Se connecter      Inscription      
 
  Les Apôtres : la prédication à Jérusalem

Election d'un douzième Apôtre

Après le livre des Evangiles vient celui des Actes des Apôtres. En voici la substance.

Quand Jésus fut monté au ciel, les apôtres revinrent à Jérusalem. Là, ils choisirent pour remplacer Judas un des disciples qui étaient demeurés avec eux depuis le jour où Jésus avait demandé le baptême à Jean : Seigneur, dirent-ils en se mettant en prières, vous qui connaissez les coeurs de tous les hommes, montrez-nous celui que vous avez choisi pour entrer dans ce ministère et dans cet apostolat dont Judas est déchu par son crime. Puis ils tirèrent au sort, et Mathias fut associé aux onze apôtres.

Descente du saint-Esprit

Cependant les jours de la Pentecôte étaient accomplis, et les disciples se trouvaient réunis dans un même lieu. Tout à coup l'on entendit comme le bruit d'un vent impétueux qui remplit la maison, et l'on vit en même temps des langues de feu qui s'arrêtèrent sur chacun des apôtres : aussitôt ils furent tous remplis de l'Esprit saint, et commencèrent à parler diverses langues.

Prédication aux Juifs

Les Juifs, qui avaient vécu au milieu de toutes les nations qui sont sous le ciel, Parthes, Mèdes, Elamites, hommes de Mésopotamie ou de Cappadoce et du Pont, d'autres venus de la Phrygie et de la Pamphylie, de l'Egypte et de la partie de la Libye voisine de Cyrène, de Crète, de Rome et de l'Arabie, les entendaient parler chacun en leur langue des merveilles de Dieu. Ils s'étonnaient et se disaient : Que veut dire ceci ? D'autres s'en moquaient. Alors Pierre, se présentant avec les onze apôtres, éleva la voix et dit : Juifs, et vous tous qui demeurez dans Jérusalem, écoutez mes paroles :
Voici que la prédiction du prophète Joël est accomplie. Dans les derniers temps, dit le Seigneur, je répandrai de mon esprit sur toute chair; en ces jours-là, mes serviteurs et mes servantes prophétiseront : je ferai paraître des signes dans le ciel et des prodiges sur la terre, et quiconque invoquera mon nom sera sauvé.
Israélites, ajouta-t-il, écoutez encore ces paroles : Vous savez que Jésus de Nazareth était un homme que Dieu a rendu célèbre, au milieu de vous, par les merveilles et les miracles qu'il lui a fait faire sous vos yeux. Vous l'avez crucifié, cependant, et vous l'avez livré aux mains des méchants; mais Dieu l'a ressuscité et a mis fin pour lui aux douleurs de l'enfer, où il était impossible qu'il fût retenu. Elevé au ciel, il a reçu l'accomplissement de la promesse que Dieu lui avait faite d'envoyer son esprit sur nous; vous le voyez maintenant.

Premières Conversions

Jésus

Frère, s'écria le peuple, que faut-il donc que nous fassions ? - Faites pénitence; que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, et vous recevrez le don du Saint Esprit. Ce jour-là, trois mille hommes se joignirent aux disciples de Jésus; car tous les esprits étaient frappés de crainte et d'admiration. Un grand nombre vendaient leurs biens et les distribuaient aux pauvres pour vivre eux-mêmes en commun, rompant ensemble le pain et passant le jour dans la prière.

A quelque temps de là, Pierre et Jean se rendaient au temple pour assister à la prière de la neuvième heure. Ils aperçurent à la porte un mendiant boiteux dès sa naissance. Pierre lui dit : Regarde-nous; je ne possède ni or ni argent, mais ce que j'ai, je te le donne. Lève-toi, au nom de Jésus de Nazareth, et marche. Aussitôt le boiteux se leva, ses pieds s'affermirent, et il entra avec eux dans le temple pour louer le Seigneur. Le peuple s'étonnait; mais Pierre dit : Israélites, pourquoi vous étonner et nous regarder comme si notre puissance et notre vertu avaient fait marcher ce boiteux ? Vous avez repoussé le saint et le juste; vous avez demandé qu'on vous accordât la grâce d'un meurtrier, et vous avez fait mourir l'auteur de la vie; mais Dieu l'a ressuscité d'entre les morts; c'est par lui que ce boiteux a été guéri; c'est à cause de notre foi en son nom que cette puissance nous a été donnée. Faites donc pénitence, et convertissez-vous, afin que vos péchés soient effacés.

Les paroles de l'apôtre faisaient une vive impression sur la foule. Pour en arrêter l'effet, les prêtres, le capitaine des gardes du temple et les saducéens, qui ne pouvaient souffrir qu'on enseignât la résurrection, firent saisir Pierre et Jean et les conduisirent en prison. Cependant cinq mille hommes professèrent qu'ils croyaient aux paroles de l'apôtre. Le lendemain, les chefs du peuple, les anciens et les scribes s'assemblèrent dans Jérusalem avec Anne le grand prêtre et tous ceux de la race sacerdotale. On fit venir les apôtres : Par quelle puissance, leur dirent-ils, ou au nom de qui avez-vous fait cette action ? Pierre répondit : Princes et anciens du peuple, écoutez : Puisque aujourd'hui l'on nous demande raison du bien que nous avons fait à un homme perclus, et de la manière dont il a été guéri, nous vous déclarons, à vous tous et à tout le peuple d'Israël, que c'est par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, mais que Dieu a ressuscité d'entre les morts; il n'y a point de salut avec un autre; nul autre sous le ciel n'a été donné aux hommes pour les sauver.

Les juges s'étonnèrent de la fermeté de ces hommes, sortis du commun du peuple; et ne pouvant nier l'évidence du miracle qui venait d'être fait, ils voulurent du moins en étouffer le bruit. On défendit aux deux apôtres de parler en quelque manière que ce fût et d'enseigner au nom de Jésus, mais ils refusèrent d'obéir à cet ordre, et l'on n'osa les punir, à cause du peuple qui rendait gloire à Dieu et célébrait le prodige.

Pierre et Jean allèrent aussitôt trouver leurs frères, et répétèrent devant eux les paroles des prêtres et des anciens; tous alors voulurent élever leur voix à Dieu dans un même esprit, et dirent : Seigneur, c'est vous qui avez fait le ciel, la terre et la mer et tout ce qu'ils contiennent; c'est vous qui avez dit, par la bouche de notre frère David, votre serviteur : Pourquoi les nations se sont-elles soulevées avec un grand bruit, et pourquoi les peuples ont-ils formé de vains desseins ? Seigneur, les rois de la terre se sont élevés, et les princes se sont unis ensemble contre le Seigneur et contre son Christ. Maintenant donc, considérez leurs menaces, et donnez à vos serviteurs d'annoncer votre parole avec une entière liberté.

Après cette prière, l'Esprit saint descendit encore en eux et raffermit leur coeur.

Les Apôtres emprisonnés

Cependant les miracles accomplis par les apôtres se multipliaient, et en même temps s'accroissait le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur. On apportait les malades dans les rues, sur le passage de Pierre, afin que son ombre en couvrît au moins quelques-uns, et les délivrât de leurs douleurs. Un grand nombre d'hommes accouraient aussi des villes voisines à Jérusalem; ils amenaient les malades, les possédés du démon, et tous étaient guéris. Alors le grand prêtre et les saducéens firent arrêter les apôtres et les mirent dans la prison publique, mais, durant la nuit, un ange ouvrit les portes et dit : Allez dans le temple, et prêchez hardiment au peuple les paroles de vie. Les apôtres obéirent.

Cependant le conseil s'assemblait à Jérusalem, mais les officiers vinrent annoncer qu'aucun des captifs n'était dans la prison, bien que les portes fussent encore fermées et les gardes placés devant elles. On s'inquiétait déjà, quand quel qu'un dit au prince des prêtres : Ces hommes que vous aviez mis en prison enseignent le peuple dans le temple. Aussitôt le capitaine des gardes les alla chercher, et le grand prêtre leur parla en ces termes : Nous vous avions expressément défendu d'enseigner en ce nom-là; cependant vous avez rempli Jérusalem de votre doctrine, et vous voulez nous charger du sang de cet homme. Pierre et les apôtres répondirent : Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus que vous avez fait mourir, nous sommes nous-mêmes les témoins de ce que nous disons; le Saint-Esprit, que Dieu a donné à tous ceux qui lui obéissent, l'est aussi avec nous.

Ces paroles excitèrent la colère du tribunal, il délibéra pour les faire mourir; mais un pharisien nommé Gamaliel fit éloigner les apôtres, et dit : Israélites, prenez garde, ne vous mêlez point de ces gens-là, et laissez-les aller. Il y a quelque temps, il s'éleva un certain Théodas qui prétendait être quelque chose de grand. Quatre cents hommes environ s'attachèrent à lui; mais il fut tué et tous ceux qui avaient cru en lui se dispersèrent et furent réduits à rien. Judas de Galilée s'éleva après lui dans le temps du dénombrement du peuple, et il attira à lui beaucoup de monde; mais il périt aussi, et tous ceux qui étaient de son parti furent dissipés. Voici donc le conseil que je vous donne : Ne vous mêlez point de ce qui regarde ces gens-là et laissez-les faire. Si leur oeuvre vient des hommes elle se détruira, si elle vient de Dieu vous ne pourrez la renverser, et vous serez en danger de combattre le Seigneur lui-même.

Les membres du conseil se rendirent à son avis, et laissèrent aller les apôtres, en leur renouvelant la défense de parler au nom de Jésus; mais ceux-ci, tous remplis de joie pour avoir été jugés dignes de souffrir au nom de leur maître, ne cessèrent d'enseigner chaque jour, et d'annoncer le Christ dans le temple et dans les maisons.

Le diacre Etienne premier martyr

Jésus

Cependant les douze apôtres ne pouvant suffire aux soins nombreux de leur ministère, engagèrent les disciples à élire sept diacres pour avoir soin des tables. Etienne se trouva dans le nombre.

C'était un homme plein de force et de grâce, qui faisait de grands miracles parmi le peuple; nul de ceux qui disputaient avec lui ne pouvait résister à la sagesse et à l'esprit dont il était rempli. Mais les pharisiens produisirent contre lui de faux témoins qui disaient: Cet homme ne cesse de proférer des blasphèmes contre le lieu saint et contre la loi. Le grand prêtre, devant qui il fut conduit, lui demanda si l'accusation était véritable; Etienne ne répondit que pour énumérer tous les bienfaits dont Dieu avait comblé son peuple, depuis Abraham jusqu'à Salomon, qui lui bâtit un temple. Mais le Très-Saint, ajouta-t-il, n'habite point une demeure élevée pour les hommes. Le ciel est mon trône et la terre mon marchepied, dit le Seigneur. Quelle maison me bâtiriez-vous ? Et quel pourrait être le lieu de mon repos ? N'est-ce pas ma main qui a fait toutes ces choses ? Têtes dures, incirconcis de coeur et d'oreille, vous résistez toujours comme vos pères au Saint-Esprit. Quel est le prophète qu'ils n'aient point persécuté? Ils ont tué ceux qui prédisaient l'avènement du juste que vous venez de trahir et dont vous avez été les meurtriers; vous qui avez reçu la loi par le ministère des anges et ne l'avez point gardée.

A ces paroles, tous ceux du conseil entrèrent dans une grande colère, mais Etienne, les yeux levés vers le ciel, s'écriait, dans un transport de saint enthousiasme : Je vois les cieux ouverts, et le Fils de l'homme debout à la droite du Seigneur. Tous alors poussèrent de grands cris et l'entraînèrent, hors de la ville, dans un champ où il fut lapidé.

Ils avaient mis leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme, citoyen romain de Tarse, en Cilicie1, mais né d'un Juif et nommé Saul, qui consentit ainsi à la mort du premier martyr.

1. Les lettres grecques, suivant la remarque de Strabon, étaient très-florissantes en Cilicie. Saint Paul put s'initier, à Tarse, à toute la philosophie grecque. Son père l'envoya aussi à Jérusalem pour y étudier la loi mosaïque; il y devint d'abord zélé pharisien. A l'époque du martyre d'Etienne, saint Paul avait probablement 32 ans.

Page précédente                                                                 haut de page                                                                                Page suivante