses faibles successeurs se divisèrent et s'anéantirent; et au commencement du onzième siècle, Basile II, né dans la pourpre, mérita le surnom de Vainqueur des Bulgares. Un trésor de dix mille livres d'or qu'il trouva dans le palais de Lychnidus satisfit, à quelques égards, son avarice. Il exerça froidement une vengeance cruelle et raffinée contre quinze mille captifs, qui n'avaient commis d'autre crime que celui de défendre leur pays. On leur creva les yeux; mais sur chaque centaine de captifs qu'on rendit aveugles, on laissa un oeil à l'un d'entre eux, afin qu'il pût conduire les autres aux pieds de leur monarque. On dit que le roi des Bulgares expira de saisissement et de douleur : ce terrible exemple épouvanta ses sujets; on les chassa de leur établissement, et on les resserra dans un canton peu étendu. Ceux des chefs qui survécurent à ce désastre recommandèrent à leurs enfants la patience et la vengeance.

884

Migration des Turcs et des Hongrois

Lorsque le noir essaim des Hongrois se montra la première fois prêt à tomber sur l'Europe, environ neuf siècles après l'ère du christianisme, les nations, troublées par la frayeur et la superstition, les prirent pour le Gog et le Magog de l'Ecriture, pour des signes et des avant-coureurs de la fin du monde. Depuis que la littérature s'est introduite parmi eux, ils ont recherché les anciens monuments de leur histoire avec une ardeur de curiosité patriotique qui mérite des éloges. Ils ont reçu les lumières d'une sage critique, et ne peuvent plus se laisser amuser par une vaine généalogie qui les fait descendre d'Attila et des Huns; mais ils s'affligent de ce que leurs premières archives ont péri dans la guerre des Tartares; en sorte, qu'on a oublié dès longtemps le sens vrai ou fabuleux de leurs chansons rustiques, et qu'on est réduit à concilier péniblement les restes d'une chronique grossière avec les détails publiés par l'empereur qui a écrit sur l'administration et la géographie de l'empire grec. Magiar était le véritable nom des Hongrois, celui qu'ils se donnaient à eux-mêmes, et sous lequel ils étaient connus en Orient. Les Grecs les distinguaient des autres tribus de la Scythie, par le nom particulier de Turcs, comme étant issus de cette nation imposante, qui avait conquis et gouverné tous les pays situés entre la Chine et le Volga. La peuplade figée dans la Pannonie avait des rapports de commerce et d'amitié avec les Turcs établis à l'Orient sur les frontières de la Perse; on comptait trois siècles et demi depuis son émigration, lorsque les missionnaires du roi de Hongrie découvrirent près des bords du Volga et reconnurent la patrie de leurs ancêtres. Ils furent accueillis par des idolâtres qui portaient encore le nom de Hongrois, conversèrent avec eux dans leur langue, se rappelèrent une tradition qui leur était restée du départ d'un certain nombre de leurs compatriotes depuis longtemps perdus poux eux, et entendirent avec étonnement la merveilleuse histoire de leur nouveau royaume et de leur nouvelle religion. Les liens du sang donnèrent une nouvelle ardeur au zèle du prosélytisme. Un des plus grands princes qu'ait eu la peuplade établie en Europe forma le dessein généreux, mais inutile, de transplanter dans les déserts de la Pannonie cette horde hongroise de la Tartarie. Ils furent chassés de ce berceau de leur lignée, et poussés vers l'Occident par la guerre ou la fantaisie de quelques hordes, par le poids des tribus plus éloignées, qui, venues du fond de l'Asie, s'emparaient dans leur fuite des pays qui se rencontraient sur leur chemin. La raison ou la fortune dirigea leur course vers les frontières de l'empire romain; ils s'arrêtèrent comme de coutume sur les bords des grandes rivières, et on a découvert sur le territoire de Moscou, de Kiow (Kiev) et de la Moldavie, des vestiges de leur séjour momentané. Dans ces longs et différents voyages, ils n'échappèrent pas toujours à la domination du plus fort; le mélange d'une lignée étrangère améliora ou corrompit la pureté de leur sang; plusieurs tribus des Chozares s'associèrent de force ou volontairement à leurs anciens vassaux; elles introduisirent parmi eux l'usage d'un second idiome, et la réputation de leur valeur leur obtint, dans l'ordre de bataille, le poste le plus honorable. Les troupes des Turcs et de leurs alliés formaient sept divisions militaires d'égale force : chaque division comptait trente mille huit cent cinquante-sept guerriers; et en calculant le nombre des femmes, des enfants et des serviteurs, d'après la proportion ordinaire, on trouvera au moins un million d'émigrants. Sept vayvodes ou chefs héréditaires dirigeaient les affaires publiques; mais leurs discordes et la faiblesse de leur administration firent sentir la nécessité du gouvernement plus simple et plus vigoureux d'un seul. Le sceptre, refusé par le modeste Lebédias, fut accordé à la naissance et au mérite d'Almus et de son fils Arpad : le peuple jura d'obéir à son prince, le prince jura de consulter le bonheur et la gloire de son peuple, et l'autorité du suprême khan des Chozares confirma cet engagement.

(Leur origine finnique) Ces détails pourraient suffire, si la pénétration des savants modernes n'avait pas ouvert à nos regards un nouveau et plus vaste champ de connaissances sur l'histoire des anciens peuples. La langue des Hongrois se distingue seule et comme une langue isolée parmi les dialectes esclavons; mais elle a une affinité sensible et intime avec les idiomes de la lignée finnique, peuple sauvage qu'on ne connaît plus et qui occupait autrefois les régions septentrionales de l'Asie et de l'Europe. Leur dénomination primitive de Ugri ou Igours se retrouve sur la frontière occidentale de la Chine; des monuments tartares prouvent leur transplantation sur les bords de l'Irtish; on aperçoit un nom et un idiome semblables dans les parties méridionales de la Sibérie, et les restes des tribus finniques sont épars de loin en loin sur un grand espace depuis la source de l'Obi jusqu'aux côtes de la Laponie. Les armes et la liberté ont toujours été les passions dominantes, mais trop souvent malheureuses, des Hongrois, doués par la nature de la force du corps et de celle de l'âme.

900

Tactique et moeurs des Hongrois et des Bulgares

L'auteur de la Tactique, l'empereur Léon, observe que toutes les hordes de la Scythie se ressemblaient dans leur vie pastorale et militaire, qu'elles employaient toutes les mêmes moyens de subsistance, et faisaient usage des mêmes instruments de destruction; mais il ajoute que les deux nations des Bulgares et des Hongrois étaient supérieures aux autres et se ressemblaient par les grossiers perfectionnements qui se faisaient remarquer dans leur discipline, et leur gouvernement : cette affinité détermine Léon à confondre ses amis et ses ennemis dans un même tableau, qui revoit encore de l'énergie de quelques traits empruntés aux auteurs contemporains. Si l'on excepte les prouesses et la gloire militaire, ces Barbares jugeaient vil et digne de mépris tout ce qu'estiment les hommes : l'orgueil du nombre et le sentiment de la liberté excitaient encore leur violence naturelle. Leurs tentes étaient de cuir; ils se couvraient de fourrures; ils coupaient leurs cheveux et se tailladaient le visage; ils parlaient avec lenteur, ils agissaient avec promptitude, ils violaient effrontément les traités : ainsi que tous les Barbares, trop ignorants pour sentir l'importance de la vérité, et trop orgueilleux pour nier ou pallier l'infraction à leurs engagements les plus solennels. On a loué leur simplicité, mais ils ne s'abstenaient que d'un luxe qu'ils ne connaissaient pas; ils convoitaient tout ce qui frappait leurs regards; insatiables dans leurs désirs ils n'avaient d'industrie que celle du brigandage et du vol. Cette peinture d'une nation de pasteurs renferme tout ce qu'on pourrait donner de détails plus étendus sur les moeurs, le gouvernement et la manière de faire la guerre de toutes les peuplades qui se trouvent au même degré de civilisation : j'ajouterai que les Hongrois devaient à la pêche et à la chasse une partie de leur subsistance, et que, puisqu'on a observé qu'ils cultivaient rarement la terre, il faut que du moins dans leurs nouveaux établissements ils aient tenté quelques informes et légers essais d'agriculture. Dans leurs migrations, et peut-être dans leurs expéditions guerrières, on voyait à la suite de l'armée des milliers de moutons et de boeufs qui formaient un nuage de poussière effrayant, et entretenaient dans la horde une salutaire et constante abondance de lait et de nourriture animale. Le premier soin du général était pour l'abondance des fourrages; et dès que les troupeaux étaient assurés de leur pâture, les guerriers, pleins de courage, devenaient insensibles au danger et à la fatigue. La confusion de leur camp, ou, sur un vaste espace, les hommes et le bétail étaient dispersés pêle-mêle aurait pu les exposer à des surprises nocturnes, si les alentours n'eussent été gardés par leur cavalerie légère, toujours en mouvement pour épier et différer l'approche de l'ennemie. Après avoir fait quelques expériences des usages militaires des Romains, ils adoptèrent l'épée et la lance, le casque du soldat et l'armure du cheval; mais l'arc usité dans la Tartarie fût toujours leur arme principale. Leurs enfants et leurs esclaves étaient exercés dès leurs premières années à lancer le trait et à manier un cheval; leur bras était vigoureux et leur coup d'oeil sûr; au milieu de la course la plus rapide ils savaient se retourner en arrière et remplir l'air d'une grêle de dards. Ils se montraient également redoutables dans une bataille rangée, dans une embuscade, dans la fuite ou dans la poursuite : les premières lignes gardaient une apparence d'ordre; mais elles étaient jetées en avant par l'impulsion des corps qui se trouvaient sur le derrière, et qui se précipitaient avec impatience du côté de l'ennemi. Après avoir mis des guerriers en déroute, ils les poursuivaient tête baissée, à toute bride, et en poussant des cris affreux; s'ils prenaient la fuite eux-mêmes dans un moment de terreur réelle ou simulée, l'ardeur des troupes qui se croyaient victorieuses était réprimée et châtiée par les subites évolutions qu'ils savaient former, au milieu de la course la plus rapide et la plus désordonnée. Ils poussèrent l'abus de la victoire à des excès qui étonnèrent l'Europe, encore dans l'angoisse des coups que lui avaient portés les Sarrasins et les Danois; ils demandaient rarement quartier, et l'accordaient plus rarement encore : on accusait les deux sexes d'être inaccessibles à la pitié; ils passaient pour boire le sang et manger le coeur des vaincus, et leur goût pour la chair crue semblait appuyer ce conte populaire. Cependant les Hongrois n'étaient pas étrangers à ces principes d'humanité et de justice que la nature inspire à tous les hommes. Ils avaient des lois et des châtiments établis contre les crimes publics et particuliers; et le larcin, le plus séduisant des crimes dans un camp ouvert où tout reposait sur la confiance publique, était aussi puni comme le plus dangereux. Il se trouvait d'ailleurs parmi les Barbares un assez grand nombre d'individus dont les vertus naturelles suppléaient pour eux aux lois en perfectionnant leurs moeurs, qui remplissaient les devoirs de la vie sociale, et en éprouvaient toutes les affections.

889-924

Etablissement et incursions des Hongrois

(889) Les hordes turques, après avoir longtemps erré, tantôt mises en fuite et tantôt victorieuses, s'approchèrent des frontières communes de l'empire des Francs et de l'empire grec. Leurs premières conquêtes et leurs établissements définitifs s'étendirent des deux côtés du Danube au-dessus de Vienne, au-dessous de Belgrade, et au-delà des bornes de la province romaine de Pannonie ou du royaume moderne de la Hongrie. Sur ce vaste et fertile territoire étaient répandus les Moraves, tribu d'Esclavons, qu'ils repoussèrent et resserrèrent dans l'enceinte d'un petit canton. L'empire de Charlemagne s'étendait, du moins de nom, jusqu'aux confins de la Transylvanie; mais, après l'extinction de sa lignée légitime, les ducs de la Moravie cessèrent de rendre obéissance et tribut aux monarques de la France orientale. Le bâtard Arnolphe se laissa entraîner, par le ressentiment, à demander le secours des Turcs : ils se précipitèrent à travers les barrières que leur avait ouvertes son imprudence, et on a justement reproché à ce roi de la Germanie d'avoir trahi les intérêts de la société civile et ecclésiastique des chrétiens.

(900) Durant la vie d'Arnolphe, la reconnaissance ou la crainte arrêta les Hongrois; mais, dans l'enfance de Louis, son fils et son successeur, ils découvrirent et envahirent la Bavière; et telle était leur diligence tout à fait scythe, qu'en un jour ils enlevaient et consommaient la dépouille d'un terrain de cinquante milles de circonférence. A la bataille d'Augsbourg, les chrétiens conservèrent l'avantage jusqu'à la septième heure de la journée; mais ils furent ensuite surpris et vaincus par la fuite simulée de la cavalerie turque. L'incendie se répandit sur les provinces de la Bavière, de la Souabe et de la Franconie; et les Hongrois, en obligeant les plus puissants d'entre les barons à discipliner leurs vassaux et à fortifier leurs châteaux, furent les premiers moteurs de l'anarchie. C'est à cette époque désastreuse qu'on place l'origine des villes murées : l'éloignement ne garantissait pas d'un ennemi qui presque au même instant réduisait en cendres le monastère de Saint-Gall en Suisse, et la ville de Brême, située sur les côtes de l'Océan septentrional. L'empire ou le royaume d'Allemagne fut soumis plus de trente ans à l'humiliation du tribut, et toute résistance céda à la menace que firent les Hongrois de traîner en captivité les enfants et les femmes, et d'égorger tous les mâles qui auraient plus de dix ans. Je ne puis ni ne désire, suivre les Hongrois au-delà du Rhin; j'observerai seulement avec surprise, que les provinces méridionales de la France se ressentirent de l'orage, et que l'approche de ces redoutables étrangers effraya l'Espagne derrière ses Pyrénées.

(904) Le voisinage de l'Italie avait attiré leurs premières incursions; mais de leur camp de la Brenta ils virent avec quelque terreur la force et la population apparentes de la contrée, qu'ils venaient de découvrir. Ils sollicitèrent la permission de se retirer; le roi d'Italie rejeta leur demande avec orgueil : son obstination et sa témérité coûtèrent la vie à vingt mille chrétiens. De toutes les villes de l'Occident, Pavie, siège du gouvernement, était la plus célèbre par son éclat, et Rome elle-même ne l'emportait que par la possession des reliques des apôtres.

(914) Les Hongrois parurent, et Pavie fut en flammes; ils réduisirent en cendres quarante-trois églises, massacrèrent les habitants, et n'épargnèrent qu'environ deux cents misérables qui, selon les vagues exagérations des contemporains, payèrent leur rançon de quelques boisseaux d'or et d'argent tirés des ruines fumantes de leur patrie. Tandis que les Hongrois partaient chaque année du pied des Alpes, pour faire des incursions aux environs de Rome et de Capoue, les églises qui n'avaient pas encore été détruites par les Barbares retentissaient de cette lamentable litanie : Sauvez-nous et délivrez-nous des traits des Hongrois; mais les saints furent sourds ou demeurèrent inexorables, et le torrent ne s'arrêta qu'à l'extrémité de la Calabre. Les vainqueurs consentirent à composer pour la rançon de chaque individu de l'Italie, et dix boisseaux d'argent furent versés dans le camp des Turcs; mais la fausseté est l'adversaire qu'on oppose naturellement à la violence, et on trompa les voleurs dans le nombre des contribuables et dans le titre du métal. Du côté de l'Orient, les Hongrois eurent à combattre à forces égales et avec un succès douteux, les Bulgares, à qui leur religion ne permettait pas de s'allier à des païens, et qui, par leur position, servaient de barrière à l'empire de Byzance.

(924) Cette barrière fut renversée; l'empereur de Constantinople vit flotter, devant ses yeux les drapeaux des Turcs, et un de leurs plus audacieux guerriers osa frapper la porte d'or d'un coup de sa hache de bataille. L'adresse et les trésors des Grecs détournèrent l'assaut; mais les Hongrois purent se vanter d'avoir assujetti à un tribut la valeur de la Bulgarie et la majesté des Césars. Les opérations de cette campagne furent si rapides et d'une telle étendue, qu'elles exagèrent à nos yeux la force et le nombre des Turcs; mais leur courage n'en mérite que plus d'éloges, car un corps de trois ou quatre cents cavaliers entreprit et exécuta souvent des courses jusqu'aux portes de Thessalonique et de Constantinople. A cette époque désastreuse des neuvième et dixième siècles, l'Europe se vit assaillie du côté du Nord, du côté de l'Orient et du côté du midi; plusieurs cantons furent ravagés tour à tour par les Normands, les Hongrois et les Sarrasins, et Homère aurait pu comparer ces sauvages ennemis à deux lions grondant sur le corps déchiré d'un cerf.

934

Victoire de Henri l'Oiseleur

L'Allemagne et la chrétienté durent leur délivrance, à deux princes saxons, Henri l'Oiseleur et Othon le Grand, qui, dans deux batailles mémorables, abattirent pour toujours la puissance des Hongrois. Le brave Henri était malade lorsqu'il apprit la nouvelle de l'invasion : oubliant sa faiblesse, il se mit à la tête des troupes; son esprit conservait toute sa vigueur, et ses mesures furent suivies du succès. Mes camarades, dit-il à ses soldats, le matin du combat; gardez vos rangs, recevez sur vos boucliers les premiers traits des païens, et avant qu'ils n'en puissent faire une seconde décharge, courez sur eux rapidement la lance à la main. Ils obéirent et furent victorieux. Dans un siècle d'ignorance, Henri recourut aux beaux-arts pour perpétuer son nom, et les peintures historiques du château de Mersebourg nous ont transmisses traits ou du moins les actions qui font connaître son caractère. Vingt ans après, les enfants des Turcs tombés sous ses coups envahirent les Etats de son fils; et selon les calculs les plus modérés, leur armée était composée de cent mille cavaliers.

955

Victoire d'Othon le Grand

Ils furent excités par les factions de l'empire d'Allemagne; profitant des passages ouverts par des traîtres, ils pénétrèrent fort au-delà du Rhin et de la Meuse, jusque dans le coeur de la Flandre. Mais la vigueur et la prudence d'Othon dissipèrent la conjuration; les princes du corps germanique sentirent que s'ils ne demeuraient pas fidèles les uns aux autres, ils perdraient infailliblement leur religion et leur pays, et les forces de toute la nation se rassemblèrent dans la plaine d'Augsbourg : elles marchèrent et combattirent en huit légions, selon le nombre des provinces et des tribus; la première la seconde et la troisième étaient composées de Bavarois; la quatrième de Franconiens; la cinquième de Saxons commandés par leur monarque; la sixième et la septième, d'habitants de la Souabe; et la huitième, composée de mille Bohémiens, faisait l'arrière-garde de l'armée. Les moyens de la superstition, qui, en pareil cas, peuvent être regardés comme honorables et salutaires, s'unirent aux ressources de la discipline et de la valeur; les soldats se purifièrent par le jeûne; le camp fut rempli des reliques des saints et des martyrs; le héros chrétien ceignit l'épée de Constantin, s'arma de l'invincible lance de Charlemagne, et fit flotter dans les airs la bannière de saint Maurice, préfet de la légion thébaine. Mais il comptait en particulier sur la sainte lance, dont la pointe avait été forgée avec les clous de la vraie croix, et que son père avait arrachée au roi de Bourgogne, en le menaçant de la guerre et en lui donnant une province. On croyait que les Hongrois attaqueraient de front mais ils passèrent secrètement le Lech, rivière de la Bavière qui tombe dans le Danube, tournèrent les derrières de l'armée chrétienne, pillèrent le bagage et mirent en désordre les légions de la Bohême et de la Souabe. Les Franconiens rétablirent le combat; leur duc, le brave Conrad, fut percé d'un trait dans un moment où il s'était retiré du champ de bataille pour goûter quelque repos. Les Saxons combattirent sous les yeux de leur roi, et sa victoire surpassa, par ses difficultés et par ses suites, les triomphes des deux derniers siècles. Lés Hongrois perdirent encore plus de monde dans la fuite que dans l'action; ils étaient environnés des fleuves de la Bavière, et leurs cruautés passées ne leur laissaient aucun espoir de miséricorde. Trois de leurs princes, tombés entre les mains des vainqueurs, furent pendus à Ratisbonne; on mutila ou on égorgea les autres prisonniers; et les fuyards qui osèrent retourner auprès de leurs compatriotes, y vécurent pauvres et déshonorés. Cependant cet échec avait abattu le courage et l'orgueil de la nation : on fortifia d'un fossé et d'un rempart les passages les plus accessibles de la Hongrie.

(972) L'adversité inspira à ce peuple des pensées de modération et de paix : les dévastateurs de l'Occident se soumirent à mener une vie sédentaire, et un prince éclairé apprit à la génération suivante tout ce qu'elle pouvait gagner par la culture et l'échange des productions d'un sol fertile. La dynastie primitive, le sang turc ou finnique, se mêla à de nouvelles colonies d'origine scythe ou esclavonne : des milliers de captifs robustes et industrieux y avaient été transportés de tous les pays de l'Europe, et Geisa, après son mariage avec une princesse de Bavière, accorda des dignités et des domaines aux nobles de l'Allemagne. Le fils de Geisa prit le titre de roi, et la maison d'Arpad donna pendant trois cents ans des lois au royaume de Hongrie. Mais les Barbares nés libres ne furent pas éblouis de l'éclat du diadème, et le peuple fit valoir son droit de choisir, de déposer et de punir le serviteur héréditaire de l'Etat.

839-862

Origine de la monarchie russe

Ce fut au neuvième siècle, lors d'une ambassade que Théophile, empereur d'Orient, envoya à l'empereur d'Occident, Louis, fils de Charlemagne, que le nom des Russes se répandit pour la première fois en Europe. Les Grecs étaient accompagnés des envoyés du grand-duc, ou chagan ou czar des Russes.

(839) Ceux-ci, pour se rendre à Constantinople, avaient passé sur le territoire de plusieurs peuplades ennemies, et ils espéraient échapper au danger du retour, en obtenant du monarque français de les faire conduire par mer dans leur patrie. Un examen attentif fit découvrir leur origine : ils étaient de la lignée des Suédois et des Normands, dont le nom était déjà rendu odieux et redoutable aux Français, et on craignit avec raison que ces Russes ne fussent des espions cachés sous une apparence d'amitié. Les ambassadeurs grecs partirent, mais on retint les Russes; Louis attendit de nouveaux détails avant de se décider à suivre ou les lois de l'hospitalité ou celles de la prudence, selon que l'ordonnerait l'intérêt des deux empires. Les annales moscovites et l'histoire générale du Nord prouvent et éclaircissent cette origine scandinave du peuple ou du moins des princes de la Russie. Les Normands, si longtemps ensevelis dans une impénétrable obscurité, s'enflammèrent tout à coup de l'esprit des entreprises, soit navales, soit militaires. Les régions vastes, et, à ce qu'on dit, très peuplées du Danemark, de la Suède et de la Norvège, étaient remplies de chefs indépendants et d'aventuriers forcenés, qui s'affligeaient dans l'oisiveté de la paix, et souriaient au milieu des angoisses de la mort. Les jeunes Scandinaves n'avaient d'autre profession que la piraterie; elle faisait leur gloire et leur vertu. Fatigués d'un climat glacé et d'un pays renfermé dans d'étroites limites, ils prenaient leurs armes au sortir d'un banquet, sonnaient du cor, montaient sur leurs navires, et parcouraient tous les rivages qui promettaient du butin ou un établissement. La Baltique fut le théâtre de leurs premiers exploits maritimes; ils descendirent sur la côte orientale, séjour silencieux des tribus finniques et esclavonnes; ils reçurent des Russes du lac Ladoga un tribut de peaux d'écureuils blancs avec le nom de Varangiens ou de corsaires. Leur supériorité dans les armes, leur discipline et leur célébrité, inspiraient la crainte et le respect aux naturels du pays. Lorsque ceux-ci firent la guerre aux sauvages établis plus avant dans l'intérieur des terres, les Varangiens consentirent à combattre avec eux en qualité d'alliés et d'auxiliaires, et, par choix ou par conquête, parvinrent insensiblement à dominer un peuple qu'ils étaient en état de protéger.

(862) Leur tyrannie les fit chasser; le besoin de leur valeur força à les rappeler, jusqu'à ce qu'enfin Rourik, chef scandinave, devint le fondateur d'une dynastie qui régna plus de sept cents ans : ses frères étendirent son pouvoir, ses compagnons s'empressèrent, de même de seconder et d'imiter son usurpation dans les provinces méridionales de la Russie; et leurs divers établissements, consolidés, selon l'usage, par la guerre et les assassinats, se réunirent enfin en une puissante monarchie.

862

Les varangiens de Constantinople

Les descendants de Rourik furent regardés longtemps comme des étrangers et des conquérants; ils gouvernaient alors avec le glaive des Varangiens; ils donnaient des domaines et des sujets à leurs fidèles capitaines; et de nouveaux aventuriers venaient des côtes de la Baltique augmenter le nombre de leurs partisans; mais, lorsque l'établissement des chefs scandinaves eut acquis de la stabilité, ils se mêlèrent aux familles des Russes, ils adoptèrent leur religion et leur langage, et Wolodimir Ier eut la gloire de délivrer son pays de ces mercenaires étrangers. Ils l'avaient placé sur le trône, ses richesses ne suffisaient pas à leurs demandes; mais ils se laissèrent persuader par lui de chercher un maître non pas plus reconnaissant, mais plus riche, et de s'embarquer pour la Grèce où leur valeur trouverait pour récompense, non des peaux d'écureuils, mais de l'or et de la soie. Sur ces entrefaites, le prince russe avertit l'empereur de Byzance, son allié, de disperser, d'occuper, de récompenser et de contenir ces impétueux enfants du Nord. Les auteurs contemporains rapportent l'arrivée des Varangiens, qu'ils désignent par leur nom et dont ils font connaître le caractère : ils obtinrent chaque jour plus d'estime et de confiance; on les rassembla à Constantinople, et on les chargea de la garde du palais; ils furent renforcés par une bande nombreuse de leurs compatriotes, les habitants de l'île de Thulé : c'est à l'Angleterre que s'applique, dans cette occasion, le nom de Thulé, dénomination vague et générale; et les nouveaux Varangiens étaient une colonie d'Anglais et de Danois, qui avaient fui le joug des Normands. L'habitude des migrations et de la piraterie avait rapproché les diverses contrées de la terre : ces exilés furent accueillis à la cour de Byzance; ils y conservèrent jusqu'aux dernières années de l'empire une loyauté sans tâche, et l'usage de la langue danoise ou anglaise. L'épaule chargée de leur large hache de bataille à deux tranchants, ils accompagnaient l'empereur au temple, au sénat et à l'hippodrome; c'était à leur garde fidèle qu'il devait la tranquillité de son sommeil et de ses festins, et les clefs du palais, du trésor et de la capitale, reposaient entre leurs mains également sûres et courageuses.

950

Géographie et commerce des Russes

Au dixième siècle, on avait sur la Scythie des connaissances géographiques bien plus étendues que celles des anciens, et la monarchie des Russes tient une place importante dans les notions que nous donne Constantin sur les diverses nations du globe. Les fils de Rourik régnaient sur la vaste province de Wolodimir, ou Moscou; et s'ils étaient resserrés de ce côté par les hordes de l'Orient, leur empire se prolongeait vers l'Occident, jusqu'à la mer Baltique et à la Prusse. Du côté du Nord, il s'étendait par-delà le soixantième degré de latitude sur ces régions hyperboréennes que notre imagination a remplies de monstres ou couvertes d'une nuit éternelle. Ils suivaient du côté du Sud le cours du Borysthène jusque dans le voisinage de l'Euxin. Les tribus établies ou errantes dans cette vaste enceinte obéissaient au même vainqueur, et formèrent peu à peu une même nation. La langue russe actuelle est un dialecte de l'esclavonne; mais au dixième siècle, ces deux idiomes étaient bien distincts, et l'esclavon ayant prévalu au midi, il y a lieu de croire que les Russes du Nord, subjugués d'abord par le général varangien, faisaient partie de la lignée finnique. Les migrations, l'union ou la séparation des tribus errantes, ont changé sans cesse le mobile tableau du désert de la Scythie; mais on trouve sur la plus ancienne carte de la Russie des lieux qui n'ont pas changé de nom. Novogorod et Kiow (Kiev), les deux capitales, existent dès les premiers temps de la monarchie: Novogorod n'avait pas encore obtenu le surnom de Grande : elle n'était pas encore alliée de la ligue hanséatique, qui, avec les richesses, a répandu en Europe les principes de la liberté. Kiow (Kiev) ne s'enorgueillissait pas encore de ses trois cents églises, de cette population innombrable et de ce degré de grandeur et d'éclat qui la firent ensuite comparer à Constantinople par ceux qui n'avaient jamais vu la résidence des Césars. Les deux villes ne furent d'abord que des camps, ou des foires, seuls moyens que connussent les Barbares de se réunir pour des opérations de guerre ou de commerce. Ces assemblées toutefois annoncent quelque progrès dans la civilisation. On tira des provinces méridionales une nouvelle race de bêtes à corne, et l'esprit de commerce se répandit sur terre et sur mer, de la Baltique à l'Euxin, et de l'embouchure de l'Oder au port de Constantinople. Sous le règne du paganisme et de la barbarie, les Normands avaient enrichi la ville esclavonne de Julin, qu'ils avaient eu soin de se ménager comme entrepôt de commerce. De ce port, situé à l'embouchure de l'Oder, les corsaires et les marchands arrivaient en quarante-trois jours aux côtes orientales de la Baltique. Les peuplades les plus éloignées se mêlaient, et les bocages sacrés de la Courlande étaient, dit-on, ornés de l'or de la Grèce et de l'Espagne. On découvrit une communication facile entre Novogorod et la mer; on traversait durant l'été un golfe, un lac et une rivière navigable; et pendant l'hiver on voyageait sur la surface durcie d'une immense plaine de neige. Des environs de cette ville, les Russes descendaient les rivières qui tombent dans le Borysthène; leurs canots, d'un seul arbre, étaient chargés d'esclaves de tout âge, de fourrures de toute espèce, du miel de leurs abeilles et des peaux de leur bétail, et toutes les productions du Nord étaient apportées et réunies dans les magasins de Kiow. Le mois de juin était communément l'époque du départ de la flotte; le bois des canots servait à faire des rames et des bancs pour des bateaux plus solides et plus grands; ces nouvelles embarcations descendaient sans obstacle le Borysthène, jusqu'aux sept ou treize chaînes de rochers qui coupent le lit et précipitent les eaux du fleuve. Il suffisait, pour les chutes peu considérables, d'alléger les embarcations, mais elles ne pouvaient franchir les hautes cataractes; les matelots étaient obligés de traîner par terre leurs navires et leurs esclaves sur un espace de six milles, et pendant ce pénible voyage ils étaient exposés aux attaques des brigands du désert. A la première île qu'ils rencontraient au-dessous ces chutes, les Russes célébraient par une fête le bonheur qu'ils avaient d'être échappés au péril; sur une seconde île qui se trouve près de l'embouchure de la rivière, ils réparaient leurs navires, afin de les mettre en état de commencer le voyage plus long et plus dangereux de la mer Noire. S'ils longeaient la côte, ils gagnaient sans peine la bouche du Danube; avec un bon vent, ils pouvaient en trente-six ou quarante heures arriver sur le rivage de l'Anatolie; et se rendre ensuite à Constantinople. Ils retournaient en Russie avec une riche cargaison de blé, de vin et d'huile, des ouvrages de la Grèce et des épiceries de l'Inde. Quelques-uns de leurs compatriotes résidaient dans la capitale et les provinces de l'empire grec; et les traités des deux nations garantissaient la personne, les biens et les privilèges du négociant russe.

865-1043

Expéditions navales des Russes contre Constantinople

Mais bientôt on abusa, pour le malheur du genre humain, d'une communication ouverte pour son avantage. Dans une période de cent quatre-vingt-dix ans, les Russes essayèrent quatre fois de piller les trésors de Constantinople: ces expéditions navales n'obtinrent pas toutes le même succès, mais les motifs et l'objet en avaient été les mêmes, et les moyens semblables. Les négociants russes avaient vu la magnificence et goûté du luxe de la cité des Césars. Leurs merveilleux récits, quelques échantillons de ces richesses, excitèrent les désirs de leurs sauvages compatriotes : ils enviaient les bienfaits de la nature que refusait le climat de leur pays ils convoitaient les ouvrages de l'art que la paresse ne leur permettait pas d'imiter, ni leur pauvreté de se procurer. Les princes varangiens arborèrent les drapeaux de la piraterie, et tirèrent leurs plus braves soldats des nations qui habitaient les îles septentrionales de l'Océan. On a pu voir, au dernier siècle une image de cet armement dans les flottes des Cosaques qui sortirent du Borysthène pour parcourir ces mêmes mers dans les mêmes intentions. Le nom grec de monoxyla, canots d'une seule pièce, convenait bien à la quille de leurs navires. Ce n'était autre chose qu'une longue tige de hêtre ou de bouleau creusé; mais sur cette base légère et étroite, prolongée au moyen de planches jusqu'à soixante pieds de longueur, on élevait des bordages à la hauteur d'environ douze pieds. Ces navires n'avaient pas de pont; mais ils avaient deux gouvernails et un mât : ils marchaient à la rame et à la voile, et portaient de quarante à soixante-dix hommes avec les armes nécessaires, et des provisions d'eau douce et de poisson salé. Les Russes employèrent deux cents bateaux dans leur première expédition; mais lorsqu'ils déployaient toutes les forces de la nation, ils pouvaient conduire mille ou douze cents navires sous les murs de Constantinople. Leur flotte n'était guère inférieure à celle d'Agamemnon, mais les Grecs effrayés la supposaient dix ou quinze fois plus forte et plus nombreuse. Avec de la prévoyance et de la vigueur, les empereurs auraient pu trouver moyen de fermer, par une flotte, l'embouchure du Borysthène. La côte d'Anatolie se vit, par leur indolence, en proie aux pirates qu'on n'avait pas rencontrés dans l'Euxin depuis six siècles; mais, tant que la capitale fut respectée, les malheurs d'une province éloignée échappèrent à l'attention du prince et des historiens. L'orage qui avait balayé les rives du Phase et de Trébisonde, éclata enfin sur le Bosphore de Thrace, détroit de quinze milles, où un adversaire plus habile aurait pu arrêter et détruire les navires grossiers des Russes.

(La première; 865) Dans leur première entreprise, sous les princes de Kiow (Kiev), ils passèrent sans obstacle, et occupèrent le port de Constantinople, en l'absence de l'empereur Michel, fils de Théophile. Ce prince parvint, à travers mille dangers, à débarquer à l'escalier du palais, et se rendit sur-le-champ à une église consacrée à la vierge Marie. D'après l'avis du patriarche, une relique précieuse, le vêtement de la mère de Dieu, fut tirée du sanctuaire et plongée dans la mer, et l'on attribua dévotement à sa protection une tempête qui, arrivant à propos, détermina la retraite des Russes.

(La seconde; 904) Le silence des Grecs fait naître des doutes sur la vérité, ou du moins sur l'importance de la seconde tentative faite par Oleg, tuteur des fils de Rourik. Une barrière bien fortifiée et garnie de soldats défendait le Bosphore; les Russes éludèrent cet obstacle comme ils étaient accoutumés à le faire, en traînant leurs embarcations par-dessus l'isthme; les chroniques nationales parlent de cet expédient bien simple, comme si la flotte russe avait navigué sur la terre au moyen d'un vent favorable.

(La troisième; 941) Igor, fils de Rourik, qui commanda la troisième expédition, avait choisi un moment de faiblesse et d'embarras, où les armées navales de l'empire étaient employées contre les Sarrasins; mais où ne manque pas le courage, il est rare de manquer de moyens de défense. On lança hardiment contre l'ennemi quinze galères brisées et en désordre; mais, au lieu d'une seule bouche de feu grégeois qu'on établissait ordinairement sur la proue, les flancs et l'arrière de ces quinze navires en furent abondamment pourvus. Les artificiers étaient habiles, le temps était favorable; des milliers de Russes, qui aimèrent mieux se noyer que devenir la proie des flammes, sautèrent dans la mer; et ceux qui se réfugièrent sur la côte de Thrace furent inhumainement massacrés par les paysans et les soldats. Toutefois le tiers des bateaux russes échappa à la destruction en gagnant des eaux basses, et l'année suivante, Igor se prépara à venger sa défaite.

(La quatrième; 1043) Après une longue paix, Jarodas, arrière-petit-fils d'Igor, tenta une quatrième invasion. Le feu grégeois repoussa encore, à l'entrée du Bosphore, une flotte commandée par son fils. Mais l'avant-garde des Grecs, poursuivant les fuyards sans précaution, se trouva environnée de la multitude des embarcations russes : les provisions du feu grégeois se trouvaient vraisemblablement épuisées, et vingt-quatre de leurs galères furent prises, coulées bas ou détruites d'une autre manière.

865-1043

Négociations et prophétie

L'empire détournait plus souvent par les négociations que par les armes, les menaces ou les malheurs d'une guerre contre les Russes. Dans ces hostilités maritimes, tout le désavantage était du côté des Grecs. Le peuple farouche qu'ils combattaient ne donnait pas de quartier; sa pauvreté ne laissait pas l'espoir du butin; ses impénétrables retraites ôtaient au vainqueur l'espoir de la vengeance, et, soit orgueil ou faiblesse, c'était une opinion établie que l'empire ne pouvait ni augmenter ni perdre sa gloire par ses rapports avec des Barbares. Les propositions de ceux-ci furent d'abord immodérées et inadmissibles : ils demandèrent trois livres d'or pour chaque soldat ou matelot de la flotte; la jeunesse russe voulait faire des conquêtes; la sagesse des vieillards prêchait la modération : Contentez-vous, disaient-ils, des magnifies offres de César. Ne vaut-il pas mieux obtenir sans combattre, l'or, l'argent, les étoffes de soie et tout ce qui est l'objet de nos désirs ? Sommes-nous sûrs de la victoire ? Pouvons-nous conclure un traité avec la mer ? Nous ne marchons pas sur terre, nous flottons sur l'abîme des eaux, et la mort est également suspendue sur la tête de tous. Le souvenir de ces flottes arctiques qui semblaient descendre du cercle polaire, laissa dans la cité impériale une profonde impression de terreur. Le vulgaire de tous les rangs assurait et croyait qu'une statue équestre, qu'on voyait dans la place du Taurus, priait une inscription secrète; annonçant que les Russes, dans les derniers jours, deviendraient maîtres de Constantinople.

955-973

Règne de Swatoslas

Les Russes étaient moins redoutables sur terre que sur mer; comme ils combattaient presque toujours à pied, il y a lieu de croire que leurs légions irrégulières furent souvent renversées et mises en déroute par la cavalerie des hordes scythes; mais leurs villes naissantes, malgré l'état d'imperfection où elles se trouvaient présentaient un asile aux sujets et une barrière à l'ennemi : la monarchie de Kiow (Kiev), jusqu'à l'époque où elle fut divisée, donna des lois à tout le Nord; et Swatoslas, fils d'Igor, fils d'Oleg, fils de Rourik, subjugua ou repoussa les nations établies du Volga au Danube. Les fatigues d'une vie militaire et sauvage avaient fortifié la vigueur de son esprit et celle de son corps. Couvert d'une peau d'ours, il se couchait ordinairement sur la terre, la tête appuyée sur une selle; sa nourriture était simple et grossière comme celle des héros d'Homère; les viandes dont il se nourrissait, et qui consistaient souvent en chair de cheval, étaient rôties ou grillées sur les charbons. L'habitude de la guerre forma et disciplina son armée, et il y a lieu de croire qu'il n'était pas permis aux soldats de porter le luxe plus loin que leur général. Une ambassade de l'empereur Nicéphore détermina Swatoslas à entreprendre la conquête de la Bulgarie, et un présent de quinze cents livres d'or servit à le défrayer des dépenses de l'expédition, ou à payer les travaux qu'elle devait lui coûter. Il embarqua soixante mille hommes qui sortirent de l'embouchure du Borysthène, et marchèrent vers celle du Danube : leur débarquement se fit sur la côte de Moesie; et, après un combat sanglant, l'épée des Russes triompha des traits de la cavalerie bulgare. Le roi vaincu descendit au tombeau; ses enfants tombèrent au pouvoir du vainqueur, et les guerriers du Nord subjuguèrent ou ravagèrent ses Etats jusqu'au mont Hémus; mais au lieu d'abandonner sa proie et de tenir ses engagements, le prince varangien était plus disposé à marcher en avant qu'à se retirer; et si le succès eût couronné la fin de son entreprise, le siège de l'empire de Russie eût été transféré dès le dixième siècle sous un climat plus tempéré et plus fertile. Swatoslas voulut jouir des avantages qu'il sentait bien être attachés à cette nouvelle position, où il pouvait réunir autour de lui, soit par le commerce ou par la rapine, les diverses productions de toute la terre. Une navigation aisée lui apportait les fourrages, la cire et l'hydromel de la Russie; la Hongrie lui fournissait des chevaux et les dépouilles de l'Occident; et la Grèce regorgeait d'or, d'argent et de ces objets de luxe qu'affectait de dédaigner sa pauvreté. Les bandes des Patzinacites, des Chozares et des Turcs, accouraient de tous côtés sous les drapeaux d'un prince victorieux. Sur ces entrefaites, l'ambassadeur de Nicéphore trahit son maître, se revêtit de la pourpre, et promit de partager les trésors de l'Orient avec ses nouveaux alliés. Le prince russe, des bords du Danube, continua sa marche jusqu'à Andrinople : on le somma d'évacuer la province romaine, sa réponse fut dédaigneuse, et il ajouta que Constantinople devait s'attendre à voir bientôt son ennemi et son maître.

970-973

Sa défaite par Jean Zimiscès

Nicéphore n'était plus en état de repousser le mal que lui-même avait attiré, lorsque son trône et sa femme passèrent à Jean Zimiscès, qui cachait le courage et les talents d'un héros. La première victoire de ses lieutenants priva les Russes de leurs alliés étrangers, dont vingt mille furent ou tués ou entraînés à la révolte, ou enfin prirent le parti de la désertion. La Thrace était délivrée, mais soixante-dix mille Barbares demeuraient en armes, et les légions qu'on avait rappelées des nouvelles conquêtes de la Syrie se disposèrent à marcher au printemps sous les drapeaux d'un prince guerrier qui se déclarait l'ami et le vengeur des Bulgares. Les défilés du mont Hémus n'avaient pas été gardés; les troupes de l'empire les occupèrent sur-le-champ : l'avant-garde romaine était composée des immortels, nom orgueilleux emprunté des Persans; l'empereur conduisait un corps de dix mille cinq cents fantassins; le reste de ses forces, le bagage et les machines de guerre, venaient ensuite lentement, et avec précaution. Pour premier exploit, Zimiscès réduisit en deux jours Marcianopolis ou Peristhlaba. Les murs en furent escaladés au son des trompettes; huit mille cinq cents Russes furent passés au fil de l'épée, et les fils du roi bulgare, délivrés d'une prison ignominieuse, furent revêtus du vain titre de rois. Après ces pertes multipliées, Swatoslas se retira dans le poste bien fortifié de Dristra, sur les bords du Danube et fut poursuivi par un ennemi qui employait tour à tour la célérité et la lenteur. Les galères de Byzance remontèrent le fleuve; les troupes achevèrent une ligne de circonvallation et le prince russe, derrière les fortifications de son camp et celles de la ville, se vit environné, assailli et réduit à la disette. Les Russes firent un grand nombre d'actions de valeur; ils essayèrent plusieurs sorties désespérées, et Swatoslas ne céda à sa fortune qu'après un siège de soixante-cinq jours. La capitulation qu'il obtint annonce la prudence du vainqueur, qui estimait la valeur, et craignait le désespoir d'un guerrier d'un caractère indomptable. Le grand-duc de Russie s'engagea, par des imprécations solennelles, d'abandonner tous ses projets contre l'empire : on lui permit de retourner dans ses Etats; on rétablit la liberté du commerce et de la navigation. On accorda une mesure de blé à chacun de ses soldats, et le nombre de vingt-deux mille mesures qui furent distribuées dans le camp fait connaître ce qu'il avait perdu de ses troupes et ce qui lui en restait. Les Russes, après un pénible voyage, regagnèrent l'embouchure du Borysthène; mais ils n'avaient plus de vivres, la saison était défavorable; ils passèrent l'hiver sur la glace, et avant de pouvoir continuer sa marche, Swatoslas fut surpris et accablé par les tribus des environs, avec lesquelles les Grecs avaient soin d'entretenir d'utiles liaisons. Le retour de Zimiscès fut bien différent; il fut reçu dans sa capitale comme Camille et Marius, les libérateurs de l'ancienne Rome; mais, le dévot empereur attribua sa victoire à la mère de Dieu, et l'image de la Vierge portant dans ses bras son divin enfant, fut placée sur un char de triomphe chargé des dépouilles de l'ennemi, et décoré des ornements royaux de la monarchie des Bulgares. L'empereur fit son entrée à cheval : le diadème ornait sa tête; il tenait à la main une couronne de laurier, et Constantinople fut étonnée d'avoir à célébrer les vertus guerrières de son souverain.

864-988

Conversion de la Russie

Photius, patriarche de Constantinople, en qui l'ambition a égalé le désir de savoir, félicite l'Eglise grecque et se félicite lui-même de la conversion des Russes. Il avait déterminé ces hommes farouches et sanguinaires à reconnaître Jésus-Christ pour leur Dieu, les missionnaires chrétiens pour leurs docteurs, et les Romains pour leurs amis et leurs frères. Son triomphe fut de courte durée : il put se faire qu'entraînés par les divers événements qui suivirent leurs expéditions, quelques chefs russes consentissent à recevoir les eaux du baptême; un évêque grec a pu, sous le nom de métropolitain, administrer dans l'église de Kiow (Kiev) les sacrements à quelques congrégations composées d'esclaves et des naturels du pays; mais la semence de l'Evangile tombait sur un sol ingrat; le nombre des apostats fut considérable, celui des conversions le fut très peu, et le baptême d'Olga doit être regardé comme l'époque de l'établissement du christianisme en Russie. Une femme, peut-être des dernières classes de la société, qui, comme Olga avait su venger la mort et saisir le sceptre d'Igor son mari, devait être douée de ces vertus actives qui inspirent la crainte à des Barbares, et les déterminent à la soumission.

(Baptême d'Olga; 955) Dans un moment où sa nation jouissait de la paix au-dedans et au-dehors, elle se rendit de Kiow (Kiev) à Constantinople; l'empereur Constantin Porphyrogénète la reçut dans son palais; et il a décrit minutieusement le cérémonial de cette réception : on eut soin, autant que le permettait le respect dû à la pourpre, de disposer les détails de l'étiquette, les titres, les salutations, les banquets et les présents, de manière à satisfaire la vanité de la princesse étrangère. Elle prit sur les fonts de baptême le nom révéré de l'impératrice Hélène. Il paraît que sa conversion fut précédée ou suivie de celle de son oncle, de deux interprètes, de seize dames, de dix-huit femmes d'un rang moins élevé, de vingt-deux domestiques ou ministres, et de quarante-deux négociants qui formaient son cortège. De retour à Kiow et à Novogorod, elle demeura attachée à sa nouvelle religion; mais ses efforts pour propager l'Evangile n'eurent pas de succès; et, soit opiniâtreté, soit indifférence, sa famille et son peuple restèrent attachés aux dieux de leurs ancêtres. Swatoslas, son fils, craignit le mépris et le ridicule de ses compagnons, et Wolodimir, son petit-fils, se livra avec tout le zèle de la jeunesse au soin de multiplier, et de décorer les monuments de l'ancien culte de la Russie. C'était encore par des sacrifices humains que les peuples du Nord cherchaient à fléchir leurs farouches divinités; et dans le choix de la victime, on préférait un citoyen à un étranger, un chrétien à un idolâtre : et le père qui arrachait son fils au couteau des prêtres périssait avec lui victime de la rage d'une multitude fanatique. Toutefois les leçons et l'exemple de la pieuse Olga avaient fait une impression secrète, mais profonde, sur l'esprit du prince et celui du peuple; les missionnaires grecs continuaient à prêcher, à se disputer et à baptiser des convertis; et les ambassadeurs, les négociants russes, comparaient leur idolâtrie grossière avec le culte plus élégant de Constantinople. Ils avaient admiré l'église de Sainte-Sophie, les tableaux animés, où se voyaient représentée la vie des saints et des martyrs, les richesses de l'autel, la multitude des prêtres et leurs magnifiques vêtements, la pompe et le bon ordre des cérémonies : édifies de ces harmonieux cantiques auxquels succédait un silence religieux, ils se laissaient persuader sans peine qu'un choeur d'anges descendait chaque jour du ciel pour se joindre à la dévotion des chrétiens; mais ce qui détermina ou hâta la conversion de Wolodimir, ce fut son désir de s'allier à une femme romaine.

(De Vladimir; 988) Le pontife chrétien le baptisa et le maria en même temps dans la ville de Cherson : il rendit cette ville à l'empereur Basile, frère de son épouse; mais, elle avait des portes d'airain qu'on transporta, dit-on, à Novogorod, et qu'on plaça devant une église comme un monument de sa victoire et de sa foi. A son ordre souverain, Péroun, le dieu du tonnerre, qu'il avait adoré si longtemps, se vit renversé et traîné dans les rues; son image informe fut chargée de coups de massue par douze robustes Barbares, qui le jetèrent ensuite avec indignation dans le Borysthène. Volodimir avait déclaré, dans un édit, que tous ceux qui refuseraient le baptême seraient traités en ennemis de Dieu et du prince : aussitôt les rivières, reçurent des milliers de Russes obéissants, qui reconnaissaient la vérité et l'excellence d'une doctrine adoptée par le grand-duc et ses boyards. La génération suivante vit disparaître les restes du paganisme; mais les deux frères de Wolodimir étant morts sans avoir reçu le signe du christianisme, leurs ossements furent tirés du tombeau, pour être purifiés par un baptême posthume et irrégulier.

800-1100

Christianisme du Nord

Aux neuvième, dixième et onzième siècles de l'ère chrétienne, le règne de l'Evangile et de l'Eglise du Nord. S'étendit sur la Bulgarie, la Hongrie, la Bohême, la Saxe, le Danemark, la Norvège, la Suède, la Pologne et la Russie. Les triomphes du zèle apostolique se renouvelèrent à cette époque, dans cet âge de fer du christianisme, et les contrées septentrionales et orientales de l'Europe se soumirent à une religion qui différait du culte des idoles dans la théorie plutôt que dans la pratique. Une louable ambition excitait les moines de l'Allemagne et de la Grèce à parcourir les tentes et les huttes des Barbares : la pauvreté, la fatigue et les dangers, furent le partage de ces premiers missionnaires : leur courage était actif et patient, leurs motifs purs et dignes d'estime; le témoignage de leur conscience et la vénération d'un peuple reconnaissant, étaient l'unique salaire auquel ils pussent prétendre. Les orgueilleux et riches prélats des temps postérieurs ont recueilli le fruit de ces missions. Les premières conversions furent volontaires; les missionnaires n'avaient pour armes que la sainteté de leurs moeurs et l'éloquence de leurs discours; mais ils combattaient par des miracles et des visions les fables domestiques des païens; et pour mieux séduire ceux qui gouvernaient, ils flattaient leur vanité et s'occupaient de leurs intérêts. Les chefs des nations, auxquels on prodiguait les titres de rois et de saints, croyaient faire une oeuvre légitime et pieuse en assujettissant à la foi catholique leurs sujets et leurs voisins. La côte de la Baltique, depuis le Holstein jusqu'au golfe de Finlande, fut envahie au nom et sous la bannière de la croix; et la conversion de la Lituanie au quatorzième siècle termina le règne de l'idolâtrie. Cependant la vérité et la bonne foi obligent d'avouer que la conversion du Nord procura plusieurs avantages temporels aux anciens et aux nouveaux chrétiens. Les préceptes de l'Evangile qui recommandent la charité et la paix, ne purent anéantir la fureur de la guerre naturelle aux hommes, et l'ambition des princes catholiques a renouvelé dans tous les siècles les calamités qu'entraîne ce fléau. Mais l'admission des Barbares dans la société civile et ecclésiastique délivra l'Europe des ravages, sur mer et sur terre des Normands, des Hongrois et des Russes, qui apprirent à respecter le sang humain et à cultiver leurs possessions. Le clergé contribua, par son influence, à l'établissement des lois et du bon ordre; et les peuples sauvages connurent les éléments des arts et des sciences. La piété éclairée des princes russes leur fit prendre le soin d'attirer à leur service-les plus habiles d'entre les Grecs pour embellir leurs villes et instruire les habitants. On copia grossièrement dans les églises de Kiow (Kiev) et de Novogorod, le dôme et les tableaux de Sainte-Sophie : les écrits des pères furent traduits en langue esclavonne et on engagea ou l'on força trois cents jeunes nobles à suivre les leçons du collège de Jaroslas. Il paraîtrait que la Russie aurait pu tirer, pour le progrès des lumières, de grands avantages de ses liaisons particulières avec l'Eglise et l'Etat de Constantinople, qui alors méprisait à juste titre l'ignorance des Latins. Mais la nation grecque était esclave isolée, et dans un état de décadence rapide : après la chute de Kiow, la navigation du Borysthène fut négligée; les souverains de Wolodimir et de Moscou se trouvèrent séparés de la mer et de la chrétienté, et les Tartares firent subir à la monarchie divisée le joug honteux de la barbarie. Le royaume des Esclavons et des Scandinaves, convertis par les missionnaires latins; se trouvait à la vérité exposé à la juridiction spirituelle et aux prétentions temporelles des papes mais ils avaient la même langue et le même culte que Rome; ils prirent l'esprit libre et généreux de la république européenne et partagèrent peu à peu les lumières qu'on vit s'élever sur l'Occident.

Page précédente                                                                         haut de page                                                                         Page suivante