Se connecter      Inscription      
 
  Prophéties sur le rédempteur 

Gloire promise à Jérusalem

La Vision de la Jérusalem céleste (par Zurbaran)
La Vision de la Jérusalem
céleste (par Zurbaran)

Après avoir été, durant les règnes trop courts de David et de Salomon, la nation prépondérante dans l'Asie occidentale, les Juifs étaient devenus, à la suite de leurs divisions intestines, le jouet de tous les peuples dont ils étaient environnés. Mais au milieu de leurs misères ils se sentaient plus forts, plus vivaces que leurs vainqueurs, parce qu'ils avaient la conviction profonde de la supériorité de leur croyance sur les folles et honteuses superstitions qui autour d'eux dégradaient les nations : aussi leurs prophètes avaient peu de peine à nourrir dans les coeurs l'espérance d'un avenir meilleur, d'un nouveau règne de David, d'un empire éternel. Isaïe, chantant le retour de la captivité, montrait ainsi Jérusalem se relevant plus brillante et plus belle, et les nations accourant dans ses murs pour y chercher le Seigneur.

Au temps fixé, dit le Seigneur, je t'exaucerai; au jour du salut, je viendrai te sauver. A ceux qui sont dans les fers il sera dit : Levez-vous; à ceux qui sont dans les ténèbres : Sortez à la lumière.
Ils n'auront plus à souffrir de la faim ni de la soif, car ils marcheront le long des sources fécondes; et, des plus lointains pays, ils viendront, ceux-ci de la Perse, ceux-là des contrées de l'Aquilon et du bord des grandes eaux.
Cieux, réjouissez-vous; Terre, sois dans l'allégresse; Jéhovah a eu pitié de son peuple. Mais est-ce que la mère oublie jamais son enfant? Le ferait-elle, que le Seigneur a dit: Jamais je n'oublierai mon peuple.
Lève les yeux et vois tous les peuples s'assembler et accourir. Comme la fiancée s'enveloppe de sa robe nuptiale, ainsi, Jérusalem, du concours des nations tu feras ta parure.
Et dans ton coeur tu diras : Qui donc m'a donné toute cette postérité, à moi qui étais veuve et délaissée ? Mais le Seigneur répond : J'ai élevé ma main au-dessus des nations, j'ai montré mon signe aux îles lointaines, et les voici qui ramènent tes enfants.
Les reines seront leurs nourrices, les rois seront leurs pères nourriciers. Prosternés la face contre terre, ils t'adoreront et baiseront la poussière de tes pieds; alors ceux qui auront cru seront récompensés (Isaïe).

Ainsi un temps devait arriver où Jéhovah ne serait plus seulement le Seigneur d'Israël, mais le Dieu des nations. Le Psalmiste l'avait déjà dit : Je me souviendrai de Raab et de Babylone qui alors me connaîtront. Les Philistins, les gens de Tyr et d'Ethiopie se rendront dans tes murs, et tout homme dira : Sion est ma mère ! Car c'est en elle qu'il aura été fait homme.

Tous les peuples seront appelés au vrai culte

Dans un autre chant, Isaïe célèbre encore le concours des nations dans la Jérusalem nouvelle :
Brille, brille, Jérusalem, car la lumière arrive, la gloire de Jéhovah s'est levée sur toi.
L'obscurité enveloppe la terre; les ténèbres pèsent sur les nations. Mais au-dessus de toi apparaîtra le Dieu d'Israël, sur ta tête étincellera sa gloire.
Les rois marcheront à ta lumière, les peuples viendront, guidés par la splendeur qui éclatera en toi.
Alors tu t'étonneras en voyant arriver les richesses de la mer, les trésors des peuples et des nations.
Les caravanes de chameaux viendront, les dromadaires de Madian et d'Epha couvriront tes rues et tes places. Ils t'apporteront de Saba l'or et l'encens, et ils t'annonceront le jour du salut du Seigneur.
Les troupeaux de Cédar, les béliers de Nabaioth viendront et seront offerts sur mon autel pour que mon temple soit glorifié...
Quels sont ceux qui volent vers moi comme des nuées éparses, comme des colombes avec leurs petits?
Tes portes, O Jérusalem, seront ouvertes, et on ne les fermera ni le jour ni la nuit, pour que puisse entrer en toi la force des nations, avec les rois qui les conduisent; car la mort frappera les rois et les peuples qui ne te serviront pas1.

Ce n'est pas seulement l'étroite nationalité juive qui sera brisée, c'est le sacerdoce même qui sera transporté aux nations étrangères :
Je réunirai toutes les langues et toutes les nations; elles viendront et elles verront ma gloire.
Sur elles j'enverrai un signe, et ceux qui parmi elles auront été sauvés iront à Tarsis et vers les peuples de Phud et de Lud, de Mosoch et de Thobel, de la Grèce et des îles lointaines qui n'ont pas entendu mon nom ni vu ma gloire; et ils annonceront ma gloire aux nations.
Alors de tous les points de la terre ils ramèneront leurs frères, comme en offrande au Seigneur; ils les ramèneront dans la sainte cité de Jérusalem; ainsi que les enfants d'Israël amènent, avec des chants, leurs victimes dans mon temple.
Et parmi eux je choisirai mes prêtres et mes lévites. Il y aura comme un nouveau ciel, et comme une terre nouvelle... (Isaï, LXVI)

Ainsi un temps devait arriver où Jéhovah ne serait plus seulement le Seigneur d'Israël, mais le Dieu des nations. Le Psalmiste l'avait déjà dit : Je me souviendrai de Raab et de Babylone qui alors me connaîtront. Les Philistins, les gens de Tyr et d'Ethiopie se rendront dans tes murs, et tout homme dira : Sion est ma mère ! Car c'est en elle qu'il aura été fait homme (Psaume LXXXVI).

Béni soit mon peuple d'Egypte, dit le Seigneur dans Isaïe2; béni soit mon peuple d'Assyrie, comme Israël, mon héritage.

Le prophète Amos avait aussi annoncé le caractère universel de la nouvelle loi :
Enfants d'Israël, vous êtes à moi. Mais les enfants de l'Ethiopie ne m'appartiennent-ils pas? Comme je vous ai tirés d'Egypte, n'ai-je pas fait sortir les Philistins de la Cappadoce et les Syriens du fond des vallées?(Amos, IX, 7.Cf. Sophonie, III, 9.) Le même prophète dit plus loin : Je relèverai le temple de David, afin que le reste des hommes et toutes les nations en apprennent la route (Amos, IX, 11, 12.) C'est encore le sens de ces paroles du prophète Zacharie : Beaucoup de nations viendront chercher à Jérusalem la face du Seigneur. En ce temps-là on verra dix hommes de toute langue prendre un Juif par le bord de son manteau et dire : Nous irons avec toi parce que nous avons appris que le Seigneur est avec vous (Zacharie, VIII, 22, 23. - Ibid., XI, 8-1 1. Cf. Malachie, I, 11.)

1. Isaïe, Lx, 1-12. Les psaumes XXII, LXXII, LXXXVII, CII, etc., développent magnifiquement cette idée que Jérusalem deviendra la capitale du monde. Isaïe a dit encore, XLIX, 6 : «Je t'ai posée pour être la lumière des gentils, pour que tu sois le salut de tous jusqu'aux extrémités du monde.» - Tobie célèbre aussi ce brillant avenir. Voy. ci-dessus, p. 193, et les paroles du prophète Aggée, p. 231. -

2. Chap. XIX, 25. Le chap. LVI est encore plus explicite : Tous seront reçus sans distinction de naissance, d'état et de condition. Voy. au chapitre XXVI de l'Ecclésiastique une belle prière pour la conversion des gentils. Cette pensée était d'ailleurs écrite au premier livre de la Genèse. Toutes les nations de la terre, dit Jéhovah à Abraham, seront bénies en toi. Voy. aussi un très-important passage de Josèphe, B. 3, II, 31.

L'ancienne loi sera transformée

Les rites multipliés de la loi mosaïque étaient nécessaires pour enchaîner un peuple enfant à la doctrine de l'unité de Dieu; mais peu à peu les Hébreux s'étaient habitués à mettre toute la religion dans ces formalités extérieures et les prophètes furent contraints de les rappeler au vrai culte, à celui de la justice et de la vérité. Moïse lui-même avait annoncé une loi nouvelle. Du milieu de vos frères, Dieu suscitera un prophète semblable à moi, écoutez-le1. Nous avons suivi plus haut le rôle patriotique de ces tribuns religieux. Ici nous les verrons tendre sans relâche à spiritualiser le culte et les croyances.
Pourquoi tous ces sacrifices ? dit Jéhovah. Je suis rassasié de vos holocaustes; je ne veux plus de la graisse des agneaux, ni du sang des boucs et des taureaux.
Ne venez pas seulement pour vous montrer à moi. Qui vous a demandé ces présents dont vos mains sont pleines? Croyez-vous qu'il suffise de fouler mon sanctuaire pour gagner ma faveur ?
Vous apportez des gâteaux de fleur de farine; c'est un vain encens qui m'est en abomination.
Je hais vos fêtes et vos sabbats, vos jeûnes et vos solennités.
Je suis fatigué de vous; quand vous étendrez vos mains vers moi, je détournerai les yeux; quand vous multiplierez vos prières, je refuserai d'entendre. Vos mains sont pleines de sang.
Mais lavez-vous, purifiez-vous, arrachez le mal de vos âmes, cessez votre malice; apprenez à faire le bien et à chercher l'équité; et quand vous aurez délivré l'opprimé, rendu justice à l'orphelin, justifié la veuve, alors vous viendrez vers moi et j'écouterai vos prières (Isaie, I, 11-17. Cf. LVIII, et LIX.)

Samuel avait déjà dit : Sont-ce des holocaustes que le Seigneur demande ! Ecouter sa parole est au-dessus de tous les sacrifices; l'obéissance vaut mieux que la graisse des victimes2.

Ainsi m'a parlé le Tout-Puissant, dit Zacharie, les jeûnes du quatrième, du cinquième, du septième et du dixième mois, seront changés pour la maison de Juda en des jours de joie, de plaisirs et de fête. Réjouissez-vous et aimez la vérité et la paix (Zacharie, VIII, 19. Cf. ibid., VII.)
Où trouverai-je le Seigneur ? dit un Hébreu dans un livre de Michée. Je l'ai cherché dans les holocaustes et dans les sacrifices de veaux d'un an. Je l'ai cherché dans l'immolation de mille béliers, dans l'immolation de dix mille chevreaux, et je ne l'ai pas trouvé. Mais je lui donnerai mes premiers-nés pour racheter mon impiété; je lui donnerai pour le péché de mon âme le fruit de mes entrailles.
Homme insensé, répond le prophète, que te demande le Seigneur, si ce n'est que tu fasses la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu sois prêt toujours à marcher dans les voies de ton Dieu? (Michée, v1, 6-9.)
Que te ferai-je, Ephraïm ? Que te ferai-je, O Juda ! Votre miséricorde n'a pas plus duré que la nue du matin, que la rosée des nuits. Sur vous mes jugements éclateront comme la lumière; car c'est la miséricorde que je veux, et non le sacrifice; la connaissance de Dieu, et non les holocaustes (Osée, VI, 6; Rois, I, XV, 22; Eccl., IV, 17).

1. Deutéronome, XVIII, 15. D'ailleurs les lois cérémonielles sont postérieures à l'alliance. L'arche ne les renfermait pas, mais seulement le Décalogue, qui était la loi véritable.

2. Rois, I, xv, 22. Jérémie dit, I, 23 : «Tout n'est rien, hors connaître Dieu.» Cf., sur le peu d'utilité des sacrifices, ibid., VI, 20; VII, 22; et les Ps., L, 8-10; LI, 18-19, etc. Moïse lui-même en avait restreint le nombre en interdisant tout sacrifice hors du sanctuaire national.

Le Rédempteur sera un enfant de la race de David

Suivant les prophètes, les Juifs ne devaient donc pas attendre seulement une domination glorieuse et forte, un empire fondé sur la conquête violente, mais une victoire du Très-Haut ouvrant les yeux aux nations et les appelant de l'idolâtrie au culte pur du Dieu unique. Aussi l'instrument de cette conquête morale ne sera pas un roi puissant par les armes, mais un enfant qui fera régner la paix.

Terre de Zabulon, dit Isaïe, pays de Nephthali et les autres qui sont près de la mer, dans la Galilée des nations, vous tous qui marchez dans les ténèbres, voyez la grande lumière qui s'élève; vous qui habitez dans la région des ombres de la mort, voyez l'éclat qui resplendit sur vous.
Le nombre de ceux que tu appelles est grand, O Seigneur, et en ta présence ils seront joyeux comme le moissonneur au milieu de ses gerbes, comme le vainqueur au milieu des dépouilles qu'il partage.
Le joug mis sur leurs épaules a été enlevé, la verge placée sur leur tête a été brisée, comme au jour où Madian succomba.
Car un petit enfant nous est né; le sceptre repose sur son épaule et son nom est : l'Ange du grand conseil.
Sa domination sera immense, et dans son royaume la paix n'aura pas de fin. Assis sur le trône de David, il le fondera de nouveau sur le droit et la justice, pour qu'il dure jusqu'à la fin des siècles (Isaie, Ix, 1-8).

Cet enfant, ce roi du nouvel âge d'or et d'innocence sera de la race de David.

Un rejeton sortira des racines d'Isaï (Isaï ou Jessé était le père de David); une fleur poussera sur sa tige.
L'esprit de Dieu reposera sur lui; esprit de sagesse et d'intelligence, esprit de force et de conseil, esprit de science et de piété.
Il ne jugera pas suivant l'apparence, il ne décidera pas suivant qu'il aura entendu, mais il fera droit au pauvre; il répondra aux humbles. Il frappera la terre de sa parole, et le souffle de ses lèvres tuera l'impie.
Il sera ceint de justice et revêtu de vérité.
Alors le loup paîtra avec l'agneau, le léopard avec le chevreau, le taureau avec le lion; et un petit enfant les conduira.
Le boeuf et l'ours paîtront ensemble, et leurs petits se mêleront. Comme le boeuf, le lion se nourrira de fourrage, et un enfant mettra, sans danger, sa main dans le nid des vipères. Car toute la terre connaîtra alors le Seigneur.
En ce jour-là, la racine d'Isaï s'élèvera, et d'elle sortira celui qui doit commander aux nations. Il sera leur espérance, et elles ne demanderont qu'à reposer en lui (Isaïe, XI, 1-10. Pour la fameuse prophétie de Jacob sur Juda (Genèse, XLDX, 10)).

Prophéties rapportées par l'Eglise aux diverses circonstances de la vie du Messie

Le Précurseur.
- Une voix criait dans le désert : Préparez la route du Seigneur, rendez droits les sentiers de notre Dieu (Isaie, xL, 3.).

Le Messie naîtra à Bethléhem.
- Et toi, Bethléhem, maison d'Ephrata, tu es la plus petite des mille maisons de Juda. Mais, du milieu de toi, quelqu'un sortira pour moi, qui sera prince dans Israël. Le premier jour de l'éternité, il était né déjà (Michée, V, 2.).

Le Messie naîtra d'une vierge.
- Jéhovah dit au roi : Un signe te sera donné; voici qu'une vierge concevra et enfantera un fils, tu l'appelleras Emmanuel (Isaie, vII, 11-16).

L'étoile des mages.
- Une étoile sortira de Jacob, un homme se lèvera dans Israël, il frappera les chefs de Moab, il dépouillera les fils de Seth; Edom sera son héritage1.

La fuite en Egypte et le retour.
- Quand Israël était enfant, je l'aimais, et j'ai appelé ses fils d'Egypte (Osée, XI, 1.)

Le massacre des Innocents.
- A Rama, une voix a été entendue pleine de larmes et de lamentations. Rachel pleurait ses enfants, et elle ne voulait pas être consolée, parce qu'elle les a perdus; mais le Seigneur lui dit : Que ta voix cesse de gémir et tes yeux de pleurer, car tu seras récompensée de tes oeuvres, et tes fils reviendront de la terre ennemie (Jérémie, XXXVIII, 15-16 (XXXI suivant l'hébreu).

Le Messie, Fils de Dieu.
- Jacob, O mon fils, je te recevrai! Israël, toi que j'ai choisi, je t'ai donné mon esprit, tu jugeras les nations (Isaie, xLII, 1).

Le Messie rachètera nos péchés par ses douleurs.
- Un petit enfant viendra, marchant devant la face du Seigneur. Comme une racine dans une terre desséchée, il est sans éclat et sans gloire. Nous l'avons vu, et, pour nos yeux, il n'avait ni apparence ni parure. Homme de douleur, il porte nos péchés, il souffre pour nous. Nous l'avons vu dans les douleurs, les blessures et l'affliction : car, pour nos péchés, il a été blessé; pour nos iniquités, il a perdu toute force, et les coups qui le frappent nous guérissent et nous sauvent (Ibid., LIII, 2-6).

Le Messie sera méconnu.
- J'entendis la voix du Seigneur qui disait : Qui enverrai-je à ce peuple ? - Me voici, répondis-je, envoyez-moi, Seigneur. Alors Jéhovah me dit : Va, et dis à ce peuple : Vous entendrez, mais vous ne comprendrez pas; vous verrez et vous ne discernerez pas; car le coeur de ce peuple est endurci (Isaie, v1, 8-10).

Le Messie sera flagellé, etc.
- Le Seigneur a instruit ma langue à parler; il a ouvert mes oreilles, et je n'ai pas refusé d'entendre. J'ai livré mon dos aux verges et mes joues aux soufflets, et je ne me suis pas détourné quand on me crachait au visage (Ibid., L, 4-6. Voy. encore, sur les diverses circonstances de la passion, Zacharie, XI, 12; Psaumes, XXI, 19; Paralipomènes, II, III, 14.)

Le Messie sera condamné à mourir.
- Dieu l'a livré à cause de nos péchés; comme la brebis, il est venu au sacrifice; comme l'agneau qui reste muet devant celui qui le tond, il n'a pas ouvert sa bouche; nos iniquités le conduisent à la mort (Isaie, LIII, 7).

1. Nombres, XXIV, 17, 18. Le psaume LXXI parle aussi de rois qui apportent des présents au roi des Juifs; et Isaie, chap. LX, de la grande lumière qui guide les peuples dans leur pélerinage à Jérusalem.

Page précédente                                                                 haut de page                                                                                Page suivante