Se connecter      Inscription      
 
  Paul  

Première persécution : Simon le magicien

Simon le magicien

En ce même temps il s'éleva une grande persécution contre l'Eglise de Jérusalem; Saul entrait de force dans les maisons et faisait emprisonner les hommes et les femmes. Tous les fidèles, excepté les apôtres, furent dispersés en divers endroits de la Judée, mais ils annonçaient la parole de Dieu dans tous les lieux où ils passaient. Philippe étant ainsi venu à Samarie, prêcha le nom de Jésus; tous l'écoutaient avec ardeur en le voyant guérir les boiteux et les paralytiques ou chasser les esprits impurs. Simon lui-même, un magicien qui avait longtemps séduit le peuple de Samarie, crut et demanda le baptême.

A quelque temps de là l'ange du Seigneur apparut à Philippe, un des apôtres, et lui dit : Lève-toi, et va vers le midi au chemin qui descend de Jérusalem à Gaza. Philippe obéit. Le surintendant des trésors de Candace, reine d'Ethiopie, sortait alors de Jérusalem, où il était venu pour adorer, et chemin faisant, assis dans son chariot, il lisait Isaïe. Philippe lui dit : Croyez-vous comprendre ce que vous lisez ? - Comment le pourrais-je si quelqu'un ne me l'explique ? répondit l'eunuque, et il le pria de s'asseoir près de lui. Or, le passage qu'il lisait était celui-ci : Il a été mené comme une brebis à la boucherie, il n'a point ouvert la bouche, semblable à un agneau muet devant celui qui le tond. Dans son abaissement, il a été délivré de la mort à laquelle il avait été condamné. Qui pourra compter sa postérité après que sa vie aura été retranchée de la terre ? Alors Philippe commença par cet endroit de l'Ecriture à lui annoncer Jésus, et bientôt l'Ethiopien, à la vue d'un ruisseau qu'ils rencontrèrent, dit à l'apôtre : Voici de l'eau; qui empêche que je ne sois baptisé ? -Vous pouvez l'être, répondit Philippe, si vous croyez de tout votre coeur. Il repartit : Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. Puis, il fit arrêter son chariot et descendit avec Philippe, qui le baptisa dans l'eau du ruisseau. L'Esprit du Seigneur en leva l'apôtre aussitôt après, et l'Ethiopien resté seul continua son chemin avec joie.

Pendant ce temps Pierre et Jean étaient allés remplacer Philippe à Samarie, et Simon le magicien, en leur voyant donner le Saint-Esprit par l'imposition des mains, leur offrit une somme d'argent pour acheter d'eux ce pouvoir. Que votre argent périsse avec vous, lui dit Pierre, vous qui avez cru que le don de Dieu peut s'acquérir à prix d'or.

Conversion de Saint Paul

Jésus

Cependant le persécution continuait. Saul, respirant toujours la haine et le carnage contre les disciples du Seigneur, vint trouver le grand prêtre et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas. Il voulait amener prisonniers à Jérusalem tous les chrétiens qu'il rencontrerait. Mais près des murs de Damas, Saul fut tout d'un coup environné d'une lumière céleste; il tomba la face contre terre et entendit une voix qui disait : Saul, Saul, pourquoi me persécutez-vous ? - Qui êtes-vous, Seigneur ? - Je suis Jésus que vous persécutez. - Seigneur, que voulez-vous donc que je fasse ? - Levez-vous et entrez dans la ville; on vous dira là ce qu'il faut que vous fassiez. Or, les hommes qui l'accompagnaient demeurèrent tout étonnés d'entendre une voix, et de n'a percevoir aucun homme. Ils prirent Saul par la main, car il ne voyait pas, et le menèrent à Damas, où il fut trois jours sans manger et sans boire.

Il y avait alors dans la ville un disciple nommé Ananie, à qui le Seigneur dit dans une vision : Levez-vous et allez dans la rue qu'on appelle la rue Droite et cherchez dans la maison de Judas un homme de Tarse nommé Saul; il est maintenant en prières. (Dans ce même moment Saul voyait en vision Ananie qui entrait et lui imposait les mains, afin qu'il recouvrât la vue.) Allez, parce que c'est un instrument que j'ai choisi pour porter mon nom devant les gentils, devant les rois et devant les enfants d'Israël. Ananie alla donc dans la maison où était Saul; il lui imposa les mains et lui dit : Saul, mon frère, le Seigneur qui vous est apparu dans votre chemin m'envoie ici pour vous rendre la vue, et vous remplir du Saint-Esprit. Saul alors recouvra la lumière, et se fit aussitôt baptiser, puis il demeura parmi les disciples de Jésus prêchant dans les synagogues, et remplissant le peuple d'admiration et de colère. Quelques-uns en effet voulurent le faire mourir, et gardèrent les portes de la ville pour empêcher sa fuite. Mais Saul leur échappa en se faisant descendre le long des murailles dans une corbeille, à la faveur de la nuit. A Jérusalem, les disciples hésitèrent d'abord à le compter parmi les leurs; mais quand les apôtres eurent appris de Barnabé la vision de Saul près de Damas et ses prédications courageuses, ils le reçurent au milieu d'eux. Les Juifs cherchèrent encore à le faire mourir. Il partit alors pour Césarée et de là se rendit à Tarse.

Conversion des Gentils

Cependant l'Eglise était en paix par toute la Judée, la Galilée et la Samarie, et elle s'affermissait, marchant dans la crainte du Seigneur, et remplie de la consolation du Saint Esprit.

Or, Pierre, visitant de ville en ville tous les disciples, se rendit un jour à Lydde. Il y trouva un paralytique, nommé Enée, qui, depuis huit ans, était couché dans son lit. Levez vous, lui dit-il, le Seigneur Jésus vous guérit; et il se leva. Tous ceux qui demeuraient à Lydde et à Sarone virent cet homme guéri et se convertirent. Dans le même temps mourut à Joppé une femme nommée Tabithe, qui faisait chaque jour de bonnes oeuvres et d'utiles aumônes. Comme Lydde est près de Joppé, les disciples envoyèrent deux hommes pour prier Pierre de venir; lorsqu'il fut arrivé, ils le menèrent à la chambre haute, où le corps était exposé, et toutes les veuves se présentèrent à lui pleurant et montrant les tuniques et les robes que Tabithe leur faisait. Pierre alors fit sortir tout le monde et se mit à genoux en prières; puis se tournant vers le corps : Tabithe, dit-il, levez vous. A ces paroles la morte se dressa sur son lit, et Pierre, appelant les veuves, la leur rendit vivante. Le bruit de ce miracle se répandit dans toute la ville de Joppé, et plusieurs crurent au Seigneur.

Il y avait alors à Césarée, dans une cohorte, un centenier nommé Corneille; c'était un homme religieux, ainsi que toute sa maison; il craignait et priait le Seigneur et faisait beaucoup d'aumônes au peuple. Un jour il vit un ange venir à lui et lui dire : Corneille, vos prières et vos aumônes sont montées jusqu'à Dieu, et il s'en est souvenu. Envoyez des personnes à Joppé et faites venir Simon, surnommé Pierre; c'est lui qui vous dira ce qu'il faut que vous fassiez. Le centenier envoya donc deux de ses domestiques avec un soldat fidèle au Seigneur, et le lendemain ils arrivèrent à la porte de la maison où Pierre demeurait. Au même moment l'Esprit disait à l'apôtre : Voilà trois hommes qui vous demandent; levez-vous donc, descendez et ne faites point difficulté de les suivre, car c'est moi qui les ai envoyés. Pierre alla aussitôt à leur rencontre, les fit entrer, et dès le lendemain il partit avec eux pour Césarée. A peine fut-il arrivé que Corneille se jeta à ses pieds et l'adora; ayant ensuite rapporté les paroles de l'ange, il ajouta : Puisque vous m'avez fait la grâce de venir, nous voilà donc maintenant tous assemblés devant vous pour entendre ce que le Seigneur vous a ordonné de nous dire.

- En vérité, dit Pierre, je vois bien que Dieu n'a pas égard à la condition des personnes; mais que dans toute nation celui qui le craint et dont les oeuvres sont justes lui est agréable. Vous savez ce qui est arrivé dans la Judée; comment Dieu a rempli de son esprit et de sa force Jésus de Nazareth, qui allait de ville en ville, guérissant les malades et chassant les démons. Cependant il est mort attaché sur une croix, mais Dieu l'a ressuscité le troisième jour.

Il a voulu qu'il se montrât, non pas à tout le peuple, mais aux témoins qu'il avait choisis avant les temps, à nous qui mangeâmes et bûmes avec lui depuis le jour qu'il est ressuscité d'entre les morts. Jésus nous a commandé de prêcher et d'attester devant le peuple que Dieu l'a fait juge des vivants et des morts; ceux qui croiront en lui recevront par son nom la rémission de leurs péchés.

Pierre parlait encore, lorsque le Saint-Esprit descendant sur tous ceux qui écoutaient ses paroles, ils glorifièrent Dieu en diverses langues. Pierre dit alors : Peut-on refuser l'eau du baptême à ceux qui ont déjà reçu le Saint-Esprit comme nous ? et il commanda qu'on les baptisât au nom du Seigneur Jésus-Christ. Mais les apôtres et les frères qui étaient dans la Judée, ayant appris que les gentils mêmes avaient reçu la parole de Dieu, dirent à Pierre quand ils revint à Jérusalem : Pourquoi êtes-vous allé chez des incirconcis et avez-vous mangé avec eux ? Mais il leur raconta que l'Esprit lui avait ordonné d'aller à Césarée dans la maison du centenier, et comme j'avais commencé, ajoutait-il, à parler aux personnes réunies en ce lieu, le Saint Esprit est descendu sur elles comme il est autrefois descendu sur nous. Puisque Dieu leur donnait la même grâce qu'à nous, pouvais-je, moi, m'opposer aux desseins de Dieu ? A ces paroles, tous glorifièrent le Seigneur en disant : Voici que Dieu a fait aussi part aux gentils du don de la pénitence qui mène à la vie.

Cependant les fidèles dispersés par la persécution, à la mort d'Etienne, étaient allés jusqu'en Phénicie, jusqu'à Chypre, et n'avaient annoncé qu'aux Juifs la parole de Dieu; mais quelques-uns d'entre eux, Chypriotes et Cyrénéens, s'adressèrent aussi aux Grecs d'Antioche et leur annoncèrent le Seigneur Jésus. Un grand nombre se convertirent. La nouvelle en vint à l'Eglise de Jérusalem, qui envoya Barnabé pour les affermir dans la foi nouvelle. Barnabé partit ensuite pour Tarse et ramena avec lui Saul à Antioche, où ils demeurèrent un an entier, instruisant un grand nombre de personnes. Ce fut là que les disciples reçurent pour la première fois le nom de chrétiens, et que Saul eut cette vision sublime où, ravi en esprit jusqu'au troisième ciel, il vit ce qu'il n'est permis à aucun mortel de révéler.

En ce même temps le roi Hérode Agrippa employa sa puissance pour maltraiter quelques-uns des fidèles. Il fit mourir par l'épée Jacques le Majeur, frère de Jean, et donna l'ordre de mettre Pierre en prison. Mais pendant la nuit qui précédait le jour marqué pour son supplice, un ange du Seigneur parut tout à coup et remplit le cachot d'une lumière divine. Levez-vous promptement, dit-il à Pierre, et au même moment les chaînes tombèrent de ses mains, mettez votre ceinture et chaussez vos souliers. Il le fit. Prenez main tenant votre vêtement et suivez-moi. Pierre croyait être le jouet d'un songe, mais quand il vit les portes s'ouvrir devant eux et l'ange le quitter au milieu de la ville, il revint à lui; son premier soin fut d'avertir les apôtres, puis il sortit de la ville afin d'échapper à la vengeance d'Hérode. Le Seigneur ne tarda pas à punir l'impiété de ce prince. Assis sur son trône et revêtu d'une robe royale, il haranguait un jour les députés des Tyriens et des Sidoniens. Le peuple criait : C'est la voix d'un dieu; mais au même instant un ange le frappa; il tomba dévoré par les vers et mourut.

Saint Paul à Antioche de Pisidie

Jésus

Ces miracles répétés affermissaient la foi nouvelle, et la parole du Seigneur faisait de grands progrès. Entre toutes brillait l'Eglise d'Antioche avec ses prophètes et ses docteurs : Barnabé, Simon le Noir, Lucius le Cyrénéen, Manahem, frère de lait d'Hérode le tétrarque, et Saul. Barnabé et Saul, que le Saint-Esprit avait marqués pour prêcher l'Evangile, allèrent à Séleucie et de là s'embarquèrent pour l'île de Chypre. Le proconsul Serge Paul, homme prudent, les appela près de lui, car il désirait entendre la parole de Dieu; mais le Juif Elymas, faux prophète et magicien, faisait tous ses efforts pour qu'il ne se convertît pas. Alors Saul regarda fixement cet homme et lui dit : Enfant du diable, ennemi de toute justice, ne cesseras-tu jamais de pervertir les voies du Seigneur! Mais sa main est maintenant appesantie sur toi, tu vas devenir aveugle. Aussitôt les ténèbres obscurcirent ses yeux, et il étendait de tous côtés les mains pour assurer sa route. A la vue de ce miracle, le proconsul embrassa la foi, et Saul, en mémoire de cet événement, changea son nom en celui du magistrat romain. Dès lors, il s'appela Paul.

Paul et Barnabé se rendirent ensuite à Antioche de Pisidie, et là s'assirent dans la synagogue, au jour du sabbat. Après la lecture de la loi et des prophètes, les chefs de la synagogue leur permirent d'adresser des exhortations au peuple. Paul, ayant pris la parole, rappela les bienfaits de Dieu, la vie de Jésus, sa résurrection glorieuse annoncée par les prophètes, et termina en disant : Sachez donc, mes frères, que c'est par lui que la rémission des péchés vous est annoncée; quiconque croit en son nom sera justifié de toutes les choses dont vous n'avez pu être justifiés par la loi de Moïse.

Le sabbat suivant, presque toute la ville s'assembla pour entendre la parole de Dieu, car Paul et Barnabé avaient promis de parler encore; mais les Juifs, voyant ce concours de peuple, furent remplis d'envie et de colère, et s'opposèrent avec des blasphèmes à ce que Paul disait. Alors Paul et Barnabé s'écrièrent hardiment: Vous étiez les premiers auxquels il fallait annoncer la parole de Dieu, mais puisque vous la rejetez, puisque vous vous jugez indignes de la vie éternelle, nous allons vers les gentils; car le Seigneur a dit: Je vous ai établis comme la lumière des gentils, pour être leur salut jusqu'aux extrémités de la terre. En entendant ces promesses, beaucoup se convertirent, et la parole du Seigneur se répandit bientôt dans tout le pays; mais les Juifs excitèrent une persécution contre les deux disciples et les chassèrent. Paul et Barnabé, secouant alors contre eux la poussière de leurs pieds, se rendirent à Iconium.

Prédications de saint Paul dans l'Asie Mineure

Dans cette ville ils firent un grand nombre de miracles; une multitude de Juifs et de Grecs embrassa la foi, et la cité tout entière se trouva partagée, les uns tenant pour les Juifs, les autres pour les apôtres. Mais bientôt Paul et Barnabé durent se mettre en sûreté; le peuple, excité par ses chefs, voulait se jeter sur eux et les lapider. Ils se réfugièrent en Lycaonie, où ils prêchèrent l'Evangile et opérèrent de nouveaux miracles.

A Lystre, ville de ce pays, les deux apôtres firent marcher un homme, perclus dès le sein de sa mère, et le peuple, témoin de cette guérison merveilleuse, disait : Ce sont des dieux sous la forme humaine. Il appelait Barnabé Jupiter, et Paul Mercure, parce que celui-ci portait toujours la parole. Le grand prêtre du temple de Jupiter voulut même leur offrir des couronnes et immoler des taureaux devant la porte de leur maison. Mais alors Paul et Barnabé s'avancèrent au milieu de la multitude, et déchirant leurs vêtements, ils s'écrièrent : Amis, que voulez-vous faire? Nous sommes des hommes comme vous, et sujets aux mêmes infirmités; quittez, quittez ces vaines superstitions pour vous convertir au Dieu vivant qui a fait le ciel et la terre et tout ce qu'ils contiennent.

Quoi qu'ils pussent dire cependant, ils eurent bien de la peine à empêcher qu'on ne fît le sacrifice. Dans le même moment survinrent des Juifs d'Antioche et d'Iconium. Irrités contre le prédicateur de la nouvelle loi, ils excitèrent le peuple et accablèrent Paul d'une grêle de pierres. Mais, quoique blessé grièvement, quelques jours après il n'en continua pas moins ses prédications. Il visita encore Derbé, revint à Lystre, à Iconium et à Antioche de Pisidie, ordonnant des prêtres dans chaque église, fortifiant partout le zèle et le courage des disciples.

Après avoir traversé la Pisidie et la Pamphylie, Pergé et Attalie, Paul reprit, avec Barnabé, le chemin d'Antioche de Syrie; et tous deux ayant réuni dans cette ville l'assemblée des fidèles, ils racontèrent combien Dieu avait accompli par eux de grandes choses, et comment il avait ouvert aux gentils les portes de la foi.

Concile de Jérusalem

Quelques-uns des disciples venus de la Judée enseignaient alors à Antioche qu'on ne pouvait espérer de salut si l'on n'était circoncis suivant la pratique de Moïse. Paul et Barnabé s'élevèrent fortement contre eux, et il fut convenu qu'ils iraient à Jérusalem avec d'autres disciples pour consulter les apôtres sur cette question. A Jérusalem, on discuta longtemps; quelques pharisiens, qui avaient embrassé la foi, soutenaient qu'il fallait garder le précepte mosaïque, afin de bien montrer l'union de l'ancienne et de la nouvelle loi.
Mais, dit saint Pierre, Dieu qui connaît tous les coeurs a rendu lui-même témoignage en faveur des gentils, en leur donnant le Saint-Esprit, aussi bien qu'à nous, et en purifiant leurs coeurs par la foi. Pourquoi, ajouta-t-il encore en rappelant tant de révoltes contre Dieu dont les Juifs s'étaient rendus coupables, pourquoi imposer aux disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons pu porter ? Alors on résolut d'envoyer à Antioche Paul et Barnabé, ainsi que Jude et Silas, avec cette lettre :
Les apôtres, les prêtres et les frères, à nos frères d'entre les gentils qui sont à Antioche, en Syrie et en Cilicie, salut. Apprenant que quelques-uns venus de Judée vous avaient troublés par leurs discours et avaient inquiété vos âmes, nous nous sommes rassemblés dans une même pensée, et il a semblé bon au Saint-Esprit et à nous de ne vous imposer que les charges nécessaires. Abstenez-vous donc de ce qui aura été sacrifié aux idoles, du sang, des chairs étouffées et de la fornication, et vous ferez bien.

La lecture de cette lettre apporta dans Antioche la consolation et la joie, et les discours des disciples répandirent encore la parole du Seigneur. Quelques jours après, Paul dit à Barnabé : Allons visiter nos frères par toutes les villes où nous avons prêché, pour voir dans quel état ils sont. Mais il y eut alors entre les deux disciples une contestation : Barnabé s'embarqua pour Chypre, et Paul partit avec Silas. Il traversa la Syrie et la Cilicie, confirmant dans leur foi les Eglises et leur ordonnant de garder les règlements des apôtres et des prêtres.

Page précédente                                                                 haut de page                                                                                Page suivante