Florien  

7 juin - 5 septembre 276

7 juin 276

Florianus empereur

Tacite
Florianus

A peine Tacite eut-il les yeux fermés, que son frère Florianus, sans attendre le consentement du sénat, s'empara de la couronne, dont le rendait indigne son usurpation précipitée. Les camps et les provinces conservaient encore pour la constitution romaine un respect dont l'influence pouvait bien les engager à désapprouver l'ambition de Florianus, mais non les déterminer à s'y opposer. Le mécontentement se serait dissipé en vains murmures, si le général de l'Orient, le brave Probus, ne se fût pas déclaré le vengeur du sénat. Les forces des deux prétendants paraissaient fort inégales. Le chef le plus habile, à la tête des troupes non aguerries de l'Egypte, pouvait-il espérer de disputer la victoire aux légions invincibles de l'Europe, qui semblaient vouloir soutenir le frère de Tacite ? La fortune et l'activité de Probus surmontèrent tous les obstacles. Les intrépides vétérans de son rival, accoutumés à des climats froids furent incapables de supportée les chaleurs étouffantes de la Cilicie, où l'été fut singulièrement malsain. Aux maladies se joignirent de fréquentes désertions, qui diminuèrent leur nombre. Les passages des montagnes n'étaient que faiblement gardés (juillet). Tarse ouvrit ses portes. Enfin, les soldats de Florianus, après l'avoir laissé jouir environ trois mois de la dignité impériale, délivrèrent l'Etat des horreurs d'une guerre civile, en sacrifiant un prince qu'ils méprisaient1.

1. Hist. Auguste, p. 231; Zozime, I, p. 58-59; Zonare, XII, p. 637. Aurelius-Victor avance que Probus prit la pourpre en Illyrie. Une pareille opinion, quoique adoptée par un homme très savant, jetterait cette période de l'histoire dans la plus grande confusion.

Page précédente                                                                                                                                                                         Page suivante